27 mai 2018 22

SNCF : encore et toujours en train… de (ne pas) faire faillite !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Tout le monde parle de la SNCF, de ses grèves, des cheminots mais la SNCF c’est d’abord un S pour Société, et personne ne parle des comptes de cette société qui sont pourtant édifiants

Document 1 :

Pour l’essentiel : les dettes à long terme de cette société se montent à… 73,5 milliards d’euros pour des capitaux propres… négatifs à hauteur de… 5,8 milliards !

Pire encore : compte tenu de 2,339 milliards d’euros d’écarts d’acquisition, le montant des capitaux propres tangibles est… négatif à hauteur de 8,2 milliards !
C’est sa valeur à la casse : – 8,2 milliards d’euros
.

Dans ces conditions, cette société aurait dû être déclarée en faillite depuis longtemps (par ses dirigeants) car cette situation dure depuis des années.

Les comptes de la SNCF sont certifiés par PricewaterhouseCoopers et Ernst & Young qui ne sont pas particulièrement connus pour être habituellement très critiques envers leurs clients.
Ils émettent rarement des réserves sur les comptes des sociétés qu’ils certifient, et lorsqu’ils le font, elles sont généralement brèves et peu inquiétantes.

PricewaterhouseCoopers et Ernst & Young émettent des réserves sur les comptes de la SNCF qui sont formulées sur… 5 pages (!) et qui sont exprimées parfois en termes pour le moins alambiqués.

En effet, ils veulent éviter d’écrire explicitement que la SNCF aurait dû être déclarée en faillite car, en droit, c’est aux dirigeants de la société qu’il appartient d’engager une procédure de faillite,

Document 2 :

Ils écrivent quand même qu’il peut y avoir des anomalies dans les comptes de la SNCF provenant de fraudes et que c’est alors la responsabilité de ses dirigeants qui est engagée et non pas la leur.
On n’est jamais trop prudent et il est toujours bon de pouvoir ouvrir un parapluie au cas où…

C’est simple, c’est clair.
Tout le reste n’est que littérature.

***

En parcourant les comptes de la SNCF, il apparait que sur les 147 milliards d’euros d’immobilisations corporelles, la SNCF a reçu… 44,5 milliards de subventions

Document 3 :

et 4,885 milliards de subventions

Document 4 :

pour le transport de voyageurs pour un chiffre d’affaires de 15,270 milliards,

Document 5 :

Les voyageurs de la SNCF ne paient donc que les deux tiers du prix de leurs billets.
Les contribuables qui ne prennent jamais le train paient, sous forme d’impôts et de taxes, un tiers du prix des billets de ceux qui voyagent en train.

Pour mémoire, la SNCF a sorti de ses comptes… 116,5 milliards d’euros d’engagements de retraite fin juin 2007, cliquer ici pour lire mon article à ce sujet.

***

L’URSS a sombré mais la SNCF n’a pas encore fait faillite, et elle ne fera pas faillite dans un avenir envisageable.

Les Français continuent à vivre dans un monde de Bisounours et ils ne comprendront jamais rien aux problèmes économiques et financiers les plus élémentaires.
Ils sont et ils le resteront, les premières victimes de leur ignorance.

Cliquer ici pour voir le rapport financier 2017 du Groupe SNCF d’où sont tirées ces informations.

Mots-clés: ,

22 réponses à “SNCF : encore et toujours en train… de (ne pas) faire faillite !”

  1. GMRB dit :

    Vous écrivez :
    Pour mémoire, la SNCF a sorti de ses comptes… 116,5 milliards d’euros d’engagements de retraite fin juin 2007.

    Ma question : ce chiffre ayant évolué, pouvons nous connaître/ trouver son montant ?

  2. Ratel dit :

    Bonsoir.l’état reprendra 25 mds en 2020 et 10 mds en 2022 et Sncf réseau ne pourra plus s endetter ,de plus des acteurs privés brigueront certaines lignes. Compte rendu de ces données et si aucun tsunami économique ne vienne empêché ce plan pensez vous que ce modèle économique soit viable ?

  3. milton dit :

    La France prend le chemin d’Atlas Shrugged. Ils ne vont pas tarder à trouver un messie à pendre en exemple avant que le bateau Titanic ne coule d’une traite. Et comme à l’époque, l’eau est glacée, il manque de bateaux de sauvetage. Gloups !

  4. blitzel dit :

    Les comptes de la SNCF sont « édifiants ».
    Moi qui en ai fait partie et qui me prononce dans les commentaires sur les sites, je la savais en faillite, mais là, les mots me manquent. Les dirigeants sont forcément responsables et l’ Etat directement concerné.
    La gestion est une chose qu’il ne connaisse pas, non seulement ils ont géré avec leurs pieds mais l’ Etat n’a rien fait ou si peu pour être partenaire.
    On ne sera pas mieux loti avec une Entreprise privée qui augmentera le prix des billets du double (?), déactivera la plupart des petits réseaux comme si cela n’a jamais été fait (les 3/4 des anciennes lignes sont inexistantes.)
    Place au TGV pour Moscou et Vladivostok géré par de grands groupes internationaux, pour ceux qui ne peuvent pas payer pour travailler pour le trajet de la France profonde à .. mettons un travail en Hongrie par ex, question décentralisation ,si vous ne pouvez pas payer, il reste le car…
    Avec en prime, des conducteurs afghans ou kosovars formés sur le tas comme les polonais sur la déconfiture de Bricorama. Récemment j’y suis passé, et il m’aurait fallu un dicto de langue, j’ai rien compris à la caisse.

  5. BA dit :

    Ce qui s’est passé en Italie nous donne une bonne leçon.

    Angela Merkel et le président de la République italienne ont eu un dialogue téléphonique : l’Allemagne refuse la mise en place d’un gouvernement eurosceptique en Italie.

    Conséquence : le président de la République italienne obéit à l’Allemagne. Il refuse de nommer ministre des Finances Paolo Savona, un économiste anti-euro. Paolo Savona expliquait que l’euro était, je cite, « une prison allemande. »

    Conséquence numéro 2 : l’Italie va devoir retourner aux urnes en septembre 2018, alors que les élections législatives venaient juste d’envoyer une majorité eurosceptique à l’Assemblée nationale italienne.

    Conséquence numéro 3 : arrêtons de nous faire des illusions. Le système actuel est verrouillé. Jamais l’Allemagne ne laissera l’Italie sortir de l’euro, jamais l’Allemagne ne laissera la France sortir de l’euro, etc.

    Conséquence numéro 4 : pour sortir de l’euro, un gouvernement français eurosceptique, patriote, souverainiste, DEVRA RENVERSER LA TABLE ET DECIDER UNE SORTIE BRUTALE, UNILATERALE, NON NEGOCIEE.

    Le système européen est parfaitement verrouillé.

    Alors arrêtons de nous faire des illusions.

    Alain Peyrefitte : « Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

    Général de Gaulle : C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! » Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

    Extrait de « C’était de Gaulle », d’Alain Peyrefitte, tome 2, édition Fayard, page 267.

    https://www.amazon.fr/C%C3%A9tait-Gaulle-2-Alain-Peyrefitte/dp/2213594589/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1527489406&sr=8-1&keywords=c%27%C3%A9tait+de+gaulle+tome+2

    • gil dit :

      ce n’est pas pas le vote que l’on change les choses de nos jours.
      Maintenant si les peuples acceptent cet état de fait alors tant pis pour eux.

      Cordialement

      • jp-chevallier dit :

        Les magouilles du Président de la République italienne ne servent à rien : les rendements des Bund et du 10 ans italien reviennent au même niveau que vendredi !
        Les politicards ne peuvent rien faire contre la réalité économique

  6. Anonyme dit :

    Bonjour,
    Peut-être qu’un jour les Français vont enfin mettre le nez dans ce qu’ils ne veulent pas regarder en face.
    En attendant, cet argent a sûrement servi à payer pas mal de monde, et non à développer l’entreprise. Et maintenant ils osent en redemander, et laisser les dettes aux autres.

    Pour devenir riche en France: prenez une place à responsabilité, tirez un max de budget et versez vous un salaire bien gras. Après vous le déluge. (Mais je crains qu’il y ait un changement de paradigme). Si vous travaillez à créer/améliorer des produits/services vous aurez les ennuis mais pas l’argent.

    Perso, l’expatriation a été salvatrice, je ne pouvais plus continuer à alimenter ce système.

    • milton dit :

      @Anonyme, et quand vous revenez en vacances en France ne trouvez vous pas qu’ils sont zombifiés ?
      Sales, grossiers, raleurs, fainéants….déplaisants, agressifs, stupides ?

      C’est comme cela que je perçois de plus en plus de gens dans ce pays….je crois qu’il faut que je m’expatrie….

      On allume le TV et là c’est affligeant. C’est du vide non stop. De BFM à Tf1 rien. Du blabla sur le temps qui passe et les petites digestions difficiles d’une personne connue (ou à abattre).

      Bref, ce pays communiste est foutu.

  7. Ratel dit :

    La sncf est elle un service public ?
    Si oui doit elle etre rentable ? Quel déficit serait il acceptable ?
    Si non quel modèle adopter ?

  8. milton dit :

    @Ratel, nous avons oublié que « service » pour le public n’est pas de détourner 57% du PIB pour faire vivre des cloportes rentiers. Vos questions trahissent une profonde méconnaissance de notre économie putride communiste. Les impôts payeront les délires de la Sncf, d’air france, d’edf, et des autres. C’est cela la justice Française. Une imposture.

  9. Bertrand dit :

    Ya bon l’italie…viva Italia…..révolutionne……

  10. Ratel dit :

    Dapres vos commentaires la sncf a reçu 49,385 milliard d ‘Euros de subventions en 2016,ai je bien compris ? Merci

  11. Ratel dit :

    Oups ! En 2017 bien sûr

  12. Yannick dit :

    La valeur « a la casse » d’une société dixit Graham/Dodd (Security Analysis) ce sont ses actifs nets courants = actifs courants – total de ses dettes. Donc dans le cas de la SNCF: 23B – 96B = -73B.
    Les -8B dont vous parlez c’est la VNC (valeur nette comptable), c’est utile pour comparer les sociétés entre elles et potentiellement trouver des valeurs décotées, mais dans les faits une boite qui a de gros soucis d’exploitation peut tout a fait avoir une VNC positive et importante si elle a fait beaucoup de bénéfices par le passé, ca ne l’empechera pas de valoir 0 quand elle dépose son bilan si ces actifs nets courants sont négatifs.

  13. Yannick dit :

    Mon commentaire précédent ne remet pas en cause le fonds de l’article (excellent), au contraire il montre juste que la SNCF est encore plus dans la m… que ce que vous pensez ;)

Répondre à Who

Cliquez ici pour annuler la réponse.