13 juillet 2017 8

Benoît Cœuré et le monétarisme

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

Benoît Cœuré, le Français membre du directoire de la BCE, a fait preuve de ses hautes connaissances en matière de monétarisme au cours d’un entretien accordé à Jean Massiet fondateur de la chaine Youtube Accropolis lors des Rencontres d’Aix en Provence…

Document 1 :

D’abord, à la question : à quoi sert la BCE ? Il a répondu que la fonction principale de la BCE est de fabriquer la monnaie, comme toutes les banques centrales !
Mauvais début ! Zéro. Nul.

Les banques centrales ne fabriquent pas de monnaie !
C’est le paysan de Böhm-Bawerk qui fabrique (ou plutôt crée) des biens par son travail, biens qui sont demandés par des personnes qui créent elles-mêmes d’autres biens, tous ces biens étant évalués en certaines quantités de monnaie pour être échangés facilement grâce à une main invisible
Ce sont donc les personnes qui créent de la valeur qui créent (ou fabriquent) de ce fait la monnaie et non pas les banques centrales dont le rôle est de surveiller le système productif et surtout le système monétaire pour qu’il n’y ait pas de création monétaire provenant d’un de leurs dysfonctionnements.

Si des règles permettent à certaines personnes de percevoir indûment de l’argent (non-gagné), une bulle monétaire se développe alors et elle a toujours des conséquences très graves.
Il en a été ainsi avec l’éclatement des dernières grandes bulles monétaires comme celle qui est connue sous la forme de la bulle internet, de la crise des sub-prime… et de l’€-crise actuelle !

Les banques centrales ne font que pourvoir les besoins en argent, sous la forme de billets qu’elles impriment avec la fameuse planche à billets (modernisée mais certainement sous-traitée par Oberthur Technologies !) et surtout sous la forme de monnaie dite scripturale, c’est-à-dire inscrite dans des comptes, comme cela se passe depuis plus de 5 000 ans.
Les besoins ont juste changé d’échelle depuis quelques décennies avec la croissance mondiale fortement financiarisée…

Ensuite, Benoît Cœuré explique doctement que la politique monétaire de la BCE, dite Q€2, a pour but de faire baisser les taux d’intérêt et qu’elle est une réussite !
Lourde erreur là aussi ! Zéro. Nul.
En effet, les taux de référence que sont les rendements des bons à 10 ans des Trésors comme ceux du Bund baissent depuis juillet 2007 jusqu’au printemps 2015, et, depuis le début du deuxième Q€ qui a commencé le 9 mars, ces rendements fluctuent (plus ou moins fortement) au même niveau proche de zéro, donc sans baisser,

Document 2 :

Ainsi, d’une part, le rachat de titres ne fait pas baisser les taux (c’est une constatation), d’autre part, des taux bas n’incitent pas les investisseurs potentiels à investir.
En effet, si les taux sont bas, c’est parce qu’une crise perdure, ce qui n’incite pas à investir.

Benoît Cœuré, comme beaucoup d’autres personnes qui ne comprennent rien au monétarisme le plus élémentaire, confondent la cause et ses effets : c’est une crise qui provoque la baisse des taux, et ce n’est pas en les baissant qu’une crise se résorbe, mais c’est en résorbant une crise que les taux peuvent remonter, les investisseurs potentiels investissant alors malgré des taux élevés pour pouvoir profiter de la croissance.
Double faute là encore, qui s’ajoute aux précédentes ! Zéro. Nul.

En 2 minutes, Benoît Cœuré aura réussi l’exploit d’accumuler 3 erreurs monumentales !
Les Marioles de la BCE sont vraiment géniaux !

Cliquer ici pour savourer la vidéo de Benoît Cœuré sur Accropolis.

Mots-clés:

8 réponses à “Benoît Cœuré et le monétarisme”

  1. josick dit :

    C’est donc à juste raison que l’on fait l’écœuré quand à la faillite monétaire de l’Europe !

  2. Whoa dit :

    Ils portent tous très bien leurs noms, c’est déjà pas mal…

    Il nous faudrait une armée de Chevallier pour rétablir le monétarisme ! Quoique, 1 seul suffit, leur faillite totale rétablit l’équilibre… peu importe les vases communicants, les investisseurs qui voient juste et loin n’ont jamais eu besoin de suivre leurs piètres avis !

  3. banville dit :

    Mais pourquoi donc n’y a-t-il, sur aucun média de masse, quelqu’un comme vous pour expliquer ce que vous nous évertuez à démontrer? quoiqu’il en soit, nous sommes toujours sur le chemin de l’Europe et de l’euro et si les deux dernières bulles que vous citez ont fini par exploser, il n’y a eu qu’un intervalle de 7 ans entre les deux. J’ai l’impression que l’enlisement »euro » semble perdurer et ce, pour un bon moment! Quant à ces deux explosions sur les marchés financiers, elles sont arrivées par les US; or les marchés, sur ce terrain là, n’ont pas l’air d’être traumatisés par cette affaire!!ce que je veux dire, c’est qu’une grave crise se traduit toujours sur les marchés financiers et tout commence aux US. Nous surfons à l’heure actuelle sur l’une des vagues haussières la plus longue de tous les temps; à mon humble avis, il faudra une autre raison pour que ceux ci respirent; or, vous nous dîtes que tout roule aux États Unis. Quid de l’élément détonateur ?

    • jp-chevallier dit :

      1 / Mais pourquoi donc n’y a-t-il, sur aucun média de masse, quelqu’un comme vous pour expliquer ce que vous nous évertuez à démontrer ? : parce que pour la 1° fois, une théorie éco a une importance stratégique. L’Europe a perdu cette guerre éco, par ignorance du monétarisme, théorie non divulguée par les gens de la Fed pour que l’Amérique garde son leadership sur le monde…
      2 / Quid de l’élément détonateur ? : chépa ! ça peut péter un peu partout en € zone avec les banksters et le Club Med…

  4. josick dit :

    Déterminante cette expression : « Ce sont donc les personnes qui créent de la valeur qui créent (ou fabriquent) de ce fait la monnaie et non pas les banques centrales dont le rôle est de surveiller le système productif et surtout le système monétaire pour qu’il n’y ait pas de création monétaire provenant d’un de leurs dysfonctionnements. »

  5. Jacobs dit :

    Une prière: à chaque fois que vous évoquez les diverses bulles dont nous subissons les ravages, pourriez-vous s’il vous plaît ajouter la « bulle éolienne » (vous savez… cette énergie gratuite) , dont les ravages (pré)visibles sur la distribution électrique et l’industrie francaise …sans parler du paysage – ô misère – sont encore officiellement ignorés malgré 10.000 turbines de 200m de haut dont la subvention publique en France est dans les cartons des préfets.

Commenter