19 mars 2013 15

Bolchévisme, communisme, socialisme nationaliste (allemand), européaniste…

Rédigé par dans la rubrique Banques : Banques Européennes :

Tout va très vite ! En quelques jours, Chypre a été l’exemple du bolchévisme, puis du communisme et enfin du socialisme nationaliste allemand (le nazisme) passé à l’ère de l’européanisme !

Le plus grave est, comme je l’ai écrit, le mépris total de l’Etat de droit.

La nomenklatura a montré qu’elle ne recule pas devant les solutions les plus extrêmes : piquer l’argent là où il est, dans les dépôts bancaires des entreprises et des gens, sans aucun respect des lois élémentaires et des libertés fondamentales.

J’ai écrit hier que ce précédent de prélèvements de 10 % pouvait être un jour supérieur à ce chiffre.

Il vient d’être confirmé que la nomenklatura allemande (ainsi que notre Bécassine adorée !) voulait porter ce taux à 40 % ! … pour les comptes supérieurs au montant garanti au niveau européen de 100 000 euros.

Tout va très vite donc ! Beaucoup plus vite qu’on ne pouvait le craindre.

Pour l’instant, « Il ne sera pas nécessaire d’imposer une taxe sur les dépôts bancaires dans d’autres pays de la zone euro que Chypre, a déclaré mardi le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem ».

Ouf !

Tout va bien, pour le moment. La plage est toujours très belle avant un tsunami.

Le socialisme européaniste allemand fait moins de morts que le socialisme nationaliste mais il fera davantage de victimes.

Mots-clés: , , , , ,

15 réponses à “Bolchévisme, communisme, socialisme nationaliste (allemand), européaniste…”

  1. BA dit :

    Qui est responsable du chaos à Chypre ?

    Qui a pris la décision de voler les épargnants de Chypre ?

    Réponse : « C’est pas moi, c’est pas moi, c’est l’autre ! »

    Lisez cet article :

    Qui a eu l’idée de taxer les dépôts bancaires à Chypre ? Plusieurs responsables européens se renvoient la balle. Face à la colère des Chypriotes et à l’inquiétude des marchés, la zone euro a replongé dans la cacophonie lundi.

    selon le Financial Times daté de lundi, un haut responsable européen aurait confié au journal qu’initialement les bailleurs de fonds internationaux souhaitaient que seuls les dépôts supérieurs à 100.000 euros soient taxés, et ce, à hauteur de 15,6%. Des dépôts qui sont détenus en grande partie par des Russes, rappelle le quotidien britannique.

    « Avec le FMI, les Allemands ont voulu taxer les déposants à Chypre jusqu’à 40% », a de son côté précisé une source diplomatique européenne sous couvert d’anonymat. « Il y a eu des mises en garde mais ils n’ont pas voulu écouter. Le comble maintenant est qu’ils n’assument pas. »

    Deux jours à peine après avoir difficilement ficelé l’accord, l’Allemagne, la France et la Banque centrale européenne (BCE) affirmaient ainsi ne pas être à l’origine de la proposition de taxer l’ensemble des déposants. Et dès dimanche, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, avait affirmé que Berlin s’était prononcé en faveur d’une protection des petits épargnants. Le gouvernement allemand, tout comme le FMI, a proposé une solution qui « respecte la garantie des dépôts », a déclaré Wolfgang Schaüble.

    Tout comme l’a fait Pierre Moscovici de son côté, ce lundi. « J’ai plaidé l’exemption des dépôts sous 100.000 euros depuis le départ », a-t-il affirmé à la presse au lendemain d’une nouvelle réunion, téléphonique, avec ses homologues de la zone euro, pour rectifier le tir après l’accord très critiqué sur l’aide à Chypre.

    Pour le ministre des Finances allemand, la faute revient au gouvernement chypriote, à la Commission européenne et à la BCE. Ce sont « eux qui ont choisi cette solution et ils doivent maintenant s’en expliquer auprès du peuple chypriote ».

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130319trib000754763/chypre-mais-qui-a-eu-l-idee-de-taxer-les-depots-bancaires.html

    • JK dit :

      J’ai un peu de mal à croire que les Allemands puissent être responsables d’une bêtise pareille. Je crois assez à la version du deal refignolé et retraffiqué au dernier moment par des minus du FMI et des institutions européennes.

      J’imagine qu’on en saura plus dans les jours qui viennent sur la façon dont les choses se sont passées.

  2. Julien dit :

    Ben ouais. Pardi.

  3. BA dit :

    Mardi 19 mars 2013 :

    Coup de tonnerre à Chypre !

    Attention, attachez vos ceintures !

    ALERTE – Chypre : le Parlement rejette le plan de sauvetage de l’Union Européenne.

    Le Parlement chypriote a rejeté mardi un très impopulaire plan de sauvetage conclu samedi avec l’Eurogroupe et censé éviter une faillite de l’île, par 36 voix contre, 19 abstentions, et aucune pour.

    Le projet a été rejeté, a affirmé le président du Parlement Yiannakis Omirou.

    Le vote contre le plan qui prévoit une taxe exceptionnelle et sans précédent sur les dépôts bancaires a été accueilli par une explosion de joie par des milliers de manifestants réunis devant l’Assemblée.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Chypre_le_Parlement_rejette_le_plan_de_sauvetage_de_l_UE60190320131936.asp

  4. Joel dit :

    Oh, là, il n’y a pas de quoi attacher les ceintures. Ils viendront avec autre chose. C’est comme guignol dans un spectacle de marionettes. Il y a toujours une nouvelle marionette à agiter.

    C’était un test. Il n’a pas passé, ou oui, après tout, peut-être que c’est exactement ce qu’ils voulaient. Voir comment le peuple se comporte… et les bourses aussi. Intéressant en tout cas. On a vu une certaine volatilité mais pas grand chose en fait. En résumé, c’est plutôt la stabilité qui domine.

    Ainsi, le test est un succès, contrairement à ce qu’il paraît. Le prochain sur la liste?

    Bonne nuit

  5. BA dit :

    Le Parlement chypriote a rejeté mardi le plan de sauvetage européen pour l’île après le tollé provoqué par la taxe sans précédent sur les dépôts bancaires qui y est prévue, replongeant la zone euro dans une crise aux conséquences incertaines.

    L’annonce du rejet a été accueillie par une énorme explosion de joie devant le Parlement où des milliers de manifestants s’étaient réunis pour dire Non au texte.

    « Chypre appartient à son peuple », a scandé la foule.

    « Parce que nous sommes petits, ils ont cru qu’ils pouvaient faire ça avec nous. Mais Chypre ne veut pas être un cobaye pour l’Europe », a dit Stefanos Angelidis, un chômeur de 28 ans.

    « Nous savons que ça va être difficile, mais nous sommes prêts à accepter les sacrifices pour sauvegarder notre dignité », a affirmé Maria Hadjisawa, une traductrice de 30 ans.

    http://www.boursorama.com/actualites/chypre-le-parlement-rejette-le-plan-de-sauvetage-europeen-23a5172e9c683dfd8d3c9442192aca9b

  6. MAgaja dit :

    Un peu d’accord, toutefois méfiance. Si la situation perdure les marchés pourraient commencer à se manifester.
    Il faut regarder au bon endroit pour voir un tsunami venir de loin.
    Je vous invite à regarder les CDS 5 ans
    Espagne +10% en 1 mois
    Italie +18,22% sur l’italie.
    Pour la France c’est le moment d’acheter… des CDS 5 ans… par contre il est conseillé de les prendre sur un broker avec un compte Angleterre… petite suggestion, HSBC j’aime bien pour ma part.

    La lame de fond est en formation. On fait ce que les analystes appellent des Backtests à petite échelle, pour préparer la meilleure formule en terme de Risk/reward.
    Surveiller l’or aussi ce sera un bon indicateur des flux financiers. La crise à venir est bien plus grave on arrête pas de le dire que ce qu’on a connu jusqu’ici.
    LEs français sont des veaux n’oubliez pas ça donc lorsque l’on en entendra parler à tout les coins de rue c’est qu’il sera déjà bien trop tard le tsunami sera passé.

    Les marchés actions ne sont pas de bons indicateurs en matière de crise bancaire et monétaire.

  7. bertrand dit :

    qui continue encore à déposer son argent chez les voleurs ????? qui donc?????????

  8. merio dit :

    Dès l’ouverture des banques Chypriote un bankrun généralise!!!

  9. BA dit :

    Mercredi 20 mars 2013, vers 13h30 :

    La situation est en train de dégénérer.

    Lisez cet article :

    La Banque centrale européenne (BCE) a prévenu qu’elle cessait d’alimenter en liquidités les banques chypriotes tant que Nicosie n’accepte pas le plan de sauvetage.

    Aussi policé soit-il, Mario Draghi sait employer la force lorsqu’il le juge nécessaire. C’est la méthode qu’il a choisie, à Chypre, pour forcer le gouvernement à accepter le plan de sauvetage de l’UE et du FMI, rejeté par le parlement chypriote mardi.

    Après avoir «pris acte» du rejet du plan d’aide par Nicosie, la BCE a sorti son arme de dissuasion massive: le blocus monétaire. Elle a prévenu qu’elle n’alimenterait plus les banques chypriotes en liquidités, tant que le plan de sauvetage UE-FMI ne serait pas accepté.

    «Les liquidités d’urgence de la BCE ne sont disponibles que pour les banques solvables, or les banques chypriotes ne sont pas solvables tant qu’elle ne seront pas recapitalisées rapidement», a indiqué Jorg Asmussen, l’un des membres du directoire de la BCE.

    Jamais la BCE n’avait encore brandi une telle menace. Du coup, le ministre des Finances chypriote et le gouverneur de la banque centrale de l’île n’ont pas d’autre choix que de laisser les banques fermées jusqu’à nouvel ordre…

    Eviter des émeutes «comme en Argentine».

    «S’ils ouvrent les banques, alors que la BCE bloque l’accès aux liquidités, ce sera la ruée sur les guichets, et des émeutes comme en Argentine!», prévient Gilles Moec de la Deutsche Bank.

    «Les déposants ne pourraient plus retirer du cash, faute de billets suffisants, et ceux qui voudraient faire des virements à l’étranger se verraient répondre que c’est impossible car la banque n »est plus autorisée à le faire par la BCE…», poursuit Gilles Moec, spécialiste des questions monétaires européennes.

    En attendant, les distributeurs automatiques de billets fonctionnent toujours à Chypre. Ils sont alimentés par les réserves de la banque centrale chypriote. Combien de temps cela va-t-il durer ? Nul ne le sait. Cela dépendra des réserves en «cash» de la banque centrale locale qui, selon les pays, peuvent permettre de «tenir un siège» d’après les experts …

    Plus grave encore : les entreprises, notamment les compagnies aériennes chypriotes ne pourront bientôt plus payer leurs factures de kérosène, faute de pouvoir faire des virements à l’étranger… Si la situation se prolonge, le blocus monétaire peut très vite se transformer en blocus économique. Du jamais vu dans l’Union européenne !

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/20/20002-20130320ARTFIG00468-l-europe-organise-le-blocus-monetaire-de-chypre.php

  10. bertrand dit :

    vous aussi n’acceptez pas le dictat de la grosse bertha ?????? tiens comme c’est curieux.
    un obus de 39 faisait quelques morts tous les 10 km , la guerre déclenchée par la grosse bertha inculte tuera financièrement aussi bien que tchernobyl.

  11. Youpi dit :

    Bonjour,

    On s’aperçoit aujourd’hui que Chypre est un paradis fiscal !

    On s’aperçoit que les 2 tiers du pib chypriote provient de l’activité bancaire !

    On s’aperçoit que les banquiers de l’ile on fait des ‘bêtises’

    Finalement moi je trouve normal qu’on ponctionne les avoirs russes.

    De toute façon, d’ici peu on va pouvoir remplacer Chypre par le nom d’un autre pays d’Europe…

  12. BA dit :

    Le blocus de Chypre vient de commencer.
    Les masques tombent.
    L’Union Européenne révèle son vrai visage.

    La Banque Centrale Européenne révèle son vrai visage.
    La BCE n’est qu’un gang de maîtres-chanteurs.
    La BCE affame les Chypriotes jusqu’à ce qu’ils cèdent.
    La BCE arrête de fournir des billets en euros aux banques de Chypre jusqu’à ce que les Chypriotes cèdent.

    Les masques tombent.
    L’Union Européenne n’est qu’une dictature.
    Ni plus, ni moins.

    Ceux qui soutiennent cette dictature n’ont aucune leçon à nous donner.
    Aucune.

    Le blocus de Chypre me rappelle le blocus de Berlin. (Le 24 juin 1948, à l’issue d’une longue dégradation des relations entre les quatre occupants de l’Allemagne, l’Union soviétique bloque les voies d’accès terrestre à Berlin-Ouest. Commence alors le « blocus de Berlin », qui dure jusqu’au 12 mai 1949.)

    Ceux qui soutiennent l’Union Européenne sont comme ceux qui soutenaient l’URSS au moment du blocus de Berlin.

    Ceux qui soutiennent l’Union Européenne ont oublié que le blocus de Berlin n’a pas empêché l’effondrement de l’URSS quarante ans plus tard.

    Les dictatures peuvent faire tous les blocus qu’elles veulent : à la fin, les peuples finissent par les détruire.

    Les 15 peuples qui étaient réunis dans l’URSS ont fini par reprendre leur indépendance : aujourd’hui, l’URSS est morte.

    De la même façon, les 27 peuples qui sont réunis dans l’Union Européenne reprendront leur indépendance : demain, l’Union Européenne mourra.

    L’Union Européenne rejoindra l’URSS dans les égouts de l’Histoire.

    Lisez cet article :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/20/20002-20130320ARTFIG00468-l-europe-organise-le-blocus-monetaire-de-chypre.php

  13. Christophe dit :

    Pardonnez mon inculture: que reprocher à Merkel/Schauble qui aurait conduit à cette situation? Tout le monde semble s’accorder pour dire que sans ce gouvernement allemand tout irait mieux en Europe et à Chypre… même si je comprends bien combien la responsabilité de la très « allemande » BCE doit être engagée, et que Lagarde ne parle pas au nom de la France, n’est-ce pas de l’incurie généralisée plutôt qu’un problème nationaliste?

Commenter