30 novembre 2015 15

La solution : l’Andorre libéral !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Andorre

Les fondamentaux sont mauvais dans la vieille Europe, surtout dans la zone euro et plus particulièrement en France, cf. mes analyses…
Maintenant, c’est trop tard pour agir, ou réagir.
La seule issue est de partir
.
Oui, mais où ?
Bien entendu des destinations assez lointaines sont tentantes, comme l’Amérique du Nord, Singapour, Hong-Kong, l’Australie… mais il existe une solution moins exotique, plus proche et surtout très libérale : l’Andorre !

L’Andorre est un tout petit Etat souverain et totalement indépendant (70 000 habitants environ) qui ne fait pas partie de l’Union Européenne ni bien sûr de la zone euro bien qu’ayant adopté cette monnaie pour son usage car les Andorrans ont toujours accepté et utilisé les monnaies de leurs clients et en particulier celles de leurs voisins sans toutefois participer à leurs systèmes monétaires, ce qui les met à l’abri de leurs problèmes comme celui de l’hypertrophie de la masse monétaire de la zone euro.

En effet, le dynamisme de l’économie andorrane provient avant tout de son système très libéral qui lui confère en toutes circonstances un avantage relatif certain par rapport au reste de l’Europe.

Il repose bien entendu sur une fiscalité optimale, voire minimale : l’arsenal fiscal existe, mais avec des taux aux plus bas…

Ainsi par exemple, le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés est de 2 % (à condition d’employer au moins une personne à mi-temps, sinon il est de 10 %), et, comme les bénéfices sont ainsi déjà imposés, les dividendes ne le sont pas… ce qui est parfaitement logique !
Il s’agit là d’un des plus puissants leviers de prospérité imaginable car il donne la possibilité aux entrepreneurs de gagner de l’argent en créant des entreprises, donc de la valeur et des emplois.

Sur cette base, la petite vallée andorrane est une oasis de richesse dans le désert environnant : de l’autre côté de la ligne de crête, au Nord, la vallée ariègeoise se meurt. Beaucoup de maisons dans les villages sont à vendre, certaines fermées depuis longtemps commencent à se délabrer, d’autres sont en ruine, envahies par la végétation.

Capitalisme libéral contre socialisme larvé = richesse et prospérité d’un côté, pauvreté de l’autre.

Les autres dispositifs fiscaux sont également très libéraux : le taux normal de l’équivalent de la TVA est de 4,5 %, la tranche maximale de l’impôt sur le revenu est de 7,5 % (après des abattements), pas de taxe d’habitation ni d’impôts sur la fortune

L’Andorre est un petit paradis, pas un enfer fiscal ni un paradis fiscal dans le sens péjoratif car il existe un système fiscal ordonné qui n’accepte pas (ou plus) les sociétés boites aux lettres.
L’Andorre est un Etat de droit dans lequel l’Etat est réduit à son optimal, c’est-à-dire au minimum : à ses prérogatives régaliennes.

En Andorre, les gens gagnent de l’argent en travaillant et ils en conservent la quasi-totalité au lieu de se le faire voler par des administrations publiques, ce qui ne les empêche pas de bénéficier de prestations dites sociales comme une assurance santé (l’équivalent de la Sécurité Sociale) et d’un système de retraite de base (globalement au taux de 20 %, 5 % étant à la charge des salariés).

Cerise sur le gâteau : seules les banques andorranes sont autorisées à y exercer !
Donc pas de Gos banques ni de big banks too big to fail : rien que 4 banques locales dont les multiples d’endettement sont inférieurs à 10. Plus que parfait !
Elles sont liées au système bancaire des Etats-Unis car les Andorrans comme leurs voisins espagnols ont traditionnellement des liens très forts avec le continent américain depuis des siècles.

Concrètement, l’Andorre est un pays qui s’est ouvert récemment aux investisseurs étrangers qui peuvent y créer des entreprises à des conditions particulièrement intéressantes en restant proches de la France sans ses inconvénients, dans un pays quasiment francophone.

Attention, l’Andorre n’est pas un petit paradis où tout le monde il est beau il est gentil. Il y a des personnes peu recommandables et même escrocs, surtout parmi des Français qui y sont installés.
Pour y investir en toute sécurité, il faut s’y introduire par l’intermédiaire d’Andorrans fiables.
Les personnes qui seraient intéressées par de tels projets peuvent me contacter via les commentaires (qui n’apparaitront pas).

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

15 réponses à “La solution : l’Andorre libéral !”

  1. Pascal dit :

    il y quelques mois il y avait certaines tensions dans le secteur bancaire local, notament a cause de l’affaire de la BPA.

  2. Homo-Orcus dit :

    Attention, Pépère est coprince d’Andorre, ça craint !
    Il me semblait que les comptes bancaires étaient déclarés à Bercy ?

  3. H. dit :

    Bonjour,

    Soyez heureux. Aux Experts, en ce moment (émission du 1er décembre), un des invités, Christian Parizot, vient publiquement d’affirmer ce que vous dites dans vos billets sur les banques européennes et la BCE: les banques, en particulier les françaises, replacent auprès de la BCE les liquidités misent à leur disposition.

    Bonne journée

  4. Blend dit :

    Bonne analyse et vous avez raison. Mais qui a envie de vivre à Andorre ?

  5. Bertrand dit :

    Un ami c’est installé à Andorre,besoin d’un andorran,est reparti après quelques années,esclave de l’autre.
    Incapable de payer l’immeuble.

  6. teo dit :

    ANDORRE EST UN BEAU PAYS J Y VAIS REGULIEREMENT, ILS SONT EN PLUS TRES BIEN FOURNI
    EN HAVANE, MAIS SI MON SOUVENIR EST BON LE TICKET DE SORTIE C EST 50 000E.

  7. Deres dit :

    Après avoir longtemps baissé, la durée moyenne de la dette franaise semble remonter en flêche !

    http://www.aft.gouv.fr/rubriques/duree-de-vie-moyenne_166.html

    cela veut peut être dire que France Trésor anticipe une augmentation des taux à court terme alors que jusqu’à maintenant, ils baissaient la durée moyenne pour profiter de la baisse des taux …

Commenter