17 janvier 2012 4

Taux, agences et propagande

Rédigé par dans la rubrique Etats-Unis :

Les rendements des bons à 10 ans des Trésors jouent le rôle d’ersatz de monnaies pour les pays qui en sont dépourvus ( en €URSS) et ils éliminent les effets de manipulations de cours des monnaies.

Olivier Berruyer a bien montré, comme d’autres, que les rendements des Trésors de ces cochons de pays du Club Med reviennent en fait à la normale, c’est-à-dire à la période précédant l’adoption de cette monnaie contre nature qu’est l’euro,

Document 1 :

Cette remontée des taux se fait à partir de petits décrochages, au départ peu perceptibles, par rapport au Bund, mais les écarts deviennent par la suite importants,

Document 2 :

Le grand décrochage de la France s’est produit surtout depuis le mois de juillet dernier,
Document 3 :

Les agences de notation ne font que constater, tardivement, ces évolutions des marchés en modifiant en conséquence leurs notations.
Elles ne créent pas les problèmes de ces cochons de pays du Club Med comme le fait croire la propagande
!

La chute des rendements des Notes à 10 ans en juillet est bien due aux craintes qu’ont les investisseurs américains dans l’€ffondrement,

Document 4 :

En fait, le meilleur refuge des capitaux est bien en Helvétie (malgré les fautes de dirigeants de la BNS),

Document 5 :

Les écarts relatifs sont encore plus significatifs,

Document 6 :

Tout est simple.

Cliquer ici pour accéder au site d’Olivier Berruyer.

Mots-clés: , , , , ,

4 réponses à “Taux, agences et propagande”

  1. Jean dit :

    Bonjour,

    Vous devriez aussi tenir compte du fait que la FED rachète massivement des obligations depuis quelques temps déjà au contraire de la BCE sinon les Notes seraient à un taux supérieur…

    Cordialement

  2. Deres dit :

    Aucune personne calée en économie n’a réagi à la possibilité que j’ai évoqué dans un autre commentaire d’avoir des taux d’intérêt de la BCE différents pour les différents pays de la zone euro. En effet, cela redonnerait une arme monétaire adaptée à chaque pays suivant sa situation et sa compétitivité. Le traitement égal par la BCE de toute les banques de la zone euro entraîne, j’ai l’impression, une forme de « carry-trade » au sein même de la zone euro entre ce taux d’intérêt central et les taux des dettes souveraines. Le taux est trop faible pour les allemands et trop élevé pour les autres. Ce genre de chose n’a certes jamais existé, mais l’euro est aussi une pure invention technocratique si je comprends bien …L’adoption de l’Euro a détruit tous les mécanismes de stabilisation économique des économies européennes. Comme nos politiques ne veulent pas l’abandonner par pure dogmatisme, il faudrait trouver de nouveaux mécanismes de stabilisation automatique. Les mécanismes de convergence politique de gestion proposé par nos élites ne seront pas automatiques … et seront soumis à de permanentes dérogations.

  3. Pierre dit :

    @Deres: moi qui ne suis pas non plus calé en économie, je suppose que personne n’a répondu à votre possibilité parce qu’elle ne résoudrait pas les problèmes dont souffre actuellement la zone euro, et qu’elle est en outre irréalisable pour mille raisons, ne serait-ce que parce que les banques de tous les pays de la zone finiraient par se financer à un taux approchant le taux le plus bas parmi les différents pays en s’adressant aux banques du pays qui bénéficierait du taux minimum et en snobant leur « banque centrale européenne nationale » au taux plus élevé.

    • Deres dit :

      Justement, cela obligerait les banques à se prêter de l’argent entre elle pour bénéficier des différences de taux alors qu’actuellement il n’y a plus d’échange entre les banques car les pays accumulent des déficits. Comme je le précise dans le premier post, tout ceci est une pure création humaine artificielle donc tout est possible même si tout n’est pas raisonnable …

Commenter