16 août 2011 12

French Gosbank: tsunami risk!

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

The four French Gosbanks have €5.645 trillion of liabilities. That is 2.8 times French GDP (€1.986 trillion).
Table 1:

2011 Q2BNPCdt Ag GrpSoc GenBPCETotal
Liabilities1,857.8631,640.81,135.4731,010.5625,644.698
Equity68.21672.722.53546.656210.107
µ (leverage)27.222.650.421.726.9
Tier (%)3.74.42.04.63.7

Amounts in billion of euros.

Their shareholder’s equity is only €210 billion.
Their leverage average is at 26.8 (i.e. a Tier 1 ratio at 3.7%), worse than Lehman Brothers before its bankruptcy (25).

To have leverage at 10, equity should increase until €360 billion. Only the state could do that, which would cost €5.600 per inhabitant (64 million)!
This solution, inevitably, was raised by the former director of the IMF when he would be (socialist) candidate in the French presidential election (before his arrest in New York).

By comparison, the big three US banks have a total of $5.962 trillion in liabilities (a third of GDP, unless the four French Gosbanks in view of exchange rates) but they have $570 billion of equity and through leverage average at 10.5.
Table 2:

2011 Q2Bank of AmericaJPMorganCitigroupTotal
Preferred stocks16,5627,80,29324,655
Liabilities2,120.6052,071.6851,780.2625,972.552
Equity218.505175.079176.364569.948
Leverage (µ)9.711.810.110.5
Tier 1 (%)10.38.59.99.5

Amounts in billion of dollars.

The big three US banks have not Undated Super Subordinated Notes eligible as Tier 1 capital nether Equity instruments and associated reserves! Shareholders’ Equity is Common Equity.

The four French Gosbanks are engaged in the PIGS for several hundred billion of euros.

In the euro zone, the default of payment (in currency) of banks with systemic risk (as May 6, 2010 according to the bulletin of the ECB in June) will cause a catastrophic fall of dominoes and a credit tsunami.

The B-2 stealth bomber, Ben Bernanke said the Fed had considered the consequences of this European crisis on the U.S. economy that can withstand the shock.

The main problem in the euro zone is not the public debt, but the differences in earnings and productivity levels, hypertrophy of money supply and especially the under-funding of (over indebted) big banks too big to fail.

The spreads (in Treasuries bonds yields) give some indications of the tensions in the euro zone.
The AAA rating of France is not justified, nor the degradation of the United States by S & P.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 réponses à “French Gosbank: tsunami risk!”

  1. Amaury dit :

    « The main problem in the euro zone is not the public debt, but the differences in earnings and productivity levels, hypertrophy of money supply and especially the under-funding of (over indebted) big banks too big to fail. »

    Oui, en gros, le principale problème de la zone euro, c’est… l’euro.

    L’impéritie des politiques (gauche comme droite) confine à la folie…

  2. BA dit :

    L’Eurosystème est une institution européenne, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro.

    Au vendredi 12 août 2011, le capital et les réserves sont de 81,481 miliards d’euros.

    Les « actifs » de l’Eurosystème sont de 2073,026 milliards d’euros.

    En clair : le capital et les réserves de l’Eurosystème constituent seulement 3,93 % des « actifs » de l’Eurosystème.

    Sur ces soi-disant 2073 milliards d’euros d’ « actifs », combien de dizaines de miliards sont en réalité des actifs pourris ?

    http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2011/html/fs110816.fr.html

    Aujourd’hui, l’Eurosystème est devenu une gigantesque fosse à merde.

    Déjà, le jeudi 16 décembre 2010, les dirigeants de l’Eurosystème avaient demandé aux chefs d’Etat de le recapitaliser : les contribuables européens avaient dû payer 5 milliards d’euros pour recapitaliser l’Eurosystème.

    Contribuables, préparez-vous à payer de nouveau.

    Contribuables, préparez-vous à payer pour recapitaliser l’Eurosystème.

  3. SidFinster dit :

    Funny, as the management of the US banks complain to anyone who will listen that they hobbled by not being allowed to lever up to 50-1 like the other boys on the block.

    You’d think that it was a terrible imposition, like having to pay taxes or not being allowed to rob customers at gunpoint.

  4. marc dit :

    A quand la dégradation de la note AAA pour la France ? va t on nous laisser du répit ou alors va t on attendre la nouvelle dream team politique de 2012 (lol) ?

  5. Galuel dit :

    « Contribuables, préparez-vous à payer pour recapitaliser l’Eurosystème »

    Aurons-nous droit à un Dividende Universel en échange de la capitalisation ?

    Quel sorte de capitalisme est-ce que de demander du capital sans proposer de dividende associé ?

    Ce n’est pas sérieux.

    Avec un Dividende, les citoyens devraient accepter de pouvoir recapitaliser.

    Mais sans, c’est du pur racquet.

  6. H. dit :

    Le Canard de la semaine se fait l’écho, en terme moins technique, de vos préoccupations concernant les grandes banques françaises. Choses lues dans l’article en page 3 sur ce sujet: « …la situation des grandes banques françaises n’est pas tout à fait rassurante: ce sont les établissements de la zone euro les plus exposés aux dettes souveraines des PIIGS… » ou encore « …il aurait mieux valu qu’elles renforcent leurs fonds propres et améliorent leurs ratios… » (propos tenus par un haut-fonctionnaire de Bercy d’après l’article). Il y a aussi un additif sur la composition de la dette française comparée à celle de la dette japonaise. Rien de nouveau pour vos lecteurs mais c’est dans un journal lu ailleurs que dans les milieux financiers.

    Bonne journée

  7. BA dit :

    Les banques françaises ont prêté aux cinq Etats européens en faillite 646,491 milliards de dollars.

    Au total, les banques françaises sont exposées aux cinq Etats européens en faillite pour 801,075 milliards de dollars.

    La Banque des Règlements Internationaux, BRI, (en anglais : Bank for International Settlements, BIS) donne les détails dans la table 9E, page 102 :

    http://www.bis.org/publ/qtrpdf/r_qa1106.pdf

    Grèce :
    Prêts des banques françaises au secteur public grec, aux banques grecques, au secteur privé non-financier : 56,740 milliards de dollars.
    « Other potential exposures » ( = dérivés, garanties étendues, engagements de crédits) : 8,307 milliards de dollars.
    Total : 65,047 milliards de dollars.

    Irlande :
    Prêts des banques françaises au secteur public irlandais, aux banques irlandaises, au secteur privé non-financier : 29,623 milliards de dollars.
    « Other potential exposures » ( = dérivés, garanties étendues, engagements de crédits) : 26,407 milliards de dollars.
    Total : 56,030 milliards de dollars.

    Portugal :
    Prêts des banques françaises au secteur public portugais, aux banques portugaises, au secteur privé non-financier : 26,923 milliards de dollars.
    « Other potential exposures » ( = dérivés, garanties étendues, engagements de crédits) : 5,236 milliards de dollars.
    Total : 32,159 milliards de dollars.

    Espagne :
    Prêts des banques françaises au secteur public espagnol, aux banques espagnoles, au secteur privé non-financier : 140,628 milliards de dollars.
    « Other potential exposures » ( = dérivés, garanties étendues, engagements de crédits) : 34,887 milliards de dollars.
    Total : 175,515 milliards de dollars.

    Italie :
    Prêts des banques françaises au secteur public italien, aux banques italiennes, au secteur privé non-financier : 392,577 milliards de dollars.
    « Other potential exposures » ( = dérivés, garanties étendues, engagements de crédits) : 79,747 milliards de dollars.
    Total : 472,324 milliards de dollars.

    • jp-chevallier dit :

      Ok : un grand merci à vous ! … J’avoue ne pas avoir eu le temps de faire ce que vous avez fait, et j’ai mis prudemment « quelques centaines de milliards ». 650 : ça fait beaucoup ! c’est pour ça que les patrons de nos Gos banques disent qu’ils ont une exposition négligeable !!!

  8. [...] Chevallier ne dit pas autre chose, guerre mondiale exceptée : French Gosbank, tsunami risk ! Avec leurs engagements monstrueux (5645 milliards d’euros, soit 2,8 fois le PIB de la [...]

  9. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir Monsieur Chevallier,

    Je vous découvre pour la première fois. J’aime les contrarian …puisque je suis le père de l’expression « Tsunami Financier » relayé par AGORA en juillet 2007…

    Accepter de telles situations dans une entreprise commerciale, mènerait tout droit son directeur financier en prison…

    Nous sommes à la veille d’un effondrement cataclysmique dont je ne cesse de parler …depuis 40 ans et sur lequel j’écris depuis 1985. Mais, comme vous sans doute, je remarque que nos congénéres préfèrent sortir la tête du sable au chant des sirènes.

    Cordialement

    Jean LENOIR

  10. Paul dit :

    Bonjour,
    Je ne sais pas où vous avez été cherché le montant des fonds propres de la SocGen mais ils sont bien supérieur à ce que vous indiqués. De mémoire, au T2 2011, le total Fonds Propres SocGen était de 52 milliards d’€, ce qui donne un leverage de 22.
    Ensuite vous comparez le leverage de 25 de Lehman Brothers, qui était si je me souviens bien le leverage sans le hors bilan. Et on sait tous que la Lehman Brothers a réalisé des manipulations comptables pour diminuer son leverage.
    Et dernièrement, j’ai toujours trouvé assez grotesque de comparer les activités de Lehman et celle de la SocGen, qui n’ont rien à voir et avec un degré de risque totalement différent, beaucoup plus élevés dans les CIB.

Commenter