21 août 2016 14

Pas de bol : la croissance elle est pas là et la courbe du chômage elle s’inverse pas !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Non classé

Notre histrion ignare n’a pas eu de chance : il a été élu en mai 2007 juste avant les grandes turbulences financières et la plus grande crise après celle de la Grande dépression de 1929.

Comme tous les Enarques et hommes politiques français, son successeur était persuadé que la croissance suivant des cycles (ce qui est enseigné à l’ENA), qu’après cette crise viendrait automatiquement une reprise de l’activité ainsi que de l’emploi, donc : yaka attendre ! … sans rien faire !

Pas de bol : la croissance elle est pas là et la courbe du chômage elle s’inverse pas !

La croissance est même négative au 2° trimestre par rapport au précédent en taux annualisé, ce qui est la référence aux Etats-Unis.
En effet, d’après l’Insee, le PIB (en volume) a été de 529,6 milliards d’euros au 1° trimestre 2016 mais en baisse à 529,4 milliards au 2° trimestre, ce qui correspond à une baisse (en pourcentage) de 0,038 % et de 0,151 % en taux annualisé arrondi logiquement à… 0,2 % !

Document 1 :

Pire même : cette non-croissance résulte d’une baisse de 0,3 % (par rapport au trimestre précédent en taux annualisé) dans le secteur privé et inversement d’une augmentation des dépenses des Zadministrations publiques de 0,3% !

Document 2 :

La croissance à la sauce hollandaise, c’est donc une recette qui repose sur une bonne louche d’augmentation des dépenses publiques financées par des emprunts à taux négatifs !

D’une année sur l’autre, la croissance atteint modestement 1,4 % grâce à un 2° trimestre anormalement dynamique,

Document 3 :

La croissance française était largement supérieure à celle des Etats-Unis pendant les 30 Glorieuses

Document 4 :

mais elle est devenue largement inférieure (à celle des Etats-Unis) depuis 1983, c’est-à-dire depuis que les Français élisent des hommes politiques qui appliquent une politique économique socialiste,

Document 5 :

Les Américains ont redressé leur pays grâce aux Reaganomics, ce qui n’arrivera jamais en France.

Mots-clés: , , , ,

14 réponses à “Pas de bol : la croissance elle est pas là et la courbe du chômage elle s’inverse pas !”

  1. La Fayite nous voilà !!!! dit :

    les discours idiots de l’ena (faillite prévue bientôt !!!) sont des idioties keynesiénnes, que gros plouc nous répète depuis 2012.
    Il agit comme un canard qui frétille encore bien que la téte lui eut été coupée. Un poteau debout diront certaines personnes.

    Mais tout le monde s’est déjà rendu compte d’une chose grace à la grèce… quand l’endettement public atteint un point de non retour, nos politiques ont un plan B…. la manip monétaire qui ne dure qu’un temps, puis la dévaluation brutale… ou parfois, ils cherchent un vilain méchant et lui déclarent la guerre mondiale (voir les années 1789 et précédentes, ainsi que le bloc 1914/1945)

    La guerre c’est pour se débarrasser de ces cons d’esclaves que constitue la populasse et qu’ils méprisent au plus haut point car leurs vrais maîtres sont ailleurs.(banksters)

    Et ainsi va le monde depuis des années, des centaines d’années tel Sysiphe, l’humanité traine le boulet des dettes pour engraisser des fainéants parasites que sont les banksters. Chaque fois que le mensonge à la base de tous les autres devient évident, on envoie le peuple à la mort… et les survivants chantent la rengaine aux jeunes. Mais tous finissent par oublier, comme dans « La ferme des animaux » de Orwell ». Je vous recommande cette lecture.
    Ce mensonge, c’est celui de la manipulation monnétaire. Il dit que nous pouvons vivre comme il faut et en hommes libres dans un systéme économique où tout se fait à crédit, en particulier, quand une banque privée.

    Tout le monde défend ce mensonge dans la classe politique, y compris les soit-disant « humanistes » « anticapitalistes »… regardez comme cette grosse baudruche de mélenchon avait braillé sur le jeu assassin’s creed dont l’intrigue se déroule sous la révolution bourgeoise des années 1780 et suivantes.
    (à cause d’une vidéo disant « de molay est vengé » car ce bout de phrase laisse voir les liens incessants entre gouvernants)
    Ceux qui dénoncent le grand satan ont raison sur ce point : le prêt à intéret est un crime contre la liberté !
    Napoléon qui n’était pas de cette religion le disait aussi une fois « la main qui prête est au dessus de celle qui emprunte »
    De ce crime découlent les autres : manipulation monétaire ==> pret ==> dette publique ==> faillites répétées des états.==> Guerres, haines, mort des peuples.. Tandis que les vrais criminels s’en tirent toujours sans souci.
    Voilà ce que devrait dire un politique s’il avait une paire de couilles.

  2. Deres dit :

    Le problème, c’est que Keynes préconisait une politique de relance contra-cyclique. Mais tout ce que retiennent nos nigauds de politiques, c’est que la dépense publique fait du PIB. Ce qui n’est pas faux à très court terme mais faux à long terme car il n’y a pas d’investissement utile donc création de richesse continuant à générer du PIB les années suivantes. Hollande a donc augmenté massivement les impôts en 2012, 2013 et 2014, ce qui a flingué toute possibilité de reprise de notre économie. En effet, un plan de relance est plus efficace à travers une baisse des impôts qu’à travers une hausse des dépenses publiques, mais nos dirigeants socialistes collectivistes et surtout clientélistes pensent l’inverse (car en tant qu’ »élites », ils se pensent plus intelligents que les millions de français réunis). La timide reprise de 2015/2016 (inférieur à 2%, ce n’est pas l’eldorado) vient donc uniquement de quelques phénomènes positifs exogènes et d’une retour en arrière partiel sur les hausses de prélèvement des entreprises (via le CICE donc une usine à gaz doublé d’une cavalerie comptable).

    En attendant tout va plus mal. Les problèmes des agriculteurs et des laitiers que l’on voit dans la presse sont exactement les mêmes que ceux de l’industrie qui elle meurt en silence.

    • CABOCEL dit :

      Bonjour,
      Le peu que je sache sur les théories de JMK c’est que la relance (keynesienne) ne doit et ne peut se faire que dans le périmètre d’une monnaie nationale. et ce n’est donc pas applicable avec l’euro. Les politiques ont du oublier de lire la fin de la phrase de JMK !!!

  3. ratel dit :

    bonjour.

    Le chomage ne baisse pas malgré l’alignement des planètes ( baisse du pétrole,des taux et de l’euro) et malgré une politique d’emplois aidés.Qu’en sera t il lorsque tous ces éléments deviendront défavorables ? plutôt inquiétant !

    • Deres dit :

      En fait, le chômage a effectivement baissé au début de 2015. Cela se voit nettement quand on faite le compte des 5 catégories (y compris D et E) et que l’on moyenne sur 3 mois pour atténuer les magouilles des radiations temporaires. Par contre depuis juin, la situation s’est complètement retournée, la baisse apparente en juin et juillet venant uniquement de l’explosion de la catégorie D (le plan de formation).

  4. Nam dit :

    Et j’ai bien peur que l’histrion ignare IL succède à nanarque. :-)

  5. H. dit :

    Bonjour,

    Je viens de lire que le PMI manufacturier était encore en baisse pour juillet avec 48,5. L’indice PMI caracole à 51,6 avec un excellent indice PMI service (l’effet euro je suppose) à 52. Tout va donc bien.

    Bonne soirée

    • Deres dit :

      Les services de formations recrutent de tous les côtés pour tenir les objectifs d’inversion de la courbe via le plan de formation d’un million de personnes !

      • Deres dit :

        C’est cela le pire. Flamby achète son inversion de courbe avec l’argent des français. Nous sommes donc deux fous cocus dans cette histoire.

  6. BA dit :

    Chômage en France : record battu.

    Chiffres de juillet 2016 : catégorie A, B, C, D, E :

    6 513 900 inscrits à Pôle Emploi : record historique battu.

    Variation sur un mois : + 0,2 %

    Variation sur un an : + 1,5 %

    http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-kaarpfd3e0.pdf

    • jp-chevallier dit :

      … la mise en place du plan de 500’000 formations supplémentaires ciblées sur les chômeurs les moins qualifiés et de longue durée. Or, en entrant en formation, les demandeurs d’emploi quittent les catégories A, B ou C de Pôle emploi, pour rejoindre la catégorie D, moins commentée.
      Celle-ci a atteint un niveau record en juillet, à 308’900 personnes, alors qu’elle n’avait jamais dépassé les 287’000 avant cette année. Ses effectifs ont grossi de 10,1% sur le trimestre.
      Le ministère réfute auprès de l’AFP tout lien entre la baisse du chômage et le plan 500’000 et veut y voir « une reprise globale de l’activité et des embauches ».
      afp

      • ratel dit :

        bonsoir
        La publication des effectifs de demandeurs d’emploi inscrits se fait selon les catégories statistiques suivantes :
        - catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;
        - catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
        - catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. plus de 78 heures au cours du mois) ;
        - catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), y compris les demandeurs d’emploi en convention de reclassement personnalisé (CRP), en contrat de transition professionnelle (CTP), sans emploi et en contrat de sécurisation professionnelle ;
        - catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire de actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

      • Deres dit :

        La magouille est même plus subtil que cela. Les années précédentes, ils avaient commencé ce genre de ruse statistiques mais cela n’avait pas bien fonctionné car Pôle Emploi ne suivait pas mois par mois correctement les catégories des demandeurs d’emplois (surtout leur passage en catégorie D ou E). Ajouter aux latences de démarrage de chaque plan d’emplois aidé et l’échec des emplois de générations (un junior plus un senior, l’usine à gaz parfaite), c’est en partie la raison de l’échec des « inversions de courbe » promises. C’est pour cela qu’ils ont changé les méthodes de comptabilisation en 2015 et que les personnes sont sanctionnées/radiées si elles ne déclarent pas immédiatement leur changement de statut. Maintenant ils ont un contrôle fin de la courbe du chômage qu’ils n’avaient pas en début de mandat, parfaitement synchronisé avec la candidature de Hollande. Tout le quinquennat n’aura servi qu’à préparer sa réélection … Et petit avantages annexes, ils ont un volant de 50 000 personnes radiées temporairement tous les mois, ce qui fait bien 0.5% de baisse répartie dans le temps.

Commenter