9 septembre 2017 3

Balance des paiements : €, déficits, croissance et emplois…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

La Banque de France vient de publier les derniers chiffres (pour fin juillet) de la balance des paiements.
Sans surprise, ils font apparaitre une accentuation du déficit de la balance commerciale (la balance des transactions courantes sur les biens seuls) pour… 5,968 milliards d’euros !

Document 1 :

Aux Etats-Unis, les autorités publient les chiffres de séries statistiques longues, généralement depuis les années 50, facilement téléchargeables et homogènes, ce qui n’est pas le cas en France.
En effet, les nuls de la Banque de France publient une série de chiffres homogène de la balance des paiements de 1997 à 2014 et une autre sur des bases différentes de… 2008 au dernier mois en date !

La balance commerciale est donc en déficit depuis le mois de juin 2004 et depuis cette date les déficits accumulés se montent à… 649 milliards d’euros (en prenant les chiffres de la nouvelle série depuis 2008) !

Document 2 :

649 milliard d’euros de déficits cumulés depuis 13 ans, ce sont 50 milliards d’euros de biens par an qui ne sont pas exportés et qui ne sont donc pas produits en France sur ces 13 dernières années !
Ce sont là des chiffres hénaurmes !

Normalement, la balance commerciale française aurait dû continuer à rester excédentaire comme pendant les 13 années précédant cette période, ou plus ou moins équilibrée comme ce fut le cas pendant les 30 Glorieuses comme le montrent les données de l’Insee (dont les déficits sont minorés par rapport à ceux de la Banque de France),

Document 3 :

Si la balance commerciale française avait été ne serait-ce qu’équilibrée, les exportations (et donc le PIB annuel) auraient été supérieures à ce qu’elles ont été de l’ordre de… 50 milliards d’euros par an, ce qui aurait dopé la croissance du PIB annuel de… 2,2 % d’une année sur l’autre (par rapport aux chiffres du PIB du 2° trimestre en montant annualisé) !
La France aurait alors connu le plein emploi, comme… jadis.

Les chiffres de la balance des paiements révèlent un autre déficit particulièrement important, celui des investissements directs étrangers (IDE) : 643,6 milliards d’euros accumulés depuis 1997 (le début de la série des chiffres publiés par la Banque de France),

Document 4 :

Ce déficit cumulé résulte de l’application des 35 heures et de l’adoption de l’euro qui a provoqué l’exacerbation d’une première crise, puis d’une deuxième actuellement,

Document 5 :

643,6 milliards d’euros de déficits accumulés depuis 1997, ce sont autant d’investissements qui n’ont pas été effectués en France par des entreprises, donc autant de PIB en moins sur cette période, ce qui correspond à un taux de croissance du PIB annuel de 1,4 % qui n’a donc pas été réalisé !

Les 35 heures et l’euro sont donc les deux grandes catastrophes que s’infligent à eux-mêmes les Français.

Toutes choses égales par ailleurs, c’est un taux de croissance supplémentaire de l’ordre de 3,5 % qui n’a pas été réalisé depuis que la France est sous l’emprise de ce socialisme larvé auquel s’accrochent les Français.

Comme toute balance des paiements est par définition équilibrée (à l’instar des bilans des sociétés), ces déficits sont comblés par l’apport de capitaux étrangers, en particulier ceux qui financent la dette de l’Etat !

Document 6 :

Ainsi, d’après les derniers chiffres publiés par l’AFT, 57,7% des 1 682 milliards d’euros de la dette négociable sont détenus par des capitaux étrangers, soit 970 milliards.

La France finance donc les déficits de sa balance commerciale et des IDE par la dette publique !
Le plus drôle est que les nuls de la Banque de France s’en réjouissent car ils prétendent que cela signifie que les investisseurs internationaux apprécient les obligations publiques françaises qui sont dignes de leur confiance.
Affligeant.

Pour terminer joyeusement cette analyse des chiffres de la balance des paiements, il faut rappeler que les nuls de la Banque de France ont bien mérité leur qualificatif donné par les juges de la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris car ces chiffres sont soumis à des erreurs (et omissions !) qui varient selon les mois de plus (+) ou moins 20 milliards d’euros avec des pics historiques de 50 milliards !

Document 7 :

Les réformes lancées par le Mignon poudré ne sont qu’à son image : de la poudre qui maquille un pays accroché à un socialisme larvé du XIX° siècle.

Tout est simple, mais au final, tous comptes faits, compte tenu de tous les mouvements financiers de tous types entre la France et l’étranger (c’est-à-dire le reste du monde), la question vitale qui se pose est la suivante : les Français s’enrichissent-ils ou s’appauvrissent-ils ?

La réponse est donnée dans les chiffres de la série de la position extérieure nette, qui font apparaitre un… déficit qui plonge à 460 milliards d’euros à la fin du 1° trimestre 2017

Document 8 :

ce qui signifie que les Français doivent davantage d’argent à des étrangers que l’inverse, et de plus en plus de mois en mois, c’est-à-dire qu’ils s’appauvrissent.
En langage officiel, les nuls de la Banque de France ont quand même compris qu’ils ont reçu davantage de capitaux de l’étranger (sous forme d’endettement ou d’investissement en capital principalement) qu’ils n’y ont investi.

Le manque de culture économique des Français (et des euro-zonards) dépasse l’entendement.

Cliquer ici pour accéder aux données de la Banque de France.
Cliquer ici pour accéder aux explications de la Banque de France sur la balance des paiements.
Cliquer ici pour voir mon article précédent sur le même sujet, au 4 février 2017.
Cliquer ici pour lire mon article confirmant que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Mots-clés: , , , ,

3 réponses à “Balance des paiements : €, déficits, croissance et emplois…”

  1. Du Guesclin dit :

    heureusement la France possède un arme secrète unique au monde qui va remédier à tout ça : le logement social et action logement.

  2. perdurer dit :

    l’épargne, ne vient elle pas compenser l’écart ?

  3. La panzerie monnetaire pour tous dit :

    Heu, selon les infos que j’ai, il y aurait un resserrement du robinet à liquidités prévu pour Octobre.
    Déjà le Draghignol a botté en touche jeudi dernier, mais ce resserrement me semble inéluctable vu le mal qu’ils ont à boucler le bilan heb-dromadaire de la BBCE Bad Banque Centrale Européenne…
    Allez pas spéculer, barrez-vous des marchés ceux qui y sont encore.

    Et comme dit perdurer, c’est l’épargne des français qui va « combler l’écart »

Commenter