31 août 2012 16

Monétarisme en zone € pour les nuls

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

De petits rappels sur quelques notions fondamentales du monétarisme sont encore indispensables en prenant des exemples dans la zone euro …

Au point de départ se trouve ce concept d’argent sain qui est le premier pilier des Reaganomics, c’est-à-dire du monétarisme appliqué car la distribution massive d’argent non gagné est létale.

C’est simple, tout est simple mais cette simple phrase est totalement incompréhensible pour la plupart des Français (et ils ne sont pas les seuls !) mais c’est très important…

Concrètement, premier exemple, pédagogique : des centaines de milliards d’euros sont prêtés aux Grecs (qui sont censés les rembourser !), prétendument pour les sauver mais la conséquence en est simple : la masse monétaire en Grèce augmente de ce fait, ce qui fait baisser le PIB car, pour simplifier, la masse monétaire et le PIB varient en sens contraire. C’est un des grands principes du monétarisme.

Il faudrait faire exactement le contraire pour faire repartir la croissance du PIB : faire diminuer la masse monétaire grecque.

Comment ? Là aussi, la solution est simple : il suffirait que la Grèce sorte de l’euro système, la nouvelle drachme perdant une valeur considérable par rapport aux monnaies de référence, la masse monétaire grecque exprimée en drachmes chuterait monumentalement, ce qui ferait repartir la croissance du PIB car les prestations et produits grecs deviendraient alors compétitifs.
Ainsi par exemple les Européens pourraient y passer des vacances pour une bouchée de pain, denrée qui serait alors devenue rare et chère pour les Grecs dont le pays pourrait cependant repartir sur de bons fondamentaux.

Autre exemple à l’opposé du cas grec : les excédents considérables du commerce extérieur de l’Allemagne en devises sont transférés depuis des années à ces cochons de pays du Club Med, dont la France, cf. mes articles à ce sujet (leurs balances commerciales sont toujours déficitaires), ce qui signifie que de ce fait une partie de la masse monétaire en Allemagne sort anormalement de ce pays (elle est donc inférieure à ce qu’elle devrait être), ce qui augmente la croissance de son PIB au-delà de son potentiel optimal car, pour simplifier, la masse monétaire et le PIB varient en sens contraire.

Les Allemands bénéficient d’une certaine façon de cette situation mais ils y ont perdu plusieurs milliers de milliards d’euros de réserves en devises (cf. pour comparaison, les réserves de la Chine se montaient à plus de 3 200 milliards de dollars fin juin).

Ce sont là deux exemples du monétarisme appliqué à la zone euro. Le plus gros problème de cette zone euro est cette hypertrophie de M1 qui se monte à plus de la moitié du PIB alors que cet agrégat ne représente que 15 % du PIB aux Etats-Unis.

Toujours pour simplifier, M1 qui est constitué de la masse des dépôts sur les comptes courants et des billets en circulation se monte à 5 000 milliards d’euros alors que, par référence aux Etats-Unis, M1 devrait être de 1 500 milliards environ. Ainsi, ce sont 3 500 milliards d’euros qui se trouvent indument sur les comptes de certains heureux Euro-zonards et dans leurs portefeuilles alors qu’ils n’auraient jamais dû leur parvenir.

Ce sont là des revenus qui ont été distribués mais pas gagnés par des produits vendus et payés issus d’un travail.

Ainsi par exemple, tout le monde sait maintenant que beaucoup de Grecs perçoivent des revenus sans travailler et que les impôts et taxes ne permettent pas d’équilibrer les comptes des administrations publiques.
Il en est de même dans ces autres cochons de pays du Club Med, les dérives étant de moindre ampleur relative mais portant sur des montants plus importants.

Tout est simple.

Mots-clés: , , , , , , , ,

16 réponses à “Monétarisme en zone € pour les nuls”

  1. Francois dit :

    « les excédents considérables du commerce extérieur de l’Allemagne en devises sont transférés depuis des années à ces cochons de pays du Club Med [...] ce qui signifie que de ce fait une partie de la masse monétaire en Allemagne sort anormalement de ce pays (elle est donc inférieure à ce qu’elle devrait être), ce qui augmente la croissance de son PIB au-delà de son potentiel optimal car, pour simplifier, la masse monétaire et le PIB varient en sens contraire. »

    Ce n’est sûrement pas ce que vous vouliez dire – c’est sûrement très clair pour vous – néanmoins cela laisse entendre qu’une solution idéale pour relancer la croissance du PIB serait de diminuer la masse monétaire, c’est-à-dire de pratiquer une politique déflationniste. Cette politique serait-elle applicable également à d’autres, par exemple à la France? Ou est-ce uniquement ce qui arrive à un pays excédentaire? En quoi est-ce négatif pour l’Allemagne? Finalement elle donne de ses réserves mais le système dans sa globalité lui permet d’avoir une croissance supérieure à ce qu’elle serait sans cela.

  2. Stan dit :

    « la masse monétaire en Grèce augmente de ce fait, ce qui fait baisser le PIB car, pour simplifier, la masse monétaire et le PIB varient en sens contraire. C’est un des grands principes du monétarisme.

    Il faudrait faire exactement le contraire pour faire repartir la croissance du PIB : faire diminuer la masse monétaire grecque. »

    Euh… vous avez regardé les stats de la Grèce avant de dire ça ? parce que sinon la Grèce devrait être en plein de forme là :

  3. daniel ROND dit :

    Je pense les aides à la Grèce ont consisté en partie en des abandons de créances et que d’autre part les Grecs on vidé massivement leurs comptes banquaires pour les transférer en Suisse et dans d’autres paradis fiscaux et qu’il n’apparaisent plus dans les chiffres officiels.

  4. daniel ROND dit :

    Vous avez raison Monsieur Chevallier, mais souvenez vous de mes commentaires sur les armateurs qui mènent le bal dans les coulisses.

  5. H. dit :

    Bonjour,

    Merci pour ces explications très claires. Je souhaiterai ardemment que les éoliennes (elles brassent du vent et elles ne fonctionnent qu’avec des subventions) qui nous servent de ministres lisent votre blog mais j’ai bien peur que cela reste un vœu pieu.

    Bonne journée

    • jp-chevallier dit :

      Et merci à vous et à Daniel Rond pour ces commentaires très instructifs ! Une grande partie de ces 350 milliards d’euros généreusement donnés par les € zonards se trouve a priori dans le bilan de la BNS ! L’argent doit circuler, sinon tout s’arrête ! Mon blog est très instructif…

  6. Nam dit :

    Concretement, que va t il se passer en France lorsque la phase actuelle va s’arreter : une forte inflation sur les produits importés ? Et une baisse des prix (en devises étrangères) de tout ce qui est produit/localisé en France ?

    Est il possible que la situation actuelle se prolonge indéfiniment (maintiens « coute que coute » de l’euro)(avec à terme des migrations de populations pour réaliser l’ajustement, typiquement de grecs vers l’allemagne et son système plus générateur d’argent sain) ?

    Quand pensez-vous qu’on pourra retourner passer des vacances en Grèce pour pas cher (comme dans les années 80) ?

  7. BFA dit :

    Merci Jean-Pierre pour cette page qui nous explique, à Tous, comment 2 + 2 font 4.
    Page qui nous démontre clairement et simplement, surtout !, que si « on » nous dirige dans le sens que 2 + 2 font 5 ou 6, il y a forcément erreur.
    Vos réponses en commentaire, en dit long…..
    Les « élèves » peuvent aussi aider le « maître » dans son travail et sa réflexion ( quant à un bilan si « pourri » en ces temps qui courent, par exemple ! ).

    Merci Jean-Pierre pour votre grand Altruisme envers votre prochain, qui qu’il soit et où qu’il vive.
    Ceux qui n’ont pas compris celà, et bien, hélas, n’ont rien compris.
    J’invite certains à réfléchir que face à des « évènements extrêmement bizarres », on ne peut que supputer en attendant d’avoir la preuve démontrée qu’il y a réel problème avéré ( cf … une grande partie de ces 350 milliards se trouvent, A PRIORI, à la Bns…. ).

    Ici, sur ce blog, prenons conscience que JP ne s’amuse pas !, qu’il travaille !!! et nous fait grâcieusement partager les fruits de son travail !!!!. Il n’hésite pas à prendre des risques qui peuvent lui couter très chers, tout simplement parce qu’il n’est pas adepte de la langue de bois et du « politiquement correct » étatique en R/V igueur.

    Tous Ceux qui ont mis ses analyses en doute, sur son blog altruiste, depuis 2008, et lui ont reproché son franc parlé à la François Rabelais ( euh pardon !, à la Gérard Oury, c’est plus moderne ! ) doivent se réjouir du bilan général de l’€Urss-zone en 2012 !!!. J’en profite au passage pour remercier Josick d’avoir éclairé ma !, et notre lanterne à Tous !, en temps opportuns !. Bien reçu puis peaufiné Josick !, Grand Merci à Toi.

    Voilà, c’est tout ce que j’avais modestement à partager ce jour.
    Bien à Vous Tous.

  8. BFA dit :

    J’ai mis le mot « pourri » entre guillemets = grosse erreur de ma part !. Le bilan est affreusement POURRI !.
    Pour les français : quand on recense 3 millions de nouveaux chômeurs en catégorie A ( 1 ) fin août 2012, sans DIRE, et surtout TAIRE !, les recensements dans les 6 autrescatégories administratives étatiques qui complètent ce triste tableau, il y a de quoi se faire de la bile !. Et que l’on se rassure !, ce n’est qu’un début !.
    Pessimiste moi ?, oh non !, juste lucide !, et pas mouche ( l’allusion à la mouche étant une allusion polie !).

Commenter