13 mai 2016 9

France : agrégats monétaires (mars 2016) et l’argent hélicoptère !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Pour relancer la croissance du PIB en cas de risque déflationniste, Milton Friedman a proposé la solution déconcertante et provoquante de larguer des billets d’un hélicoptère !

C’était bien entendu une plaisanterie, mais pas tout à fait cependant puisque cette idée est reprise sérieusement par certains idiots inutiles et elle est finalement mise en pratique dans la zone euro et en France en particulier sous une certaine forme…

En effet, l’agrégat monétaire M1 augmente d’une façon vertigineuse depuis le mois de mai 2014,

Document 1 :

L’augmentation de M1 est considérable : de plus de 10 % d’une année sur l’autre depuis ce mois de mai 2014 !

Document 2 :

Comme la croissance du PIB nominal est de l’ordre de 2 % d’une année sur l’autre…

Document 3 :

… l’augmentation de la part de l’agrégat M1 par rapport au PIB annuel est considérable : M1 atteint 45 % du PIB alors que la part de cet agrégat aurait dû baisser en tendant vers 17 % (du PIB) comme aux Etats-Unis,

Document 4 :

Ainsi, ce sont plus de 600 milliards d’euros qui sont en trop dans les portefeuilles et sur les comptes bancaires des Français,

Document 5 :

C’est de l’argent non gagné, de la création monétaire pure qui ne correspond pas à une création de valeur.
C’est le résultat de la redistribution qui fait la fierté du successeur de notre histrion ignare : voler l’argent de ceux qui travaillent et qui l’ont gagné pour le donner à des gens qui ne travaillent pas, sous la forme d’allocations diverses (chômage, familiales, etc.), de financements d’organismes amis non productifs pour caser ses affidés et d’entorses aux principes comptables.

Comme je l’ai déjà écrit, il faut coupler l’analyse monétariste avec le behaviorisme : tout dépend du comportement des bénéficiaires de cette distribution d’argent non gagné

Leurs réactions sont variables : sachant qu’ils bénéficient d’argent non gagné dans une situation de crise larvée, ils conservent généralement par précaution cet argent sur leurs comptes courants bancaires mais ils peuvent aussi en dépenser une partie, ce qui fait repartir la croissance du PIB mais d’une façon éphémère et sur de mauvaises bases, et c’est ce qui se passe en ce moment en France.

En effet, l’hypertrophie d’un agrégat comme M1 correspond à un blocage durable de la circulation monétaire, donc de la croissance du PIB.

L’argent sain est le premier pilier des Reaganomics, or l’argent n’est pas sain dans la zone euro et en France en particulier qui sont condamnés à une crise larvée durable, de tendance déflationniste comme au Japon.

Comme je l’ai déjà écrit, L’analyse de l’évolution des agrégats monétaires est fondamentale pour tout monétariste.
C’est la raison pour laquelle le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, a décidé tout seul, juste avant de prendre ses fonctions en tant que président de la Fed, d’arrêter la publication des chiffres de M3 pour que personne ne puisse déceler le développement de l’hypertrophie monétaire en M3-M2 qui n’est visible que sur les séries d’autres nations comme celles de la zone euro.
Ainsi, les gens de la Fed ont pu piloter en toute quiétude les turbulences financières qui en ont été la conséquence pour restaurer de bons fondamentaux… mais aux Etats-Unis.
Hypertrophie de la masse monétaire, création monétaire, structure totalement hors normes des agrégats, banques qui ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement, la zone euro et ses pays membres sont dans une situation qui conduit dans l’inconnu car il n’y a pas d’antériorité à de tels désordres
.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

9 réponses à “France : agrégats monétaires (mars 2016) et l’argent hélicoptère !”

  1. Bertrand dit :

    Ils mettent tous à parler contre le brexit , preuve que ça craint et que ca leur chauffe ou je pense , c’est donc bien le moment d’appuyer pour le brexit.
    Seul moyen de faire tomber l’euro et de remettre de l’ordre dans l’économie.

  2. ratel dit :

    bonjour,ne faudrait il pas donner des bons d’achats limités dans le temps à ceux qui sont vraiment dans le besoin au lieu de leur donner des euros qui peuvent parfois être mis de coté par peur de l’avenir ?

  3. G&S dit :

    « Leurs réactions sont variables : sachant qu’ils bénéficient d’argent non gagné dans une situation de crise larvée, ils conservent généralement par précaution cet argent sur leurs comptes courants bancaires ».

    Quels sont les montants et durées des allocations de chômage en France ?

  4. Anthony dit :

    Je partage l’idée que le brexit pourrait servir de prétexte et/ou d’élément déclencheur, tout comme le cas grec.
    Le calendrier colle parfaitement aux courbes de Mr chevallier…

  5. banville dit :

    Ratel, on en a tous besoin, quelque soit notre niveau de revenus et je ne comprends toujours pas pourquoi on donnerait à des gens non productifs ! Ceci dit, l’hélicoptère monétaire existe déjà depuis longtemps dans notre pays car ne peut-on qualifier de la sorte tous les avantages des uns et des autres à travers la société ou l’institution qui les embauche ??

  6. ratel dit :

    Bonjour

    « dans le besoin » est surement un mauvais terme.j’aurais du écrire « en difficulté ». on peut reconnaitre le mérite,récompenser l’effort et faire preuve d’humanité.le bon d’achat a pour avantage d’aider une personne en difficulté pour au moins se nourrir (il y a les restos du coeur) ou s’habiller. Ce n’est pas dans l’idée d’un assistanat de confort.Le cout serait diminué mais ciblé aux besoins essentiels.

    • Homer dit :

      @Ratel : vos remarques candides vous honorent. Malheureusement il nen est pas de meme concernant les millions de fonctionnaires rapaces qui en France pillent litteralement les comptes bancaires des tpe, pme, artisans, particuliers. Clairement, M1 est surtout composé d argent volé par des services qui depuis longtemps ont aservi le public… inversion des valeurs, 57% de depense volée (sures actifs) et empruntée (donc volée à la generation d apres).

  7. G&S dit :

    « Diviser pour mieux régner »… et la masse n’y voit que du feu !

Commenter