17 mars 2018 18

Guerre monétariste, le Donald et l’€-crash

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis

L’évolution de la courbe du Yield Spread (c’est-à-dire de l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et ceux des Notes à 2 ans) montre clairement qu’elle tend vers zéro, puis logiquement vers une inversion de la courbe des taux, depuis le début de l’€-crise (juillet 2011) par vagues successives, ce qui conduit inéluctablement à cet €-crash qui se répercutera aux Etats-Unis par une récession,

Document 1 :

Le développement de l’€-crise fin 2011-2012 se voit clairement dans l’évolution de la courbe représentant l’écart entre les rendements du Bund et du mauvais bon du Trésor français à 10 ans,

Document 2 :

Les écarts entre les rendements des mauvais bons des Trésors de ces autres cochons de pays du Club Med par rapport à ceux du Bund ont été encore plus importants lors de l’exacerbation de l’€-crise (depuis le second semestre 2011 jusqu’en 2013),

Document 3 :

Le sauvetage très coûteux (à coups de centaines de milliards d’euros par les contribuables euro-zonards) de ce premier accès d’€-crise n’a pas été durable, évidemment, car ses causes n’ont pas été remédiées.
Les Marioles de la BCE sont intervenus massivement pour prendre la suite de ce premier sauvetage en prêtant jusqu’à près de… 1 500 milliards d’euros à des banksters pour que l’euro-système ne s’écroule pas, puis ils ont racheté des titres (surtout de mauvais bons de Trésors) jusqu’à… 2 700 milliards en particulier pour faire baisser les taux de ces autres cochons de pays du Club Med en donnant l’impression (fausse) qu’ils convergeaient vers ceux du Bund,

Document 4 :

L’exacerbation de l’€-crise se voit aussi clairement dans la courbe des rendements des Notes à 10 ans qui est tombée sous la barre critique des 3 % depuis mi 2011,

Document 5 :

Il apparait donc clairement que la zone euro est un village Potemkine où tout est faux.

Les Américains, c’est-à-dire ceux qui défendent les intérêts de l’Amérique, ont gentiment poussé à la faute les dirigeants européens de façon à ce qu’ils adoptent cette monnaie unique contre nature qu’est l’euro car ils savaient qu’il allait ainsi se développer une création monétaire gigantesque létale à terme (cf. mes analyses à ce sujet sur la masse monétaire).

Maintenant, il ne reste plus à ces Américains qu’à faire plonger ce Yield Spread sous la barre critique des 50 points de base pour arriver au zéro et même en territoire négatif, ce qui s’accompagnera de l’€-crash ou €clatement (cf. document 1).

Pour cela, il suffit, d’une part que les membres du FOMC continuent à faire monter le taux de base de la Fed (donc les taux courts), et d’autre part de faire baisser les rendements des Notes à 10 ans, ce qui devrait se produire naturellement et spontanément du fait que les frais financiers des entreprises augmenteront à cause de la hausse du taux de la Fed.

En outre, le Donald semble en mettre une bonne louche supplémentaire en annonçant sa volonté de mettre en place des droits de douane et autres restrictions au commerce international pour sauvegarder les intérêts de l’Amérique et des Américains (la peur de ces hausses de coûts fait et fera baisser les rendements des Notes à 10 ans).

Comme je l’ai déjà écrit précédemment, le début de la fin de l’euro est En Marche !
Tout est simple.

Mots-clés: , ,

18 réponses à “Guerre monétariste, le Donald et l’€-crash”

  1. louis colonna dit :

    Bonsoir,
    Si l’euro-crash se produisait, l’onde de choc provoquerait une récession aux Etats Unis..
    oui, enfin presque ! Car nous ne sommes plus en 2008.Actuellement les Pays dominants se trouvent en Asie ( Inde, Chine, Japon, Corée..) et au Moyen Orient avec l’Arabie Saoudite, les Emirats (sous influence américaine) qui, jouent un rôle non négligeable également.Les Etats Unis s’en sortiront à peu de frais …je pense.
    Alors, nous, l’Europe : Et bien il faut répartir sur de nouvelles bases monétaires.
    Redevenir des marchands, des entrepreneurs, développer les compagnies maritimes comme au dix neuvième siècle. (On n’a plus de marine marchande de nos jours !)
    Enfin, voilà, repartir sur des bases saines car il nous reste des atouts…surtout en France.
    Pour les Pays du Sud, Portugais Grecs, Italiens,Espagnols, c’est plus compliqué, la population continuera à émigrer, s’en doute vers les Amériques ..
    Les jeunes européens ont la capacité de rebondir, j’en suis certain.
    bonne soirée à tous, Merci.

  2. PhildeFer dit :

    Bonsoir,
    Pourriez vous m’éclairer?
    « La fin de l’euro » ça va donner quoi? Chaque pays de la zone reprendra t il sa monnaie nationale avec des dévaluations compétitives en masse et une ré-évaluation du Mark/ $ ? Ou bien la zone euro va t elle perdurer après une méga dévaluation de l’euro par rapport au $?
    Merci

  3. Jeff dit :

    Bonsoit Mr Chevallier,
    Déjà un grand merci pour vos analyses, mais pourrais-je vous demander de vos essayer aux prédictions des conséquences pour nous, simples citoyens, de cette explosion de l’€uro, ainsi que de nous conseiller que faire pour nous y préparer au mieux et ne pas y laisser trop de plumes …

    Sachant que le simple citoyen lambda €-zonard n’a pas grandes fortunes à planquer en Suisse ou au Luxembourg, que nous avons mis nos petits cochons tirelires dans l’assurance vie / les PEA et quelques liquidités, et que, connaissant la fable du loup et des 3 petits cochons (l’espagnol, l’italien et le français), la plus grande partie de notre patrimoine est notre l’immobilier (en brique).

    Sommes-nous impuissants à affronter la tempête qui vient, devons-nous prier tout de suite Saint Macron, ou avez-vous quelques idées simples pour nos éviter le grand plongeon ?
    Merci si vous prenez le temps de rédiger quelques idées de scénario et de solutions concrètes à envisager… .

    • jp-chevallier dit :

      Bernard Monot est effectivement celui qui raconte le moins de *** sur ces pb essentiels de monnaie, de crash, du bitcoin, etc…
      Je reviendrai sur tout ça…

    • josick dit :

      @GMRB
      Transcription du passage vidéo en question :
      Bernard Monot 19:28mn/22:18
      Question : .J’ai bien compris que le modèle ne vous satisfait pas et il mène vers le krack financier, d’accord.
      Et vous dites d’ailleurs dans une vidéo, nous devons nous y préparer. Et là je me suis dit, c’est à moi qu’il s’adresse, mais comment je me prépare à cela, concrètement je fais quoi avec mon petit pécule ?
      BM : A titre personnel, je pense qu’il faut être très prudent vis à vis de ses propres banques, vis à vis de ses compagnies d’assurances, être très attentif
      Il faut bien comprendre que, comme je vous l’ai dis, tout le dispositif légal est en place pour bloquer l’argent le moment venu. Et ca déjà, il faut être conscient de cela.
      Question : cela veut dire quoi ?

      BM: Ca ne s’est jamais produit encore.

      Question : Je sors mes quelques euros de la banque et je les met sous mon lit ?

      BM : Je ne dis pas qu’il faut se débancariser en totalité mais peut-être faut-il faire quelques réserves de cash, d’argent liquide, acheter quelques napoléons, d’argent or, d’avoir un petit peu de foncier, d’immobilier, en fait diversifier un petit peu ses actifs et ne pas tout laisser son patrimoine financier en banque et en compagnie d’assurance car le jour venu, l’argent sera bloqué.
      Moi je dis même, que peut-être à terme, l’argent des français ne leur appartiendra plus.
      Le jour où il va il avoir un krack financier qui va être d’une ampleur, probablement puissance 2 ou 3 de celle de 2008, tout le système financier sera bloqué.
      Donc que faire ? C’est prendre ses dispositions, s’organiser, Déjà être psychologiquement prêt car nous sommes les seuls à annoncer la réalité…
      Moi, maintenant ce que je ne peux pas donner, c’est un calendrier, autant j’ai pu le faire en 2008, autant en 2018 il est très difficile car le système est mauvais mais il a une résilience très forte notamment avec les injections de liquidité de la Banque Centrale qui fait que, ben pour éviter que le système s’effondre, ils injectent de l’argent. Juste pour donner un chiffre, entre 2015 2018, en trois ans, le bilan de la Banque Centrale a doublé, c’est à dire 2300 milliards d’euros supplémentaire par rapport à 2015. Donc cela veux bien dire qu’ils sont là pour soutenir le système, qui est sur le plaquant (?).
      Donc déjà être conscient psychologiquement de ce qui peux se passer.

  4. GMRB dit :

    A Jeff

    Fond de Garantie bancaire: A jour au 31/12/2016
    https://www.garantiedesdepots.fr/fr/fonds-de-garantie-des-depots-et-de-resolution/financement-du-fgdr

    et si vous avez un compte à la BNP, vous trouverez le nombre de comptes bancaires.
    https://www.cbanque.com/epargne/bnp-paribas

    Je vous laisse faire la division, pour savoir combien vous pouvez espérer récupérer en cas de faillite où combien laisser sur un compte bancaire dans cette dernière.

  5. Rod dit :

    Ce que je fais, dès que j ai un billet avec un numéro de série commençant par X, je le thésaurise. Si vient le moment où chacun récupère ses petits, j’aurais quelques euros allemands.
    Je pourrai les échanger en Allemagne contre des marks. Si je les échange en France, la banque me donnera des francs et ira ensuite échanger mon billet aux Allemands contre des Deutsch-marks.
    Je joue ce scénario.

  6. Who dit :

    Ah, que c’est Rock’n Roll !

    S.V.P, chers lecteurs, ne demandez pas à Monsieur JP Chevallier, de lire dans une boule de cristal. Il est suffisamment clair sur le sujet monétarisme, et nous savons que les problèmes politiques dépendent de considérations… métaphysiques.

    Faites vos pronostiques en suivant les alliances et déconvenues passées et actuelles. Nous avons le Brexit d’un côté, aucun changement pour la France et l’Allemagne qui veulent toujours plus d’une zone Euro fédéralisée, avec fusion des bad banksters et en faisant payer le prix fort aux populaces, une Italie qui témoigne de sa volonté de changer la règle du jeu, une Espagne divisée et impuissante, un Portugal qui patauge, une Grèce touchée coulée, une Corse Calédonienne qui réclame sont autonomie, des Bretons qui espère plus de socialisme pour mieux manger leurs chapeaux… (Les socialistes en France viennent d’élire leur chef suprême avec moins de 35 000 voix…!?!)

    Un tsunami est toujours imprévisible, les emmerdes volent en escadrilles et il faudra faire avec pour ceux qui sont encore dans cette zone €.

    Mais si vous suivez les courbes de Monsieur Chevallier… vous constatez que ça ne va pas dans le bon sens, que le système interbancaire n’est pas prêt de fonctionner normalement, que cela coûte de plus en plus cher, que la richesse s’évapore, que le désordre progresse, qu’un tsunami financier reste une probabilité non négligeable, …/…

    Avec ça vous savez ou ranger votre blè, comme JoJo-le Taxé, qui défend sa veuve et ses orphelins, envers et contre tous…

    • josick dit :

      @Who « des Bretons qui espère plus de socialisme  »

      ? Pourtant le Fidel Castro breton, à savoir Régis Hutin Dégrés présidant à Ouest-France, est mort… Mais ses traces, certainement radioactives, perdurent…

      Sinon, comme solution concrète à toute petite échelle (30 mille en étant premium), on peut tenter Revolut qui permet sans commission de jouer avec les devises, Revolut adossé à une banque anglais pas terrible selon le Sieur Pro Chevallier… Mais de l’autre côté du channel…

      Ayant cette année (2018) utilisé ma carte Revolut aux Philippines, je confirme que payant avec, j’ai eu un vraiment excellent taux de change appliqué… Et que lorsque je la charge, c’est sans absolument aucun frais.

  7. du guesclin dit :

    L euro crash permettra au chômage des cadres de passer de 3,5 à zéro voir à une pénurie de cadres. Les écoles sup de co vont pouvoir augmenter le nombre de leurs étudiants. Action logement va pouvoir promouvoir de nombreuses femmes employées dans la catégorie des cadres.

  8. Alain dit :

    Bonjour,

    Que pensez-vous d’ORANGE Bank et de PSA Banque ?

  9. Jeff dit :

    Merci aux lecteurs pour leurs réponses et lien avec la vidéo de B.Monot.
    J’attends à présent de pouvoir lire quelques trucs dessus. Cela dit, vu la faiblesses de mon épargne, je ne peux espérer aller bien loin … mais bon j’aimerai autant éviter de paraître sur une photo type le retraité grecque qui s’écroule ne pouvant retirer de sous après plusieurs heures d’attentes sous le soleil … Bon c’est sûr que puisque plus aucune banque n’a de liquidité en agence (sic), plus la peine d’y faire la queue : puisqu’on on vous dit qu’il n’y a plus de sous !!!

    Merci encore pour votre excellent blog .. J’espère qu’un jour, vous serez reconnu pour la qualité de vos analyses (et que les journaleux de BFM qui voient la reprise matin, midi et soir, eux, le seront pour leur incompétence).

  10. Bertrand dit :

    Vendre du matériel profitable pour dépenser dans des l’immateriel À fond perdu.
    Grande spécialité de son patron banquier d’affaire commissionné.

  11. BA dit :

    Par référendum, les citoyens de la Nouvelle-Calédonie pourront voter pour ou contre leur indépendance le 4 novembre 2018.

    Et les citoyens français ?

    Les citoyens français seront-ils consultés sur leur indépendance ?

    En France, y aura-t-il un référendum pour ou contre la sortie de l’Union européenne ?

    Le peuple français sera-t-il consulté par la procédure de démocratie directe : le référendum ?

    A votre avis ?

    Le suspens est insoutenable.

    https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0301454260720-la-nouvelle-caledonie-votera-sur-son-independance-le-4-novembre-2162310.php

  12. Glude dit :

    Rester en France ou en €-zone c’est accepter de payer les pots cassés = les conséquences d’un affaiblissement durable face au reste du monde, principalement sur les emplois et les salaires. On peut toujours imaginer de placer son épargne dans des actifs plus sûrs, à l’étranger, etc. mais ça ne protège pas globalement de l’environnement, du fisc, etc. Je ne vois pas bien de solution en conservant sa résidence fiscale en France.

  13. Amalfi dit :

    Pour apporter mon commentaire sur les banques en ligne. ..
    J’utilise Revolut depuis des années et c’est impeccable. Meme en Thailande et en Russie les taux sont bons. Pour avoir une alternative j’ai pris aussi Leupay. Leupay prend 1% sur le change mais c’est insignifiant comparé aux 4-5% de ma visa. Leupay a un accès web contrairement à Revolut. Leupay a deux apps, une pour la banque et une pour le wallet. Je dirais que les services informatiques de Leupay sont meilleurs que ceux de Revolut. Mais Revolut est plus créatif, avec bitcoins etc. Voilà. J’utilise les deux en voyage et pour mes achats sur internet chez Aliexpress et compagnie.

Commenter