2 octobre 2015 22

L’Amérique peut ne pas sauver la zone €

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

L’Amérique aurait pu sauver la zone euro grâce à sa croissance qui a un puissant effet d’entrainement comme le montre par exemple le relèvement des rendements du Bund à chaque fois que des membres du FOMC ont déclaré qu’ils allaient remonter leur taux de base (du fait de cette croissance restaurée).

Pas de chance : les rendements du Bund sont bien orientés à la baisse maintenant, même après les dernières interventions de membres du FOMC,

Document 1 :

Les très fortes baisses des indices boursiers correspondent en fait (pour les bons spéculateurs) à cette baisse des rendements du Bund qui auraient dû être négatifs, en rejoignant ceux du Schatz, ce qui aurait mis en évidence le très grand danger que court la zone euro,

Document 2 :

En conséquence, l’écart entre les rendements du Bund et ceux du Schatz plonge inexorablement,

Document 3 :

L’Amérique peut ne pas sauver la zone euro car les effets négatifs de la création monétaire à l’étranger (comme l’écrivent les membres du FOMC), c’est-à-dire dans la zone euro, en Chine et au Japon se font sentir aux Etats-Unis comme en témoigne la chute de l’ISM,

Document 4 :

La relative bonne performance française est à relativiser car la croissance y est plus faible que dans les autres pays de la zone,

Document 5 :

En conséquence, les rendements des bons du Trésor des Etats-Unis se positionnent une fois de plus en attente, dans des bandes qui correspondent à une croissance américaine presque normale mais dans la crainte de grands désordres dans la zone euro,

Document 6 :

Les écarts entre les rendements des bons à 10 ans et à 2 ans des Trésors américains et allemands confirment ces analyses,

Document 7 :

Carpe diem (car l’avenir sera pire), ce que fait le successeur de notre histrion ignare,

Document 8 :

Mots-clés: , , ,

22 réponses à “L’Amérique peut ne pas sauver la zone €”

  1. meteor dit :

    Question de point de vue mon cher.

    http://www.voltairenet.org/article188781.html

    Moi j’observe les choses différemment. La faute originelle des USA, à savoir la création des subprimes, a encore et toujours des conséquences sur l’économie mondiale. Inutile donc de pérorer sur la bonne santé apparente des USA. Dans une économie mondialisée tout interagit, avec en plus une partie du monde à feu et à sang et un embargo envers les russes.
    Si on n’avait pas eu les subprimes on n’aurait pas eu de problème en Europe, on n’aurait pas eu de printemps arabe. Donc inutile de parler de sauvetage, ce sont les USA qui nous ont coulés, avec l’aide des hommes politiques européens n’ayant pas su prendre les bonnes décisions au bon moment.
    Cordialement

  2. Yves B dit :

    Les chiffres de l’emploi sont en effet « mieux que bien » comme en témoignent à nouveau les publications de ce jour …

    Quant au sauvetage de la zone euro par les US, cela semblerait assez pathétique dans la mesure où l’euro est une créature étasunienne.

    Par ailleurs, lire Zbigniew BRZEZINSKI n’est pas inutile non plus. Ouvrage où on lit ce que les US pensent de l’Europe.

  3. Müller dit :

    Les emplois, ils ne sont pas vraiment là, pas plus que la croissance, ni aux USA, ni dans la zone €, ni en Chine, ni ailleurs.

    On est en fin de cycle un peut partout.

    142 000 emplois, en espérant que ce chiffre ne soit pas non plus révisé à la baisse comme d’habitude.

    Vos courbes des rendements du Bund & du Schatz que vous nous sortez systématiquement ne prouvent strictement rien …

    Cela dit si nous entrons dans une période déflationniste et de bear market, effectivement les T-Bonds prendront sans doute de la valeur.

    La zone € est au bord du gouffre !

    Tout est simple !

    http://www.professeurforex.com/2015/10/usa-le-rapport-nfp-est-tres-decevant-les-anticipations-de-hausse-des-taux-fed-prennent-un-nouveau-coup/

    Il y a eu « seulement » 142 000 créations d’emplois au mois de Septembre contre 203 000 anticipé et 136 000 précédemment (révisé en forte baisse depuis 175 000). 9 000 emplois ont été encore perdus ce mois-ci dans le secteur manufacturier après déjà 18 000 pertes en Août.

    Le taux de chômage lui reste à 5.1 % (il serait en réalité supérieur à 10 % si les autorités US ne bidouillaient pas les chiffres) avec un taux de participation de nouveau en baisse, à 62.4 % contre 62.6 % précédemment. Ce taux de participation est autre motif de réelle déconvenue aujourd’hui.

    Même le salaire horaire moyen déçoit en stagnant d’un mois sur l’autre contre 0.2 % anticipé et 0.4 % précédemment.

  4. Müller dit :

    Non, la courbe des taux dépendent des taux de croissance, d’inflation mais aussi prime de risque et d’autres paramètres.

    Sauf que dans notre cas, ces prix sont faussés par la BCE qui rachète des obligations d’Etat, pour la Suisse c’est un actif refuge du fait des faux prix dans le reste du monde.

    Pour les USA, commande industrielle en baisse de 1.7 %, pas très cohérent avec une prétendue croissance de 2 à 3 % de croissance annuelle.

    Les T-Bonds passent sous les 2 % parce que la croissance serait en baisse selon les estimations des opérateurs de marché.

    Dans un environnement de prix libre, je suis d’accord avec vous qu’une baisse tendancielle des taux signifie une baisse tendancielle de croissance tandis que là, on a un prix semi-administré de manière à pouvoir financer le service de la dette des pays du Sud de la zone €.

    « C’est le chien qui remue la queue et pas le contraire »

    Comme on dit au rugby.

    Est-ce que les taux d’emprunts d’Etat reflètent l’état de l’économie du pays et de sa monnaie.
    ou l’économie représente les taux d’emprunts d’Etat.

    Chacun sont point de vue.

  5. Bertrand dit :

    ISM belle chute des US , belle continuité France.
    US……gaz de schiste,chute Chinoise,fin QE,fin progression des émergents,chute matières premières,chute pétrole organisée par les saoudiens.
    Votre activitée est mondiale……….vos résultats idem.
    À suivre.

  6. grouik dit :

    Documents 4 et 8:la preuve que la France se redresse!

  7. polo dit :

    Après les mauvais chiffres américains les bourses reparte à la hausse alors que ça devrait être le contraire dans une économie saine, encore une preuve de plus qu’il ne crois pas à la reprise US mais bien à la continuité des taux zéro et au déversement de liquidité des banques centrales

  8. lecteur assidu dit :

    Ce qui m’échappe, c’est qu’en suivant votre raisonnement (l’argent est sain aux USA) et il existe de « bons investisseurs », on devrait voir l’€ se déprécier face au dollar alors que c’est l’inverse qui se passe.

  9. Deres dit :

    Belle continuité proche de la stagnation. Pas de quoi se vanter …

  10. H. dit :

    Bonsoir,

    Cet article devrait vous faire plaisir: « L’économiste en chef de la BCE admet que l’euro ne marche pas  » (http://leblogalupus.com/2015/10/09/leconomiste-en-chef-de-la-bce-admet-que-leuro-ne-marche-pas-par-wolf-richter/)

    Bonne soirée

  11. GMRB dit :

    Comment les banques américaines maquillent légalement leur bilan

    « « Selon moi il ne fait aucun doute que le système bancaire représente l’une des plus grandes arnaques de la planète. Quand on y réfléchit, toutes les règles qui régissent ce secteur sont contre nous. » […] Aujourd’hui, je mets en évidence une ficelle comptable que les banques américaines utilisent depuis ces dernières années afin de dissimuler leur véritable situation financière. La voici en bref. Les banques ont le choix entre 2 méthodes de comptabilisation de leurs obligations : AFS et HTM. En AFS (available for sale, disponible à la vente), la banque est obligée de rapporter toute perte concernant ces actifs, ce qui impacte négativement ses niveaux de capitaux. Ce système n’intéresse pas les banques car cela les obligerait à enregistrer d’énormes pertes alors que la valeur de leur portefeuille d’obligations s’effondre. Au lieu de cela et pour éviter de montrer au monde entier à quel point elles sont sous-capitalisées, les banques ont plutôt choisi de reclasser d’énormes pans de leurs portefeuilles d’obligations vers une autre catégorie, HTM (hold to maturity, ou détention jusqu’à maturité). Les actifs de la catégorie HTM n’imposent pas à la banque de prendre en compte les pertes enregistrées sur ces actifs par rapport à ses réserves en capitaux. (…) Jusqu’à présent, les banques américaines ont transvasé des centaines de milliards de dollars d’obligations de la catégorie AFS à HTM. Et ce n’est que le début.  »

    Source : Le Blog à Lupus

  12. olivier dit :

    vendredi 4.12.2015

    DOW +2.12%
    CAC -0.33% et +0.80% en tenant compte de la clôture du future

    sur la semaine CAC -4%
    euro dollar +2.80%
    et DOW +0.13%

    il y a une part de vérité chez mr chevalier, en toute objectivité, et si les chiffres us sont magouillés, ceux de la zone euro aussi :-)

    bon week-end

    • olivier dit :

      me chevallier, pardon pour l’oubli du second « l », due à l’habitude du mot « chevalier », qui vous sied bien d’ailleurs, bon week-end !

Commenter