20 août 2013 25

Dépenses publiques et des ménages : USA / France

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

Aux Etats-Unis, les dépenses des ménages se sont montées à 11 430,3 milliards de dollars au 2° trimestre (en valeur annualisée) pour un PIB de 16 633,4 milliards soit 68,7 % du PIB et les dépenses publiques (de consommation et d’investissement, du gouvernement fédéral, des Etats et des divisions locales) à 3 121,6 milliards soit 18,8 % du PIB.

En France, les dépenses des ménages se sont montées à 284,4 milliards d’euros au 2° trimestre pour un PIB de 516,6 milliards soit 55,1 % du PIB et les dépenses publiques (de consommation et d’investissement, du gouvernement et des… ZAPU !) à 143,8 milliards soit 27,8 % du PIB.

PIBMénagesEtat
USA16633,411430,33121,6
France516,6284,4143,8
USA % / PIB68,718,8
France % / PIB55,127,8

Si les dépenses publiques en France étaient dans les mêmes proportions que celles Etats-Unis, les Français auraient pu dépenser 71 milliards d’euros supplémentaires au cours de ce dernier trimestre ce qui aurait créé un très grand nombre d’emplois et assuré la prospérité des veaux français ignares.

Restaurer la croissance et le plein emploi en France, c’est simple : il suffit de diminuer les dépenses publiques au minimum, ce qui permettrait aux citoyens d’avoir davantage d’argent et de le dépenser à leur convenance.

Tout est simple.

Cliquer ici pour consulter le tableau 3A des statistiques officielles américaines d’où sont tirés ces chiffres.

Mots-clés: ,

25 réponses à “Dépenses publiques et des ménages : USA / France”

  1. bertrand dit :

    Mr. Chevallier……..le propre d’un veau c’est qu’il tête sa mère , les français sont biberonnés par les tas de merde au gouvernement et les fonctionnaires qui fonctionnent en fonctionnant.

  2. Ben dit :

    par exemple ne plus subventionner les puits sans fond comme …. (l’acier? non:) ….. le Rafale!

  3. Queryx dit :

    Il n’est pas cohérent sur un même tableau de présenter le PIB américain annuel lissé avec le PIB français trimestriel. Il conviendrait de multiplier par 4 les chiffres de la ligne « France » ?

  4. Deres dit :

    Un peu troublé par le fait que le PIB français donné n’est pas annualisé comme celui des USA donc différent de l’ordre de grandeur de 2000 milliards (néanmoins, c’est clairement expliqué dans le texte alors que cela manque généralement dans la presse !). Mais cela ne change ni les pourcentages, ni la conclusion auquel j’adhère. Néanmoins, les socialistes qui nous entoure auront beau jeu d’affirmer qu’en France une grande partie des dépenses dites sociales sont comptabilisés dans la partie publique alors qu’elle le sont dans la partie privé aux USA. Mais pour eux, la gestion publique est nécessairement meilleur que la gestion privée car il n’y a ni profit abject, ni concurrence destructive et le dévouement permanent et désintéressé des fonctionnaires (rigolons ensemble).

    • Ben dit :

      Pour les autoroutes, le privé ne fait pas mieux et plus cher..

    • Homer dit :

      Deresz, vous avez entièrement raison ! Et la conclusion de votre remarque est que les problèmes structurels de la France sont idéologiques, politiques ! « Tout est simple », en effet.

      • Ben dit :

        j’ai pris l’exemple de l’autoroute pour vous titiller, le problème structurel de la France dans ce cas étant structurel et non idéologique, car pour aller d’un point A à un point B il n’y a qu’une autoroute, donc pas de saine concurrence.
        impossible de comparer deux services équivalents.
        Bien entendu il n’y a aucune raison structurelle de faire deux réseaux identiques entre A et B.
        Prendre la nationale n’est pas emprunter un service équivalent.

        Dans ce cas la gratuité et l’impôt font partie du minimum à attendre de l’état.

        La cour des comptes dans son dernier rapport a pointé que les contrats de concessions n’étaient pas du tout défavorables (au contraire).
        mais ça avait été géré par une petite équipe d’oligarque (le vrai problème structurel étant le copinage).

        http://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/Les-relations-entre-l-Etat-et-les-societes-concessionnaires-d-autoroutes

      • Deres dit :

        Le souci est que c’est l’Etat qui est le client dans les concessions d’autoroute et non pas l’usager. C’est- donc un appel d’offre au plus donnant à l’Etat, pas au moins cher pour les usagers …

  5. BA dit :

    Mardi 20 août 2013 :

    Pour Schäuble, la Grèce aura besoin d’un troisième plan d’aide.

    Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré mardi que la Grèce aurait besoin d’un nouveau plan d’aide international.

    « Il faudra qu’il y ait un autre plan en Grèce », a-t-il dit lors d’un meeting électoral dans le nord de l’Allemagne.

    Il a toutefois réaffirmé l’opposition du gouvernement à une nouvelle décote (« haircut ») sur la dette grecque.

    Jusqu’à présent, Wolfgang Schäuble avait déclaré que les créanciers internationaux d’Athènes pourraient devoir envisager un nouveau plan d’aide pour succéder au plan actuel, qui arrive à échéance fin 2014. Mais il n’avait jamais affirmé que cette issue était inévitable, ce qu’il a semblé reconnaître mardi.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00543680-pour-schauble-la-grece-aura-besoin-d-un-troisieme-plan-d-aide-596494.php

    En clair :

    - Les deux premiers plans d’aide ont déjà coûté 240 milliards d’euros aux contribuables européens, mais la Grèce est toujours en faillite.

    Donc maintenant, les Etats européens qui sont déjà surendettés vont emprunter des dizaines de milliards d’euros supplémentaires, et ensuite ils vont prêter cet argent à la Grèce : ce sera le troisième plan d’aide.

    - Dans deux ans, la Grèce sera toujours en faillite.

    Donc dans deux ans, les Etats européens qui sont déjà surendettés vont emprunter des dizaines de milliards d’euros supplémentaires, et ensuite ils vont prêter cet argent à la Grèce : ce sera le quatrième plan d’aide.

    - Dans quatre ans, la Grèce sera toujours en faillite.

    Donc dans quatre ans, les Etats européens qui sont déjà surendettés vont emprunter des dizaines de milliards d’euros supplémentaires, et ensuite ils vont prêter cet argent à la Grèce : ce sera le cinquième plan d’aide.

    Etc, etc.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    • Homer dit :

      BA, le système hautement collectiviste de la France n’a pas attendu l’Europe pour nous tirer vers le bas. Là où je vous rejoins, c’est que cette surcouche supra-nationale ne fait qu’accélérer le processus de destruction.

  6. Jules dit :

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=WrFwRn8M5jM

    « Le cancre (la France) explique au premier de la classe (la Suisse) … » : savoureux !

  7. Comparons pas la France avec les états-Unis.
    Pas que ca soit mieux en Face, mais c’est un pays qui est bien plus complet qu’en France.
    Les Etats-Unis peuvent vivre seul, ce qui est loin d’être le cas de la France.
    J’aurais je pense comparer plutot avec l’Allemagne qui nous ressemble plus. Ca aurait etait bien mieux.

    • Deres dit :

      Tout le monde sait bien en France que les pauvres allemand meurent de faim dans la rue la bouche pleine de poussière. C’est logique car ils ont 10% de dépenses publiques en moins. La santé y est donc catastrophique et inaccessible, le logement insalubre et hors de prix, la nourriture rare et chère, les travailleurs y sont des esclaves fouettés tous les matin 7/7 365/365 et toutes les minorités y sont stigmatisés et exclus … Une chance que nous sommes dans notre petit paradis socialiste français …

  8. BA dit :

    Un internaute, JoeLeTaxi, a traduit en français une interview explosive de Kai A. Konrad, conseiller en chef du ministre allemand des Finances, parue dans DIE WELT le samedi 17 août 2013.

    « L’Allemagne ne peut pas sauver la zone euro »

    Kai A. Konrad, conseiller en chef du ministre allemand des Finances, s’attend à l’effondrement de la zone euro. Il propose que l’Allemagne quitte l’union monétaire – c’est l’Europe, non l’euro, qu’il faudrait sauver selon lui.

    Die Welt: Monsieur Konrad, le gouvernement a reporté toutes les décisions importantes concernant la crise de l’euro à l’après-élections. Tente-t-on de tromper les électeurs ?

    Kai A. Konrad: Je crois plutôt à un statu quo après les élections. Depuis l’apparition de la crise, la classe politique a toujours tenté de remettre au lendemain les décisions et de procrastiner.

    Die Welt: Considérant le niveau extrême des dettes, presque tous les économistes tiennent des répudiations au moins partielles pour inévitables.

    Konrad: En réalité, les Grecs possèdent suffisamment de richesses pour pouvoir s’acquitter sans aide de leur dette. Mais ils refusent, ou se trouvent dans l’impossibilité, de prendre des décisions aliénant ces avoirs. De ce fait, un nouveau défaut constituerait sûrement une option.

    Die Welt: Selon les estimations de la Bundesbank, la Grèce aura besoin début 2014 d’un troisième plan d’aide. Admettra-t-on alors enfin que ce pays est un puits sans fond ?

    Konrad: Mais la Grèce est déjà un puits sans fond, personne n’ayant jamais prédéfini une limite à ce qu’elle peut engloutir. Le taux d’endettement grimpe, entre autres parce que l’économie du pays se réduit comme peau de chagrin. Ce qui n’empêche nullement la Troïka, c’est-à-dire l’UE, la BCE et le FMI,de continuer imperturbablement à publier pour ce pays les prévisions les plus déconnectées de la réalité.

    Die Welt: Ne vaudrait-il pas mieux que la Grèce quitte l’euro, au moins temporairement ?

    Konrad: Non. Le pays serait alors étranglé par sa dette extérieure. Si l’on veut en finir avec l’Union Monétaire, c’est par les pays du nord de la zone euro qu’il faut commencer. Et si on en arrive là, alors l’Allemagne doit quitter l’euro.

    Die Welt: Il faudrait que l’Allemagne fasse pour la troisième fois exploser l’Europe ? Aucun gouvernement allemand ne s’y résoudra jamais.

    Konrad: L’euro n’est pas l’Europe. C’est l’Europe, et non l’euro, qu’il s’agit de sauver ! Il est vrai que, pour des raisons politiques, l’Allemagne n’est pas en position de sortir la première. Mais les autres pays membres pourraient l’y contraindre. Ce vers quoi nous allons, c’est cela. Dans certains pays, les conditions économiques sont devenues proprement insupportables. Par surcroit, une certaine agitation politique s’y est fait jour. Et si l’Allemagne et quelques autres économies fortes quittaient la zone euro, la valeur de cette monnaie baisserait, permettant aux économies du Sud de recouvrer la santé.

    Die Welt: Le prix à payer serait la ruine de la capacité exportatrice de l’Allemagne.

    Konrad: Cette capacité exportatrice pourrait au contraire en sortir renforcée. L’Allemagne s’est fort bien accommodée, lors des décennies passées, de l’appréciation continue du mark allemand, et a ainsi appris à maintenir sa compétitivité. La situation actuelle n’est pas, à beaucoup près, aussi exigeante. Mais pour cette raison précisément, la capacité qu’elle avait eu de réagir sous la pression s’est évaporée, et cela est dangereux.

    Die Welt: Il n’en reste pas moins que la banque centrale allemande va devoir faire tourner la planche à billet, pour contrer une appréciation excessive du nouveau mark.

    Konrad: En effet, la Bundesbank va devoir acheter des devises étrangères pour des montants considérables, afin de contenir cette appréciation du nouveau mark dans des bornes acceptables.

    Die Welt: Ce qui pourrait précipiter l’Allemagne dans une dépendance sévère – comme la Chine d’aujourd’hui, qui est coincée avec des réserves « himalayesques » de dollars.

    Konrad: Mais les avantages dominent cependant. Les bénéfices dus au seigneuriage seraient gigantesques. On pourrait investir les réserves en devise d’une manière moins conventionnelle, par exemple en instituant notre propre fonds souverain, qui investirait à l’étranger dans des entreprises, de l’immobilier ou des stocks de matières. Par ailleurs, le pouvoir d’achat de la population allemande serait dopé: les voyages, l’essence et bien d’autres choses deviendraient meilleur marché.

    Die Welt: Mais ne craindriez-vous pas une guerre des devises, si l’Allemagne, armée de sa planche à billets, se mettait à racheter le monde ?

    Konrad: Tout au contraire. L’Allemagne n’autoriserait une appréciation du mark que dans les bornes de ce qui serait justifié, ce qui reste impossible à faire aussi longtemps que nous faisons partie de l’euro.

    Die Welt: Revenons au présent. Outre la Grèce, il y aura le Portugal et Chypre, voire peut-être l’Irlande, qui se verront contraints de demander une aide. Sera-t-il possible à l’Allemagne de supporter ce fardeau dont l’ombre menace?

    Konrad: L’étranger se représente l’Allemagne comme une sorte d’Hégémon hésitant. Mais c’est là une surévaluation injustifiée. Les récentes statistiques comparant les richesses respectives des divers peuples européens ont montré que l’Allemagne ne se classait pas si haut. La classe politique et les médias sont restés d’une discrétion de violette sur ce sujet. Nous devons cependant l’admettre: l’Allemagne n’est pas tellement grosse en comparaison de l’UE. Et en comparaison de ses voisins, l’Allemagne, au cours de ces quinze dernières années, s’est sensiblement appauvrie.

    Die Welt: Et donc l’Allemagne ne pourra pas supporter ce fardeau?

    Konrad: L’Allemagne ne peut pas sauver la zone euro. Qui le croit, s’illusionne. Il est vrai que la BCE a la capacité de prolonger la situation présente, à grand renfort de trombes d’argent, et ce jusqu’à finir par interférer avec les politiques fiscales des pays membres. Mais où cela nous conduit-il ? Le ralentissement de la dynamique économique constaté dans l’ensemble de l’Europe devrait de toutes façons notablement s’accélérer.

    Die Welt: Concrètement, cela signifie ?

    Konrad: L’Allemagne va continuer, dans les prochaines années, à profiter de la crise et à attirer un supplément de main d’œuvre. Cela va conduire à l’apparition, d’un côté de l’Europe, de centres de productivité et de l’autre, des régions emplies de retraités et d’autres bénéficiaires de transferts fiscaux. L’Europe va ainsi se retrouver dans la situation du Mezzogiorno. Ce que cela signifie concrètement, on peut l’observer depuis des décennies en Italie, où le Nord riche et industrieux entretient le Sud pauvre au moyen de transferts fiscaux. Déjà, en Italie, ça ne passe pas très bien. Les tensions que la même chose produirait en Europe constituent pour l’euro un danger létal.

    Die Welt: Quand en serons-nous donc là ?

    Konrad: Il nous reste sans doute quelques années. En 2010, au début de la crise [de l’euro spécifiquement, NdT] je m’étais dit : maintenant ça va aller vite. Mais l’euro a survécu jusqu’à ce jour. Apparemment, un processus de ce genre peut jouer les prolongations.

    Die Welt: La Banque centrale a, en se disant prête à acheter, en cas de nécessité, des emprunts d’État en quantité illimitée, ramené le calme dans les marchés. Mais cet automne, le tribunal constitutionnel allemand va devoir décider s’il y a lieu d’interdire ou de limiter ces achats. Et si c’est ce qu’il décide, que va-t-il alors se passer ?

    Konrad: Rien dans un premier temps. Le tribunal constitutionnel allemand ne peut donner d’ordres à la BCE – et donc ce programme de rachat, l’OMT, resterait intact. Le tribunal pourrait peut-être interdire à la Bundesbank d’y participer. Mais qu’est ce qui empêcherait alors, disons, la Banque de France, de se charger de la part de la Bundesbank en sus de la sienne propre? Et l’Allemagne n’en resterait pas moins caution de la BCE pour 27% du total. Tout du moins, aussi longtemps que l’union monétaire se maintient.

    Die Welt: Et qu’advient-il si l’union monétaire ne se maintient pas ?

    Konrad: A ce moment-là, chacune des banques centrales se retrouve avec ce qui figure dans ses livres de compte à elle. De ce fait, ces rachats de titres que prescrit la BCE fonctionneraient comme un gage politique : si la Bundesbank se trouvait avoir beaucoup participé à ces acquisitions, un retrait de l’Allemagne de la zone euro coûterait plus cher. Conséquemment, il deviendrait plus facile de convaincre les Allemands de participer à d’éventuels programmes d’aides. Mais si le tribunal constitutionnel interdit ces achats à la Bundesbank, cela apparaitra comme une bonne chose en cas d’éclatement de l’euro ; et de plus une telle interdiction aurait de toutes façons l’avantage de réduire la pression que les autres pays peuvent exercer sur l’Allemagne..

    Die Welt: Somme toute, est-ce qu’une union monétaire sans union politique peut fonctionner ? Et sinon, est-ce que la tentative de créer un super-état européen ne risquerait pas de mettre fin à l’Europe ?

    Konrad: Une union monétaire sans union politique peut fonctionner, mais seulement si les États endettés sont véritablement contraints de se désendetter et si tous appliquent une discipline fiscale beaucoup plus stricte qu’il ne serait nécessaire s’ils étaient en dehors de l’union monétaire. Je pense ici à un ordre de grandeur de 10% du PIB. Mais les réalités politiques, on le sait, sont tout autres. Une autre alternative serait une union politique véritable, formant un État central unique, très fort, ayant une légitimité politique très forte aussi… mais il s’agit là de pensée magique, qui n’a rien à voir avec les réalités politique de l’Europe.

    Article traduit par JoeLeTaxi.

    http://www.welt.de/politik/deutschland/article119104708/Deutschland-kann-die-Euro-Zone-nicht-retten.html

  9. pierre dit :

    @ deres les gens ne meurent peut être pas de faim mais l’espérance de vie est bien plus faible en Allemagne et aux états unis qu’en France en Italie ou en Suède!!!
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_esp%C3%A9rance_de_vie

  10. Julien dit :

    Merci BA (etJoeLeTaxi, du coup !)

    Ce cher Sieur Konrad n’est que « conseiller », mais son pragmatisme a une autre allure que nos Minc, Attali et autres « penseurs » contemporains…

    Les Allemands jouent pour eux, pour qui en doutait ! Excellente interview à conserver…. elle devrait avoir un formidable écho dans les mois qui viennent… comme il le dit, en 2010, il pensait que ça irait plus vite…

    JPC nous rappelle consciencieusement, calmement, didactiquement, semaine après semaine, que « pour l’instant, tout va bien », mais que « ça ne peut pas durer éternellement ».

    Un haut responsable allemand qui met des mots sur les chiffres réels, ça fait plaisir….

  11. bertrand dit :

    Je suis littéralement éffaré par le poids des administrations,gouvernements,politiques , ils monopolisent les médias , les revenus , les populations et s’en servent pour leur influence néfaste……s’en est trop………je capitule devant tant d’irréalité….je fuis ce pays.

Commenter