30 juin 2017 7

€mpire germanique : manipulations d’opinions publiques et monétarisme

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

L’euro est une monnaie unique contre nature pour des pays indépendants et souverains dont les niveaux et les gains de productivité sont différents les uns des autres.
Dans ces conditions, logiquement cette monnaie n’aurait jamais dû voir le jour.
Ayant été quand même adoptée, elle aurait dû éclater après une dizaine d’années d’existence, comme l’Argentine en crise s’est désarrimée du dollar (US$).
Ses effets sont catastrophiques pour les populations des pays les plus vulnérables. Le système bancaire est hors normes. La création monétaire y est de l’ordre de 3 000 milliards d’euros. Etc…

Comment se fait-il que l’euro continue à exister ?
Comment se fait-il que plus de 300 millions d’Euro-zonards continuent à croire que l’euro leur est bénéfique
?
Pour répondre à ces questions, il faut remonter à la réunification de l’Allemagne et prendre en considération les manipulations d’opinions publiques

Lors de la réunification de l’Allemagne, Karl Otto Pöhl qui connaissait très bien les problèmes monétaires, a bien compris, évidemment, qu’il aurait fallu conserver l’Ost Mark dans les Länder de l’Est. Sa démission de la présidence de la Buba était logique.
Helmut Kohl a fait son grand cinéma en imposant cette réunification et l’adoption du Deutsche Mark dans les Länder de l’Est mais il s’agissait là en fait d’un très bel exemple de manipulation des opinions publiques allemandes et européennes…

En effet, toutes les personnes qui connaissent bien la gouvernance de l’Allemagne savent que la Chancellerie prend toujours ses décisions d’abord en fonction des intérêts des entreprises allemandes (de l’Ouest), mais sans le proclamer haut et fort comme le fait maintenant le Donald pour l’Amérique.
Pour les dirigeants politiques et des entreprises, c’est l’Allemagne d’abord ! … mais discrètement.
Les dirigeants des entreprises allemandes, les grandes comme les petites, sont évidemment intervenus auprès d’Helmut Kohl pour le convaincre d’adopter une monnaie unique dans l’Allemagne réunifiée, le Deutsche Mark bien sûr, car ils savaient très bien qu’ils allaient ainsi pouvoir récupérer les Ossies (les habitants de l’ex RDA) qui allaient constituer une main d’œuvre supplémentaire sous-payée par rapport aux Wessies (les habitants des Länder de l’Ouest), ce qui allait contribuer à augmenter facilement leurs bénéfices, et c’est ce qui s’est effectivement passé.

Avec une monnaie surévaluée, les Länder de l’Est étaient condamnés durablement et irrémédiablement à la pauvreté, et c’est ce qui s’est effectivement passé là aussi, obligeant les hommes (et les femmes !) politiques de l’Ouest à prétendument aider ces Länder de l’Est à se développer en leur apportant pendant des décennies des aides dites sociales totalement inefficaces, évidemment qui les maintiennent en fait dans la pauvreté.

Cette manip qui donne l’impression d’être préjudiciable aux Wessies leur est en fait profitable car, globalement, la somme des bénéfices supplémentaires tirés des Ossies aura été largement supérieure aux aides publiques apportées aux Länder de l’Est !
C’est ce rapport des bénéfices (des entreprises de l’Ouest) supérieur aux coûts (des aides publiques aux Länder de l’Est) qui a été déterminant dans la décision de constituer une monnaie unique dans l’Allemagne réunifiée, et non pas la réunification politique prétendument généreuse offerte par Helmut Kohl aux Allemands des Länder de l’Est.

Les dirigeants allemands (des entreprises et de l’Etat), de l’Ouest (évidemment !), ont bien tiré les leçons de la réussite de la réunification : ils ont cherché à refaire la même opération à un niveau supérieur, celui de l’Europe en poussant à l’adoption toujours d’une monnaie unique et surtout de la libre circulation des personnes, exactement comme dans l’Allemagne réunifiée, de façon à ce que les ersatz d’Ossies que constituent les populations dont les pays qui ont un niveau de productivité globale inférieur à celui de l’Allemagne puissent venir travailler en Allemagne en constituant ainsi une main d’œuvre supplémentaire dont les coûts sont inférieurs à ceux des Wessies, tout en sabordant au passage les entreprises concurrentes des ersatz de Länder de l’Est que sont celles de ces pays qui ont un niveau de productivité globale inférieur à celui de l’Allemagne, le tout emballé dans une manipulation des opinions publiques au nom de l’Europe libre et en paix !

Et ça a marché ! Et ça marche, même si les Grecs sont considérablement appauvris ainsi que dans une moindre mesure une grande partie des populations de ces cochons des Länder du Club Med, dont la France.

Cette gigantesque tromperie basée sur les manipulations des opinions publiques européennes donne aux Wessies exactement ce que leurs dirigeants en attendaient : les entreprises des Länder de l’Ouest réalisent des bénéfices hors normes qui, réinvestis, permettent de dégager des excédents de la balance commerciale record de l’ordre de 250 milliards d’euros par an, grâce d’une part à une main d’œuvre sous-payée venant de ces ersatz de Länder de l’Est que sont les pays de l’Europe de l’Est (anciennement du bloc communiste), du Club Med et de musulmans fuyant les pays musulmans, et d’autre part grâce à une monnaie sous-évaluée (pour ces entreprises Ouest allemandes) du fait de la présence dans la zone euro de pays dont les niveaux de productivité globale sont inférieurs à ceux des Länder de l’Ouest.

Les Grecs ont le plus grand tort de refuser de quitter leur soleil pour aller travailler sous celui de l’Allemagne de l’Ouest. Ils en subissent les conséquences : ils sont de plus en plus pauvres et ils doivent subir la Lex Germanica dictée par Wolfgang Schäuble.
Par contre, des millions d’Européens des anciennes Démocraties populaires n’hésitent pas à migrer en Allemagne. Ils ne sont pas enrôlés dans le STO (Service du Travail Obligatoire) ni dans les KG (Kriegsgefangener, prisonniers de guerre) car ce n’est plus le socialisme nationaliste qui domine en Allemagne (alias le nazisme) mais le socialisme internationaliste qui prône la liberté de circulation des personnes côté face, et côté pile au plus grand profit des Wessies.

Là encore, au niveau de la zone euro, la somme des bénéfices supplémentaires tirés de ces ersatz d’Ossies aura été largement supérieure aux aides publiques apportées aux ersatz de Länder de l’Est que constituent les pays européens dont le niveau de productivité globale est inférieur à celui de l’Allemagne !
C’est ce rapport des bénéfices (des entreprises allemandes de l’Ouest) supérieur aux coûts (des aides publiques aux ersatz de Länder européens) qui a été déterminant dans la décision de constituer cette monnaie unique qu’est l’euro
, les dirigeants allemands en étant le principal moteur avec l’aide de tous les idiots nuisibles des autres pays de l’Union Européenne.

Pendant la guerre (la Seconde, mondiale), les victimes de l’Allemagne l’ont combattue énergiquement et efficacement.
Il est quand même étonnant qu’actuellement des centaines de millions d’Européens se laissent vaincre et convaincre aussi facilement par ces manipulations d’opinions publiques dans un système où règne la liberté et où les moyens d’information sont abondants et facilement accessibles.

L’€mpire germanique est ressuscité en mode soft. C’est beaucoup plus efficace. Ça passe mieux.
Rares sont ceux qui réagissent correctement. Ils sont alors traités de populistes, de nationalistes qui risquent de faire ressurgir les guerres en Europe comme dans le passé…

Cependant, les dirigeants allemands n’ont pas la culture monétariste des Américains.
Les gens de la Buba sont comme leurs homologues de la Banque de France : ils sont incapables de maitriser l’évolution de la masse monétaire dans leur pays respectif.
Ils sont d’ailleurs incapables de pouvoir chiffrer leurs propres agrégats monétaires.
C’est grave car une hypertrophie monétaire considérable s’est développée dans la zone euro, cf. mes analyses, et aussi en Allemagne,

Document 1 :

On voit très bien sur ce graphique que Karl Otto Pöhl a parfaitement bien contenu la masse monétaire M3 lorsqu’il présidait la Buba, c’est-à-dire pendant les années 80, et qu’avant et après lui, M3 a toujours augmenté sur un rythme anormalement élevé par rapport au PIB, ce qui signifie que les autres patrons de la Buba ont été incapables de maintenir la stabilité monétaire qui est pourtant au centre de la doctrine allemande en la matière.

Comme l’avait bien compris Karl Otto Pöhl, la création monétaire s’est développée après la réunification de l’Allemagne et M3 a dépassé les limites maximales fin 2007, la situation empirant par la suite alors que les Américains (avec le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke) ont fait éclater leur bulle monétaire pour repartir sur des bases saines, avec de l’argent sain, ce qui est le premier pilier des Reaganomics.

En prenant pour référence pour M3 la limite de 78 % du PIB nominal annuel, l’argent non gagné en Allemagne est actuellement proche de 650 milliards d’euros,

Document 2 :

Karl Otto Pöhl a su contenir la vitesse de circulation de la monnaie au-dessus de 2 mais elle est tombée à 1 actuellement,

Document 3 :

L’argent circule mal, lentement en Allemagne à cause de cette hypertrophie monétaire.
L’€mpire germanique repose donc sur de mauvais fondamentaux.
Iznogoud dit le Donald, le seul chef d’Etat qui en est conscient et qui n’hésite pas à le claironner haut et fort !
Au mieux, comme je l’ai déjà écrit à maintes reprises, la zone euro est condamnée à une croissance inférieure à son potentiel optimal qui génère un désordre croissant, au pire au pire…
Tout est simple.

***

Gerhard Schröder n’a pas hésité, lorsqu’il était chancelier, à appliquer les réformes préconisées par Peter Hartz qui consistaient à assouplir le marché du travail en donnant la possibilité entre autres de payer des salariés moins de 500 euros par mois, ce qui était acceptable pour des gens qui n’avaient même pas la possibilité d’avoir un tel niveau de vie dans leur pays d’origine !
Ces mesures ont permis aux entreprises agricoles et industrielles de l’Allemagne de l’Ouest de dégager des bénéfices qu’elles n’auraient jamais pu obtenir en employant des Wessies.

Qu’ils soient de droite ou de gauche, les chanceliers allemands défendent donc d’abord les intérêts des entreprises allemandes (de l’Ouest), même à leur détriment : Gerhard Schröder a été logiquement battu lors des élections suivantes.

En France, c’est tout le contraire qui se produit : les socialistes au pouvoir ont imposé les 35 heures qui ont fait disparaitre une grande partie des entreprises industrielles françaises (Gerhard Schröder s’en est d’ailleurs réjoui en apprenant l’adoption de cette réforme !).
Notre histrion ignare devenu enfin calife à la place du calife n’a rien trouvé de mieux que de pérenniser ces 35 heures, ce qui prouve une fois de plus que les dirigeants français de la droite sont aussi nuls que ceux de la gauche.

***

Le McRon hurleur ne hurle plus depuis qu’il a été élu grâce à une manipulation magistrale de l’opinion publique mais il vient vite de comprendre qu’il se fait lui aussi manipuler par Angela qui n’est pas du tout disposée à renoncer à la circulation des plombiers polonais et autres travailleurs dits détachés qui sont à la base de la prospérité teutonne et de la domination de l’€mpire germanique sur la vieille Europe continentale.
Le McRon manipulateur manipulé devient ainsi un idiot utile pour Angela la Kaiserin de cet €mpire germanique.
Tout le monde est content !

***

Les chiffres de la masse monétaire M3 que je retiens sont ceux qui sont publiés par la Buba, mais augmentés de 10 % pour tenir compte des billets qui ne sont pas pris en considération par la Buba.
La série que j’obtiens donne ainsi une image plus fidèle de la réalité que les chiffres officiels.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 réponses à “€mpire germanique : manipulations d’opinions publiques et monétarisme”

  1. Prince dit :

    Belle synthese de la these du nationalisme internationale!
    Nb : Macron a tout de meme gagné une bataille : mariage homo en allemagne depuis ce jour ! ;)

  2. Whoa dit :

    Tant que les manipulés restent manipulables et que les €zonards se protègent avec des incantations du style « Tous ensembles, Yeah, Yeah ! », le « foot ou art » restera au programme jusqu’à mort sans suive.

    Comme pour ces trois banques Italiennes (entre autres) qui ne savent toujours pas si elles sont Nationalisées, Nationalisables, Bundérisées, Bruxalisables, Francforisées, Strasbourisables, Européanisées ou Chypriotisables…

    Le budget de Hollandouille-Macron a encore un trou de 8 miards pour une croissance proche de 0 ! Et c’est pour qui la facture ?

    Vous nous parlez rarement de la dette mondiale, Monsieur JP Chevallier, qui dépasse allégrement les 215 trillions de $ et qui représente une autre forme de monétisation courante. Est-ce à penser que son incidence n’a que peu d’intérêts dans ce jeu monétaire ?

    Encore un G20 à Hambourg d’une réussite désastreuse en perspective avec quelques échanges musclés en prime si certains participants lisent vos conclusions détaillées, argumentées et prêt-à-l’emploi.

  3. polo dit :

    Après la seconde guerre mondiale l’Allemagne n’était qu’un pays en ruine après les bombardements et aujourd’hui elle est devenu la première puissance économique mondiale, il ne se serait jamais arrivée la ou ils sont s’il ne maîtrisait pas le monétarisme et je pense même qu’ il non rien à envier au américains

  4. Whoa dit :

    Un clin d’œil symbolique : Tour de France 2017. le grand départ à Dusseldorf en Allemagne…!!!

    Sans surprises, Hollandouille-Tout-en-Macron s’enferme dans sa fonction tel un autiste irresponsable qui ferra ce qu’on lui demande de faire sans en assumer la casse et les conséquences qui pourtant s’affichent face à la déroute de L’UMPS qui espérent encore, pour certains de se refaire.

    « La France est désormais la championne de la fiscalité en UE, avec 57,53 % de taxation et une libération fiscale et sociale le 29 juillet ! mieux que la Grèce !! Please Applause…

    Et ça continue :

    La SENECEFEU, en faillite, sort encore des milliards pour améliorer ses lignes existantes.
    OK-OK pourquoi pas si nous avons quelques trains de retard à vendre.

    L’ange EDEFEU, en faillite, facture rétroactive de ses clients et accepte des cuves EPR non conformes…
    OK-OK, si nous avons quelques centrales atomisées à vendre.

    Augmentation des péages Auto-Routiers, vignettes antipollution, ça roule de mieux en moins..
    OK-OK, si pédaler reste gratuit.

    Avec 4 présidents à la retraite, les caisses ne sont pas prêtes de se remplir.

    …,… La liste serait bien trop longue !

    Donc comme prévu 5 ans de perdus, Ètat de grâce présidentielle terminée, vite, les grandes vacances, ils sont tous déjà partis…

  5. Bertrand dit :

    Parfait.

  6. Yannick dit :

    Tres bel article, cependant ce ne sont pas les Allemands qui ont pousssé a l’adoption de l’Euro mais les Italiens et les Francais (Delors en particulier). Assez ironique d’ailleurs car ces 2 pays souffrent plus de l’Euro qu’ils n’en profitent…

Commenter