22 mars 2016 4

SNCF : train de rectificatifs…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

La SNCF, c’est par définition une société, le S de SNCF, avec un seul actionnaire : l’Etat.
C’est simple, beaucoup trop simple pour la nomenklatura énarchique qui a pondu des ZEPICs.

Les comptes de l’EPIC SNCF Mobilités que j’ai repris dans mon article précédent ne sont pas les bons.
Un correctif s’impose, mais il ne change rien pour l’essentiel…

Le chiffre d’affaires est de 29 milliards d’euros, en concordance avec d’autres données publiées,

Document 1 :

Une petite remarque : les dépréciations d’actifs de 2,7 milliards d’euros auraient dû être enregistrées après le résultat financier dans le résultat exceptionnel, ce qui est erreur qui ne change rien au résultat mais qui dénote un certain manque de connaissances comptables de base.

Le passif fait apparaitre des capitaux propres en diminution à hauteur de 4,324 milliards d’euros,

Document 2 :

Là aussi, la mention Total du passif et des capitaux propres dénote un certain manque de connaissances comptables de base qui ne fait pas sérieux.

L’actif révèle la présence de 2,571 milliards d’euros d’écarts d’acquisition

Document 3 :

… qui viennent en déduction du montant des capitaux propres pour constituer un actif tangible de 1,757 milliard… qui doit être consolidé avec les 11,630 milliards de capitaux propres négatifs de l’EPIC SNCF Réseau, ce qui fait logiquement 10 milliards de capitaux propres négatifs pour l’EPIC SNCF tout court, c’est-à-dire pour le groupe SNCF tout compris dont les résultats ne sont pas encore publiés !

10 milliards d’euros de pertes : c’est rien car ce ne sont que des pertes comptables disent les dirigeants de la SNCF !

Et ça marche ! Les Français sont des veaux disait de Gaulle.

Cliquer ici pour voir le bon rapport de l’EPIC SNCF Mobilités.

Mots-clés: , , , ,

4 réponses à “SNCF : train de rectificatifs…”

  1. Bertrand dit :

    On vous adore mister Chevallier.

  2. Lorelei dit :

    Et moi qui croyais que la comptabilité était une activité sérieuse…
    On se croirait dans un jeu de Monopoly, avec des gamins qui diraient: Mais! C’est pour de faux!

  3. Müller dit :

    Ca ne coutera rien de toute façon, c’est l’Etat qui paye …

Commenter