25 juin 2017 4

Agrégats monétaires (France, avril 2017) : la planche à billets, enfin !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Je suis content car je viens enfin de trouver les traces d’une planche à billets, et c’est celle de la France !
Tout le monde parle de cette fameuse planche à billets, mais personne n’en montre clairement les effets, c’est-à-dire la création monétaire issue de billets imprimés à tort.

En fait, elle était planquée au fond d’un placard du bilan de la Banque de France.
Elle était donc là, pourtant bien visible,

Document 1 :

On voit clairement qu’à partir de l’adoption de l’euro, la planche à billets fonctionne à plein régime en crachant plein de billets tout neufs (la pente des en-cours est très forte) alors qu’elle était utilisée normalement auparavant, du temps du franc, du moins depuis 1980, date du début de la série publiée par la Banque de France.
Les en-cours de billets auraient dû atteindre 70 milliards d’euros environ en extrapolant la pente précédant l’adoption de l’euro, ce qui correspond à une création monétaire de l’ordre de 140 milliards dans la mesure où le total de ces en-cours se montait à 212 milliards fin avril.

Cette création monétaire est dans la logique de l’abandon de la monnaie nationale car, du fait que la France fait partie de cette zone euro, les gens de la Banque de France ne peuvent même pas connaitre les montants des en-cours des billets ni ceux des agrégats M1 et M2-M1 pour la seule France ! Ils ne maitrisent donc plus rien.
Curieusement, ces gens de la Banque de France considèrent comme juste le montant de la masse monétaire globale M3 de la France, peut-être parce qu’il est établi en concordance avec ceux (globaux) de la zone euro publiés par la BCE et avec ceux de chacun des autres pays de cette zone.

C’est là un problème majeur qui n’est abordé par personne (du moins à ma connaissance) et qui est très grave car il en est de même dans les autres pays de la zone euro.
Aucune banque centrale nationale ne connait donc ni ne maitrise ses propres agrégats monétaires, ce qui a pour conséquence de laisser se développer une création monétaire gigantesque de l’ordre de 3 000 milliards d’euros au niveau de la zone, cf. mes analyses.

Pour tout monétariste normalement constitué, il s’agit là d’une incongruité majeure car l’argent sain est le premier pilier des Reaganomics et ce sont les variations des agrégats monétaires qui conditionnent celles de la croissance du PIB réel, ce que maitrisent fort bien les gens de la Fed.

Le plus surprenant est que la Banque de France n’incorpore même pas le montant des billets dans ses agrégats !

Document 2 :

La série des chiffres des billets (et marginalement des pièces) aurait dû se trouver dans la partie des séries des agrégats monétaires et non pas dans celle des séries du bilan de la Banque de France, ce qui explique qu’il est assez difficile de les trouver alors que la Fed publie toutes les données d’une façon très claire et facilement accessible.
J’avoue ne pas bien comprendre ce désordre majeur mais qui est finalement compréhensible quand on considère que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.
Cependant, nuls à ce point, c’est impressionnant !

En rajoutant les chiffres de ces en-cours de billets à ceux de la masse monétaire M3 publiés par la Banque de France, il apparait clairement qu’à la fin des 30 Glorieuses la masse monétaire globale M3 réelle était faible par rapport au PIB nominal (en pourcentage, ce qui signifie que l’argent circulait alors rapidement en concordance avec une croissance forte du PIB réel), mais qu’ensuite, ce rapport a augmenté en fluctuant aux alentours de 60 % avant l’adoption de l’euro, et qu’enfin depuis 2006, ce rapport M3 / PIB bondit en dépassant allègrement la limite maximale de 78 % (du PIB nominal) en atteignant un nouveau plus haut record fin avril,

Document 3 :

La situation actuelle est pire que celle qui a précédé les grandes turbulences financières de la crise dite des sub-prime.
Zoom sur la période récente,

Document 4 :

La vitesse de circulation de la monnaie (PIB / M3) qui est l’inverse de ce rapport M3 / PIB (en pourcentage) montre bien qu’elle baisse surtout depuis l’adoption de l’euro alors qu’elle était élevée à la fin des 30 Glorieuses, lorsque le paysan de Böhm-Bawerk investissait rapidement ses revenus et qu’il en était de même pour tous les autres entrepreneurs,

Document 5 :

La masse monétaire globale M3 de la France se montait donc à 2 186 milliards d’euros fin avril alors qu’elle n’aurait pas dû dépasser 78 % du PIB nominal soit 1 759 milliards, ce qui fait une hypertrophie monétaire de 427 milliards sur la base des chiffres publiés par la Banque de France, soit 20 % de M3,

Document 6 :

En réalité, ces chiffres sous-estiment la création monétaire en France car une partie non négligeable de l’argent non gagné et créé est partie se réfugier entre autres en Allemagne pour se prémunir d’un €clatement de façon à récupérer alors de bons Deutsche Mark plutôt que de mauvais francs français.
Sur la base d’une création monétaire de l’ordre de 3 000 milliards d’euros dans la zone, cette fuite de capitaux de France peut être estimée entre 150 et 200 milliards.

***

Les chiffres des séries des PIB publiées par l’Insee ont l’avantage de commencer en 1949, ce qui permet de suivre leurs évolutions sur la longue période, ce qui n’est pas possible de faire sur les séries des agrégats monétaires publiées par la Banque de France.
Cependant, on voit très bien que la croissance du PIB diminue par paliers depuis l’après-guerre en concordance avec la vitesse de circulation de la monnaie,

Document 7 :

Zoom sur le PIB réel,

Document 8 :

La croissance du PIB réel qui fluctuait dans la bande de 5 % pendant les 30 Glorieuses est tombée dans les 1 % depuis ces dernières années.
Elle ne peut pas décoller tant que subsiste cette bulle monétaire et tant que la masse monétaire M3 augmente de l’ordre de 6 % par an, avec une inflation dangereusement proche de zéro,

Document 9 :

Tout est simple disait Milton Friedman.
Il suffit d’avoir un peu de culture monétariste pour comprendre les problèmes économiques et financiers qui se posent de façon à optimiser la Richesse des nations et de leurs habitants…

***

Le général de Gaulle n’avait pas de culture monétariste mais il avait compris que les gens de la Banque de France n’étaient pas fiables, déjà à cette époque.
C’est la raison pour laquelle, pour les problèmes monétaires qui se posaient alors, il faisait confiance à un monétariste confirmé en son temps comme Jacques Rueff, et il avait raison !
Les hommes politiques font actuellement confiance aux gens de la Banque de France, et ils ont tort !

***

Comme même les banques centrales des pays membres de la zone euro ne peuvent pas fournir de données fiables sur les montants des agrégats M1 et M2, il est inutile d’essayer d’analyser les chiffres fournis car leurs conclusions seraient sans rapport avec la réalité.
Par ailleurs, contrairement aux Marioles de la BCE, la Banque de France ne distingue pas les dépôts à vue des ménages des autres agents, ce qui ôte de toute façon toute fiabilité aux chiffres de M1.

***

Cliquer ici pour accéder aux séries des agrégats monétaires publiées par la Banque de France.
Cliquer ici pour lire mon dernier article sur le même sujet.
Cliquer ici pour lire mon article confirmant que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 réponses à “Agrégats monétaires (France, avril 2017) : la planche à billets, enfin !”

  1. Bertrand dit :

    Depuis quelques semaines les banques tombent comme des mouches en Europe et tout le monde s’en fout.

  2. Whoa dit :

    @Doumé
    « nous sommes totalement rassurés :)  »

    D’autant plus que le gouvernement Italiano ne sort que 5 petits milliards pour n’en payer que 17 , C’est bô la compta en €.

    «  »il est inutile d’essayer d’analyser les chiffres fournis car leurs conclusions seraient sans rapport avec la réalité » Dixit JP Chevallier…

  3. ratel dit :

    Bonjour.
    La Merluche va t il s’en sortir aussi bien que vous ? a t il les bons arguments…à suivre…
    « Jean-Luc Mélenchon a été mis en examen ce lundi à la suite d’une plainte en diffamation de la Société générale, dont il avait qualifié les dirigeants de « menteurs » il y a un an lors de la révélation du scandale des « Panama papers »

Commenter