21 décembre 2011 15

Merci papa Noël !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

La BCE vient de prêter 489 milliards d’euros à 523 pauvres banques pour 3 ans,

Document 1 :

Le Père Noël est donc très sympa cette année avec les gentils banquiers.

Comment fait-il pour trouver tant de sous d’un jour à l’autre ?

C’est simple, tout est simple

Le bilan de la BCE du 26 juin 2009 montre qu’un prêt de 419,9 milliards d’euros (rubrique 5,2 de l’actif) à des banques avait d’abord été financé par une diminution des opérations à court terme de 141,7 milliards (rubrique 5,1 de l’actif),

Document 2 :

En effet, la BCE prêtait déjà beaucoup d’argent aux pauvres banques à très court terme, ce qui les obligeait à renouveler constamment leurs emprunts, ce qui est un peu stressant. Un gros paquet d’un coup, c’est plus confortable pendant 3 ans.

Pour financer le rab, la BCE a tout simplement augmenté le montant des dépôts qu’elle reçoit habituellement des banques qui ont une position créditrices (rubrique 2,2 du passif) pour un montant de 223,5 milliards plus (+) une cinquantaine de milliards sur leurs comptes courants (rubrique 2,1 du passif).

Document 3 :

Comme toujours, le bilan de la BCE est équilibré : actif = passif !

Il n’y a pas de création monétaire. Tout va bien.

Et ce n’est pas terminé ! Il y a un cadeau surprise : 30 milliards supplémentaires à 3 mois à 72 banques,

Document 4 :

Et, ô miracle, ce n’est toujours pas terminé ! Il y a un bonus : 33 milliards de dollars prêtés à 34 banques pour éviter le défaut de paiement en US$,

Document 5 :

« C’est une bonne nouvelle, ça permet d’améliorer la liquidité des banques » pourrait répéter Nordine Naam, stratégiste obligataire chez Natixis grand spécialiste en la matière…

Mots-clés: , , , , ,

15 réponses à “Merci papa Noël !”

  1. ratel dit :

    bonjour.Que vont faire les banques de ce cash ?

    le laisser à la bce ?
    le prêter aux états ?
    le prêter à l’économie ?
    le garder pour elles ?
    autres ?

    merci pour votre travail.

  2. DOZIER dit :

    Mario Draghi ancien de GS, n’a pas les mains libres pour entamer un programme d’assouplissement quantitatif, faute d’avoir pu obtenir le feu vert de Berlin.
    Or, il est devenu impératif d’inverser la tendance sur les taux des emprunts d’état, le temps de la mise en place d’une politique budgétaire coordonnée à l’échelle européenne. Alors, faute de pouvoir monétiser « en grand », Super Mario utilise tout les moyens dont il dispose.

  3. Boris dit :

    :-)
    Merci père Noël pour ce décryptage lumineux des relevés d’activité de la BCE.
    On comprend mieux l’ingéniosité comptable stratosphérique de cette massive pyramide de centaines de milliards qui se met en place jour après jour.
    Reste juste à éviter comme la peste un courant d’air inattendu sur le monument…brrrrr!

  4. l'actionnaire Natixis dit :

    Bonnes fêtes à tous y compris Nordine Naam pour qui c’est la fête tous les jours dans le blog de Jean-Pierre Chevalier, au moins jusqu’au 31 décembre.

  5. Karizoc dit :

    Je viens de comprendre le pourquoi de l’allocation des 142 milliards à 1 jour, du 21 au 22. Certaines banques (73) veulent anticiper d’un jour tous ces euros distribués. Elles voulaient juste avancer la date de leur Noël d’un jour …

  6. BA dit :

    Mercredi 21 décembre 2011 :

    Plombée par l’austérité, l’Italie met un premier pied dans la récession.

    Plombée par plusieurs cures d’austérité sévères et par l’assombrissement de la conjoncture mondiale, l’économie italienne a commencé à se contracter dès cet été et son entrée en récession ne fait désormais plus de doutes.

    Pour la première fois depuis fin 2009 et après une légère croissance de 0,3% au deuxième trimestre, la troisième économie de la zone euro, qui est empêtrée dans la crise de la dette, a accusé un repli de 0,2% du Produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, a annoncé mercredi l’institut de statistiques Istat.

    En glissement annuel, le PIB a enregistré une croissance de 0,2%.

    Une contraction de l’activité était attendue mais elle s’est finalement révélée plus marquée que ce que prévoyaient les économistes qui tablaient sur un recul de 0,1%, selon un consensus établi par Dow Jones Newswires.

    Et vu les dernières statistiques – baisse de la production industrielle et des commandes à l’industrie en octobre – l’entrée en récession, qui se caractérise par un recul du PIB pendant deux trimestres consécutifs au moins, ne fait plus de doutes, de l’aveu même du gouvernement italien.

    http://www.boursorama.com/actualites/plombee-par-l-austerite-l-italie-met-un-premier-pied-dans-la-recession-1f68cdd08df6fe43429c7bc0640f965f

  7. DA dit :

    Le Credit Agricole chauffe…: copie d’un email que le Credit Agricole vient de m’envoyer:

    Madame, Monsieur, Cher client,

    Nous vivons depuis quelques mois un bouleversement économique et financier sans précédent qui affecte gravement les économies européennes et conduit les régulateurs à renforcer très significativement les exigences de fonds propres des banques.

    Dans ce contexte difficile, le Crédit Agricole, comme toutes les banques françaises et européennes, doit s’adapter. Notre Groupe est reconnu par les autorités de surveillance des banques comme l’un des plus solides. Et pourtant, nous renforçons encore cette solidité en augmentant nos fonds propres mais aussi en réduisant notre dépendance à l’égard des marchés financiers.

    C’est le sens du plan d’adaptation que nous venons d’annoncer. Il se traduit par la réduction ou la suppression de certaines activités, avec des impacts sur l’emploi que nous limiterons au maximum. Ces mesures illustrent la stratégie du Crédit Agricole, dans un contexte de crise, de privilégier la banque universelle de proximité et les métiers qui lui sont liés.

    Du fait de ces adaptations et de la dégradation économique, il a été décidé de traduire dans les comptes de Crédit Agricole S.A. la perte de valeur de participations ou d’acquisitions réalisées au cours de la période antérieure. Cette décision va peser sur le résultat 2011 de Crédit Agricole SA qui exceptionnellement sera négatif. A ce titre, il sera proposé à l’AG 2012 de Crédit Agricole SA de ne pas verser de dividende. En dépit de ces mesures d’exception, et en l’état actuel, le résultat du Groupe Crédit Agricole intégrant en totalité les 39 Caisses régionales, restera positif.

    Le groupe Crédit Agricole et votre Caisse régionale restent déterminés à vous servir et se donnent les moyens de contribuer au développement de votre région et au développement de l’économie française dont nous sommes le premier financeur.

    Votre Caisse régionale, la Caisse régionale du Languedoc, continuera en 2012 avec la même détermination à vous accompagner dans la réalisation de vos projets. Et pour illustrer ce propos, nous sommes fiers de vous indiquer qu’en 2011, nos réalisations de crédits s’élèveront à plus de 3 milliards d’euros en hausse de près de 6% par rapport à 2010. Dans le même temps, la confiance de nos clients épargnants se traduit par un accroissement de la collecte d’épargne bancaire de plus de 6%.

    Dans ce contexte économique, financier et social difficile, nous tenons à vous redire toute notre confiance en notre entreprise et notre volonté constante de servir nos clients avec loyauté et responsabilité.

    Votre Caisse régionale du Languedoc s’est construite sur la base d’un modèle de développement équilibré et sécurisé. Elle est forte de 2600 collaborateurs et de près d’un million de clients. Structure mutualiste et coopérative, elle bénéficie de la gouvernance de près de 200 administrateurs et 250 000 sociétaires, et nous vous invitons tous à venir les rejoindre.

    Nous vous assurons encore de notre détermination et avec quelques jours d’avance, nous vous adressons nos meilleurs vœux pour 2012 que nous allons construire ensemble.

    Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, Cher client, en l’expression de ma respectueuse considération.

    Le Directeur Général-Adjoint,

    Michel BERTRAND

    ——————————————————————————–
    CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU LANGUEDOC
    Société coopérative à capital variable – 492.826.417 RCS Montpellier
    agréée en tant qu’établissement de crédit et société de Courtage d’Assurance sous le N° ORIAS 07025828
    Siège social : avenue de Montpelliéret – MAURIN – 34977 LATTES CEDEX

  8. Sebastien dit :

    Petite question d’un idiot en matière monétaire (j’espère pas dans tous les autres domaines).

    Le bilan de la BCE est équilibré : actif = passif, oui;
    Il n’y a pas de création monétaire. Tout va bien. > est-ce ironique?

    En attendant que ces prêts soient rembourrés, et notamment compte tenue de la réserve fractionnelle les banques pourrons faire d’important prêt et donc faire créer/circuler beaucoup d’argent, non? (même si leurs livres sont équilibrés).

    A moins que ce soit une manœuvre de recapitaisation et que ces prêt ne se retrouvent en dépôt a la BCE…

    Si c’est en bonds les états dépenseront cet argent -ce qu’ils font de mieux- (subventions, etc…) et il se retrouvera dans le système = inflation, non?

    Si c’est prêté aux particulier ça fera remonter les prix de l’immobilier et a la consommation

    Au fait ne serions nous pas entrain de faire ce qu’ont fait les US en 2008/2009?

    D’un point de vue monetaire cela aura-t’il une influance negative sur le cours de l’EUR par rapport aus dollars? (J’ai cru comprendre que oui)

    Pas d’insulte je cherche juste a comprendre :)
    Merci, Sebastien

  9. Sebastien dit :

    remboursés (merci la correction automatique), pourront, etc, etc.
    Idiot en orthographe.

    • BFA dit :

      Merci LunarSolar pour cette vidéo montrant les conséquences d’une dévaluation massive en Biélorussie en mai dernier. Ce que l’on voit sur cette vidéo doit sembler hallucinant pour beaucoup.
      Mes deux Mamies ont vécu celà entre les deux guerres ( en Allemagne ) ; je n’ai pas connu ma Mamie Paternel qu’à travers mon Papa, mais ma Mamie Maternel me disait  » on allait faire notre marché avec la brouette emplie de billets et il y avait une grande misère car les salaires ne suivaient pas la flambée des prix ».
      A cette époque, la carte bleue, qui aurait simplifié les transactions dans les achats alimentaires, n’existait pas.
      Les français n’ont pas eu à connaître çà, donc je comprends qu’ils ne peuvent pas bien comprendre la position actuelle allemande qui refuse de faire marcher la planche à billets ! ( car les allemands n’ont jamais oublié, ni celà, ni … l’horrible suite qui en a découlé à l’échelle planétaire !!! ).

      La BCE joue le Père Noël ?! ; décidément, les dirigeants et acolytes de l’€-zone ne savent plus quoi inventer pour retarder l’échéance de la déchéance. Le bon sens, la loyauté et l’honnêteté, au regard des Peuples, leur échappe. Et avec des manip comme çà ?, c’est vraiment prendre l’épargnant et l’investisseur pour un Con !.
      Ces bonshommes carriéristes, élus soit disant démocratiquement, achètent à grand frais la Paix Sociale. Ils n’ont même pas conscience que celà va se retourner contre eux par la force des choses !. Et hélas, le cours des évènements va se retourner aussi par voie de conséquences contre les Peuples en €Land.

      Au bout de 12 ans, concernant l’€, on entend à peine maintenant parler d’harmonisation budgétaire !!!
      Z’ont foutu quoi au juste pendant 12 ans tous ces gugusses ?, à part de la politique démagogique à grand frais de fonctionnement pour pondre dans le Vide ?!.
      On entend parler ! on constate les agitations !, mais au final il n’y a toujours rien de Réaliste et donc de Concret dans cette Histoire !!!!.
      Où est le carnet qui tient enfin la route ?!!!!!!!!!!……………….
      Sur que dans l’Urgence, difficile de le trouver, s’il existe, dans un bordel innommable entassé depuis 40 ans !.

      Noël, ( pour les Chrétiens-payens ) : Heureux Noël à Tous !.

  10. cn dit :

    encore un idiot !!

    Baroin: le prêt à trois ans de la BCE aux banques est un grand succès 21/12/2011 16:20

    Paris(DOW JONES)–Le ministre de l’Economie et des Finances, François Baroin, s’est félicité mercredi du prêt à trois ans record octroyé au secteur bancaire par la Banque centrale européenne (BCE), en qualifiant cette opération de « grand succès ».
    Devant l’Assemblée nationale, le ministre a jugé que cette opération, portant sur 489,19 milliards d’euros, levait une « large partie de la pression exercée sur les établissements bancaires ».
    La BCE a annoncé mercredi avoir alloué 489,19 milliards d’euros dans le cadre de la première de ses deux nouvelles opérations de refinancement à trois ans, un montant bien supérieur aux attentes du marché. Au total, la banque centrale a précisé avoir alloué des fonds à trois ans – la maturité la plus longue jamais proposée par la banque centrale – à 523 établissements bancaires.

    je veux bien des milliards à 3 ans moi aussi !!! et je vais les dépenser !!!

  11. LunarSolar dit :

    Le grand concours du plus brillant économiste stratège est officiellement lancé :

    Voilà, merci de participer en votant.
    et les 3 candidats sont :

    1/ F.Baroin, pour son commentaire d’hier, repris dans le post de cn

    2/ Marc Touati, et sa fameuse bulle de l’or…
    http://www.dailymotion.com/video/xk8sbj_marc-touati-et-la-bulle-de-l-or_news

    3/ Nordine Naam, qu’il est désormais inutile de vous présenter…

  12. BA dit :

    Les pays de la zone euro vont devoir lever un peu plus de 800 milliards d’obligations en 2012, un chiffre comparable à l’année 2011, qui a été très éprouvante sur le marché de la dette, y compris pour certains pays qui étaient jusqu’à présent à l’abri.

    Les chiffres qui suivent ne concernent en principe que les emprunts obligataires, d’échéance d’au moins un an, sauf indication contraire. Ils n’incluent donc pas les émissions de court terme.

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_le_programme_d_emprunts_sur_le_marche_des_principaux_pays_en_2012211220111712.asp

    En incluant les émissions d’obligations de court terme, nous arrivons au chiffre de plus de 1600 milliards d’euros pour l’année 2012 :

    Toutefois, estiment les analystes de la Société Générale, « trop d’espoirs sont placés dans ces opérations » et « les banques ne peuvent sauver les Etats souverains ». Les besoins de financement des pays de la zone euro en 2012 sont chiffrés à plus de 1.600 milliards d’euros, rappellent-ils.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-bourse-de-paris-en-hausse-soutenue-par-les-operations-de-la-bce-6712ad1d8cf8804aa31113071df6f688

Commenter