17 avril 2016 62

Circulation / création monétaire pour les nuls, suite… sans fin ! (dernière ?)

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Monétarisme

Je reviens une fois de plus sur ce problème de circulation monétaire que tous les nuls confondent avec de la création monétaire

L’argent sain est le premier pilier des Reaganomics dixit Arthur, Laffer.
L’argent sain, c’est de l’argent gagné
.

En d’autres termes, l’argent n’est pas toujours sain, l’économie fonctionne alors sur de mauvais fondamentaux, sur de l’argent non gagné issu d’une création monétaire anormale.
Dans ce cas, rien ne va plus. Les autorités compétentes doivent alors restaurer ces fondamentaux au plus vite, sinon la situation devient vite irrattrapable.

Telle est la problématique de la création monétaire.

Quid de l’argent sain ?
L’argent sain, c’est de l’argent gagné
.
C’est simple, tout est simple, sauf pour les idiots inutiles qui n’y comprennent rien…

Pour expliquer rapidement et simplement ce concept d’argent gagné, prenons l’exemple du paysan de Böhm-Bawerk : grâce à son travail et à son capital, il produit des pommes de terre qu’il vend sur le marché de la ville la plus proche.
Il a créé de la valeur, c’est-à-dire des biens évalués (mesurés par une valeur monétaire)
par exemple à 1 000 euros dans la mesure où des clients ont accepté de lui donner cette somme en contrepartie de la quantité de patates vendues.
Ces clients ont eux-mêmes créé de la valeur grâce à leur travail et à leur capital. Ils disposent donc de ces 1 000 euros et ils ont besoin de pommes de terre.

Une main invisible, celle des marchés, celle d’Adam Smith, guide l’action des uns et des autres dans un système économique et monétaire cohérent.
Tout va bien, du moins tant que les règles sont respectées, en particulier les règles comptables.

Tout va mal à partir du moment où Ali Baba dit au voisin de notre paysan de Böhm-Bawerk : si tu votes pour moi, toi, ta famille et tes amis, au lieu de travailler pour gagner peu d’argent, je te donnerai des subventions agricoles, des aides sociales, des allocations chômage, familiales, de jeunes et belles assistantes sociales et conseillères agricoles viendront te voir, etc.

Marché conclu. Ali Baba est élu Président, ses 40 voleurs sont élus députés et sénateurs.
Ils votent des lois à une écrasante majorité pour voler plus de la moitié des 1 000 euros de notre paysan.
C’est de la redistribution sociale car nous sommes tous égaux sur terre, disent Ali Baba, ses 40 voleurs, tous les journaleux et bonimenteurs.

Pire, ils empruntent pour payer leurs électeurs qui ne travaillent pas et qui ne créent aucune valeur.
De l’argent non gagné est distribué en masse.
Il est visible dans des agrégats monétaires hypertrophiés, en M1 dans la zone euro, en M3-M2 au Japon pour des raisons différentes
.

Au XX° siècle, un certain nombre d’économistes ont analysé correctement ces problèmes monétaires, dont Milton Friedman, les Reaganomics comme Arthur Laffer et surtout Alan Greenspan mais les enjeux sont devenus stratégiques en ce XXI° siècle car les Américains ont compris qu’en incitant leurs concurrents à la faute, monétariste, ils pouvaient, grâce à leur argent resté sain, conserver leur leadership sur le Monde libre.

Réussite parfaite : les entreprises japonaises plus performantes que beaucoup d’entreprises américaines, sont… bridées depuis plusieurs décennies maintenant par l’hypertrophie en M3-M2, et il en est de même dans la vieille Europe continentale en particulier dans la zone euro avec une hypertrophie en M1.

Un miracle s’est donc produit : les idiots inutiles et même nuisibles (en Europe) sont devenus utiles pour… les Américains !

Il faut donc distinguer clairement la bonne création monétaire, celle qui repose sur la création de valeur (de biens et de services évalués en unités monétaires), c’est l’argent sain, de la mauvaise création monétaire, celle qui correspond à de l’argent non gagné en particulier distribué démagogiquement sans contrepartie de création de richesse.
Ainsi par exemple, j’ai mis en évidence récemment l’existence d’une cinquantaine de milliards d’euros que les voyageurs de la SNCF ont gardé dans leurs portefeuilles et sur leurs comptes bancaires alors qu’ils auraient dû être payés à la SNCF auxquels s’ajoutent les 116 milliards d’euros d’engagements de retraite que la SNCF a éliminés de ses comptes en 2007 (que j’avais été le seul à dénoncer) qui sont devenus 137 milliards fin 2014 d’après la Cour des Comptes qui relève dans le hors bilan de l’Etat 3 400 milliards d’euros d’argent non gagné selon des procédés comparables.

Ces 3 400 milliards d’euros sont de l’argent non gagné qui alimente l’hypertrophie française en M1.
Il en est de même d’une grande partie des dettes officielles de l’Etat (dans son bilan) qui auraient dû être consacrées à des investissements et non pas à payer des aides dites sociales destinées à maintenir la consommation d’une clientèle électorale.

Les autres pays du Club Med font parfois pire que la France pour ce qui concerne cette création monétaire condamnable, en particulier la Grèce.

Par ailleurs, des banques peuvent aussi être à l’origine d’une création monétaire (d’argent non gagné), en particulier à cause de créances dites douteuses (ou irrécouvrables) qu’elles détiennent. L’Espagne et l’Italie en sont des exemples notoires parmi d’autres.
Il en est de même pour certaines de leurs acrobaties financières risquées, en particulier lorsqu’elles utilisent mal des produits dérivés et lorsqu’elles ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan.

Ainsi, les exemples (et causes) de mauvaise création monétaire, d’argent non gagné, sont nombreux. Ils ont toujours pour origine des règles qui ne sont pas respectées.

Ces problèmes monétaristes d’argent non gagné sont tellement importants que le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, a obtenu, dès sa nomination à la tête de la Fed, qu’elle ne publie plus les chiffres de M3 (dès son entrée en fonction) de façon à ce que seuls les gens de la Fed connaissent ces données pour pouvoir piloter en position dominante les turbulences financières. Ainsi, il n’a pas été possible de constater le développement de la bulle en M3-M2 que B-2 allait faire éclater.

L’absence de culture monétariste de base en particulier en Europe est dramatique (en dehors du cercle restreint des Américains qui exercent une influence déterminante dans la défense des intérêts nationaux).

Le job de Joe le plombier, c’est la plomberie, les tuyaux, pas l’analyse de l’évolution des agrégats monétaires qui ressortent de la compétence des banques centrales.

Comme la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls, totalement nuls, archi nuls, en droit, en économie, en finances, en matière de monétarisme, d’argent non gagné, par la Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris, les Français ne sont pas prêts à comprendre ces problèmes monétaristes.

A ma connaissance, seules les personnes qui lisent et qui comprennent ce que j’ai écrit maitrisent ces problèmes. C’est un microcosme microscopique…
Pour ceux qui ont compris, aucune autre explication n’est nécessaire. Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication supplémentaire n’est possible.

Cliquer ici pour lire l’article d’Arthur Laffer sur les quatre piliers des Reaganomics.
Cliquer ici pour voir que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

62 réponses à “Circulation / création monétaire pour les nuls, suite… sans fin ! (dernière ?)”

  1. ratel dit :

    Autre exemple de création monétaire,ma municipalité endettée vient de doubler en peu de temps ses charges de personnels avec des embauches supplémentaires alors que la population diminue.Je viens d’apprendre que ma municipalité va se mettre à la mode et distribuer des primes d’intéressement pour faire comme tout le monde…de l’argent distribuée sans création de richesse par excellence…

  2. ratel dit :

    bonjour.concernant les deficits sociaux il va peut être arriver un jour ou la fête va se terminer…

    « Minima sociaux: des propositions de réforme remises lundi à Manuel Valls »

  3. Yann dit :

    Vos explications me semblent très claires.
    Il y a cependant une chose que je souhaiterais que vous précisiez à propos de la création monétaire. Dans votre exemple entre le paysan et son voisin, il y a échange de monnaie fiduciaire. Elle a été émise dans une quantité donnée à un instant donné (comment est-ce défini ?) par une autorité (la banque centrale) mais ce qui serait utile de comprendre, c’est en fonction de quels critères cette quantité de monnaie en circulation évolue ?

  4. banville dit :

    Que dire, alors, du fameux hélicoptère monétaire dont on commence à parler?

  5. Ğaluel dit :

    Le post me semble très pertinent sur la création monétaire par connivence, fondée dans ces cas sur des prétextes tout à fait inefficients.

    Toutefois, il y a un point que je comprends pas : ces 1000 euros qui sont dans la poche des uns, censé être préalablement gagnés (échangés) préalablement : d’où viennent-ils ?

    Car s’ils ont été gagnés, de la part d’un échange préalable, qui lui même dépend d’un échange préalable etc…

    Si je raisonne par récursivité j’en arrive à la conclusion : ces 1000 euros, ayant toujours été gagnés lors d’un échange préalable, étant donné qu’il s’agirait d’une « monnaie saine », n’ont donc jamais été créés, mais ont donc toujours existé, de toute éternité.

    J’ai du mal toutefois à accepter cette conclusion logique. Il me semble qu’il y a là un point aveugle… Mais je me trompe peut-être !?

  6. Kaiser dit :

    Bonjour,

    Ce que vous dites est intéressant quoiqu’un chouia compliqué quand on a pas de « culture monétariste », mais justement quels sont les livres pour en apprendre plus là-dessus ?

    Ah oui, tout le monde ne chante pas les louanges du monétarisme chez les libéraux :

    http://www.contrepoints.org/2016/04/17/247563-la-faillite-du-monetarisme

    Merci

  7. yoananda dit :

    ben moi j’ai pas compris.
    vu qu’aucune explication supplémentaire n’est censé me permettre de comprendre, je resterais nul idiot inutile.
    je m’en remettrais.

    pour moi vous expliquez la différence entre argent sain / pas sain, mais pas du tout le mécanisme de création monétaire « brut » (qu’il soit sain ou pas).
    donc, impossible de comprendre le reste de l’explication.
    bien sûr, ce ne peut pas être un manque de pédagogie de votre part.

    retour à la case départ.

    • jp-chevallier dit :

      Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication supplémentaire n’est possible.

    • Artiste dit :

      Création monétaire par les banques: exemple
      Vous déposez 1.000.000 € dans votre banque la banque va prêter 900.000€ à A qui achète à B un bien (la banque garde 10% soit 1000.000€ de réserve fractionnaire légalement )
      B dépose les les 900.000€ dans la même banque pour simplifier . La banque va pouvoir prêter 810. 000 € à C
      Qui achète un bien pour ce prix à D qui redepose ces 810.000 € dans la banque qui va de nouveau pouvoir prêter cette somme moins les 10%de réserve fractionnaire à E qui les redepose à la banque et ainsi de suite.
      Voilà la création monétaire par les banques .vous pouvez calculer combien de monnaie à été créé à partir de votre dépôt. Est-ce de l’argent sain à vous de voir, notre bon maître ne nous éclaire pas à ce propos.

  8. yoananda dit :

    Je suis persuadé que vous oubliez une partie de l’explication, parce pour vous c’est un acquis depuis très longtemps, une « évidence ».

    Vous dites :
    « Il a créé de la valeur, c’est-à-dire des biens évalués (mesurés par une valeur monétaire) à 1 000 euros par exemple dans la mesure où des clients ont accepté de lui donner cette somme en contrepartie de la quantité de patates vendues. »

    d’où ils sortent ces 1000 euros que les clients possèdent ? (ne répondez pas « de la création de valeur précédente »), la question est : d’où ils viennent AU TOUT DÉBUT, avant qu’ils ne circulent ? qui les crée, comment ?

    ma question était « comment on crée la monnaie initialement », vous répondez « différence argent sain/pas sain » sans expliquer d’où sort cet argent INITIALEMENT.

    ma question est simple.
    )

  9. Glude dit :

    J’ai l’impression que la confusion vient du fait que monnaie != richesse.
    L’argent gagné correspond a une création de richesse, l’argent non gagné à une destruction de richesse.
    La monnaie qui continue à exister alors que la richesse est détruite serait-elle une création monétaire selon la lecture de JPC?

  10. yoananda dit :

    Pour explication sur la création monétaire INITIALE voir ici :
    https://minarchiste.wordpress.com/2013/07/18/comment-les-banques-creent-de-la-monnaie/

    notez un très long et technique débat entre économistes dans les commentaires.
    Visiblement, ce n’est pas une question si simple que ça pour tout le monde.

  11. olivier dit :

    Yoananda
    En fait mrs Chevallier est logique dans ses explications la monnaie n est qu un intermediaire qui permet lor d une session d evaluer la.vraie valeur d un actif ,price to price
    Cependant quant un bien communs …Dollars….est garant de cette transaction celui ci ne.doit pas etre controler par une institution privé ce qui est le cas de la fed dont les actionnaire sont des multi milliardaire capable d engendrer des sessions d actif se chiffrant en milliard donc a meme d influencer le price to price
    De mon point de vue j appel cela une.escrocrie mais ceci est mon point de vue

    • yoananda dit :

      et donc ? il est créé comment cet intermédiaire ?

      • jp-chevallier dit :

        … prenons l’exemple du paysan de Böhm-Bawerk : grâce à son travail et à son capital, il produit des pommes de terre qu’il vend sur le marché de la ville la plus proche.
        Il a créé de la valeur, c’est-à-dire des biens évalués (mesurés par une valeur monétaire) à 1 000 euros par exemple dans la mesure où des clients ont accepté de lui donner cette somme en contrepartie de la quantité de patates vendues.
        Ces clients ont eux-mêmes créé de la valeur grâce à leur travail et à leur capital. Ils disposent donc de ces 1 000 euros et ils ont besoin de pommes de terre.

        Une main invisible, celle des marchés, celle d’Adam Smith, guide l’action des uns et des autres dans un système économique et monétaire cohérent.

        Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication supplémentaire n’est possible.

      • xav dit :

        L or a été une des premiéres monaies utilisée. Des coquillages, des pierres, etc. Puis une monaie fiduciaire basée sur la confiance uniquement…

  12. ratel dit :

    bonsoir. Qui est le grand Régulateur de cette création monétaire,bonne ou mauvaise ?

    Est ce la banque centrale qui augmente ou diminue les taux pour calmer ou acceler la circulation monétaire et par là même indirectement la création de richesse et donc à terme la création de monnaie ?

    merci

  13. ratel dit :

    bonsoir ,une opération connue pour connaitre la vitesse de circulation

    Le calcul de la vitesse de circulation de la monnaie V nécessite de connaître pour une période T la quantité M de monnaie disponible et le montant P des richesses créées pendant cette période (typiquement, un PIB). P et M doivent être dans la même unité (devise).

    V = __P__ x__T__
    M

  14. ratel dit :

    désolé:

    V = P x T divisé par M

  15. ratel dit :

    bonsoir,que pensez vous de cette affirmation de wiki ? merci

    une banque centrale peut financer le déficit budgétaire d’un état, en prêtant de la monnaie à cet État, monnaie qu’elle aura créée par un simple jeu d’écriture comptable. Ce processus est résumé par l’expression « faire fonctionner la planche à billets »

  16. DrStef dit :

    Le discours de Laffer est « collector » . Merci !! J’ai sauvegardé le lien dans mes « favoris »

    Remarquez l’attendu de la 17ème chambre correctionnelle n’est pas mal non plus… Allez « collector » :D

    Stef du Canada

  17. Yann dit :

    C’est clair, tout est clair :-) )))

  18. Jérôme dit :

    Quid de la vitesse de circulation et des bulles monétaires

    Milton Friedman la considérait pour raison de simplification comme étant stable. Mais cette assertion est valable pour un système monétaire sain.

    Dans le cas d’un système monétaire pourri par une bulle monétaire, dans la relation M=kPy, c’est k qui gonfle et non pas P ou y. En d’autre terme, à un certain point/niveau, une croissance de la masse monétaire n’influence plus les prix P.

    Ma question est donc la suivante:

    Êtes-vous en mesure d’expliquer le(s) cheminement(s) qui permet(tent) de briser cette relation?

    Est-ce simplement la crise économique qui suit la période euphorique de création monétaire? Il devient impossible de relancer la machine, la faute aux bilans de banq

  19. yoananda dit :

    Mr Chevalier,

    vous me faites relire un passage que j’ai déjà lu attentivement. Ce n’est pas suffisamment clair pour moi comme je l’ai déjà dit.

    « … prenons l’exemple du paysan de Böhm-Bawerk : grâce à son travail et à son capital, il produit des pommes de terre qu’il vend sur le marché de la ville la plus proche.
    Il a créé de la valeur, c’est-à-dire des biens évalués (mesurés par une valeur monétaire) à 1 000 euros par exemple dans la mesure où des clients ont accepté de lui donner cette somme en contrepartie de la quantité de patates vendues.
    Ces clients ont eux-mêmes créé de la valeur grâce à leur travail et à leur capital. Ils disposent donc de ces 1 000 euros et ils ont besoin de pommes de terre.  »

    Je comprends toute l’explication, sauf la dernière phrase.
    « Ils disposent donc de ces 1 000 euros et ils ont besoin de pommes de terre. »

    Nous avons donc 1000 euros qui CIRCULENT.
    C’est ce que je comprends de la phrase « Ces clients ont eux-mêmes créé de la valeur » : c’est un raisonnement récursif, la monnaie circule pour permettre l’échange de la valeur créée.

    Mais moi je n’ai pas demandé l’explication pour la circulation monétaire, mais pour la CREATION.
    D’ou viennent ces 1000 euros à l’origine. Qui les a créés ? Selon quel mécanisme ?
    Dans votre explication, les 1000 euros sortent de nulle part.
    Il y a une baguette magique qui transforme les patates en euros ?

    Et aussi, corollaire : qui/comment on va les détruire ces 1000 euros quand les patates seront mangées et que la richesse/valeur équivalente sera détruite ?

    JP Chevalier ne veut pas me répondre. C’est son droit.
    Donc de deux choses l’une.

    Dans l’auditoire, certains prétendent avoir compris, que c’est très clair. Voudraient-ils bien avoir l’amabilité de réponde à ma question ?
    Ca ne doit quand même pas être si compliqué que ça de m’expliquer d’ou sort cet argent en premier lieu.

    Et si vous n’avez pas compris … et bien dites le, histoire de montrer que je ne suis pas le seul idiot inutile (ce dont je me fiche, mais j’aimerais avoir la réponse à ma question EXTRÊMEMENT SIMPLE)

    D’ou sortent les 1000 euros au départ ?
    Je ne vois pas ou c’est expliqué dans l’article de Mr Chevalier.
    HELP.

    • Bertrand dit :

      Ne pas poser la question’ d’où’ mais vient depuis quand…..2000,1500,1000, an zero……..les valeurs se sont accumulées depuis des siècles,même si les monnaies ont été détruites.

  20. Glude dit :

    @yoananda
    Je trouve que ta question est pertinente, et je ne prétend pas avoir compris ce que dit Chevallier..
    Selon moi, xav a répondu plus haut :
    « L or a été une des premiéres monaies utilisée. Des coquillages, des pierres, etc. Puis une monaie fiduciaire basée sur la confiance uniquement… »
    Il y’a eu de la monnaie depuis longtemps, et je ne pense pas qu’il y’ait eu de remise à 0 des compteurs. Il y’a donc une certaine quantité de monnaie dans le système, c’est un axiome.
    Maintenant, pour ce qui est de l’action des banques, ce que je comprend, c’est que l’interprétation de Bernard Maris du système de réserves fractionnaires, est que quand la banque prête, elle crée de la monnaie qui n’existait pas au préalable, ex-nihilo. Ce que dit Chevallier c’est que la banque prête l’argent des dépôts (et en garde une petite partie en réserve pour faire face aux retraits).

    • stenka dit :

      Bonjour,

      pour moi ce n’est pas tout à fait comme cela.
      M Chevallier à raison quand il dit que la banque prête 100 % l’argent des dépôts, et qu’il n’y a pas création monétaire.
      Si dans un système à réserves fractionnaires qui serait réglementé, mettons que le ratio sera de 1/10 entre le montant des dépôts et le montant prêté. Alors la banque créé de la monnaie à hauteur de 90 % du montant du prêt, mais cette création s’élimine au fur et à mesure du remboursement du prêt par l’emprunteur. Au final quand tout se passe bien, la création est annulée. La banque tire sa marge du taux d’intérêt appliqué au prêt. Il n’y a donc pas eu de création monétaire.
      Mais, quand cela se passe mal, c’est à dire que l’emprunteur ne rembourse plus, (faillite de la société qui emprunte, etc…) alors la banque ne peut plus éliminer la création monétaire, elle la garde dans ses livres.
      De plus les banques on triché depuis longtemps sur le ratio des réserves fractionnaires, voir les billets sur les banques du professeur CHEVALLIER.

  21. PAOLO dit :

    @ yoananda
    M CHEVALLIER donne la reponse:
    jp-chevallier dit :
    18 avril 2016 à 20 h 11 min

    « C’est évidemment aux bk centrales de réguler cette création monétaire, dans le bon sens ! »

    il vas falloir quel est ce sens…….

    d’ailleur je me rejoin à KAISER
    Kaiser dit :
    17 avril 2016 à 20 h 04 min

    Bon bah alors où puis je trouver le « flyer » ?

  22. Glude dit :

    Qui a inventé cette idée selon laquelle prêt = création monétaire ex-nihilo ? Maintenant je vois clairement que ça n’a aucun sens…

  23. Gil dit :

    Merci pour cet article.
    À l’évidence vos lecteurs vous savent gré de vos analyses sur l’eurosystème et la situation des banques ainsi que la notion de circulation monétaire, mais votre notion de création monétaire elle ne passe pas (celle de l’argent sain passe mais pas sous le terme de création monétaire car les lecteurs semblent concevoir autre chose sous ce terme).
    Il est regrettable que vous ne répondiez pas aux questions de vos lecteurs (ou alors par un simple « idiot inutile » expéditif), questions dignes d’intérêt pour certaines, sur ce sujet qui est pourtant l’une des pierres angulaires de votre vision du monde.
    J’avoue être visiteur régulier de votre site sans partager votre conception de la création monétaire tout en comprenant votre notion d’argent sain et en partageant vos analyses sur l’€ et les banques. Je pense que vous sous-estimez vos lecteurs, ils cherchent vraiment à comprendre et à débattre mais n’ayant pas votre « niveau » ils se voient répliquer des « idiot utiles ». Vous noterez qu’eux ne vous insultent jamais. C’est à se demander pourquoi vous tenez ce blog si ce n’est pour vous défoulez.
    En ce qui me concerne j’aurais beaucoup aimé débattre et argumenter avec vous mais, voyant comme vous traitez vos lecteurs, je reviendrai ici pour prendre ce qu’il y a de bon à prendre en laissant de côté les paragraphes excécrables et autres jouttes verbales sous la ceinture.

    Cordialement,

    Gil

  24. yoananda dit :

    Donc j’ai 3 réponses (merci).

    Ne voyez aucune agressivité dans mes questions, j’essaye juste de BIEN comprendre. Ou alors, je suis long à la détente… ou persévérant.

    1/ (Glude) la monnaie pré-existe, c’est un axiome. Ça veut dire qu’on n’en crée plus ? depuis combien de temps ? C’est quoi les masses monétaires qui croissent dans ce cas, le M1 par exemple ?

    2/ (Stenka) moi j’ai compris que le système de prêt à réserve fractionnaire n’était PAS de la création monétaire mais de la circulation (cf billet précédent : http://chevallier.biz/2016/04/circulation-creation-monetaire-pour-les-nuls-suite%E2%80%A6-sans-fin-avant-derniere/). Et la vous semblez dire le contraire …
    Donc, pour vous la circulation monétaire serait de la « création temporaire » ???
    Si c’était le cas, pourquoi JP Chevalier ne l’aurait-il pas dit explicitement ?

    3/ (PAOLO) : « C’est évidemment aux bk centrales de réguler cette création monétaire »
    Moi je lis que les bk centrales REGULENT la création monétaire. Ça ne dit pas qui et comment est créé cette monnaie.
    J’ai expliqué quand dans les bouquins d’éco il est expliqué que ce sont les crédits qui font la création monétaire, et que c’est régulé par les banques centrales (par plusieurs mécanismes). JP Chevalier n’a pas confirmé ni infirmé, et n’a dit (nulle part ou j’ai pu le lire) que c’était les banques privées qui créaient la monnaies …

    C’est quand même étrange, si c’était si simple et évident, pourquoi ai-je eu 3 réponses différentes et … « confuses » (sans vouloir vexer personne, j’ai expliqué pourquoi je ne comprends pas les réponses).

    Merci si quelqu’un a le courage de faire l’exégèse des l’explication soit disant simple et auto-suffisante de Mr Chevalier ou l’on doit devenir qui/comment se fait la création monétaire …
    J’ai peut-être loupé un vieux billet quelque part ??? ou un récent ??? (j’ai pris la discussion en route).

    Donc la question demeure : qui crée la monnaie ? qui la détruit ? et (subsidiaire) celui qui crée la monnaie selon quelles règles (qu’est-ce qu’il l’empêche de créer de la monnaie pour lui et ses amis, en somme) ?

  25. Yann dit :

    @GIL : je suis un fidèle lecteur de ce blog que je consulte quotidiennement avec le plus grand plaisir. Je n’ai jamais eu l’impression d’être « insulté » par monsieur CHEVALLIER envers qui je suis très reconnaissant de nous faire partager ses analyses.
    Je n’en ai pas trouvé d’autres comparables, du moins dans la langue de Molière.
    Il est vrai que certaines fois, nous sommes plusieurs à rester sur notre faim en n’obtenant pas les réponses aux questions que nous posons. Je considère que lorsqu’il n’y a pas de réponse, c’est soit qu’elle est « évidente », soit qu’elle viendra ultérieurement.
    Je le prends donc comme un jeu de piste et j’essaye de comprendre au fur et à mesure que des explications nous sont délivrées.
    C’est amusant, je vous encourage à le considérer sous cet angle.

  26. Argh dit :

    La banque centrale ‘édite’ et/ou gère la monnaie papier correspondant à la création de richesse effective. Son métier étant de le faire au plus juste pour des richesses réellement créée. C’est quand elle en édite trop ou sur des sous jacent erronés (politique) que les problèmes commence (pour faire simple).
    Je ne suis pas un spécialiste mais ça ne semble quand même pas compliqué à comprendre.

    • yoananda dit :

      @Argh
      personne ne dit que c’est compliqué.
      juste que ce n’est pas explicité explicitement …
      il n’est pas dit, que je sache, que les 1000€ sont de la monnaie papier. Ils sont juste « déjà créés », à qu’elle occasion ? par qui ? comment ? selon quelles règles ? et quand et comment et pourquoi l’argent est détruit ? (l’est-il ?)

      Pour l’instant, ce que je comprends, c’est que ce sont des règles comptables qui mal utilisées créent de l’argent malsain, et bien utilisées, « créent » de l’argent sain (parce qu’il correspond à la valeur d’un travail).

      Mais de la à en déduire que le QE est de la circulation monétaire plutôt que de la création, ou de dire que la réserve fractionnaire n’est pas de la création monétaire (à l’inverse de ce qui est expliqué dans les manuels académiques … auxquels je ne fais pas spécialement confiance, c’est juste que j’aimerais comprendre) … il y a un pas.
      Peut-être que je mélange les termes techniques aussi. J’essaye de me dépatouiller. Je pose des questions.

      Comme JP Chevalier prétends que c’est simple, je me dis que c’est l’occasion de tirer tout ça au clair.

  27. Marco Saba dit :

    « la mauvaise création monétaire, celle qui correspond à de l’argent non gagné en particulier distribué démagogiquement sans contrepartie de création de richesse. » – c’est bien ça le boulot des banquiers. Ils se distribuisent la proprieté de l’argent entre eux en cachant cet advantage qui s’appelle seigneuriage, c’et à dire qu’ils ne comptabilisent pas mème cette rente.

    Voiçi la Banque Nationale Suisse:

    Annexe aux comptes annuels au 31 décembre 2015 (page 158) https://www.snb.ch/fr/mmr/reference/annrep_2015_komplett/source/annrep_2015_komplett.fr.pdf

     » Les principes d’établissement des comptes suivent les Swiss GAAP RPC (recommandations relatives à la présentation des comptes), sauf si une disposition dérogatoire a été définie. Ces principes s’écartent des Swiss GAAP RPC lorsque ces recommandations sont en contradiction avec la LBN ou s’il s’agit de tenir compte de la nature particulière de la Banque nationale. Ainsi, en dérogation aux Swiss GAAP RPC, la Banque nationale n’a pas dressé de tableau des flux de trésorerie… »

    « La suppression du tableau des flux de trésorerie est l’unique modification par
    rapport à ll’exercice 2014. »

    « Selon l’art. 29 LBN, la Banque nationale est dispensée de dresser un tableau
    des flux de trésorerie. » (modifié en 2015….)

  28. Glude dit :

    Une bonne partie des réponses se trouve dans cet article que j’ai garde dans mes favoris tant il y’a de choses dedans : http://chevallier.over-blog.fr/article-18763860.html

    « Ces problèmes sont résolus ordinairement en respectant de bonnes règles comptables (les IFRS entre autres) qui imposent d’enregistrer les engagements de retraite (lorsqu’ils existent) comme c’est le cas aux États-Unis et dans un certain nombre de pays mais un gros problème se pose en France du fait qu’il y subsiste un régime de retraite par répartition qui attribue des créances de retraite sans en enregistrer les provisions.

    Dans une première période, pendant la deuxième moitié du XX° siècle, ces déséquilibres monétaires ont eu des conséquences qui n’étaient pas graves car les revenus distribués sans qu’un travail soit fourni en contrepartie (c’est à dire la masse des pensions de retraite) étaient peu importants par rapport au PIB du fait de la structure démographique de la France. »

    « Le non enregistrement des engagements de retraites sont la principale cause du dérapage monétaire, de l’argent non gagné…
    La politique monétaire de la BCE n’est pas trop laxiste, ce sont les politiques menées par certains gouvernements, en France en particulier, qui sont trop laxistes « 

  29. yoananda dit :

    Question Mr Chevalier, histoire de lever une ambiguïté :

    quand vous dites « création monétaire anormale »
    est-ce que pour vous « création monétaire » signifie forcément en fait « argent malsain »
    et « circulation monétaire » signifie forcément « argent sain » ?
    du coup « création monétaire saine » ou « création monétaire normale » n’existerait pas ?

    Si vous répondez « oui », ça expliquerait pourquoi vous refusez d’expliquer plus avant ce qu’est la « création monétaire » (tout court).

    A l’inverse, s’il existe une création monétaire normale, elle correspondrait à de l’argent gagné.
    Mais du coup, je retombe sur ma question initiale : par quel mécanisme l’argent est-il créé initialement (avant qu’il ne circule) ? etc…

  30. yoananda dit :

    @Gulde

    Oui, je connais cet article, et justement, il y est écrit :
    « c’est à dire de l’excès de M2, de la création monétaire, de l’argent non gagné pour reprendre les termes utilisés par les monétaristes américains et les Reaganomics (unearned money) »

    ce qui SUGGÈRE que « création monétaire » est synonyme de « argent non gagné » dans la bouche de Mr Chevalier, contrairement à son usage usuel ou « création monétaire » est neutre, et peut être sain ou malsain selon le mécanisme/la raison de la création.

    Si c’est le cas, si « création monétaire = argent non gagné » alors le mystère est en effet résolu pour moi.
    Sinon, retour à la case départ : ou est expliqué la création monétaire ?

  31. josick dit :

    Alors que je survolais ces commentaires m’est venu à l’idée le processus suivant… Dans un premier temps, l’or ou l’argent étant la monnaie d’échange… le volume de cet or et de cet argent est alors le résultat d’un travail, argent et or gagné à la sueur des fronts. Puis plutôt que d’avoir à transporter des lingots, une monnaie scripturale… Et enfin comme la production d’or physique n’est plus vraiment corrélée à la production des autres richesses qui par ailleurs explosent, désindexation de la monnaie scripturale d’avec l’or… L’émission de monnaie doit alors être corrélée aux statistiques de la production des richesses… Et doit circuler dans un système de production de valeurs et non pas d’assistance…

  32. Lorelei dit :

    Par création monétaire, vous entendez: » monnaie papier réelle » ou « monnaie fiduciaire (jeu d’écritures) » ?
    A mon très petit avis, il y a confusion concernant les banques. Les banques de quartier ne sont que de simples commerçants qui échange un bien contre une rémunération. Pour moi, en aucun cas, elles ne créent de la monnaie. Elles vendent contre rémunération. A ce moment, elles créent de la valeur ajoutée comme un autre commerçant.
    Les choses sont différentes au niveau étatique, où les banques centrales (toujours à mon très humble avis) peuvent créer de la monnaie papier et des monnaies fiduciaires.
    Ce n’est que ma toute petite vision des monnaies et des « marchands de sous » ^^

  33. DrStef dit :

    je tente une explication de ce que j’ai compris… Et comme je suis matheux va y avoir du formalisme
    Ne vous formalisez pas

    Au temps t0 la banque a des fonds propres FP. (Dépôts & épargne des entreprises et particuliers, la tresorerie des profits passes de la banque, etc etc ….)
    Masse monétaire associée a la banque: FP * mu (mu ~11 selon des avis autorises).

    A t1 la banque vous accorde un prêt pour bâtir une baraque: P
    Bilan de la banque FP*mu – P ( >0 elle peut pas vous preter plus que ca…)
    Masse monétaire de la banque + vous = FP*mu Aucune création monétaire

    A t2 vous avez rembourse le prêt avec intérêts cumulés: I
    Bilan de la banque FP*mu + I
    Votre bilan: la maison en plus.

    Création de richesse PIBpret= maison + les intérêts de la banque I – frais de gestions de la banque -coût des materiaux pour la maison…. etc etc qui s’ajoutent au PIB.

    Dans un système vertueux, pendant les 25 années de remboursement, la Banque Centrale aurait du mettre en circulation un montant équivalent a la richesse crée… PIBpret

    La France souffre d’un manque de provision en FP parce que les Français n’épargnent pas pour leur retraite, parce que les profits des entreprises ont été spolies par la redistribution sociale (les faux droits accordes aux feignants et inactifs) et leur trésorerie est dans les chaussettes…

    Les banques américaines (anglosaxonnes) ont a leur disposition un FP énorme !! Parce que les entreprises font d’énormes profits et ont une tresorerie de 2000Mds et plus, parce que les Américains ont d’énormes fonds de pension…

    Grosso modo, la BCE génère de la masse monétaire sans aucun rapport avec la création de richesse par l’activité des banques, des entreprises, des ménages.
    Faut compléter le raisonnement avec le QE de la FED, mais la je fatigue..

    Voila ça doit être ça… ou presque

    enfin je crois en tous cas ça tient en une page

    Stef du Canada.

    • DrStef dit :

      Ooops je m’ai trompé

      erratum: A t2 Bilan de la banque FP*mu + I

      Il faut enlever les coûts liés a la perception de I
      Considerer plutôt Ibenefice qui est la part des bénéfices de la banque réalisés sur les intérêts versés I , accumulés en trésorerie i.e. non distribués aux actionnaires.

      a t2 Bilan de la Banque: FP*mu + Ibenefice

    • jp-chevallier dit :

      La France souffre d’un manque de provision en FP parce que les Français n’épargnent pas pour leur retraite, parce que les profits des entreprises ont été spolies par la redistribution sociale (les faux droits accordes aux feignants et inactifs) et leur trésorerie est dans les chaussettes…
      Les banques américaines (anglosaxonnes) ont a leur disposition un FP énorme !! Parce que les entreprises font d’énormes profits et ont une tresorerie de 2000Mds et plus, parce que les Américains ont d’énormes fonds de pension
      Oui !

  34. G&S dit :

    Quand vous mentionnez de la spoliation des entreprises, vous faites allusion à toutes les entreprises qui ne pratiquent pas l’optimisation/évasion fiscale à outrance.
    Je ne pense pas que les Apple, Facebook, Google, Amazon, Arcelor Mittal, AB Inbev et autres soient spoliés par la redistribution sociale.

    • DrStef dit :

      @G&S: Vous êtes un âne…

      Comme si les entreprises que vous citez contribuent en quoi que ce soit a l’investissement et a l’emploi en France.
      On parle d entreprises françaises et même pas de celles du CAC40 qui font la majeure partie de leur CA et de leurs bénéfices a l’étranger*.

      Ce sont vos TPE-PME-ETI qui assurent la majeure partie de l’activité marchande privée dans ce pays. Elles payent plein pot et leur rentabilité et trésorerie sont a des niveaux alarmants… a des niveaux ou les banques ne prêtent pas.

      Avec des gens comme vous, la France mérite son chômage de masse, sa paupérisation et son désespoir.

      Stef du Canada

      *Avez vous remarqué que les deux crétins qui s’occupent des vos finances Michel S. et Christian E. ont renoncé a leur projet de taxation des bénéfices du CAC40 a l’étranger. Essayez de comprendre la raison c’est très révélateur.

      • G&S dit :

        Cher ami caribou,

        Je ne suis ni français, ni résident français… mais ce n’est pas le sujet.
        Par ailleurs, j’attire votre aimable attention sur le fait que ce sont préciséments les lobbies rémunérés par ces sociétés transnationales qui influencent les décisions politiques.
        Je vous laisse méditer quant aux bienfaits de la mondialisation heureuse.

  35. polo dit :

    J’ai lu tous les commentaires et sa me fait penser à l’histoire de l’ œuf ou de la poule qui est venue avant l’autre , personnellement ses mon avis dans une économie saine à partir du moment que vous faite du déficit et que votre dette augmente d’une année à l’autre il y a bien création monétaire, dans des bon fondamentaux ou votre économie reste performante et saine la notion de dette de peux pas exister, le jour ou vous avez rembourser votre dette la création monétaire disparais

  36. Lorelei dit :

    Est-ce qu’une société internationale qui fait de l’optimisation fiscale ne paie pas les cotisations sociales des salariés employés en France?

    • G&S dit :

      Il n’existe pas nécessairement de proportionnalité entre le nombre de salariés employés dans un pays et le chiffre d’affaire qui y est réalisé.

  37. hefaillitos, tenté par l'hermétisme et l'alchimie dit :

    de mon côté, la seule chose qui me paraisse essentielle, c’est que M.Chevallier insiste sur le « argent non gagné »…
    Un jour, les politiques sourds idiots et aveugles vont miraculeusement se réveiller pour le gagner et ce qui ne fut que difficilement possible (appel au patriotisme et donner son or pour l’effort de guerre, fort knoxx et compagnie etc…) il y a un siècle le sera aisément grace à l’ordinateur.
    Ces derniers avaient juste besoin de prétexte pour vous voler en toute légalité : guerre etc… désormais, c’est facile, un clic et vous êtes spoliés.

    Un jour, en cas de souci, il suffit de « gagner » cet argent en vidant les comptes en banque de ces idiots qui croeint qu’épargner à qui mieux mieux c’est bien…
    la monnaie n’est qu’un moyen d’échange et non un stock de valeur qu’il convient de cumuler ( malgré les messages incitants des banksters et les mirobolants 0.5% du livret Abrutis) , sa vitesse d’échange est trop basse en ce moment… ce qui cause l’apparition de gens hurlant à la déflation

    la monnaie n’est en réalité et à ce jour qu’un bien de consommation comme un autre, qui fluctue au grés des décisions arbitraires de directeurs des banques centrales…
    (me semble que ceci est un élément capital du monétarisme, qui est à pendre en compte depuis la faillite de bretton woods décidée par nixxon)

    Vous n’étes pas dans un monde libre, vous êtes nés dans un monde en guerre invisble, celle que mènent les banques centrales contre les peuples… parce que les politiques endettent les états sans cesse, et qu’un jour il faut purger le systéme. l’histoire est pleine des cadavres des créanciers des divers états

    beaucoup on ressorti en 2008 le modèle de la crise des années 30… ils n’ont pas tort sur le fond car c’est la même guerre qui se répète, mais on ne peut pas adapter l’évolution des choses point par point car les règles du jeu ne sont pas comparables. Le monde a changé : aujourd’hui plus besoin d’appel au patriotisme et à la fort knoxxitude, vous serez tous sacrifiés au moment opportun et d’un seul clic… impossible de fuir.

    Et les alchimistes vous auront encore bien enfilés : en vendant les subprimes, ces derniers ont « transformé le plomb en or », car des cons (assurances et banques françaises entre autres) ont refilé de l’or (en fait des euros ou dollars) contre ce truc qui était appelé à devenir du plomb (des placement pourris…)
    et ont utilisé ces monnaies pour faire autre chose
    Le changement de l’or en plomb (donc la perte ) ce sera pour vous quand vos banques seront renfloués à coup de Bail in.

Commenter