27 mai 2011 5

€ crise : spéculations, suite…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

Une petite correction s’impose à ce que j’ai écrit précédemment…
Tout s’aggrave de jour en jour dans la zone euro : les gens du FMI (après ceux de la BCE) refuseraient eux-aussi de continuer à prêter des fonds à la Grèce, à savoir 16 milliards d’euros sur le total des 30 milliards promis.

En effet, Caroline Atkinson (directrice des Relations extérieures du FMI) a déclaré que le FMI ne peut prêter l’argent des contribuables des pays contributeurs que lorsque les bénéficiaires ont clairement montré qu’ils pourront rembourser normalement ces aides (c’est-à-dire en faisant appel aux marchés), ce qui n’est manifestement pas le cas de la Grèce.
C’est la raison pour laquelle Sarko & Co. font le forcing pour caser Bécassine au FMI. Elle sera chargée de faire plier les gens du FMI et de changer la réglementation en la faveur des euro-zonards.

Par ailleurs, la communauté financière euro-zonarde réussit plus ou moins bien à contenir la chute de l’euro par rapport au dollar mais les bons spéculateurs ont bien vu que des rendements des bons à 2 ans du Trésor grec à 25 % signifient que la chute est inéluctable et proche.

La date et les modalités du naufrage sont les seules inconnues (il n’y a pas d’antériorité à un tel évènement).

Mots-clés: , ,

5 réponses à “€ crise : spéculations, suite…”

  1. BA dit :

    Jeudi 26 mai 2011 :

    L’exposition de l’Eurosystème à la Grèce serait de 135 milliards d’euros.

    « Il faut savoir que l’Eurosystème (les banques centrales de la zone euro) serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d’euros, selon nos calculs », explique Andrew Bosomworth, gérant chez PIMCO Europe.

    « C’est pourquoi la Banque Centrale Européenne est contre un défaut de la Grèce. La Banque nationale grecque serait à genou, ainsi que les établissements de crédit du pays. Quant aux banques européennes exposées à la Grèce, certaines pourraient absorber ces pertes grâce à leurs bénéfices, mais d’autres auraient besoin d’être recapitalisées. »

    Un défaut de paiement de la Grèce est-il inévitable ?

    Andrew Bosomworth : « En théorie, la Grèce pourrait y échapper grâce à des privatisations massives, mais la population ne laissera sans doute pas l’Etat céder environ 200 milliards d’euros d’actifs. Il est aussi peu probable d’envisager une annulation de la dette comme pour l’Allemagne après la guerre. Et si l’on choisit un simple reprofilage de la dette, on ne résout pas la question du stock, on ne fait que gagner du temps. »

    http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0201396529526-l-exposition-de-l-eurosysteme-a-la-grece-serait-de135-milliards-d-euros-168564.php

  2. BA dit :

    L’Eurosystème est une institution européenne, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro.

    L’Eurosystème serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d’euros, selon Andrew Bosomworth, gérant chez PIMCO Europe.

    Problème : en capital et réserves, l’Eurosystème n’a que 81,187 milliards d’euros.

    http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2011/html/fs110524.fr.html

    Version optimiste :
    Si la Grèce fait défaut, c’est tout l’Eurosystème qui s’effondre. La Grèce ne fera pas défaut.

    Version pessimiste :
    Quand la Grèce fera défaut, tout l’Eurosystème s’effondrera.

  3. Nam dit :

    La BCE a encore prolongée les mesures exceptionelles de 3 mois, on parle de revenir sur les accords de bale III pour les grandes banques européennes, Lagarde sera bientot au FMI pour extorquer des fonds aux pays excedentaires de la planete: tous les ingrédients sont réunis pour que rien ne change!

    Bientot la France et le monde entier aligné sur la situation greque ?

  4. melchior dit :

    Toujours les même radotages à propos de l’euro. La zone euro est en train de forcer les feignassess à rembourser leurs dettes. Avant ils dévaluaient maintenant c’est impossible. Ils doivent se bouger le q c’est tout. Quitter l’euro est une solution de facilité, c’est aussi votre obsession ! Ce commentaire n’a pas pour but d’être publié, je veux juste que vous le lisiez !

Commenter