4 février 2017 9

La France d’abord ! Aurait pu dire un Donald français…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

1 200 milliards d’euros (de déficits), tel est le montant de ce qu’a coûté jusqu’à présent l’adoption de l’euro en France !
1 200 milliards d’euros, c’est la moitié du PIB annuel, 20 000 euros par Français, 80 000 euros pour une famille avec 2 enfants (sans compter les tout petits).
Explications…

En effet, la balance commerciale, du moins celle des (seuls) biens, est déficitaire depuis juin 2004, à cause de l’adoption de cette monnaie contre nature qu’est l’euro,

Document 1 :

Pour camoufler un peu ce désastre, en utilisant les bonnes vieilles méthodes de l’URSS, les nuls de la Banque de France ont interrompu la publication des mauvais chiffres de cette série en 2014 pour la remplacer par une autre (à partir de janvier 2008) qui fait apparaitre des déficits un peu moins pires,

Document 2 :

Entre juin 2004 et janvier 2014 (sur 8 ans et demi), le cumul des déficits sur les biens de la France atteint 472,5 milliards d’euros,

Document 3 :

Depuis janvier 2008 jusqu’à fin novembre 2016 (sur 9 ans), toujours d’après les chiffres officiels de la nouvelle série des nuls de la Banque de France, le cumul des déficits sur les biens de la France atteint 385,3 milliards d’euros,

Document 4 :

Ainsi, au total, depuis juin 2004 jusqu’à fin novembre dernier, toujours d’après les chiffres officiels des nuls de la Banque de France, le cumul des déficits sur les biens de la France atteint (au moins) 558,148 milliards d’euros.

Compte tenu de la minoration des déficits due à la nouvelle série, ce sont près de 600 milliards d’euros de biens qui n’ont donc pas été produits en France alors que cette balance des biens était positive avant 2004, c’est-à-dire avant que l’adoption de l’euro ne fasse des ravages dans les entreprises françaises productrices de biens qui ne sont plus devenus exportables à cause d’un euro surévalué pour le système productif français.
En fait, si cette balance avait continué à être excédentaire comme auparavant (avant l’euro), ce sont plus de 600 milliards d’euros de biens qui auraient été créés par des entreprises en France et qui ne l’ont pas été.

Pire encore est le déficit des Investissements Directs Etrangers (IDE) : depuis 1997 jusqu’en janvier 2014, le cumul des déficits a atteint 587 milliards d’euros car les investisseurs français ont investi davantage à l’étranger et les investisseurs étrangers ont moins investi en France, alors que la balance de ces investissements était équilibrée avant la convergence des monnaies nationales conduisant à l’adoption de l’euro,

Document 5 :

L’adoption des 35 heures, les turbulences financières et la crise qui s’en est suivie ont accentué ces déficits car les investissements en France ne sont plus attractifs,

Document 6 :

Par la suite, là aussi à partir d’une nouvelle série débutant en 2012, les deux types d’investissements se sont relativement un peu équilibrés,

Document 7 :

Cependant, fin novembre 2016, le cumul de ces déficits a été de 31 milliards pour cette période

Document 8 :

ce qui fait au total 608 milliards d’euros de déficits cumulés au niveau de ces Investissements Directs Etrangers (IDE) depuis 1997 jusqu’en novembre dernier (21 milliards après 2012).

Un peu plus de 600 milliards d’euros de déficits cumulés au niveau de ces Investissements Directs Etrangers (IDE) plus un peu moins de 600 milliards pour les biens qui n’ont pas été produits en France, c’est bien un cumul de ces déficits de 1 200 milliards sur ces deux rubriques de la balance des paiements de la France !

Heureusement, ou… malheureusement (!) personne n’en parle.

Aux Etats-Unis, le Donald a fait la même observation et il en a tiré les conséquences : l’Amérique d’abord et il a été élu !
En ces temps de période pré-électorale en France, un Donald français aurait pu dire : la France d’abord ! … et il aurait pu être élu … si les électeurs français pouvaient voter comme leurs homologues américains, ce qui est loin d’être le cas.

Le véritable Donald a dit que l’Union Européenne (et en particulier cette zone euro contre nature) est un foutoir dont il faut sortir comme l’ont fait les sujets du Royaume plus ou moins Uni.
Il a raison comme le montrent entre autres ces données de la balance des paiements publiées par les nuls de la Banque de France qui ne sont même pas capables de les comprendre et d’en tirer les conséquences…

Un petit rappel : ces 1 200 milliards d’euros de déficits accumulés sont compensés par d’autres rubriques de la balance des paiements, et en particulier par des capitaux étrangers (américains, arabes…) investis en particulier en bons du Trésor français !

Cliquer ici pour voir la page des données de la Banque de France sur la balance des paiements.
Cliquer ici pour lire mon article confirmant que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Mots-clés: , , , , , , , , , ,

9 réponses à “La France d’abord ! Aurait pu dire un Donald français…”

  1. Bertrand dit :

    Beaucoup savent , ceux qui pourraient changer les choses n’osent pas……La punition ne pouvant venir de l’interieur viendra de l’extérieur,merci Donald.

  2. josick dit :

    J’ai observé avant les élections, une fois élu, je me suis intéressé au Donald. J’ai commencé à lire un de ses livres et j’ai lu deux livres sur lui… C’est pour moi une bouffée d’air frais, une rupture, dans un monde sous la coupe d’escrocs, personne qui à mon sens, même pris la main dans le sac, ne reconnaîtront jamais leur tort (un certain libéral de retour en France est de cette nature, j’ai donc cessé de fréquenter son xxxxx). Monde escroc et je devrais ajouter aussi « mafieux » car faisant dans l’assassinat social, celui qui ose contredire n’ayant aucune place dans les médias, étant réduit aux silences, médias devenant alors des merdias.
    Je reconnais que pour le Donald, malgré tout ce qu’en disent les merdias autant US et français, je suis épidaurer, bluffer… Et c’est un formidable espoir qui naît en moi malgré que je suis en France et que ce pays est pour moi en train de devenir un « pays en voie de rien du tout » alias pays « en voie de développement », qu’ils disent en politiquement correct.
    Evidemment, investir sur une française deviens alors suicidaire et j’ai donc la chance que mes enfants ont un passeport autre que français.
    Par ailleurs, pourquoi les français sont-ils aussi collectivistes ? Je subodore les premiers liens avec leur mère, celle-ci cassant tout velléité d’indépendance pour mieux les avoir sous leur coupe, pour mieux ensuite les contrôler, ainsi de les préparer à être réceptif à toutes les formes de communisme. J’ai subi cela et je ne vois pas pourquoi il n’en serait pas de même pour beaucoup d’autre. Si c’est effectivement cela la vraie raison, la France est beaucoup plus mal en point qu’on ne le pense, peu pouvant accepter dans la lignée d’ Alice Miller de remettre en cause leur primo conditionnement parentale qui implique une remise en cause du quatrième commandement.
    J’ai eu un père qui considérait que jamais personne n’aurait pu faire mieux que lui sur la ferme. J’ai eu un beau-père qui considérait que jamais personne ne pourrait faire mieux que lui alors qu’il était en poste à une IBM-France vraiment prestigieuse (2 années sur trois, première contribuable français, 30 milliards de francs de C.A., 5 milliards de bénef).
    Quand on est face à de tel père totalitaire, fermant la porte, que faire ? Certain se tournent vers Poutine qui n’est que la reproduction de cela.
    Par ailleurs le mien a la haine de l’argent, n’était pas du tout d’accord lorsque je me faisais payer 3000 francs la journée.
    Quand on voit le jeune Donald tenant la tête à son père malgré les bastons…. On ne peut donc que se réjouir ! Il tenait aussi tête à ses profs comme j’ai pu également le faire très tôt mais risquant la peine de mort avec le paternel, je ne me risquais pas avec lui (il avait tué le chien de mon enfance solitaire, parce que considéré inutile, j’ai compris la leçon).
    Je ne pense pas que mon histoire sorte de l’ordinaire, c’est le basique de famille catholique, la France se taguant d’être fille aînée de l’Eglise, ce qui ne serait pas totalement faux si l’on se reporte à ce que raconte Emille Mourey. Il y a en toile de fond l’attente d’un Sauveur alias le Grand Monarque (qui résonnait avec Obama) ce qui empêche l’émergence de toute qualité issue du sol Français.
    Résultat, comme politique, nous n’avons que des minables après De Gaulle, pseudo sauveur d’une illusoire Libération, non réelle libération car venue de l’extérieure et surtout pas poursuivie intérieurement, bien au contraire, redoublement des chaines.
    Jean-Pierre se présente comme « Business économiste monétariste béhavioriste ». Béhavioriste ! Et bien, lorsqu’on connait les fondements de la France comme je les ressens, on peut dire que pour chez nous, c’est complètement rappé, l’Education nationale alias « Propagande mondialiste » enfonçant le clou !

  3. nolife dit :

    Vous qui savez lire des comptes, vous pensez quoi d’EDF ?

  4. polo dit :

    J’ai une question simple et logique que personne ne se pose , Monsieur Ttump impose une taxe de 35 pc à certain produit fabriquer hors USA (exemple voiture) et si demain la chine et l’Europe mette aussi les mêmes taxe en rétorsion sur les produits US que se passe t-il ?

  5. Thierry dit :

    Bonjour Mr Chevallier, merci pour cet article malheureusement bien sombre. Je voudrais avoir votre avis sur l’immobilier. On nous bassine que la penurie de logements fait que cela ne pourra pas baisser… partagez-vous ce point de vue, ou pensez-vous au contraire que la hausse des taux et l’inversion du cycle des taux que vous decrivez va entrainer un krach immobilier en France? Merci,

  6. Du Guesclin dit :

    Les CCI, les CRCI, les sup de co alumni, les syndicats, le logement social, action logement, les écoles de commerces, tout ce petit monde va nous sauver.

Commenter