28 juillet 2016 4

Crédit Suisse 2° trimestre 2016

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

Comme je l’ai déjà écrit, Tidjane Thiam (X, Mines, INSEAD), le nouveau patron de la banque depuis juin 2015, un noir franco-ivoirien trop noir pour la nomenklatura franchouillarde bancaire, est manifestement conscient qu’il faut impérativement restaurer les fondamentaux c’est-à-dire diminuer le multiple d’endettement, en restructurant les activités pour augmenter les bénéfices, en recourant à une augmentation de capital (6 milliards de francs en octobre dernier) et en utilisant au besoin d’autres solutions…

Ainsi, il a décidé fort intelligemment d’apurer les comptes de sa banque en diminuant drastiquement le montant des écarts d’acquisition (goodwill), ce qui a fait augmenter mécaniquement le montant des capitaux propres tangibles, tout en diminuant le total des dettes (moins 104 milliards de francs d’une année sur l’autre).

Résultat de la manip : le leverage réel de Crédit Suisse est déjà tombé à 21,10 alors qu’il stagnait aux alentours de 25 avant la nomination de Tidjane Thiam, ce qui correspond à un ratio Core Tier 1 réel de 4,74 % qui est encore loin des règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan,

Document 1 :

Crédit Suisse2015 Q22015 Q32015 Q42016 Q12016 Q2
1 Assets879,322858,42820,805813,898821,164
2 Equity42,64244,75744,38244,99744,962
3 Deductions---0,4393,1073,053
4 Goodwill8,2388,5264,8084,6884,745
5 Tangible eq34,40436,23140,01337,20237,164
6 Liabilities844,918822,189780,792776,696784
7 Leverage (µ)24,5622,6919,5120,8821,1
8 Core Tier 1 (%)4,074,415,124,794,74

Sommes en milliards de francs… suisses.

Un rappel : le véritable leverage est obtenu en diminuant le montant des capitaux propres (sans les minoritaires) des écarts d’acquisition, c’est-à-dire en évaluant ces capitaux propres à leur juste valeur de marché, dite des actifs tangibles, sans pondérer les actifs rapporté au reste du bilan qui est constitué par définition de dettes, selon les préconisations de la BRI (et de la directive européenne CRD IV).

Document 2 :

Il faudrait encore augmenter les capitaux propres de 37,5 milliards de francs helvètes ou diminuer le total des dettes de… 375 milliards (en cédant autant d’actifs) pour que Crédit Suisse respecte les règles prudentielles édictées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage inférieur à 10 correspondant à un ratio Core Tier 1 supérieur à 10 %.

Les petits Suisses devraient être inquiets car leurs deux big banks too big to fail présentant des risques systémiques ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement.

Document 3 :

Les journaleux et autres bonimenteurs que sont les professionnels de l’analyse financière sont de parfaits idiots a priori inutiles voire nuisibles mais qui deviennent miraculeusement utiles pour les investisseurs avisés car aucun d’entre eux n’a jamais repris jusqu’à présent les analyses fondamentales qui s’imposent, basées sur les règles prudentielles préconisées par ce bon vieux Alan Greenspan.

Ils ont fait plonger le titre après la publication de ses résultats de fin 2015. La capitalisation boursière de Crédit Suisse, 24 milliards de francs est nettement inférieure à son actif tangible, ce qui est une erreur d’analyse par rapport à sa tendance fondamentale comme l’a fort bien dit Tidjane Thiam, victime collatérale du Grand Satan.

Document 4 :

Pour l’instant, tout va relativement bien.

Crédit Suisse fait partie des 30 plus grandes banques mondiales présentant un risque systémique, les G-SIBs (Global Systemically Important Banks) précédemment connues en tant que SIFIs (Systemically Important Financial Institutions) du Basel Committee on Banking Supervision (BCBS).

Cliquer ici pour lire des informations financières dans le dernier rapport financier de Crédit Suisse.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 réponses à “Crédit Suisse 2° trimestre 2016”

  1. Buzz dit :

    bonjour,
    et merci de votre suivi toujours aussi clair et précis. Il convient d’ajouter que Tidjane Thiam s’occupe du too big to fail pour la Suisse est en train de créer une filiale helvétique du Crédit Suisse, la Swiss Universal Bank qui devrait être opérationnelle au 2e semestre et dont une IPO est planifiée en 2017 avec pour objectifs de protéger les activités pour l’économie suisse en cas de crise et de lever du cash pour diminuer le ratio d’endettement du groupe.
    A suivre

  2. Buzz dit :

    en sus et pas besoin de le publier, il y a une coquille dans votre tableau sur 6 liabilities où il manque les 3 derniers chiffres au 2Q2016

Commenter