16 juillet 2017 0

Wells Fargo 2° trimestre 2017

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques américaines

Wells Fargo va peut-être se retrouver encore à la quatrième marche du podium des grandes banques systémiques mondiales après avoir occupé longtemps la deuxième place, ce qui va de pair avec les irrégularités commises par certains de ses salariés mais cette banque respecte encore presque les exigences des règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan avec un multiple (mon µ, le leverage en anglais) de 11,63 en cette fin de dernier trimestre, ce qui correspond à un véritable ratio Core Tier 1 de 8,60 %, en amélioration par rapport aux trois trimestres précédents,

Document 1 :

Wells Fargo2016 Q22016 Q32016 Q42017 Q12017 Q2
1 Assets1 889,241 942,121 930,121 951,561 930,87
2 Equity201,745203,028199,581201,5205,23
3 Preferred st24,8324,59424,55125,50125,785
4 Goodwill26,96326,68826,69326,66626,573
5 Tangible eq149,952151,746148,337149,333152,872
6 Liabilities1 739,281 790,381 781,781 802,231 778,00
7 Leverage (µ)11,611,812,0112,0711,63
8 Core Tier 1 (%)8,628,488,338,298,6

Sommes en milliards de dollars.

Les chiffres retenus pour les calculs du leverage sont les capitaux propres tangibles c’est-à-dire les capitaux propres publiés diminués des actions de préférence, du goodwill et des minoritaires selon les règles édictées par ce bon vieux Greenspan, sans pondérer les actifs, comme c’est le cas avec le ratio Core Tier 1 et comme le préconisent entre autres Axel Weber, la BRI (le fameux Bâle I), la Fed, la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC).

Le montant des véritables capitaux propres augmente et le total des dettes diminue par rapport au trimestre précédent, ce qui est exactement ce qu’il faut faire !

Document 2 :

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 22,6 milliards de dollars pour respecter les exigences des règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan avec un multiple d’endettement (mon µ, le leverage en anglais) de 10.

Les bénéfices de 5,40 milliards de dollars assurent un ROE calculé sur le montant des capitaux propres publiés de 10,52 % et de 14,13 % sur le montant des capitaux propres tangibles, ce qui est particulièrement élevé et très rare pour une grande banque.

La capitalisation boursière est de l’ordre de 275 milliards de dollars (50 milliards supplémentaires depuis l’élection du Donald !) correspondant à un PER de 13,55 qui est considéré comme élevé pour une banque mais avec un taux de distribution (rendement des dividendes par action) lui aussi élevé pour une banque américaine de 2,76 %.

Le cours de Wells Fargo est supérieur à ce qu’il était avant les grandes turbulences des années 2008 et suivantes, ce qui est là aussi très rare pour une big bank too big to fail. Seule JPMorgan a aussi réussi cette performance !

Document 3 :

Le cours de Wells Fargo n’a pas été anormalement dopé par les bulles internet ni par celles des sub-prime, ce qui montre que les bons spéculateurs (ceux qui voient juste et loin) ont confiance en cette banque et ont toujours bien su apprécier ses bons fondamentaux.
Une réussite presque parfaite !

Cliquer ici pour voir les résultats de Wells Fargo pour ce dernier trimestre.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l'instant.

Commenter