23 novembre 2017 7

€-crise : suite du feuilleton

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

La crise qui couve dans la zone euro a la même cause que celle de la Grande Récession américaine : au départ, beaucoup de big banks n’ont plus respecté les règles prudentielles d’endettement ce qui les a amenées à distribuer des crédits qu’elles n’auraient jamais dû accorder, et ce qui a créé une hypertrophie de la masse monétaire dans l’agrégat M3-M2 (la trésorerie des entreprises) aux Etats-Unis, et dans l’agrégat M1 dans la zone euro.

Les Zautorités américaines ont décidé de faire éclater au plus tôt, en position de force, cette bulle monétaire en flinguant pour l’exemple à bout portant et sans sommation une de ces banques, ce qui est une méthode particulièrement efficace qui a eu aussi pour conséquence inévitable de créer une Grande Récession.

Les membres du FOMC ont bien géré le retour de la croissance et du plein emploi sans inflation.
La courbe de l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et ceux à 2 ans aurait dû redescendre régulièrement et lentement vers la bande optimale des 100 à 150 points de base après la Grande Récession (bande verte),

Document 1 :

Cependant, la bulle monétaire dans la zone euro qui n’a pas été éclatée s’est manifestée par une première crise en 2011-2013 qui n’a pas mis fin en réalité à l’hypertrophie monétaire, si bien qu’il y a eu une résurgence de l’€-crise en 2014-début 2015.
Ce sont alors les membres du FOMC qui ont sauvé des eaux le Bund et la zone euro le 28 avril 2015.
L’€-crise s’est manifestée à nouveau en 2016 car la bulle monétaire se développait encore, l’élection du Donald sauvant alors involontairement une fois de plus mais temporairement l’euro-système.

A chaque fois que l’€-crise s’est accentuée, l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et ceux à 2 ans est redescendu,

Document 2 :

Depuis le début 2017, la courbe de l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et ceux à 2 ans redescend inexorablement et rien a priori ne devrait l’arrêter avant d’atteindre son plancher, à savoir le zéro et même des valeurs négatives comme avant la Grande Récession et la petite crise de la bulle internet.

L’accentuation de l’€-crise est confirmée par ailleurs par un certain nombre d’indicateurs…

D’abord, le Mariole de la BCE a déclaré le 26 octobre que les taux resteraient au plus bas pendant une période dont il n’entrevoit pas la fin, ce qui confirme que l’€-crise et ses conséquences dureront… un certain temps, longtemps.
Ensuite, il a signé un document daté du 8 novembre préparant de nouvelles procédures censées éviter de nouvelles faillites bancaires, en particulier en supprimant la garantie des dépôts bancaires (jusqu’à 100 000 euros) et en donnant une très grande liberté (sans limites ?) à ses collaborateurs et aux dirigeants des banques en difficulté.

Janet Yellen a d’ailleurs avoué imprudemment (avant son éviction de la présidence de la Fed) que les membres du FOMC seraient certainement amenés à baisser à nouveau au plus bas le taux de base de la Fed pour supporter le choc de l’€-crise.
Enfin, les démissions au sein du FOMC laissent la voie libre au Donald pour placer des hommes de confiance afin de torpiller l’euro-système qui crée des dysfonctionnements dans les échanges internationaux au détriment des intérêts des entreprises américaines.

En conséquence, la chute des premiers dominos européens devrait se traduire par une baisse des rendements des Notes à 10 ans, comme par le passé, ce qui conduirait alors à un aplatissement de la courbe des taux et même à son inversion,

Document 3 :

Pour l’instant, tout va bien.
C’est le Thanksgiving Day.

Mots-clés: , , , , , , ,

7 réponses à “€-crise : suite du feuilleton”

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,
    Ca fait des années qu’on attend cette crise qui ne vient pas, et il faudra des années pour s’en remettre…
    Pas très enthousiasmant pour les jeunes ces casseroles de la génération d’avant!

  2. Nam dit :

    Et si lors de la prochaine crise, les banques centrales baissaient vraiment leurs taux directeurs en territoire négatif ??

  3. Bertrand dit :

    Quand cet effacement des dettes mondiales?
    Belgique centre de l’europe….au cœur de toutes les influences négatives.
    Zone industrielles zombies …..sans clients entreprises moribondes….catastrophique.
    J’en suis amèrement inquiet comme tout patron.

    • Nam dit :

      On effacera les dettes le jour ou on effacera votre épargne. hihihi soit en version courte avec un jubilé, soit en version longue avec l’inflation (lentement mais surement). j’ai l’impression qu’on est plutot parti pour la version longue car la version courte n’est pas acceptable politiquement …

Commenter