12 mai 2016 10

Leverage des big banks : USA / Europe, 1° trimestre 2016

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques

Des tableaux de chiffres, c’est bien, c’est clair, précis, complet mais ça demande un certain effort pour les interpréter alors que des graphiques permettent de voir d’une façon évidente certains aspects importants du sujet traité et finalement de mieux les comprendre…

Ainsi en est-il du multiple d’endettement des big banks too big to fail, le leverage qui montre clairement que pour la plupart, les big banks américaines (… c’est-à-dire des Etats-Unis) respectent les règles prudentielles édictées dans les années 80 par ce bon vieux Greenspan, à savoir que le total de leurs dettes ne doit pas dépasser 12,5 fois le montant de leurs capitaux propres

Document 1 :

règle plus connue sous l’expression de ratio Core Tier 1 (d’origine, l’inverse du leverage en pourcentage) qui doit être supérieur à 8 %,

Document 2 :

Seules les (relativement petites) banques américaines State Street et Bank of New York Mellon sont loin de respecter ces règles prudentielles d’endettement.

Les autres banques américaines ont un leverage acceptable, seule Citigroup se détachant du lot en respectant les nouvelles règles édictées par ce bon vieux Greenspan après les turbulences financières des années 2008, à savoir un leverage inférieur à 10.

Document 3 :

RankBanks 2016 Q1LiabilitiesTangible equityLeverageCore Tier 1
1Citigroup1 631,53169,4419,6310,39
2Goldman Sachs806,50271,49811,288,87
3Wells Fargo1 702,74146,44211,638,6
4Bank of America2 016,83168,67311,968,36
5JP Morgan Chase2 247,03176,77912,717,87
6Morgan Stanley756,23651,47914,696,81
7State Street230,62513,0617,665,66
8Credit Suisse773,58940,30919,195,21
9Bk New York Mellon354,56718,30319,375,16
10Crédit Agricole Group1 674,9070,423,794,2
11BPCE Natixis1 647,5163,925,783,88
12BNP Paribas2 052,3268,729,873,35
13UBS937,0229,85331,393,19
14Société Générale1 3293933,982,94
15Deutsche Bank1 693,2747,335,82,79

Les banques européennes sont loin d’être fiables, en particulier les Gos banques françaises, les mécanos de la Générale étant parmi les plusses pires !
Bravo les artistes !

Pour rappel, graphiques du trimestre précédent…

Document 4 :

Seul Tidjane Thiam (X, Mines, INSEAD), le nouveau patron de Crédit Suisse depuis juin 2015, un noir franco-ivoirien trop noir (et trop compétent) pour la nomenklatura franchouillarde bancaire, est manifestement conscient qu’il faut impérativement restaurer les fondamentaux c’est-à-dire diminuer le multiple d’endettement, en restructurant les activités pour augmenter les bénéfices, en recourant à une augmentation de capital (6 milliards de francs en octobre dernier) et en utilisant au besoin d’autres solutions…
Les résultats obtenus sont déjà remarquables
!

Document 5 :

Comme je l’ai déjà écrit, par ailleurs, il faut préciser pour les idiots inutiles voire nuisibles qui critiquent mes travaux, que la comparaison entre les banques européennes et américaine est fiable car, s’il y a des différences entre les règles comptables des deux côtés de l’Atlantique, elles sont finalement négligeables…

En effet, ces idiots qui prétendent que les banques européennes comptabilisent selon les règles IFRS les produits dérivés, ce qui gonfle leurs bilans alors qu’il n’en est pas de même aux Etats-Unis, se couvrent de ridicule car, quel que soit le système comptable, seules doivent être enregistrées les opérations qui ont eu effectivement lieu au cours de l’exercice.
C’est là un principe comptable universel appliqué en IFRS comme aux Etats-Unis et ailleurs.

Comme les produits dérivés sont des engagements à terme non réalisés, ils ne doivent donc pas être comptabilisés dans le bilan, mais hors bilan.
Ils portent généralement sur des montants considérables : de l’ordre de plus de 10 fois le total du bilan des banques, mais, à terme, une fois les sous-jacents levés, les gains et les pertes comptabilisés sont très faibles du moins si ces opérations ont été effectuées correctement.

Bien entendu, les Gos banquiers français refusent de présenter ces problèmes bancaires simplement de façon à ce que le bon peuple puisse les comprendre. Ils peuvent alors dire : vous voyez, les métiers de la banque sont très compliqués, faites-nous confiance, laissez-vous faire !
Et ça marche !

Le leverage des autres grandes banques présentant un risque systémique d’après la liste retenue par la BRI (Global Systemically Important Banks (G-SIBs) se trouve dans une zone intermédiaire entre celui de Crédit Suisse et celui des mécanos de la Générale.
Les chiffres publiés par les banques asiatiques sont peu fiables. Les banques du Royaume plus ou moins Uni sont soit hors normes comme Bank of Scotland, soit, bien que londoniennes, exercent l’essentiel de leur activité à l’étranger comme Standard Chartered et HSBC.
Les banques italiennes et espagnoles sont engluées dans des situations dangereuses, ce qui rend non significatifs les leverages de celles qui font partie des G-SIBs.

Une fois de plus, tout est simple.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 réponses à “Leverage des big banks : USA / Europe, 1° trimestre 2016”

  1. ratel dit :

    Bravo et merci pour votre travail.
    Je voulais juste rajouter que la banque credit mutuel semble faire
    Des efforts significatifs pour ameliorer son ratio core tier 1.elle devrait
    Augmenter autour des 6.2 soit le meilleur ratio des banques françaises
    Mais encore insuffisant.

    • stenka 07 dit :

      @ratel,
      Oui ils peuvent, je suis chez eux depuis 30 ans, mais plus pour trés longtemps. Frais en veux tu en voilà, inexplicables aux noms tordus, zéro découvert autorisé, refus des prêts de trésorerie,etc….Maintenant qu’ils vendent des voitures, des alarmes des assurances, et des téléphones, c’est peut être ça qui rapporte.
      Pour moi ce n’est plus vraiment une banque mais une épicerie…….
      Bien à vous.

  2. polo dit :

    Bonsoir Monsieur CHEVALIER, je suis tout à fait d’accord avec vous mais j’ai une question toute simple à vos poser que je me suis poser moi même, monsieur A banquer possède milles euro il prête dix milles euro il respecte les règles mas un des préteur lui fais défaut, Monsieur B prend plus de risque avec le même somme il prête 15 milles euro mais lui ne respecte pas les règles fait au final une personne lui fait défaut aussi, qui à gagner le plus dans cette histoire Monsieur A au B, est ce que certaines banques en ciblant des clients plus crédible que d’autre ne peuvent pas se permettre des leverages plus importants

  3. Bertrand dit :

    BREXIT…….il faut etre pour…….comme grexit….afin que l’euro soit supprimé.

  4. merio dit :

    Cette fameuse crise bancaire risque de jamais arriver,depuis tout le temps qu’on en parle!

  5. Arnaud dit :

    Bonjour Monsieur Chevallier,
    J’ai cru remarquer que vous ne publiez plus d’analyses concernant / incluant les leverage et ratio core tier de la banque HSBC ? Est-il indiscret de vous demander s’il y a une raison spécifique à ce changement ?
    Meilleures salutations.

  6. ratel dit :

    @ stenka 07 vous écrivez : »je suis chez eux depuis 30 ans, mais plus pour trés longtemps »

    pourriez vous me dire ou vous allez aller cela m’intéresserait peut être ?

    je me suis posé la même question et j’ai enragé de voir mes frais bancaires augmenter.Cependant ils ont le meilleur core tiers one et ils progressent pour un jour peut etre arriver aux ratios préconisés par Mr Chevallier.Si mes augmentations,tant qu’elles restent acceptables bien qu’ennuyeuse participe à la sécurité de mes avoirs tant pis.Par réalisme je reste au CM car les autres sont pires.Je n’ai plus de parts sociales dans cette banque,le directeur n’a pas trop apprécié,mais il me les a remboursés.Que faire d’autre ? saupoudrer mes avoir dans toutes les banques pour profiter du plafond sécurisé ? pour l’instant je préfère tout mettre dans la banque la moins mauvaise et qui semble vouloir continuer dans cette direction.Si vous avez des idées je suis preneur.Merci

  7. Yann dit :

    Vous qui êtes si rigoureux, je me demande si vous ne mélangeriez pas les devises (USD / EUR) dans votre tableau présentant les « tangible equity »
    il est vrai que ça ne change pas vraiment grand chose au fond, mais tant qu’à faire, il serait peut être plus juste de préciser la devise retenue pour chaque banque
    Merci encore pour le partage de vos travaux

  8. grouik dit :

    Bonjour,je me pose une question:quelle confiance accorder aux publications de bilans des banques?Sachant que les grosses entreprises défiscalisent dans leurs filiales a l’étranger.

Commenter