23 avril 2015 21

Grèce : l’euro m’a tuer !

Rédigé par dans la rubrique Europe :

La Banque (centrale) de Grèce publie les données des agrégats monétaires depuis 2001, ce qui permet de confirmer ce qui est une évidence : l’adoption de l’euro a tué la Grèce.

En effet, dès les mois qui ont suivi l’adoption de l’euro en 2001, les Grecs se sont mis plein d’euros dans les poches, du moins dans leurs portefeuilles et sur leurs comptes bancaires, ce qui est visible dans l’augmentation de M1, puis ils ont augmenté leur épargne (correspondant à M2-M1), le tout au détriment des entreprises grecques dont les trésoreries se sont effondrées, ce qui apparait dans la chute à quasiment zéro de M3-M2,

Document 1, sommes en milliards d’euros :

Avant l’adoption de l’euro, la trésorerie des entreprises (M3-M2) se montait à 25 % du PIB, ce qui était satisfaisant, tandis qu’il y avait déjà une hypertrophie en M1 compensée par un manque d’épargne (M2-M1),

Document 2 :

Les pics de débuts d’années montrent que les Grecs ont de bonnes raisons de croire au Père Noël, surtout à partir de 2008 ! … mais ils risquent d’avoir quelques déconvenues dans l’avenir proche.

Une fois de plus, il est clair que l’adoption de l’euro supprime les mécanismes régulateurs qui empêchaient auparavant la distribution d’argent non gagné laissant se développer une création monétaire non décelable au départ mais létale à terme.
A partir d’un certain moment, l’hypertrophie monétaire étant trop importante, la situation n’est plus gérable et le système s’effondre profondément et durablement.

Globalement, l’évolution de M3 montre clairement la progression de cette hypertrophie, puis le début de sa résorption qui s’accentue depuis le mois de décembre 2014, surtout avec la baisse de l’agrégat M2-M1, ce qui signifie, soit que les Grecs puisent dans leur épargne pour vivre, soit qu’ils sortent leur épargne de leur pays pour placer leurs économies à l’étranger,

Document 3 :

Le problème de la Grèce n’est pas un manque de liquidité de l’Etat, mais celui de l’effondrement de son système productif à cause de l’adoption d’une monnaie trop forte par rapport à son niveau de productivité globale.

En pareilles circonstances, les entreprises grecques ne peuvent pas soutenir la concurrence internationale. Elles disparaissent alors que l’Etat providence donne l’illusion de pouvoir donner des solutions alternatives.
Ce qui se passe en Grèce est tout à fait comparable à ce qui s’est passé en Argentine.

L’effondrement de la Grèce est le premier domino en train de tomber. La situation est moins pire dans les autres cochons de pays du Club Med, mais de toute façon les problèmes sont les mêmes : ces entreprises ne peuvent pas supporter une monnaie unique trop forte compte tenu de leur niveau productivité.

Une fois de plus, l’analyse des agrégats monétaires permet de comprendre les évolutions fondamentales.
Tout est simple, pour les monétaristes du moins.

Cliquer ici pour accéder aux données des agrégats monétaires publiés par la Banque de Grèce (données de notre ami Fred de St Louis pour le PIB).

Mots-clés: , , , , , , , ,

21 réponses à “Grèce : l’euro m’a tuer !”

  1. Du Guesclin dit :

    L’euro ne serait il pas une monnaie commune et non unique avec une banque centrale (BCE) des banques centrales nationales (BDF, BUBA, etc..) comme l’explique Asselineau ? Donc un euro grecque, un euro allemand, un euro français etc….et des prix différents selon le pays où on se trouve.

      • Glude dit :

        Quand l’euro monte car l’Allemagne a un fort excédent commercial, est-ce que les salaires dans les autres cochons de pays du club med baissent? Non..
        Or avec un taux de change libre permis par des monnaies nationales, cet ajustement aurait lieu et sans douleur.
        Résultat les entreprises privées font faillites et l’état pompe le pognon qui reste car il fait jamais faillite… jusqu’à ce qu’il fasse faillite.

    • Philippe dit :

      Vous semblez ne pas comprendre la différence entre monnaie unique (le cas actuel de l’euro) et monnaie commune (celle qui aurait un cas plus idéal pour l’euro).

      Une monnaie unique impose que chaque pays participant soit au meme niveau que les autres sinon les plus forts se développent au détriment des plus faibles, lesquels pour compenser doivent dévaluer en interne par la réduction des salaires et des prestations sociales.

      Une monnaie commune peut avoir 2 formes, soit celle de l’ECU (avant l’euro) qui était une monnaie de compte, ou encore permettait de fixer entre chaque monnaie et l’ECU un taux, lequel pouvait flucteur suivant des critères bien précis. Chaque devise nationale pouvait être directement échangé contre des devises autres que celles participant à l’ECU.

      L’autre forme serait un euro monnaie commune sur le modèle de l’ECU pour les échanges entre les pays participants et des taux révisables entre les monnaies nationales et l’euro, et un euro devise internationale échangeable sur les marchés. Ainsi pour payer du pétrole en France alors on paierait en Franc (nouveau) qui aurait un taux fixe (mais révisable) avec l’euro, et l’euro aurait un taux de change contre dollar pour payer notre pétrole en dollar, in fine.

      La différence est que les taux révisables entre les monnaies nationales et l’euro monnaie commune auraient permis d’éviter le piège de l’euro monnaie unique, qui provoque un phénomène d’aspiration des investissements vers les pays les plus forts.

  2. polo dit :

    la sortie de la Grèce de la zone euro après son effondrement douloureux ne peut être que bénéfique et cela pour deux raison, la première sera l’ effacement de sa dette et la deuxième ses que le pays dégage déjà un excèdent budgétaire primaire

  3. Homer dit :

    @ Du Gesclin : au contraire ! L’euro est une monnaie unique, mais non commune ! Donc inique et inopportune 🙂 La fin sera aussi lente que pénible. Les distortions et contre-sens iront croissant. Par exemple, en France, la solution est dans moins de fonctionnaires : on en a toujours plus ! On en crève.

    • giraudsa dit :

      Non, ni unique ni commune. L’euro est un ensemble de monnaies homonymes (toutes s’appellent euro) liées entre elles par un taux de change fixe de 1 pour 1 (PEG) fixé par les traités et réalisé par le système européen de banque centrale. C’est le canada dry de la monnaie unique : ça a la couleur de la monnaie unique, le goût de la monnaie unique… mais ce n’est pas de la monnaie unique.

      • Homer dit :

        @ giraudsa : il est notable que les dettes ont été renationalisées (condition souhaitée par Merkel pour que l’Allemagne reste dans l’euro). C’est ce qui fait penser qu’un euro allemand vaudrait davantage qu’un euro espagnol quand la bise sera revenue… En réalité, les dettes reposent sur la nationalité. Les pays ne veulent pas artager le risque donc l’euro ne peut pas marcher.

    • Du Guesclin dit :

      merci de votre réponse ; mon message était une question et non une affirmation pour essayer de trancher sur la question ; ce qui est clair c’est que cette monnaie nous tue ; mais parlez en autour de vous, vous verrez que vous aurez du mal à convaincre

  4. BA dit :

    A propos de la Grèce :

    2005 : dette publique de 100 % du PIB.
    2006 : dette publique de 106,1 % du PIB.
    2007 : dette publique de 107,4 % du PIB.
    2008 : dette publique de 112,9 % du PIB.
    2009 : dette publique de 129,7 % du PIB.
    2010 : dette publique de 148,3 % du PIB.
    2011 : dette publique de 171,3 % du PIB.

    En début d’année 2012, la Grèce a fait défaut : 107 milliards d’euros de dettes ont été effacés.

    2012 : dette publique de 156,9 % du PIB.
    2013 : dette publique de 175 % du PIB.
    2014 : dette publique de 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.

    http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6796761/2-21042015-AP-FR.pdf/7466add3-3a70-4abb-9009-bc986a5d2c0a

  5. p0ulp3 dit :

    Bonjour,
    J’ai un peu de mal à voir quelle stratégie personnelle adopter … A part l’expat en pays libéral (suisse, NZ, USA éventuellement mais au prix d’un echange de patrimoine perso €/$ douloureux etc), je ne vois pas d’alternative en restant en france ou en UE. Si quelqu’un peut m’aiguiller, ou me diriger vers d’autres posts que j’aurais loupé eventuellement….

  6. Du Guesclin dit :

    si JPC pouvait nous donner une explication sur l’euro monnaie unique et non commune ; merci

  7. hagen dit :

    C’est inique!

  8. Du Guesclin dit :

    L’euro est-il une monnaie commune ou une monnaie unique ?

    Download PDFLecture : 6 min
    Publié le 20 décembre 2012 dans L’euro
    La plupart des Français pensent que l’euro est une monnaie unique. Or, ce n’est pas le cas, nous allons le voir ci-dessous. Il n’y a pas qu’en France que l’opinion générale se trompe sur ce sujet ; quel que soit le pays, pratiquement tout le monde – y compris les dirigeants politiques et économiques – est convaincu que l’euro est une monnaie unique. Pourquoi n’est-ce pas exact ?

    Les lettres figurant sur chacun des billets en euro témoignent du lieu de fabrication, c’est-à-dire du pays d’origine. Elles ne correspondent pas à des créances sur chacun des pays en question, cela tendrait à accréditer l’idée « euro = monnaie unique ». Mais la situation est plus compliquée et il faut regarder les choses dans le détail.

    Les billets en euro – pris dans leur globalité – sont des créances sur chacune des banques faisant partie de l’Eurosystème et cela au prorata de leur part dans celui-ci. Les billets sont donc des créances sur la Banque centrale européenne (BCE) à hauteur de 8 % de leur masse, les 92 % restants étant ventilés en créances sur les 17 banques centrales nationales.

    Ce qui est vrai au niveau « macro » est faux au niveau « micro » : nonobstant le point précédent, chaque billet pris individuellement n’est pas attribuable à une banque centrale nationale en particulier.

    Le système européen force toute banque centrale nationale (BCN) à accepter tout billet comme si c’était « les siens ». Chaque billet est donc une créance sur la BCN à laquelle il est présenté.

    Les documents précis sur ces questions sont très difficiles à trouver. C’est dû au fait qu’il s’agit de sujets hyper techniques et sur lesquels règne une volonté de confidentialité pesante. Tout est fait pour que 99,999 % des gens n’y comprennent rien, y compris des spécialistes. Le point que nous venons d’aborder est néanmoins clarifié sans ambiguïté dans le paragraphe 5 du document (en anglais) suivant :

    http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?qid=1414155616307&uri=CELEX:32010D0029%2801%29

    Voici ce que dit ce paragraphe :

    « All euro banknotes should be subject to identical acceptance and processing requirements by the Euro­ system members irrespective of which member put them into circulation. »
    Traduction en français :

    « Tous les billets en euro doivent être soumis aux mêmes critères de recevabilité et de traitement par les membres de l’Eurosystème, quel que soit le membre qui les a mis en circulation. »
    Par conséquent, un billet présenté à la Bundesbank, quelle que soit sa provenance, est accepté et donne lieu à un crédit sur un compte à la Bundesbank, qui est une créance sur la Bundesbank et sur elle seule.

    Par ailleurs, les billets ne représentent qu’une partie des euros en circulation. Les euros qui ne sont pas sous forme de billets ou de pièces sont également des créances sur chacune des banques centrales nationales, au prorata de leur part dans l’Eurosystème, et ne sont donc pas des créances sur la BCE. Si nous parlons d’euro monnaie centrale, on a environ 900 milliards d’euros de billets, environ 200 milliards d’euros de comptes courants correspondant aux réserves obligatoires et peut-être 500 milliards d’euros en surplus.

    Il faut donc insister sur un point aussi important que méconnu : les billets en euro ne sont pas des créances sur la BCE mais sur l’Eurosystème.

    Remarque annexe : les billets en euro portent la signature du Président de la BCE mais cette signature est seulement décorative, tout comme l’étrange signe du copyright (©) qui figure juste avant la mention « BCE ECB EZB EKT EKP » qui désigne la BCE. Cette mention du copyright n’est pas un hasard : elle témoigne d’une prise de distance juridique. Elle ne figurait pas du tout sur les billets en francs où la mention « Banque de France » signifiait bien que le billet était une créance sur la Banque de France.

    L’euro est donc bel et bien une « monnaie commune » et non pas une « monnaie unique » car il n’y a pas une Banque centrale unique. C’est d’ailleurs le distinguo que font les Allemands entre « Gemeinsame Währung » (utilisé pour désigner l’euro) et « Einheitliche Währung » (utilisé pour désigner le mark après la fusion du mark est-allemand avec le Mark ouest-allemand).

    Cependant, le terme de « monnaie commune » lui-même est doublement ambigu car :

    – d’une part, la plupart des gens le confondent avec le terme de « monnaie unique » ,

    – d’autre part, certains faux experts (Mme Le Pen et M. Dupont-Aignan, par exemple) le confondent avec le système de changes variables autour d’un cours pivot, comme l’était le « serpent monétaire » de naguère.

    Pour être plus précis, nous devrions utiliser une autre expression, plus longue et plus lourde mais dénuée d’ambiguïté : l’euro est un système de monnaies homonymes liées entre elles par un taux de change fixe de 1 pour 1 (« peg »).

    S’agissant de la fuite des capitaux entre les États de la zone euro, nous vous renvoyons au système Target 2, qui est bien expliqué sur la notice Wikipedia en allemand, avec un superbe graphique divergent qui signe l’explosion de l’euro (cette notice n’est curieusement pas du tout aussi précise et claire sur Wikipédia en français). Pour faire simple, Target 2 est le système de paiement qui permet actuellement aux banques de l’Union européenne de transférer des fonds en temps réel par delà les frontières des États membres et cela de façon illimitée et au taux de change de 1 pour 1.

    En conclusion générale, il est vrai de dire que la marque distinctive par pays que l’on trouve sur les billets en euro et la qualification juridique de la créance ne sont pas corrélées. En revanche, il est faux de dire qu’un euro est une « créance sur la BCE ». Un euro est une « créance sur l’Eurosystème », lequel compte la BCE et 17 banques centrales nationales (BCN).

    Ce point est décisif car si l’on confond l’un et l’autre, on ne peut pas comprendre ce qui se passe en ce moment, notamment en Allemagne (voir notre texte « Pourquoi l’Allemagne envisage de sortir de l’euro ? ») et on ne peut pas non plus comprendre l’entrée en divergence de Target 2.

  9. Nicolas (CZ) dit :

    Bonjour, votre post est tres interessant.
    Malheureusement je ne pense pas pouvoir en saisir toute les notions,
    Neanmoins je souhaiterais poser a explication le point suivant:
    dans ce que je lis, je saisis votre explication comme etant la BCE un
    organisateur de l’euro system. Hors, il me semble plutot voir la BCE
    comme un intervenant actif a l’euro-systeme, dans le sens que elle
    prette a des banques, ces creances etant a son bilan, et non des
    banques centrales des pays membres. Vous me direz sans doute que
    ces euro, si ils devaient se retrouver en M1, sortiraient bien d’une autre
    banque centrale europeene, certe. Mais ne parlons pas de de M1et de billet.
    Mr. Chevallier nous a appris, au cours de ses posts, a lire un bilan de
    banque centrale, et j’adere a la notion de jeu d’ecriture quand a
    l’equilibre de son bilan. Et pour enfin en venir au fond de ma question,
    la BCE prettent des euros. Ces euros se retrouvent aussi dans les
    bilans des banques centrales de l’euro groupe, aussi, par effet de suivie
    comptable. Donc j’ai envie de dire point de monnaie commune, mais
    unique car la procedure comptable dans la BCE se reflette dans les
    bilans des banques centrales des pays de l’euro-groupe.
    De mon point du vue, cette monnaie est unique, et commune a tous,
    car le jeu d’ecriture comptable de la BCE se retrouve toujours, quoi
    qu’il advienne, dans les bilans comptabǐisé dans les autres banques
    centrale de l’euro systeme. Ce n’est peut-etre qu’une question de
    semantique, mais elle serait commune si il y avait une autre monnaie
    paralelle dans chaque pays, qui puissent avoir un jeu d’ecriture indépendant
    de la BCE. Hors il me semble que ce n’est pas le cas, d’ou son
    caractere avant tout « unique » avant d’etre « commun ».
    Merci de m’avoir lu,
    Cordialement,
    Nicolas, de Prague.

Commenter