22 juillet 2014 8

Banco Espirito Santo (BES) 1° trimestre 2014

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

Les derniers rapports financiers de Banco Espirito Santo (BES) ont bien été publiés mais il n’est pas facile de les trouver. Je remercie l’un de mes lecteurs qui m’a fourni le lien qui permet de les dénicher.
En fait, les fondamentaux de cette banque se sont légèrement détériorés, mais ces chiffres publiés ne reflètent pas la situation du groupe Espirito Santo Financial Group (ESFG) qui est largement hors normes et donc très inquiétante.

Document 1 :

BES2011 Q42012 Q42013 Q32013 Q42014 Q1
1 Assets80 237,3783 690,8379 854,9280 608,0282 817,34
2 Equity5 644,037 063,306 446,296 246,696 321,88
3 Preferred st211,913193,289166,342159,342159,342
4 Goodwill-----
5 Tangible eq5 432,126 870,016 279,956 087,356 162,53
6 Liabilities74 805,2676 820,8273 574,9874 520,6776 654,80
7 Leverage (µ)13,811,211,712,212,4
8 Core Tier 1 (%)7,38,98,58,28

Sommes en millions d’euros

Document 2 :

Pour l’instant, tout va bien, en apparence du moins, comme avant un tsunami.

Cliquer ici pour accéder aux pages des relations investisseurs du site de Banco Espirito Santo (BES).
Cliquer ici pour accéder au dernier rapport financier sur le site de Banco Espirito Santo (BES).

Mots-clés: , , , , ,

8 réponses à “Banco Espirito Santo (BES) 1° trimestre 2014”

  1. manu dit :

    Bonjour,

    le levier , pour la BES , ne semble pas être mauvais , comparé à ceux de la plupart des banques françaises.

    Alors…..? à suivre….?

  2. BA dit :

    Mardi 22 juillet, Eurostat publie les chiffres de la dette publique du premier trimestre 2014.

    Dans l’Union Européenne, neuf pays sont en faillite.

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 314,801 milliards d’euros, soit 174,1% du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2120,143 milliards d’euros, soit 135,6 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 220,696 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.

    5- Chypre : dette publique de 18,206 milliards d’euros, soit 112,2 % du PIB.

    6- Belgique : dette publique de 404,248 milliards d’euros, soit 105,1 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 989,925 milliards d’euros, soit 96,8 % du PIB.

    8- France : dette publique de 1985,918 milliards d’euros, soit 96,6 % du PIB.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1486,878 milliards de livres sterling, soit 91,1 % du PIB.

    La question est :

    “QUAND ces neuf pays vont-ils se déclarer en défaut de paiement ?”

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072014-AP/FR/2-22072014-AP-FR.PDF

  3. Julien dit :

    C’est vrai qu’il y a une confusion entre la « famille » Espirito Santo et la « banque » Espirito Santo.

    Isolément, la BES essaie de communiquer sur le fait que la famille n’est « que » le premier actionnaire à hauteur de 20% du capital et que les déboires du holding familial Espirito Santo n’affecteront pas le fonctionnement de la banque.

    Soit, mais quand même… si le premier actionnaire ne peut pas assurer une éventuelle augmentation de capital pour soulager la banque, ça va retomber sur qui ?…. >>>> Notre champion international catégorie « développement international hasardeux », les Verts ! (et les pauvres portugais qui auraient d’autres chats à fouetter que de sauver la BES en ce moment….)

    Quant à Rioforte :
    « Rioforte possède 49% du capital de Espirito Santo Financial Group (ESFG), à son tour premier actionnaire de la banque BES avec une participation de 20,1%, aux côtés de la banque française Crédit agricole (14,6%).
    La holding contrôle également les branches non financières du groupe familial, présent notamment dans l’immobilier, l’hôtellerie et les services de santé. »
    http://www.lunion.presse.fr/economie/une-autre-holding-de-la-famille-espirito-santo-rioforte-ia0b0n382077

    A VENDRE, PAS CHER, HOPITAUX, CLINIQUES, MAISON DE RETRAITE AU PORTUGAL, FACE A L’OCEAN, PIED DANS L’EAU.

    • Julien dit :

      J’en ai oublié mes S finaux, l’émotion sûrement….

    • Héfaillitos, dieu grec des faillites et dépots de bilan en tous genres dit :

      décidément, les péquenots ne sont pas faits pour être banquiers et encore moins investisseurs.
      En Grèce déjà, plusieurs milliards de pertes sur Emporiki.
      Ici ils vont surement éponger quelques milliards.

      Et un nouvel holdup sur les activité économiques… des groupes financiers américains vont certainement racheter tous ces hopitaux et service pour une bouchée de pain et factureront leurs services au prix fort.
      Bien vu à toi, Julien.

      Du coup, je commence à penser ceci :
      Y’a plus qu’à voir si le crédit agricoule a des parts dans des banques espagnoles ou italiennes pour voir qui va être la prochaine banque à se casser la figure.
      Sera-ce la fameuse Bankia ? Ou une autre ?
      Petit bout par petit bout le crédit agricoule se fait laminer lui aussi… quand va-t-il exploser ?
      Après avoir miraculeusement survécu à un levier de 66 en 2011.
      mais n’oubliez pas que tout va bien selon les stratèges de natixis.

Commenter