24 mars 2014 10

Banque de France 2013 (bilan)

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

Dès le lundi 6 janvier, la Banque Nationale Suisse (BNS) a avoué piteusement qu’elle avait fait perdre 9 milliards de francs aux 8 millions de petits Suisses (ce qui les a rendu tous furieux, dans la mesure où ils peuvent l’être) à cause de la perte de 15 milliards due à la baisse des cours de l’or en 2013.

Aujourd’hui 24 mars, la Banque de France annonce triomphalement que son bénéfice est de 2,441 milliards d’euros ! … malgré une perte de… 30,534 milliards due à la baisse des cours de l’or rattrapée par d’autres postes, ce qui fait quand même une perte finale de… 31,942 milliards, exactement en concordance avec ce que j’ai écrit le 27 janvier !

En effet, l’actif montre clairement que le stock de 2 435 tonnes d’or était valorisé 98,751 milliards d’euros au 31décembre 2012 et 68,217 milliards au 31décembre 2013, ce qui fait bien une perte de… 30,534 milliards sur ce poste !

Document 1 :

Le passif montre que les capitaux propres (postes 12 à 18) se montaient à 123,085 milliards d’euros fin 2012 et à 91,143 milliards fin 2013, ce qui fait bien une perte de… 31,942 milliards sur ce poste !

Document 2 :

La Banque de France est comme toutes les autres banques centrales : une entreprise comme une autre qui doit publier ses comptes en respectant les règles internationales. La BNS le fait clairement (elle est d’ailleurs cotée en bourse !).

Comme toutes les entreprises, la Banque de France devrait donc enregistrer ses actifs à leur juste valeur de marché, ce qu’elle fait effectivement, mais aussi reporter ces plus-values et moins-values en bénéfices ou en pertes dans les capitaux propres, ce qu’elle ne fait pas (à l’instar de la BCE).

Les dirigeants de la Banque de France devraient donc être condamnés pour publication de faux bilans.
KPMG et Deloitte devraient donc être condamnés pour avoir certifié de faux bilans
.

En fait, les gens de la Banque de France (et de la BCE !) ont fait adopter des règles qui les autorisent à ne pas faire apparaitre le montant de leurs capitaux propres et de ne pas comptabiliser les plus-values et moins-values dans ces capitaux propres (puisqu’ils n’existent pas !) mais dans un poste abscons qui n’existe dans aucun plan comptable : comptes de réévaluation (poste 13) qui enregistre le montant des pertes (33,013 milliards) que les gens de la Banque de France (et de la BCE) tentent de cacher au bon peuple ignare, et ça marche !

Grâce à cet artifice comptable (une tromperie frauduleuse en fait), les gens de la Banque de France peuvent afficher sereinement un bénéfice de 2,441 milliards d’euros et un impôt sur les bénéfices des sociétés de 2,449 milliards.

Les banques centrales ont pour fonction principale de surveiller le système bancaire de leur ressort de façon à ce que toutes les banques respectent les règles comptables, or les gens de la Banque de France sont les premiers à les frauder.

Dans ces conditions, il est impossible que le système bancaire puisse fonctionner normalement.

Pour l’instant, tout va bien : pas de tsunami bancaire. Le village Potemkine est en place.
Les veaux ne réagissent pas mais il est quand même surprenant que les Helvètes soient les seuls en Europe à raisonner encore correctement sur ces problèmes financiers, comptables, bancaires et économiques !

Cliquer ici pour accéder au site de la Banque de France.
Cliquer ici pour lire mon article sur la perte de la BNS en 2013.
Cliquer ici pour lire mon article sur la perte de la BNS en 2013.

Mots-clés: , , , , , , , , , ,

10 réponses à “Banque de France 2013 (bilan)”

  1. Ben dit :

    Pour vulgariser, Banque de France et BCE font comme Kerviel, et comme tous les tradeurs qui ont eu recours à des lignes de compte fictives pour équilibrer leurs opérations (et que les fluctuations du marché ont forcé à déboucler).

    En fait les Kerviels font comme les banques centrales.

  2. Homer dit :

    30,534 milliards et non « 70,534 milliards » Monsieur Chevallier (simple erreur de frappe je présume).
    Bien à vous.

  3. plop dit :

    « mais dans un poste abscons qui n’existe dans aucun plan comptable : comptes de réévaluation »

    mais vous étiez vraiment prof d’analyse financière dans le passé ? ça en dit long sur le niveau des cours que vous deviez dispenser. Vous devriez songer à discuter avec un expert comptable un jour; ça vous évitera d’étaler l’étendue de votre incompétence.

    http://www.l-expert-comptable.com/calculateurs/comptabilite/tenue-comptabilite/plan-comptable.html?action=precision&compte=105&nom=Y%E2%80%B0carts%20de%20rYoYovaluation

  4. Quaero dit :

    En effet c’est p86 de leur pdf de comptes, damned, 30M c’est un smic chargé pour 1 millions de personne pendant un an !

  5. BFA dit :

    Cher Plop, votre Réflexion, sortie à la manière journalistique du contexte de l’étude globale, est pertinente certes mais peut-être êtes vous jeune et bien formé à une certaine école et une école certaine qui se comprend en milieu microcosmique !!!, et qui produit des bilans bâclés genre …. « boite à chaussures » ?!. Pour les néophytes, ce qu’un Expert-Comptable appelle « boite à chaussures », c’est un client qui lui ramène tous les documents d’une année d’exercice, pêle-mêle, dans une boite à chaussure !!. On sait le résultat que celà donne au niveau expertise comptable !!!!! n’est-il pas ?. Et concernant les Entreprises, les Services fiscaux sont friands de ce genre de clients ( lol ! ), et de la case fourre-tout dite  » compte de réévaluation ». Pour en revenir au Bilan publié par la banque de France, Etablissement éminemment respectable !…. ; je ne vais tout de même pas vous faire un dessin Plop !!!!!!. Bien à vous.

  6. [...] expliqué un peu plus en détail ici : http://t.co/e55CXoEJk7See on chevallier.biz Share this:TwitterFacebookLike this:J'aime [...]

Commenter