1 septembre 2017 6

La cavalerie des Marioles de la BCE pour les nuls

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques Européennes

Tout est simple

Pour comprendre le mécanisme de la cavalerie qu’utilisent les Marioles de la BCE, il suffit de prendre l’exemple de ce qui s’est passé à la fin du premier trimestre de cette année.

Au 24 mars, les Marioles de la BCE avaient déjà généreusement prêté 586,8 milliards d’euros presque gratuitement à des banques de la zone, sans publier la liste ni les montants de ces heureux bénéficiaires,

Document 1 :

Normalement, une banque centrale ne doit pas prêter d’argent à des banques. Ce n’est pas son rôle.
A la limite, si des banques risquent de faire faillite en entrainant un effondrement du système bancaire, c’est l’Etat qui peut (ou doit) en dernier ressort les sauver en augmentant leurs capitaux propres sous la forme d’actions de préférence.
C’est ce qui s’est passé aux Etats-Unis lors des grandes turbulences de 2008.

Les banques (dites commerciales) doivent toujours avoir une situation saine, c’est-à-dire présentant des risques normaux, ce qui devrait être le cas tant qu’elles respectent les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage réel inférieur à 10.

En tant que responsables de la banque centrale, les Marioles de la BCE devraient sanctionner (ou faire sanctionner) les banques qui présentent des risques systémiques du fait qu’elles ne respectent pas ces règles prudentielles d’endettement, ce qu’ils ne font pas.
Là se trouve leur première erreur.

Deuxième erreur : les Marioles de la BCE prêtent des centaines de milliards d’euros à des banques qui présentent des risques systémiques, c’est-à-dire qui risquent de ne pas les rembourser, bien qu’ils ne disposent pas de moyens de financement !

En effet, la BCE n’a pas de disponibilités à son actif et le montant de ses capitaux propres, rubrique 12 du passif est ridiculement insuffisant pour financer de telles opérations,

Document 2 :

Les Marioles de la BCE pourraient évidemment emprunter des milliards d’euros sur les marchés… auprès de banques pour les prêter à d’autres banques mais ça ne ferait vraiment pas sérieux.
Cependant, cette solution aurait été à la limite préférable car faire de la grosse cavalerie, ça fait encore moins sérieux !
Cette issue est pourtant ouverte (au cas où) : la rubrique 4, Certificats de dette émis est à zéro.

Les Marioles de la BCE préfèrent donc adopter la pire des solutions : ils ont prêté dans la semaine du 24 au 31 mars 197 milliards d’euros supplémentaires à 474 banques dans le cadre de la quatrième série de prêts à long terme sur quatre ans (TLTRO II) sans avoir un rond de côté, sans capitaux propres et sans emprunter !

Document 3 :

Chapeau les artistes !
Ça c’est de la bonne très grosse cavalerie car, d’après les chiffres de leur bilan au 31 mars, ils ont financé ces prêts principalement par les dépôts de 177 milliards d’euros en retour de ces banques auprès de la BCE, et marginalement par 65 milliards prêtés par des non-résidents, c’est-à-dire par des étrangers (ce qui correspond à des dettes mal camouflées), en jouant sur les dates de valeur !

Document 4 :

Le plus drôle est que personne, du moins à ma connaissance, n’a posé cette question simple et évidente aux Marioles de la BCE : comment financez-vous les plus de 4 000 milliards d’actifs de la BCE ?
Les Marioles de la BCE prennent les gens pour des idiots, et ils ont raison finalement !

A titre de comparaison, le bilan de la Fed montre à ce jour qu’elle dispose de 2 500 milliards de dollars déposés par des banques du fait qu’elles ont des disponibilités excédentaires qu’elles placent auprès d’elle et de 1 500 milliards de billets émis

Document 5 :

pour financer l’acquisition pour plus de 4 000 milliards de titre publics,

Document 6 :

La Fed ne prête pas des centaines de milliards de dollars à des banques pourries !
Les autorités bancaires américaines se contentent de flinguer à bout partant sans sommation pour l’exemple une banque, en l’occurrence ce fut celle des frères Lehman, les banksters comprennent alors très vite ce qu’ils doivent respecter les règles prudentielles d’endettement.
Tout est simple.

P.S. : à propos des auteurs de cavalerie,

Document 7 :

Cliquer ici pour lire la documentation juridique sur les peines encourues par les auteurs de cavalerie dépositaires de mission d’ordre public en bande organisée (7 à 10 ans de taule).

Qu’on se rassure : les Marioles de la BCE ne risquent rien car ils se sont préventivement accordé l’immunité juridique dans le cadre de leurs fonctions.

Tout va bien !

Mots-clés:

6 réponses à “La cavalerie des Marioles de la BCE pour les nuls”

  1. La panzerie pour tous dit :

    L’internationale socialiste de la BCE rentre les chevaux pour sortir les tanks contre le peuple.

    A ce niveau , c’est plus de la cavalerie, ni de la bankstérie… c’est de la panzerie monnétaire.

  2. Whoa dit :

    Il n’y a pas de remède à la cavalerie, ils savent très bien ce qui se passe et ce qui nous arrive.

    Bitcoin 4.951$ … servit avec bulles ou sans bulles ?

  3. ratel dit :

    bonjour.
    la BCE est elle une banque comme les autres ?

    on sait ce que donne une banque commerciale en faillite,mais qu’en serait il si la BCE venait à faire défaut ?

  4. polo dit :

    La façon la plus simple et la plus efficace est de séparer totalement les banques de dépôt des banques d’affaires, cette séparation fus la règle pendant soixante années et tout le monde trouvait son compte

Commenter