16 juillet 2017 0

JPMorgan Chase & Co. 2° trimestre 2017

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques américaines

JPMorgan Chase & Co est la plus grande banque américaine par le total de son actif, équivalant à celui de BNP-Paribas,

Document 1 :

Le leverage réel de JPMorgan est de 12,85 et son véritable ratio Core Tier 1 de 7,78 % en légère amélioration par rapport au trimestre précédent, reste loin des exigences de ce bon vieux Greenspan, à savoir des chiffres à 10,

Document 2 :

JPMorgan2016 Q22016 Q32016 Q42017 Q12017 Q2
1 Assets2 466,102 521,032 490,972 546,292 563,17
2 Equity252,423254,331254,19255,863258,483
3 Preferred st26,06826,06826,06826,06826,068
4 Goodwill47,30347,30247,28847,29247,3
5 Tangible eq179,052180,961180,834182,503185,115
6 Liabilities2 287,042 340,072 310,142 363,792 378,06
7 Leverage (µ)12,7712,9312,7712,9512,85
8 Core Tier 1 (%)7,837,737,837,727,78

Sommes en milliards de dollars.

Les chiffres retenus pour les calculs du leverage sont les capitaux propres tangibles, c’est-à-dire le véritable montant de ces capitaux propres publiés diminué des écarts d’acquisition (goodwill) et des actions de préférence, sans pondérer les actifs selon les préconisations de ce bon vieux Greenspan et comme le préconisent aussi Axel Weber, la BRI (le fameux Bâle I), la Fed, la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC).
Ces capitaux propres tangibles augmentent légèrement plus rapidement que le total des dettes, ce qui est positif !

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 48 milliards de dollars (ou diminuer davantage les dettes) pour que JPMorgan respecte les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan. Des mesures énergiques ont été prises précédemment pour redresser la situation, et elles donnent de bons résultats.

En effet, les bénéfices de 7,03 milliards d’euros correspondent à un ROE calculé sur le montant des capitaux propres publiés de 10,9 % et de 15,2 % sur le montant des capitaux propres tangibles, ce qui est un exploit qu’aucune grande banque ne réussit !

La capitalisation boursière est de l’ordre de 328 milliards de dollars (80 milliards supplémentaires depuis l’élection du Donald !) correspondant à un PER de 13,58 très élevé. Le taux de distribution a augmenté à 2,17 %, ce qui est un peu élevé pour une banque américaine.

Le cours de JMorgan est largement supérieur à ce qu’il était lors de la bulle internet et avant les grandes turbulences des années 2008 et suivantes, ce qui est là aussi très rare pour une big bank too big to fail. Seule Wells Fargo a aussi réussi cette performance !

Document 3 :

Cliquer ici pour lire les données du dernier trimestre de JPMorgan Chase.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l'instant.

Commenter