13 avril 2018 3

Citigroup 1° trimestre 2018

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques américaines

Citigroup a été avant le 4° trimestre 2017, la première et la seule grande banque (de la liste des Importantes Institutions Financières Systémiques Mondiales, Global Systemically Important Financial Institutions, G-SIFIs) à respecter la règle prudentielle d’endettement préconisée par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage réel inférieur à 10, ce qui correspondait à un ratio Core Tier 1 réel supérieur à 10 % mais cette performance se dégrade rapidement depuis ces deux derniers trimestres !

Document 1 :

Citigroup2017 Q12017 Q22017 Q32017 Q42018 Q1
1 Assets1 821,881 864,061 889,131 843,061 922,10
2 Equity208,723210,766208,381181,487182,759
3 Deductions5,0615,0074,7864,624,498
4 Goodwill22,26522,34922,34522,25622,659
5 Tangible eq181,397183,41181,25154,611155,602
6 Liabilities1 640,481 680,651 707,881 688,451 766,50
7 Leverage (µ)9,049,169,4210,9211,35
8 Core Tier 1 (%)11,0610,9110,619,168,81

Sommes en milliards de dollars.

La performance était absolument remarquable mais les dirigeants de Citigroup ont vite repris les mauvaises habitudes de banksters !

En effet, ils publient les données permettant de calculer le montant des capitaux propres tangibles

Document 2 :

… ce qui permet de calculer les ratios qui donnent une image fidèle de la réalité, car Citigroup, comme les autres banques américaines enregistre les prêts à leur juste valeur à l’actif, ce que ne font pas du tout les banques européennes !

Document 3 :

Ainsi, les prêts accordés, sont enregistrés en net, Total loans, net à l’actif, c’est-à-dire en brut moins les provisions pour pertes, Allowance for loan losses.

Pour rappel, l’analyse de la situation réelle des banques européennes montre qu’elles sont plombées par leurs encours douteux… plus que douteux qui sont en fait des pertes réelles importantes mal camouflées et non comptabilisées.

Conclusions :
Comme je l’ai déjà écrit…

1 / La comptabilité des banques américaines donne bien une image fidèle de la réalité en particulier en enregistrant les prêts à leur juste valeur (fair value), c’est en dire en respectant les principes comptables qui doivent être appliqués, ce que ne font pas les banques européennes !

2 / Ainsi, pervers, les Américains ont laissé faire les autorités bancaires européennes, qui, sous la dépendance de leurs banksters, n’ont pas réussi à leur imposer de comptabiliser leurs actifs (ni leurs passifs !) à leur juste valeur.

3 / Le plus extraordinaire est que la nomenklatura euro-zonarde a réussi à entretenir une propagande telle que personne n’a mis en évidence cette gigantesque tromperie !
En effet, aucun journaleux, aucun analyste financier ou autre (expert) comptable n’a dénoncé ces pratiques comptables condamnables.

C’est effarant ! Je n’en reviens pas !
Pour démontrer cette gigantesque tromperie, il faut certes un minimum de connaissances de base mais qui ne dépassent pas le niveau élémentaire.

Il est très instructif de constater qu’en Europe, les dirigeants des big banks too big to fail ont réussi à faire adopter des réglementations absconses qui les arrangent, en particulier avec ces actifs pondérés des risques.
Comme les Européens lambda ne comprennent rien à ces problèmes bancaires fondamentaux, personne (ou presque !) ne réagit comme il aurait fallu le faire.
Pour l’instant, tout va bien, enfin presque, apparemment, en Europe.

Les générations à venir se demanderont comment 300 millions d’euro-zonards auront pu se laisser avoir par ces banksters et leurs dirigeants politiques, et comment se fait-il qu’ils n’aient pas réagi d’eux-mêmes !

Cliquer ici pour lire le dernier rapport financier de Citigroup.
Cliquer ici pour lire mon article précédent sur cette banque.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 réponses à “Citigroup 1° trimestre 2018”

  1. josick dit :

    « il faut certes un minimum de connaissances de base mais qui ne dépassent pas le niveau élémentaire. »

    Mais les français que je connais n’ont même pas cela !

    Exemple : un gars achète en 1958 une ferme. Il revend ensuite 2 ha à son voisin qui a une très petite ferme. Eh bien tout sa vie son voisin très calculateur, pourtant très strict en apparence, va considérer qu’il a une partie des bâtiments de la ferme puisqu’il a autrefois acheté deux ha de cette ferme… Le fils de ce voisin va devenir COMPTABLE… Avec une telle origine, il ne faut pas s’étonner de l’incurie…

    Maintenant, prenons un notaire de nos jours. Il gère le loyer d’une ferme composé de l’usufruit pour les bâtiments et des terres. Les terres sont données aux enfants… Les enfants reçoivent alors le loyer des terres et celui de l’usufruit. L’usufruitier n’a plus rien. Il faudra plus de cinq ans avant que le notaire comprenne et corrige l’erreur, et que l’usufruitier retrouve son usufruit mais ayant perdu quelques années non récupérées…

    Se tourner vers la justice ? Vous n’y pensez pas ? On est en France et lorsqu’on connait cette vermine en hermine, c’est peine perdue…

    Maintenant on fait rentrer des « migrants » qui n’ont aucun respect pour la propriété privé. Une terre est inoccupée… et les voilà qui se mettent à la cultiver sans autorisation…. Ils trimballent avec eux ce qui fait que leur pays est resté sous-développé et sont soutenu par des gens qui, semble-t-il ,veulent le même sort pour la France, ce qui me semble en très bonne voie.

    Avec de telles fondements, il ne faut pas s’étonner de l’existence de nos banksters !!!!

  2. Du Guesclin dit :

    les experts comptables ne manquent pourtant pas comme le Vice President Sanofi Business Services France, sans compter les comptables experts des HLM.

  3. Stenka07 dit :

    Bonsoir,
    Les cabinets de comptabilité sont des annexes du fisc et autres organismes sociaux.
    Et à partir du 1 janvier 2019, ils remplaceront le fisc pour l’impôt sur le revenu.5pour les petites structures comme la mienne).
    S’ils font trop d’erreurs, leur autorisation d’excercer leur est retitée.
    @josick, pour le notaire saississez la chambre départementale des notaires, ils sont asurés pour leurs erreurs et n’aiment pas les tribunaux.

Commenter