13 décembre 2016 7

Bénéfices, conundrums et le Donald

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

Les bénéfices nominaux des entreprises américaines augmentent d’un peu moins de 7 % d’une année sur l’autre depuis bientôt 70 ans, sans avoir retrouvé leur pic anormal du 3° trimestre 2006 correspondant à une création monétaire dans l’agrégat M3-M2 que le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke a fait éclater avec quelques dommages collatéraux,

Document 1 :

Déflatés, ces bénéfices nominaux augmentent d’un peu moins de 4 % d’une année sur l’autre sur cette longue période toujours sans avoir retrouvé leur pic anormal du 3° trimestre 2006,

Document 2 :

L’augmentation des bénéfices n’est pas régulière car les entreprises ont tendance à les amplifier après une période de crise au cours de laquelle ils ont plongé.

Après avoir fluctué dans les 5 % du PIB au XX° siècle dans les années d’après-guerre, l’augmentation des bénéfices fluctue maintenant autour de 7 % du PIB !

Document 3 :

80 % des bénéfices sont distribués sous la forme de dividendes depuis le milieu des années 80 et même bien davantage en période de crise car beaucoup d’entreprises continuent à distribuer des dividendes malgré la comptabilisation de pertes,

Document 4 :

Ces bénéfices représentent 5 % du PIB annuel des Etats-Unis,

Document 5 :

La distribution généreuse de dividendes n’empêche pas les entreprises américaines d’investir à des niveaux historiques record dans les 8 % du PIB,

Document 6 :

Les bénéfices d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain dixit l’ancien Chancelier (socialiste) Helmut Schmidt, ce qui fait la Richesse des nations (et de leurs habitants) dixit Adam Smith
Les Français ne comprendront jamais ces évidences…

Par contre, le Donald a très bien compris qu’il pouvait faire mieux que les Reaganomics en révolutionnant ces fondamentaux.
En effet, il projette de faire baisser le taux d’imposition des bénéfices des sociétés de 35 % à… 15 % !

Comme ce taux réel d’imposition est actuellement aux alentours de 30 %

Document 7 :

… l’anticipation de cette décision pose toute une série de conundrums !

Un nouveau paradigme économico-financier est en train de naitre…
J’invite les personnes qui lisent cet article à analyser ces conundrums et à proposer des solutions.

***

J’utilise ici la série Corporate business: Profits after tax (without IVA and CCAdj) de notre ami Fred de Saint Louis qui rend compte des bénéfices publiés alors que précédemment j’utilisais la série Corporate Profits After Tax with Inventory Valuation Adjustment (IVA) and Capital Consumption Adjustment (CCAdj) qui rend mieux compte de l’évolution de la situation réelle des entreprises.

Cliquer ici pour lire mon article précédent à ce sujet.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , ,

7 réponses à “Bénéfices, conundrums et le Donald”

  1. josick dit :

    Conundrum, un mot que je découvre avec Jean-Pierre et qui s’appliquerait à la compréhension de l’élaboration du … jeu de 54 cartes, que j’ai solutionné.

    Mais en comme en économie je suis nul, je ne peux pas vraiment aider.

    Con, en forme de cône, tout glisse dessus, rien ne rentre… reste hermétique… Quel tête de con, il ne veut rien comprendre… Et cela vaux parfois mieux dans ce monde qui veut nous manipuler…

  2. G&S dit :

    Des emplois ?
    Après-demain ?
    C’est bien.

    Avec une rémunération décente ?
    Mon œil !

    Le monétarisme c’est bien… mais il faut TOUT dire.

    Une situation de plein emploi avec des salaires dérisoires nous mène à une forme d’esclavage des temps modernes… le plus triste, c’est que certains s’en félicitent.

    • josick dit :

      On ne voit pas pourquoi ceux qui attendent que tout tombe du ciel aurait le droit à des emplois « décents »… Il faut aussi un peu étudier, se bouger le c.. , prendre des risques, autrement dit « individuellement exister » (ce qui est condamné en France), ce qui n’est pas du tout dans l’esprit de ce qu’on appel pudiquement « en voie de développement », en fait sous développement en voie de rien du tout.

  3. Nam dit :

    Il y a un chapitre sur le conundrum dans le bouquin de ce bon vieux Greenspan …

  4. nolife dit :

    La Fed a monté ses taux, est-ce que les taux à 0 c’est fini en Europe ?

Commenter