26 juillet 2015 12

Grexit, taux, fondamentaux et behaviorisme

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

Un petit rappel s’impose : les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans sont à la base de tous les marchés, ceux des autres taux, des marchés d’actions et des marchés dits réels, c’est-à-dire des taux de croissance… et des crises.

Dans la vieille Europe continentale, les rendements directeurs sont ceux de leurs homologues de Germanie : le Bund et le Schatz.

Comme je l’ai déjà écrit maintes fois, ces rendements annoncent depuis juillet 2007 le début de l’€-crise car d’une part, les rendements du Bund ont alors commencé leur grand plongeon qui les conduit à des niveaux auparavant inimaginables, inconcevables, aux alentours de zéro, et d’autre part, ces rendements du Bund ont alors commencé à creuser des écarts significatifs par rapport à leurs homologues de la zone euro,

Document 1 :

Les rendements du Bund ont miraculeusement bondi lorsque les gens de la Fed ont confirmé le 28 avril qu’ils allaient remonter leurs taux de base en 2015, échappant ainsi au zéro absolu et aux valeurs négatives,

Document 2 :

Cependant, les apparences sont trompeuses car, hors les interventions énergiques des gens de la Fed, les rendements du Bund repartent toujours à la baisse dans leur tendance lourde commencée en juillet 2007.
L’écart entre les rendements du Bund et du Schatz tend luis
aussi vers le zéro absolu qui aurait dû être atteint
, sans les déclarations des gens de la Fed, fin août-début septembre,

Document 3 :

Une telle configuration est totalement hors normes.
Elle ne peut s’interpréter que de la façon suivante : lorsque le Grexit se produira, ce tsunami se propagera dans toute la zone euro en y créant des dommages considérables y compris en Allemagne et même, mais dans une moindre mesure dans le monde entier du fait de la mondialisation des marchés,

Document 4 :

Les rendements des bons bons du Trésor helvète sont même passés en territoire négatifs depuis le 23 juillet, ce qui signifie que les petits Suisses seront eux-aussi touchés,

Document 5 :

Par contre, comme les fondamentaux ont bien été rétablis aux Etats-Unis, les effets négatifs de l’€ffondrement ne s’y feront que faiblement sentir, avec l’avantage que les gens de la Fed ne seront pas obligés de remonter leurs taux de base pour contenir une croissance trop forte,

Document 6 :

Ce scénario est d’autant plus plausible que la Grèce ne pourra pas se relever du fait de la double peine qu’elle doit supporter avec d’une part une monnaie, l’euro, beaucoup trop surévaluée pour elle et d’autre part un blocage létal de la circulation monétaire.
Ainsi par exemple, les entreprises ne peuvent pas payer librement leurs fournisseurs pour des montants dépassant 100 000 euros et les Grecs ne peuvent toujours pas retirer plus de 60 euros par jour auprès de leur banque.

La situation économique des Grecs ne peut que se détériorer gravement dans l’avenir proche.
Seuls les pires idiots croient encore que la crise grecque est finie (dont le successeur de notre histrion ignare et Christian qui s’est Noyer une fois de plus dans son incompétence qui sera cependant reconnue par la postérité).
Ils ne sont dépassés que par Wolfgang Schäuble qui préconise un Grexit temporaire de 5 ans.

Tout est simple.

Il est quand même étonnant que 300 millions de malheureux Euro-zonards aient pu être persuadés que l’adoption d’une monnaie unique aurait pu avoir pour eux des avantages.
La force de la propagande de la nomenklatura euro-zonarde aura été plus forte que celle de la défunte nomenklatura soviétique.

C’est là encore une preuve supplémentaire montrant que le behaviorisme joue un rôle essentiel (avec bien entendu le monétarisme) pour comprendre et résoudre les problèmes économiques, monétaires et financiers qui se posent de façon à agir en bon escient.

Les bons spéculateurs sont ceux qui voient juste et loin.

Mots-clés: , , , , , , , , , ,

12 réponses à “Grexit, taux, fondamentaux et behaviorisme”

  1. Glude dit :

    « Il est quand même étonnant que 300 millions de malheureux Euro-zonards aient pu être persuadés que l’adoption d’une monnaie unique aurait pu avoir pour eux des avantages.
    La force de la propagande de la nomenklatura euro-zonarde aura été plus forte que celle de la défunte nomenklatura soviétique. »

    Selon vous, c’est donc bien de la manipulation plutôt que de l’incompétence. Pensez-vous que les politiciens et fonctionnaires font ça pour leur petit bénéfice a court terme, ou il y-a un projet a plus long terme derrière?

    • BROURI dit :

      On trouve sur internet un livre intitulé « Les Racines Nazies de la Commission Européenne » écrit par trois journalistes dont l’un aurait été travailleur de force à Auschwitz dont l’objet est de démontrer que l’ organisation de la Commission installée à Bruxelles serait la copie conforme du fameux cartel IG Farben d’avant guerre, cartel composé des principales entreprises allemandes de la chimie et de la pharmacie (Bayer, Henkel, Hoescht…..) à l’origine de la construction du camp d’Auschwitz et important financier du parti nazi. Ce qui interpelle, c’est que le premier président de la Commission (élu deux fois de suite) fut un allemand juriste de cette organisation, ami d’Adenauer et jamais inquiété après-guerre. Le cartel et les entreprises adhérentes n’ont pas été trop inquiétés également. Ce livre est troublant à lire.

    • jp-chevallier dit :

      Les US ont profité de l’incompétence de la nomenklatura €zonarde qui pensait en tirer des avantages, j’y reviendrai…

  2. laurent dit :

    Le Gexit est inévitable (du moins pour tous ceux qui réfléchisse 2 minutes). La question est quand est ce qu’elle va sortir ? ou quand est ce que cela va péter ?
    Si on fait une petite interpolation grossière au vue de vos graphiques le Bund pourrait repasser à 0 pour Avril/Mai de l’année prochaine (en supposant qu’il ne nous refasse pour un tour de magie)
    Ou faut il attendre environ 2 ans pour que les Grec fasse disparaître les prochaine 80 Millards qui ne serviront de tout de façon à rien ?

  3. Jo dit :

    Quand Wolfgang Schäuble préconise un Grexit temporaire de 5 ans, c’est très probablement pour dédramatiser et rendre la chose politiquement présentable. Il doit bien comprendre, comme ces collègues, que ce serait définitif.

    Les élites françaises (et accessoirement du sud de l’Europe) ne croient plus en leur pays. Ces gens ne font plus que défendre leurs intérêts personnels. Que cela détruise leur pays et leurs populations est le cadet de leurs soucis. Ces gens parlent comme ils pissent, leurs discours ne sont que des paroles de « marketing » sans valeur.

    La sortie de l’euro verrait s’effondrer la valeur de l’unité monétaire française, reléguant le PIB de la 5ieme puissance à la 8ieme ou moins et interdisant désormais à la nomenclatura de chercher la représentation, les honneurs, les bonnes places et de manières générales tout rôles important dans les institutions mondiales. Ainsi bien sûr que, pour la plupart, l’effondrement de leurs trains de vie et valeurs patrimoniales.

    Ils feront donc tout, absolument tout, pour retarder l’échéance. Et ce sera surprenant.
    L’URSS a épuisé les hommes, les terres, vidé des mers, pollué des régions grande comme des pays, crée une pollution nucléaire. Il fallait « tenir ».

    Ce n’est que cela qui les anime, les plus importants au pouvoir ne sont pas des idiots et ne sont dupes de rien. Ce n’est qu’une nomenclatura cynique, un peu sur le mode soviétique, la violence physique en moins.

    Les cons sont les populations qui gobent ces trucs d’égalités, de « modèle français » et toutes ces conneries pour neuneus.

  4. Jerome dit :

    Le pire pour les grecques, c’est que même hors zone euro, avant un gouvernement communiste, leurs problèmes ne seront pas résolus…

  5. Gil dit :

    Schäuble n’est pas sot. Il a un plan dont peu de gens connaissent les tenants et les aboutissants. Il ne veut pas d’un Grexit temporaire, il veut d’un Grexit définitif, mais l’idée du temporaire aide à faire passer la pilule. Il sait que la zone € n’est pas viable en l’état ni même qu’elle ne le sera sûrement jamais, mais l’Allemagne n’a pas encore intérêt à en sortir. Varoufakis a dévoilé le plan de Schäuble, du moins une partie. Schäuble se sert de la Grèce comme d’un pion, d’un simple pion sur un échiquier bien plus grand dont le roi est l’Allemagne et où tous les coups sont permis du moment que cela permet au roi allemand de gagner. Ne perdez jamais de vue que Schäuble est un juriste de formation et que les juristes aiment faire des exemples à ne pas suivre pour orienter la marche dans le sens voulu. Et Schäuble a un problème, il lui faut commencer par mettre au pas la France. Sa femme elle est économiste. Vous imaginez qu’à la maison chez les Schäuble ca ne doit pas être triste.

  6. Gil dit :

    C’est naturellement inévitable je vous l’accorde. D’autre part aucun pays ne pourra jamais rivaliser avec les américains, ce sont les maitres dans ce genre de jeux.

  7. cn dit :

    *GREECE JULY MANUFACTURING PMI FALLS TO RECORD-LOW 30.2 VS 46.9

    bien à vous

Commenter