27 mai 2014 4

BCE : regain de tensions bancaires, suite du plongeon

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

Après un petit ressaut (avant les élections européennes pour ne pas effrayer davantage les électeurs) les banques de la zone euro ont diminué globalement leurs dépôts de… 33 milliards d’euros (rubrique 2 du passif) dans la semaine finissant le 23 mai…

Document 1 :

… mais les banques ont aussi diminué leurs emprunts de 11 milliards (rubrique 5 de l’actif),

Document 2 :

En conséquence, l’écart entre les dépôts et (moins) les prêts est monté à 310 milliards d’euros en valeurs négatives,

Document 3 :

L’évolution de ces données depuis 1997 montre que les turbulences financières sont toujours très fortes et potentiellement très dangereuses dans la zone euro,

Document 4 :

Les Marioles de la BCE ont rétabli l’équilibre de leur bilan grâce à l’apport miraculeux de 18,5 milliards d’euros de généreuses et anonymes administrations publiques (rubrique 5.1 du passif, document 1).

Depuis ces dernières semaines, le plongeon est impressionnant : il rappelle celui d’octobre 2008.

Heureusement, personne n’en parle. Tout le monde fait confiance aux banques et aux banksters.
Pour l’instant tout va bien pour les Marioles de la BCE : il n’y a pas eu de tsunami.

Ils se préparent à sauver l’euro-système par de nouvelles mesures qui ne feront que retarder et aggraver les échéances létales.

Cliquer ici pour lire mon article précédent à ce sujet.

Mots-clés: ,

4 réponses à “BCE : regain de tensions bancaires, suite du plongeon”

  1. H. dit :

    Bonjour,

    Réellement impressionnant.Il nous faut bien admettre que les banksters et leurs affidés locaux font preuve d’une belle maîtrise pour faire couler le bateau bien droit dans la tempête (comme cela, les passagers ne voient et ne sentent rien, le bal peut continuer). Mais toute habileté à ses limites.
    Dimanche dernier, nous avons assisté à un beau pshitt. Les semaines à suivre vont nous montrer si ce pshitt aura des effets délétères ou non. Les graphiques que vous publiez semblent indiquer une piste, pas la meilleure.

    Bonne soirée

  2. bertrand dit :

    avant € D=100 P=200 écart 100……..now D=330 P=640 écart 310…+> écart 400…. 2009W35.
    Industrie sidérurgique négociations avant € les teutons décidaient de tout et avec férocité ,
    en fait les extrem droit c’est eux , ils savent combien ils sont hards c’est pourquoi ils traitent le FN de parti faciste…en fait ils ne veulent pas un vrai concurrent capable d’aller contre leurs méthodes , ils veulent des veaux.

  3. bertrand dit :

    LES PREDATEURS.
    L’homme n’ayant pas de prédateur naturel il est lui même son propre prédateur.
    1-Qu’est ce qu’un prédateur ?
    2-Comment le reconnaître ?
    3-Comment intervient il ?
    4-Quand et comment l’empécher de nuire ?
    Nous sommes tous responsables des prédations que nous subissons.
    Un prédateur est celui qui profite d’une situation pour s’arroger ce qui lui convient en respectant-violant ou non les lois , en détruisant-volant-violant les autres , sans aucun scrupule , ni remords. Seule sa personne l’intéresse. Le prédateur peut être une personne , un groupe , une entreprise , un gouvernement.

    Il ou elle est généralement dans une situation ou il ou elle peut dominer sa victime.
    La victime peut être une seule personne , un groupe , un pays , un territoire.
    On le reconnais en surveillant ces propos et ses actes.
    Dès le 1° acte suspect on doit alerter l’entourage et prendre les mesures qui empêcheront le prédateur de nuire et de répéter ses prédations.

    Exemples de prédation : Dans une famille il viole sa femme , il s’accapare les biens d’ascendants .
    Dans une entreprise il fait régner la terreur .
    Dans un pays il vole le peuple.

    Un prédateur doit être empéché par des contre pouvoirs mis en place pour parer à toutes dérives, des tiers familiaux , des tiers employés , des tiers associés , des tiers gouvernementaux , des tiers justice , des tiers police.

    Nous devons tous être vigilants et au 1° dérapage nous interroger et avec des tiers mettre en place les parefeux.
    Si aujourd’hui nous sommes en crise c’est parce que nous avons laissé faire des prédateurs dans nos familles , nos entreprises , nos pays.
    Et les exemples sont légions ils meublent une bonne partie des informations journalières.
    Les guerres ne sont que la prédation de quelques uns contre tous les autres.

Commenter