26 septembre 2012 36

Monétarisme triomphant

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

Dans ce qui aura été son dernier grand article publié dans le Wall Street Journal, Milton Friedman rappelait que le principal moyen d’intervention d’une banque centrale pour réguler la croissance du PIB réel, donc la richesse des nations et de leurs habitants, est non pas le maniement de son taux de base mais son aptitude à acheter et à vendre des bons du Trésor, ce qui lui permet de faire varier à sa convenance la masse monétaire tout en maintenant l’argent sain, premier pilier des Reaganomics.

Le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, excelle en la matière en dépassant très largement ce que pouvait envisager Milton Friedman.

Tout est simple, mais ces concepts monétaristes sont difficilement compris, et ils sont même totalement incompréhensibles en Europe, y… compris par les dirigeants des grandes banques centrales dont ceux d’Allemagne et de France.

Rares sont les gens qui comprennent que la Fed et la BCE ne créent pas d’argent (non gagné) avec leurs bilans dont les totaux dépassent 3 000 milliards.

De même, les banques ordinaires, ne créent pas d’argent (non gagné) en accordant des prêts financés par des emprunts, ce qui fait circuler de l’argent sans en créer car elles prêtent de l’argent (gagné) qu’elles empruntent.

Le système bancaire mondial est maintenant très bien organisé au point de continuer à financer des Etats (et des pays), qui sans lui, auraient sombré depuis longtemps… mais il aurait été préférable que l’agonie de certains d’entre eux n’ait pas été prolongée.

Les problèmes les plus importants ne sont pas décelés, et ils ne sont donc pas résolus, évidemment.
Ainsi en est-il de l’hypertrophie de la masse monétaire (en M3-M2) qui bloque la croissance des entreprises japonaises qui sont pourtant parmi les plus performantes dans le monde et de celle dans la zone euro (en M1) : plus de 3 000 milliards d’euros se trouvent indument dans les portefeuilles et sur les comptes courants d’heureux euro-zonards, ce qui crée un désordre croissant.

Rares sont les pays qui ont de bons fondamentaux, c’est-à-dire de l’argent sain : l’Helvétie, les Etats-Unis ainsi que certains pays asiatiques comme Singapour.

Les principes de base du monétarisme sont maintenant complètement méconnus par la plupart des gens, y compris par les dirigeants économiques, financiers et politiques en dehors des Etats-Unis, ce qui affaiblit durablement les adversaires et concurrents des Américains qui garderont ainsi leur leadership mondial.

Tout est simple.

Mots-clés: , , , , , , , , ,

36 réponses à “Monétarisme triomphant”

  1. Alarys dit :

    Bonjour,
    Lu ce matin: La BCE a indiqué qu’elle refuse une restructuration de la dette grecque qu’elle détient car ce serait un financement monétaire d’un Etat, ce qui est interdit par les statuts de la Banque centrale.
    http://www.trader-forex.fr/actualite-forex/euro-poursuit-baisse-face-dollar-marche-inquiet-01216.html

  2. Alain34 dit :

    Vous faites un travail formidable, merci pour cela.
    Oui, tout est simple quand on met de coté le réel : les gens, la production, et tout le reste sans qui la finance ne serait rien.
    La finance doit être un outil au service de tout le reste ce que trop de monde oublie. Votre blog permet de comprendre bien des choses même si parfois la ‘deconnection’ avec la réalité est perturbante.

  3. Pierre dit :

    Je suis d’accord avec Alain, l’économie ne se réduit pas à la politique monétaire.

  4. Polino dit :

    « Rares sont les gens qui comprennent que la Fed et la BCE ne créent pas d’argent (non gagné) avec leurs bilans dont les totaux dépassent 3 000 milliards. »

    http://research.stlouisfed.org/fred2/series/BASE/

    Curieusement post 2008 il y’a eu un sacré bond de la masse monétaire. Soudaine création de richesse inattendue ? Découverte de ressources pétrolières inespérées ? Changement de paradigme technologique ? Boom des nano-technologies ? Pas vraiment.

    http://research.stlouisfed.org/fred2/series/WRESBAL/

    Vous pourriez simplement décrypter ce graphique ?

  5. MAGAJA dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vos propos, Alain et Pierre, je ne cesse de le répéter. Mais Mr Chevalier fait du pragmatisme et prend le contexte monétaire en dehors du contexte social, c’est son choix d’analyse, et il faut le respecter tout en donnant notre avis avec une vision de petit citoyen que nous sommes, certainement peu compétent en matière monétaire.
    L’élément le plus important à prendre en compte est qu’au final, le système décrit par Mr Chevalier est peut être très bon quand il prend l’exemple US, mais ce sont les peuples au fnal qui décide de ce qui est bon ou pas, avec le risque de faire erreur.
    Le système capitaliste a été créé par l’homme, il est certainement très performant et certainement plus performant que le communisme ou le socialisme qui pour ce dernier reste une utopie et un grand rêve.
    Le concept de la répartition des richesses est faussé, à partir du moment et chose très importante, ou on considère comme le dit Mr CHevalier, que des personnes se retrouvent avec de l’argent non gagné sur leurs comptes. C’est là ou on fait fausse route entre autre si j’ai bien compris.

    MAis le meilleur système est en train d’être détruit par nos élites ignares et incompétentes.

    Mr CHevalier, postulez à un poste de conseiller, le seul problème c’est qu’ils risquent de pas comprendre ce uqe vous dites !!!
    La finance doit d’abord être au service de la collectivité et de ceux qui travaillent. Actuellement ce n’est pas le cas et c’est bien là notre problème.

    Il serait intéressant d’aborder l’avenir et essayer de se projeter. Nous avons bien constaté l’autodestruction de l €URSS , mais que faire pour éviter de devenir pauvre? Comment aborder l’avenir qui va venir…..
    Mon père est en chine en ce moment j’hésite à lui demander de me ramener un peu de Yuan…. histoire d’équilibrer mon portif monétaire…. un peu de dollards aussi? un peu d’or?

    • jp-chevallier dit :

      La finance doit d’abord être au service de la collectivité et de ceux qui travaillent : oui
      Actuellement ce n’est pas le cas : non, sans l’ouverture des marchés financiers, ce serait pire !
      que faire pour éviter de devenir pauvre ? : c’est trop tard maintenant ! ‘fallait y penser avant !

      • Surya dit :

        Vous trouvez que toutes les banques qui spéculent sur les marchés en engageant leurs fonds propres avec des produits toujours plus complexes (CDO, CDO², CDO^3) et et des engagements gigantesques sur les dérivés c’est être « au service de la collectivité » ?

        Expliquez nous en quoi vendre des CFD c’est être au service de l’économie réelle.

  6. Flo dit :

    « De même, les banques ordinaires, ne créent pas d’argent (non gagné) en accordant des prêts financés par des emprunts, ce qui fait circuler de l’argent sans en créer car elles prêtent de l’argent (gagné) qu’elles empruntent. »

    Attendez, qu’entendez-vous par « argent » ici ?
    J’espère quand même que vous comprenez que les prêts des banques font augmenter la masse monétaire M1.
    OK les banques empruntent les sommes que le public met sur les comptes en banques. Elles reprêtent ces sommes à d’autres mais en même temps l’argent sur les comptes reste disponible et sert bien de monnaie pour règler des achats. La masse monétaire M1 augmente.
    C.f. Schumpeter « a claim to money functions as money itself » (à condition que le débiteur, la banque, soit connu et de bonne réputation).

    En ce qui concerne la base monétaire M0, certes les banques ordinaires ne peuvent créer de cette monnaie-là. Peu importe, il n’en manquera jamais globalement, la banque centrale se chargera d’en créer la quantité nécessaire car elle doit satisfaire les besoins en monnaie de réserve du système.

    • Surya dit :

      Sur le second point; la banque centrale ne peut pas créer de monnaie centrale à l’infini pour les banques commerciales; les banques commerciales « achètent » la monnaie centrale contre prise en pension des collatéraux; qui eux sont en quantité finie (au bout d’un moment, un collatéral de qualité élevé finit par devenir de qualité de plus en plus faible pour à la fin ne plus être éligible).

  7. PierreF dit :

    Deux entités creent de la monnaie dans nos systemes:
    -La banque centrale, à partir de rien (la planche à billets)
    (Les banques pretent en general 12 fois leurs fonds propres)
    -Les banques commerciales en prétant contre des actifs.

    A tout moment, 2 “monnaies” coexistent en quelque sorte:

    -Une monnaie de banque centrale communement appelee base monetaire
    -Une monnaie d’origine bancaire , des crédits qui vont devoir etre remboursés.

    Si à un moment , les banques toutes ensemble , se rendent compte qu’elles ont trop prété au mauvais secteur, elles commencent à prendre des pertes qui ne peuvent etre imputées que sur leurs fonds propres.

    Si elles perdent 100, elles vont devoir reduire leurs préts de ..1200 (sur la base de 12 fois leurs actifs mentionné plus haut et qui est une vieille régle de banquier génois).

    La partie crédit de la masse monetaire commence à s’ecrouler.
    A ce moment là, la banque centrale peut essayer de “remplacer” cette masse monetaire “crédit” par de la monnaie de banque centrale (en achetant des obligations d’Etat) pour eviter que la SOMME DES DEUX ne s’ecroule.

    C’est ce qui se passe aux USA

    (M2 – Base)= monnaie crée par le secteur privé EST EN BAISSE aux USA depuis trois ans,ce qui aurait du amener à une depression comme dans les années 30. Mais comme la base est montee de 40 %, la somme des deux est a + 6 %.

    Ceux qui regardent la Base, hurlent à l’hyperinflation;
    Ceux qui regardent M2 moins la Base hurlent à la depression
    Les autres, (moi entre autres) qui regardent M2 sont assez calmes.

    Le probleme arrivera quand les banques auront reconstitué leurs fonds propres et se remettront à préter
    Alors il faudra que la Fed réduise, et tres vite la Base (forte hausse des taux) faute de quoi l’inflation repartira tres fort.
    Le vrai test pour la Fed est donc (encore) devant nous…., ou alors il est passé et c’est un échec..

  8. Daniel dit :

    M. Chevallier,
    Je suis toujours avec grand intérêt vos articles et vos commentaires.
    Il me semble constater depuis quelques temps qu’il y a un réel décalage entre vos lecteurs et vos idées sur la création monétaire.
    Un article détaillé sur ce sujet serait je pense vraiment le bienvenue. Histoire de nous remettre les idées en place.
    Si les banques ne créent pas la monnaie au travers des crédits, alors qui crée la monnaie? Comment une banque centrale au travers d’achats de bons du trésor peut-elle faire varier la masse monétaire? A quel moment une banque centrale créée t-elle de la monnaie?

    D’autre part vous dites:
    « Rares sont les gens qui comprennent que la Fed et la BCE ne créent pas d’argent (non gagné) avec leurs bilans dont les totaux dépassent 3 000 milliards. »
    Comment expliquez vous que le bilan de la bce soit passé de 2000 à 3000 milliards en 1 an, si ce n’est par de la création monétaire?
    N’y a t-il pas stérilisation si l’opération d’achat/vente est neutre sur le bilan?
    Cdt

    • jp-chevallier dit :

      J’ai déjà tout expliqué ça x fois…

      • Daniel dit :

        Vous parlez souvent de variations des agrégats par rapport au PIB, d’argent non gagné en zone euro,… mais rien au sujet de la création monétaire: banques centrales, banques commerciales.
        De plus vous balayez d’un revers de la main les propos de CG sans autres commentaires. Que vous nous preniez pour des ignares je peux le concevoir, mais pas CG! Les débats contradictoires peuvent aussi être enrichissants.
        Certes bon nombre de lecteurs de votre blog ne sont pas économistes (j’en fais partie) mais nous vous suivons pour essayer de comprendre les bouleversements économiques majeurs en cours et leurs répercussions. Avec l’envie de partager vos idées libérales et de prêcher la ensuite la bonne parole libérale autour de nous et arriver enfin à faire évoluer les mentalités dans notre pays sclérosé. Mais pour cela il n’y a pas d’autres vecteurs que la pédagogie et la diffusion de l’information.
        Je ne vous blâme pas car c’est peut-être énervant pour vous d’avoir à expliquer voire ré-expliquer plusieurs fois ces notions qui vous paraissent simples et évidentes. Mais après tout quand je vois que même des économistes de renoms et/ou des personnes haut placées ne comprennent pas ces notions, c’est qu’il y a un gros malaise! et j’arrive à me trouver des circonstances atténuantes.

        Cdt

  9. bob dit :

    « non » ………
    ca veut dire quoi « non » ?
    ce texte est de charles gave. vous allez sans doute dire qu’il n’y comprend rien….. !
    En tout cas une chose est sûre , vu vos commentaires c’est évident que personne ne comprendra jamais rien en vous lisant….

      • JohnnyBox dit :

        Je ne suis pas sur de vraiment tout comprendre mais à propos des Etat-Unis, les banques y sont saines (elles respectent Greenspan et ses 10% de fond propres), le marché interbancaire fonctionne normalement. Les banques ont les moyens de prêter aux entreprises qui peuvent ainsi amélioré leur productivité

        Concernant la taille du bilan, la FED ne fait que circuler l’argent que les banques y déposent.

        Pour ce qui est de l’augmentation des dépôts, certes si le marché interbancaire fonctionne bien, les dépôt s devraient diminuer. Mais (et là c’est une supposition de ma part), étant donné que les européens sont en déroute, les banques US ne leur prêtent plus les dollars qu’elles avaient pour habitude de leur prêter dans le passé. En lieu et place de les prêter au banque européennes, probablement que les banques US les prêtent à la FED…

        Enfin, voilà après, c’est mon interprétation… Je ne suis pas un expert, loin de là !

        • jp-chevallier dit :

          Oui, en gros c’est ça !

        • Darley dit :

          Merci pour cet éclairage sur la taille de bilan de la Fed. Je n’avais pas vu ce point. Il reste un dernier point qui n’est pas clair pour moi et sans doute pour d’autres lecteurs : le niveau des taux d’intérêt. Pourquoi est-il si bas alors que la croissance et l’inflation sont à des niveaux normaux ? Dois-je comprendre à la lecture de ce billet qu’au final c’est un paramètre qui est secondaire par rapport à la masse monétaire ? Ce serait là effectivement un point important de divergence entre messieurs Gave et Chevallier.

  10. araok dit :

    CG se trompe…, Non!, minimum de culture…, j’ai déja tout expliqué..;etc…
    Cher monsieur Chevallier,
    Vous êtes d’humeur chagrine. La fatigue, sans doute?
    Nous avons tous, ici, une expertise, une expérience et de bonnes ou moins bonnes lectures.
    Nous ne vous lisons pas pour recevoir des leçons mais pour confronter des points de vue.
    Et si, en la matière, les économistes étaient tous d’accord ça se saurait.
    En matière de gourou, Minc et Attali me suffisent.

  11. Darley dit :

    Je rebondis sur le commentaire de JohnnyBox et sur la question du niveau des taux d’intérêt (question qui me paraît centrale pour bien comprendre vos divergences avec Charles Gave) : les deux sont-ils liés ? En gros, la Fed maintient des taux très bas parce que les excédents de dépôts des banques sont logés chez elle plutôt qu’utilisés à des investissements et des prêts trop risqués, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de bulle d’actifs à ce stade. Une remontée des taux ne serait nécessaire que si les banques retiraient brutalement leurs dépôts de la Fed et allaient créer des bulles d’actifs. C’est ça?

  12. BFA dit :

    Egalement :
    - Hypertrophie monétaire, du 8/10/2010
    - Masse monétaire libre et croissance, du 18/09/2012.

    • Daniel dit :

      Oui merci mais toutes ces études je les ai déjà lues et je les apprécie. Mais aucune ne répond concrètement à la création monétaire en tant que telle.
      Qui créé la monnaie?

  13. BFA dit :

    @ Daniel,
    ces différents sites répondront peut-être à votre question :  » qui crée la monnaie ».
    Attention, il peut y avoir des « coquilles ». J’en veux pour preuve mon plantage ( plus haut ) avec M0-base monétaire-.
    Personnellement, je dois rechercher les définitions de termes employés qui ne me sont pas familiers, (étant jeune élève autodidacte dans cette Matière ). Les définitions de bases sont justes sans l’être non plus ( je vais le dire comme çà ! ). A titre d’exemple, que veulent dire M1, M2, M3… M0 ?. C’est tout un vocabulaire qu’il faut apprendre, et souvent traduire de l’anglais dans sa propre langue, pour comprendre.

    D’où, sans doute la difficulté, pour beaucoup d’entre nous, d’apprécier les « subtilités » de Ceux qui sont rompus à cette Discipline.

    Je me permets de penser qu’il est inutile d’entrer dans des batailles de chiffonniers ( l’Un ou un Autre a dit çà !, et Vous, vous dites le contraire !… ), celà n’est pas constructif.
    Je me permet d’ajouter : Le « Prof », ici, a son style, qui plait ou ne plait pas. Mais comme on n’est pas à l’Ecole Obligatoire, si celà ne plait pas, on n’est pas obligé d’assister à ses cours !, et encore moins de l’interpeler pour lui demander de justifier ses études envers un confrère qui en a d’autres.

    Je remercie JohnnyBox pour sa réflexion, car là ! c’est constructif !.

    http://www.m-lasserre.com/educpop/dossiermonnaie/5lacreationmonetaire.htm

    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/SES/85/6/LyceeGT_Ressources_SES_1_eco_4-3_Creation_de_monnaie_185856.pdf

    http://fr.scribd.com/doc/88569065/Theme-3-Qui-cree-la-monnaie

    Bien cordialement à Tous.

Commenter