18 avril 2017 10

Ça va mal dans la zone !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

Ça va mal dans la zone : les rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français… baissent moins que ceux de leur homologue helvète et du Bund, ce qui signifie que les capitaux se réfugient préférentiellement sur le Bund et sortent même de la zone de tous les dangers,

Document 1 :

En conséquence, l’écart entre les rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français et ceux du Bund remonte aux alentours de 75 points de base, ce qui correspond à une dévaluation potentielle de franc français de 25 % si l’on se réfère à des taux qui devraient être dans la norme des 3 %,

Document 2 :

Le désordre grandissant de la zone se transmet aux Etats-Unis d’autant plus que le Donald n’avance pas dans ses projets de baisse d’impôts, en particulier sur les bénéfices des sociétés : les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans reviennent dans leur tendance longue que j’avais tracée depuis longtemps,

Document 3 :

En conséquence, le cycle américain poursuit cependant son évolution normale,

Document 4 :

En attendant la suite de l’€clatement…

Mots-clés: , , ,

10 réponses à “Ça va mal dans la zone !”

  1. ROQUET dit :

    Bonjour ,
    Comment pouvez-vous financer les infrastructures de votre pays en baissant les impôts ?

    Etats-Unis: le délabrement des infrastructures est tel qu’on parle de mise en danger du public.

    http://www.businessbourse.com/2017/04/18/etats-unis-le-delabrement-des-infrastructures-est-tel-quon-parle-de-mise-en-danger-du-public/

  2. Lynch dit :

    Je vous suis avec attention depuis plusieurs années, étant dans le marché l’info sur Santander est erronée, les books (les intentions d’achats) ont été de 1.3bn€ hier sur la Santander AT1 PNC5.

    • jp-chevallier dit :

      Ok, merci, les infos sont contradictoires, de + : Cocos (AFP/AWP) ou obligations perpétuelles (Reuters) ?

      • Lynch dit :

        Bonjour ici c’est un AT1 donc Coco Non callable avant 5 ans avec clause de conversion en equity si trigger de CET1 est franchi. La norme de marché (actuelle) veut que le papier soit « callé » à la date de call, c’est à dire dans 5 et qu’une dette similaire soit réémise (roll de la dette). Les informations du Figaro sont à prendre avec des pincettes…(comme beaucoup de journaux qui se contentent de reproduire des dépêches AFP)

        • jp-chevallier dit :

          Merci ! Donc Reuters s’est planté !

          • Lynch dit :

            Oui et non , car la norme de marché de caller le papier n’est pas inscrite dans la loi! On peut se retrouver avec ce genres de papier en obligation perpétuelle à zéro coupons!! Je rappelle que le paiement des coupons (contrairement aux autres subordonnées) des AT1 sont discrétionnaires! Reuters n’a sans doute pas saisi la nuance…

  3. Whoa dit :

    Spéciales D-manipulations pestilentielles. avec gros flux nauséabond pour le jus final.

    Non, je ne vous dirais pas tout, sur le zin-zin.

    Plusieurs constats sur l’informatique et les Français :

    1) La France s’est perdue dans les logiques du numérique depuis les années 80, faute de saisir cette évolution majeure hors normes. (c’est toujours valable aujourd’hui…)

    2) cette évolution comprend le domaine du Hardware, du Software, mais pour les Français et à cause de leurs mentalités, de leurs inadaptations liées à une démographie vieillissante, de la non maîtrise des autres langages,…, se ont détourné de ce développement exponentiel actuel.

    3)les alertes des années 2000 n’ont pas suffi à intégrer cette évolution, pire, nous avons eu un chauvinisme dévastateur et contre-productif qui nous condamne au lieu d’accompagner et de participer a cette évolution technologique qui mène l’économie, la politique, le sociale, le culturelle…

    4) la guerre étant plus que perdue, nous sommes réduits à l’impuissance et à la soumission ce qui sabote tous les efforts d’investissements dans tous les domaines sociaux économiques.

    5) Les médias et les politiques en faillites continuent ce jeu pervers de casser le thermomètre, ce qui nous mène à une rupture inéluctable, pendant que le grand écart actuel continue sa progression destructrice.

    ————–

    Suite à ces petites observations,

    1) les débats et les enjeux de la présidentielle sont escamotés ce qui en dit long sur les évènements que les Français vont devoir supporter ce prochain quinquennat, quelques soit le candidat. (les constats de Jean Pierre Chevallier en sont qu’un aperçu spécifique, il y en a, hélas, pleins d’autres…)

    2) Le mal étant déjà fait, il s’agit de limiter la casse en éjectant les logiques structurelles actuelles qui ont prouvé leur défaillance, de déblayer la route d’aujourd’hui et de prévoir l’autoroute de demain. La prise en compte du candidat et de l’état d’esprit des Français sont déterminants.

    3) Les Français ont compris comment bousculer cette machine infernale du mono-bi-partisme, les 3 dernières consultations électorales l’ont prouvé. Tout se passe, au 1er tour, sans états d’âme, avec les lois du mieux placé pour y parvenir. Toutes observations des réseaux montrent que cette règle ce reproduit, la Valls-Macrollandouille étant largement décortiquée sur tous les flux depuis plus de cinq mois et ne peut fonctionner sans une fraude massive, donc détectable. Ce n’est pas simplement Hollande qui se ballade à poil, c’est toutes les logiques du caca verdâtre aux rouges pétards socialistes depuis les années du Mitteux qui sont mises à nues.

    4) Mais les Français ne sont pas prêts à affronter les défis, d’aujourd’hui et de demain, sans une information objective, libre et non faussée avec un savoir et des connaissances indispensables afin d’y parvenir. La neutralité des réseaux en est l’ultime sauvegarde à défendre, c’est à prendre ou à disparaître, sans condition.

    5)Il y a des guerres inutiles, coûteuses, contre-productives et la France est championne pour les collectionner, faute de dirigeants loyaux, courageux, responsables et visionnaires. La société civile se doit de reprendre le flambeau afin de rétablir les contre-pouvoirs indispensables à sa survie face à des pouvoirs occultes, mafieux, destructeurs de richesses et de patrimoine.

    6) Aucun des candidats ne répond avec pertinences aux enjeux actuels et cela ne ce fera que par étape, tant les maux sont nombreux et profonds. L’€xit fait partie de ces enjeux pour des raisons évidentes de distorsions monétaires économiques politiques sociales culturelles entre les différents acteurs de cette €zone.

    Bon courage à nous les Français, les Anglais ont tiré les premiers avec le Brexit, et la balle est aujourd’hui dans notre camp, nous le savons, les réseaux en témoignent largement. Continuer ce délire € nous coûtera de plus en plus cher, jusqu’à l’asphyxie complète de notre pays, déjà bien affaibli.

    Nous n’avons donc pas deux choix, cette campagne n’a jamais était aussi simple et aussi claire, contrairement aux fake-news, aux décodex et autres merdias déconnectés qui n’y peuvent plus grand-chose pour brouiller le jeu face à leurs inéducables faillites, qu’ils ont déjà, consciemment et inconsciemment, intégrées.

    Alors bonne chance à nous, amoureux d’une France libre et indépendante pour que notre histoire s’écrive encore, avec nos couleurs, nos doutes, nos passions, nos forces et même nos faiblesses si elles se révèlent nécessaires pour nourrir le refus de l’échec.

    Fortes turbulences en cours avec augmentation des températures. Le vent devrait chasser les nuages.

Commenter