13 juin 2012 10

L’Allemagne contaminée ! (suite)

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

Comme je l’ai écrit hier, les rendements du Bund remontent car les investisseurs avisés (i.e. les bons spéculateurs), anticipent l’augmentation du désordre qui va se produire dans la vieille Europe (ils sortent du Bund qui n’est plus l’une des meilleures valeurs refuge du monde,

Document 1 :

Données actualisées à l’ouverture des marchés américains.

Les tensions augmentent encore dans la zone euro comme le montre l’évolution des écarts relatifs des bons des Trésors à 10 ans par rapport à ceux de ces maudits petits Suisses qui s’obstinent à être les meilleurs élèves de la classe économique mondiale,

Document 2 :

Les rendements des mauvais bons à 10 ans des Trésors euro-zonards qui sont tombés à des niveaux historiquement bas remontent vite, très vite !

Document 3 :

La conjonction entre les effets létaux de cette monnaie unique et de la sous-capitalisation des banques de la zone euro produira un très grand désordre.

Tout est simple.

Mots-clés: , , ,

10 réponses à “L’Allemagne contaminée ! (suite)”

  1. BA dit :

    Mercredi 13 juin 2012 :

    latribune.fr (Source AFP)

    Après l’Espagne, l’Italie se présente comme la nouvelle cible des marchés. Le Trésor italien a emprunté mercredi comme prévu 6,5 milliards d’euros à un an, mais a vu ses taux d’intérêt s’envoler, a annoncé la Banque d’Italie. Les taux de ces obligations à douze mois se sont inscrits à 3,972%, contre 2,34% lors de la dernière opération similaire le 11 mai.

    La demande des investisseurs est toutefois restée soutenue, s’élevant à 11,26 milliards d’euros.

    Le prochain domino ?

    L’Italie, qui avait réussi à regagner la confiance en début d’année grâce aux mesures de rigueur et aux réformes du gouvernement Monti, est revenue dans la ligne de mire des marchés depuis le début de la semaine, certains analystes craignant qu’elle ne soit le prochain domino de la zone euro à tomber, à présent que l’Espagne a accepté un plan d’aide pour ses banques. Ses taux à dix ans sont repassés au-dessus de la barre symbolique des 6% tandis que ses banques se sont retrouvées sous pression en Bourse.

    Mario Monti rassurant, prochain test ce jeudi.

    Le chef du gouvernement italien Mario Monti a affirmé mardi soir dans une interview à la radio publique allemande ARD que l’Italie n’aurait pas besoin de l’aide du Fonds de soutien de la zone euro (FESF) « même à l’avenir », malgré l’envol de ses taux d’emprunt. Mercredi matin, devant les députés italiens, il s’est dit « très serein » pour le pays dans cette phase « cruciale » et a mis en avant les points forts de la péninsule, à savoir un déficit public et un taux de chômage inférieurs à la moyenne européenne, une dette privée « plus basse » et des banques pour la plupart « stables ».

    L’Italie, qui croule sous une dette colossale représentant environ 120% de son PIB, reviendra sur le marché jeudi avec une émission à moyen et long terme.

  2. Antoine dit :

    Si l’on en croit vos graphiques les Bons du Trésor Américains augmentent en parallèle.
    Est-ce également le signe d’un très grand désordre à venir outre-atlantique?

  3. BA dit :

    Mercredi 13 juin 2012 :

    Considérant que l’Union Européenne était à un moment « crucial », le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a décoché de son côté des flèches en direction de celles des « capitales » qui ne mesurent pas l’urgence de la situation.

    « Nous avons un problème systémique devant nous, nous devons avoir un cap et le maintenir. Je ne sais pas si l’urgence est bien comprise par toutes les capitales aujourd’hui », a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-affiche-sa-serenite-malgre-la-flambee-des-taux-d-emprunt-80574aa0b4cacf171c2e010311c52766

    José Manuel Barroso vient de dire la phrase la plus importante :

    « Nous avons un problème systémique devant nous »

  4. tenshi dit :

    Mais non, tout va bien euroland, sinon, toute la crétinentsia journalisteuse nous expliquerait ce qui se passe, quels sont les risques pour nos avoirs etc…

    et là, on en long large et en travers sur toutes les informations les futilités grotesques de crépages de chignon de deux gourdes…
    (je parle bien sûr de v.tweeterweiler, la première meuf , et de ségolène bravitude, l’ex candidate…)

    donc tout va bien en euroland.

  5. tenshi dit :

    l’espagne est dégradée par egan-jones

    http://www.reuters.com/article/2012/06/13/spain-ratings-eganjones-idUSL1E8HDEVK20120613

    la note passe de BBB+ à CCC (investissement hautement risqué)

    c’est la fin de l’euro système !!!!!!!!!

    c’est une bonne nouvelle pour natixis :) qui ara mystérireusement survécu à cette monnaie inepte.

  6. BA dit :

    Mercredi 13 juin 2012 : les dominos tombent les uns après les autres.

    Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, Chypre : six Etats foncent vers un défaut de paiement total.

    1- Espagne : l’agence d’évaluation financière américaine Moody’s a abaissé mercredi la note d’endettement de long terme de l’Espagne de trois crans, à « Baa3″. Celle-ci se situe juste au-dessus de la catégorie « spéculative », une sanction sévère pour le gouvernement de Mariano Rajoy.

    2- Chypre : l’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé mercredi de deux crans la note d’endettement de long terme de Chypre à Ba3, l’enfonçant encore plus loin en catégorie spéculative.

    Considérant que l’Union Européenne était à un moment « crucial », le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a décoché de son côté des flèches en direction de celles des « capitales » qui ne mesurent pas l’urgence de la situation.

    « Nous avons un problème systémique devant nous, nous devons avoir un cap et le maintenir. Je ne sais pas si l’urgence est bien comprise par toutes les capitales aujourd’hui », a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-affiche-sa-serenite-malgre-la-flambee-des-taux-d-emprunt-80574aa0b4cacf171c2e010311c52766

    José Manuel Barroso vient de dire la phrase la plus importante :

    « Nous avons un problème systémique devant nous »

Commenter