27 avril 2015 10

Devinette : suite…

Rédigé par dans la rubrique Europe :

Un certain nombre de réponses à ma devinette…
Merci aux personnes qui ont répondu pendant ce weekend !

Comme l’on justement écrit plusieurs personnes, c’est manifestement l’Italie qui devrait être le prochain pays à sortir de l’euro-système, mais jusqu’à présent, personne n‘en a donné la bonne justification.

En effet, sur un tel sujet, il faut donner les raisons précises qui montrent que ce pays ne peut plus supporter cette monnaie unique inique.
Ce n’est pas uniquement parce que l’Italie a des dettes publiques officielles (au sens du traité de Maastricht) très importantes qu’elle est dans une situation intenable.
Certains indicateurs, non mentionnés dans les réponses, montrent que les entreprises italiennes, comme celles de Grèce, ont été décimées par l’euro.

Donc, pourquoi l’Italie sera la prochaine victime de l’euro ?

10 réponses à “Devinette : suite…”

  1. cn dit :

    bonjour

    parce que l’italie est à la première position en terme des demandes de financement LTRO, et que par ailleurs les prets non performants sont en hausse constante.

    il y a bien un problème structurel

  2. ROUAUD dit :

    Les entreprises italiennes ne laissent pas beaucoup d’espoir d’embauches à la jeunesse italienne. Ceci ajouté à l’arrivée massive de migrants, au caractère frondeur des italiens du sud etc… peuvent amener une implosion sociale de grande ampleur.

  3. polo dit :

    j’aurai du le deviner, le talon de sa botte touche pratiquement la Grèce

  4. BA dit :

    Parce que l’Italie est submergée par les réfugiés venant du sud.

    Sur le site du journal LE MONDE :

    On connaît les chiffres : ces dix derniers jours, pas moins de 1 200 « boat people » venus d’Afrique, du Moyen-Orient et du Maghreb se sont noyés en Méditerranée.
    On connaît les images : ces milliers de malheureux fuyant la guerre et la misère entassés sur des « bateaux de la mort » et dérivant au large de l’« eldorado européen ».
    On sait ce qui nous attend : un million de migrants potentiels, venus de Libye, de Syrie, d’Irak, d’Afrique subsaharienne et de la Corne de l’Afrique et désireux de rejoindre l’UE.
    On ne se fait pas d’illusions : il n’est dans le pouvoir de l’Europe ni de pacifier le monde arabe, ni de ramener la paix en Libye, ni d’aider substantiellement à la prospérité de la Somalie, de l’Erythrée ou des pays du Sahel.
    On en tire une conclusion, qui est aussi une certitude : pour les dix ans à venir, les pays de l’UE vont être confrontés à une gigantesque question migratoire.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/04/24/migrants-l-echec-des-europeens-pas-de-l-europe_4622133_3232.html

    Dans les années qui viennent, un million de migrants vont rentrer dans les pays européens.

    La plupart de ces migrants viendront du sud et ils traverseront la Mer Méditerranée.

    L’espace Schengen comprend les territoires des 26 États européens qui ont mis en œuvre l’accord de Schengen et la convention de Schengen signés à Schengen (Luxembourg), en 1985 et 1990.

    Carte de l’espace Schengen :

    En bleu : espace Schengen ; en vert : futurs membres.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Schengen_Area.svg

    L’espace Schengen est un grand espace de libre-circulation.

    Un étranger qui traverse la Mer Méditerranée, qui parvient à pénétrer en Italie, peut ensuite remonter vers le nord et passer en France.

    C’est une catastrophe pour la France.

    La France doit rompre avec ces trente années de libre-circulation.

    La France doit reprendre le contrôle de ses frontières.

    Vite.

    Avant qu’il ne soit trop tard.

  5. cn dit :

    et bien oui

    en cas de tsunami venant de Grèce, les cotes italiennes seraient les premières touchées

  6. Whoa dit :

    L’Italie dégage des excédents qui sont engloutis par une monnaie forte inadaptée à sa production.

    Ce défaut d’ajustement et de compensation est la cause de la dérive actuelle qui finira en Drachme pour tous les pays de cette zone €.

    Top ou tard, mais il est déjà bien trop tard, voilà pourquoi je n’exclus pas une sortie fracassante de l’Allemagne ou du Danemark, ces peuples n’aiment pas faire du surplace trop longtemps et savent déjà les avantages et les inconvénients dans cette course mondiale. (+ la Suisse a montré l’exemple dernièrement…)

    Il sont maîtres du calendrier et ce sont eux qui siffleront la fin de la partie. En attendant, les pigs vont souffrir à mort, comme la France qui est déjà en mode décrochage avancé …

    L’un des problèmes de l’€ rarement soulevé, c’est sa puissance de persuasion mondiale. Une monnaie singe ne fait pas rire, peu importe la grimace.

    Une monnaie inspirant confiance et des produits de qualité avec fortes valeurs rajoutés font partie de l’ expérience monétaire allemande contrairement au pays du sud qui propose du toc à la sauvette.

    Ce n’est pas le nombre qui fait le poids devant des forces non mesurables, comme le $ et nous devons prendre en compte la géopolitique actuelle, ce qui ne facilite pas la tâche.

    Il ne peut y avoir de fédéralisme dans une zone culturelle, économique, sociale et politique différente et tous fondamentalement distinctes. Ce n’est pas du racisme, c’est de l’histoire.

    Une place au soleil ne se négocie avec les mêmes arguments au nord comme au sud. Et l’herbe est toujours plus verte chez le voisin, c’est bien connu, surtout pour les histoires de pépettes.

  7. Karizoc dit :

    Je pense que c’est quelque chose qui a à voir avec le M3-M2 de l’Italie. M3-M2 correspond à la trésorerie des entreprises. Il doit s’approcher de 0 !

Commenter