4 juin 2018 57

Target 2 pour les nuls, Italexit et €-crash

Rédigé par dans la rubrique Europe :

Tout est simple et il est toujours aussi étonnant qu’aussi peu de gens comprennent ces problèmes monétaires qui sont pourtant si simples…

Ainsi en est-il pour ce machin (comme aurait dit de Gaulle) qu’est Target 2, le Trans-european Automated Real-time Gross settlement Express Transfer system (système de transferts express automatisés transeuropéens à règlement brut en temps réel).

Reprenons l’exemple du paysan de Böhm-Bawerk qui se trouve maintenant en Italie
Il continue à travailler, officiellement et au noir. Les affaires marchent bien.
Il achète un gros 4×4 Porsche au prix de 150 000 € parce que ça fait bien. Il paie le concessionnaire Porsche en Italie en lui donnant un chèque de sa banque italienne Unicredit.

L’argent qu’il a versé se retrouve finalement sur le compte Deutsche Bank de Porsche en Allemagne.
C’est simple, tout est simple. Tout va bien. Tout le monde comprend.

Non ! C’est trop simple pour la nomenklatura euro-zonarde qui a pondu ce Target 2 !

En effet, Unicredit va transférer ces 150 000 € sur son compte à la banque centrale italienne, Banca d’Italia qui les transmettra à son homologue la banque centrale allemande, la Buba, qui créditera le compte que Deutsche Bank y possède pour le bénéficiaire final qu’est Porsche.
La procédure est un peu complexe (Unicredit aurait pu verser directement l’argent à Deutsche Bank) mais le centralisme démocratique a toujours bien fonctionné en URSS.
Les deux banques centrales comptabilisent leurs transactions dans leurs comptes, ce qui est à la base de ce Target 2.

Les Italiens profitent de cette monnaie unique contre nature qu’est l’euro pour acheter (trop) facilement des produits allemands à un prix anormalement bas pour eux.
Globalement, les Italiens achètent des produits made in Germany pour des montants supérieurs à ceux que les Allemands consacrent à l’achat de produits italiens.
Un déséquilibre se développe donc dans les échanges entre ces pays dont les niveaux et les gains de productivité sont différents, ce qui apparait clairement dans les chiffres de Target 2.

Le déficit italien fluctue dans une bande de 400 à 450 milliards d’euros depuis un an,

Document 1 :

Il en est de même pour ces autres cochons de pays du Club Med : le déficit de l’Espagne est proche des 400 milliards d’euros, la France sombre depuis quelques mois…
Globalement, les déficits de ces cochons de pays du Club Med plongent pour dépasser les… 1 000 milliards d’euros alors que les excédents allemands fluctuent dans les… 900 milliards
!

Document 2 :

Dans le cadre de Target 2, la Banca d’Italia comptabilise fin 2017 un total de 437,7 milliards d’euros de dettes envers l’intra-euro-système

Document 3 :

… comme c’est bien précisé dans la note 5…

Document 4 :

… et logiquement, inversement, la Buba comptabilise fin 2017 un total de 906,8 milliards d’euros de créances envers l’intra euro-système,

Document 5 :

Vue d’ensemble des données,

Document 6 :

Dès lors, la nomenklatura euro-zonarde en tire la conclusion suivante : les Italiens ont plus de 400 milliards d’euros de dettes principalement vis-à-vis de la Buba et ils devraient donc les payer en cas de sortie de l’euro-système.

Il s’agit là d’une erreur monumentale !

En effet, les 150 000 € versés par le paysan italien de Böhm-Bawerk à partir de son compte Unicredit en Italie ont bien été versés sur le compte de Porsche à la Deutsche Bank en Allemagne, point.

Les banques centrales nationales ne sont plus que des entités locales (des succursales, des filiales ou des intermédiaires) de l’entité globale qu’est la BCE.
Les Allemands ne sont donc pas fondés à revendiquer des créances vis-à-vis des Italiens.

Les comptes des banques centrales sont consolidés au niveau de la BCE qui est la seule entité monétaire de la zone euro.
Les dettes et créances de ces banques centrales ne sont pas exigibles entre elles comme c’est le cas pour tous les groupes constitués d’entités subordonnées
, à savoir des filiales dont ils détiennent la majorité (ou la totalité) des parts.

Donc, dans l’euro-système, peu importe la procédure des règlements, l’argent ne fait que transiter par des banques centrales nationales qui ne sont que des intermédiaires, des entités locales de l’entité globale qu’est la BCE.

Pour mieux comprendre ces problèmes, il suffit de localiser maintenant le paysan de Böhm-Bawerk en Californie
Devenu un farmer, il achète pour 70 000 $ un pick-up Ford F-150 fabriqué à Dearborn dans le Michigan parce que c’est ce que font les autres farmers.
Aucun Américain ne conçoit que la banque centrale de San Francisco du 12° district de la Fed dont dépend le farmer de Böhm-Bawerk puisse être débitrice vis-à-vis de son homologue de Chicago du 7° district où se trouvent les usines Ford !
Les banques américaines effectuent leurs règlements sans passer par l’intermédiaire des banques centrales constituant le Federal Reserve System qui consolide évidemment les comptes de ses 12 Reserve Banks sans qu’elles soient obligées d’équilibrer leurs comptes entre elles
.

Dans cette entité qu’est la zone euro, une seule monnaie a cours légal : l’euro.
Il en est de même aux Etats-Unis (d’Amérique !) où une seule monnaie a cours légal : le dollar (USD).
Les entités dites intra-euro-système n’ont pas de légitimité en tant qu’entités indépendantes ayant vocation à être débitrices ou créditrices vis-à-vis de tiers.
Elles ne peuvent être que consolidées au niveau de l’entité mère, globale, à savoir la BCE.

Je ne connais pas les analyses de l’économiste Paolo Savona qui est la pierre angulaire de l’Italexit du nouveau gouvernement italien mais comme il en tire les mêmes conclusions que moi, elles doivent être proches des miennes.
En tant que ministre des Affaires européennes, il pourra dire aux Marioles de la BCE :
Ciao les mecs, on s’casse ! Demm…dez-vous maintenant. Les Italiens n’ont pas de dettes issues de Target 2.

Restera alors la dette publique, ce qui pose d’autres problèmes, parmi d’autres…

***

Target 2 est un système légal mais pas légitime.
Il est contraire à la logique économique, financière et monétaire.
Les positions de Paolo Savona pourront être contestées juridiquement mais elles sont justes et bien argumentées.
De toute façon, lors de l’Italexit et (ou) de l’€-crash, le désordre sera tellement considérable que ce genre de débats sera de peu d’importance.

***

Cette analyse de Target 2 montre que l’euro-système est un ersatz de système de Bretton Woods dans lequel il est impossible de faire varier entre elles les parités monétaires des pays membres.
Le système de Bretton Woods n’a pas tenu 30 ans alors qu’il était possible de procéder à des ajustements de parités monétaires (des dévaluations et des réévaluations).

L’euro-système qui existe depuis 20 ans ne peut qu’éclater… à terme, qui est maintenant plus clairement envisageable.

Les analyses positives sur un Italexit sont rares mais ZeroHedge en a publié une édifiante émanant de la banque américaine JPMorgan en titrant :
JPMorgan’s Stunning Conclusion: An Italian Exit May Be Rome’s Best Option,
La conclusion stupéfiante de JPMorgan: une sortie italienne pourrait être la meilleure option de Rome,
Cliquer ici pour la lire.

Cliquer ici pour lire mon article précédent sur Target 2.

Par ailleurs, un Italexit présente aussi d’autres avantages (par rapport au maintien du statu quo actuel), ce qui devrait faire l’objet d’un article à venir…

Mots-clés: , ,

57 réponses à “Target 2 pour les nuls, Italexit et €-crash”

  1. H. dit :

    Bonsoir,

    Merci pour ces explications fort éclairantes.
    Je viens de retrouver votre analyse de la banque italienne Unicredit (leverage 35,9!!!). Que penser (ou que cache) de l’éventuelle fusion Unicredit – Société générale (leverage 30,72)? (https://www.capital.fr/entreprises-marches/unicredit-pousse-a-une-fusion-avec-societe-generale-1291153).

    Bonne soirée

  2. Nico dit :

    Bonjour à tous,

    Merci Jean Pierre pour le temps passé à nous informer.

    Dans un autre thème, je viens de remarquer que sur les sites Boursorama ou les échos :

    https://www.boursorama.com/bourse/actions/cotations/international/?international_quotation_az_filter%5Bcountry%5D=49&international_quotation_az_filter%5Bmarket%5D=5pDAX

    La plupart des titres bancaire en Europe finissent en vert alors qu’ils ont perdu de la valeur;

    Ex : Deutch bank, ouverture 9.64 finit à 9.53 mais ils indiquent un gain de 1.32%
    Bnp ouverture à 54.7 finit à 54.09 mais un gain de 0.37%

    Il y aurait il des fakes news dans les cotations???? Pour les gens qui passent vite sur le site pour donner l’impression que tout est bon ?

    Bizarre…

    Gardez la peche…

  3. Ratel dit :

    Bonjour.Pour Charles Gave la chose est très très simple. Les alllemands auraient mieux fait de balancer leurs Porsche dans le port de Hambourg.Pour lui l ‘italien a acheté sa Porsche grâce à l argent que lui a prêté les allemands qui ne reverront jamais leur argent.En sommes le plus à plaindre est l allemand qui peut s’assoir sur son argent et est très mal.

  4. Hervé dit :

    Il y a quelque chose de bizarre dans le document 6. Le Luxembourg a un target 2 positif de 200 milliards alors que le PIB du pays est de 50 milliards….

  5. Stenka07 dit :

    @ nico
    Oui, ce sont des gains négatifs, c’est de la novlangue….pas des fakenews

  6. gmrb dit :

    @ nico

    Dans votre lien, il n’y a pas le cours de fermeture de la veille.
    Or les gains ou les pertes sont calculés entre les 2 cours de fermeture de bourse de la veille et fermeture bourse dujour.
    Ex
    https://www.boursorama.com/cours/1zDBK/

  7. milton dit :

    Pour l’instant la cible 2, c’est bien le gogo qui regarde ça avec l’espoir que ça s’arrange.
    Nos technocrates ne vont pas nous rater, eux.

  8. polo dit :

    Les grec font encore mieux il s’achète des porches targa avec une connotation ( target 2 ) avec de la feta et de l’huile d’olive

  9. PhildeFer dit :

    Bonsoir,
    L’euro n’est pas une monnaie unique: c’est une monnaie commune! C’est pour cela que chaque billet d’euro comporte une lettre dans son numéro de série qui y indique la nationalité de la banque émettrice.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Billets_de_banque_en_euros
    Donc la banque nationale d’Italie se trouve bien débitrice de la banque nationale d’Allemagne, ce que matérialise Target2.
    En cas d’explosion de l’euro, chaque banque nationale reprendrait sa monnaie d’origine. C’est pour cette raison que l’on trouve des investisseurs « assez fous » pour accepter de prêter à taux négatif : ils espèrent une réévaluation conséquente de la devise du pays emprunteur en cas d’éclatement de l’euro et même, ils parient dessus. Idem concernant le CHF qui devrait exploser à la hausse en cas de crise financière européenne ou mondiale.
    Bien sûr, la BCE fausse les paris concernant certains pays (PIGS) en sur-achetant les bonds qu’ils émettent, faisant ainsi baisser artificiellement les rendements demandés.

  10. Clement Morelle dit :

    Oula oula, je comprends plus rien là.
    J-P vous donnez comme unique rôle à Target2 d’être un vulgaire intermédiaire entre les banques centrales. Ok mettons.

    Mais le solde Target2 que vous montrez dans vos graphiques, ce n’est pas l’accumulation des crédits intra-journaliers qui ne sont pas remboursés par les banques centrales emprunteuses ?! et qui sont automatiquement empruntés à l’eurosystème grâce à la facilité de prêt marginal quand justement elles n’ont pas remboursé à temps ? Argent qui provient du surplus des autres banques centrales préteuses qui ont déposé ce surplus à la BCE ? (source banque de France).

    Je croyais comprendre que c’était cette accumulation de dette journalière qui normalement doit être remboursée chaque jour à la fermeture de Target2 et qui parce qu’elle n’est justement pas remboursées crée ce déséquilibre. Là je veux bien une explication car je suis perdu.

  11. Artiste dit :

    N’est ce pas lié au fait qu’il y a 19 banques centrales différentes qui ont toutes la possibilité d’emettre De la monnaie et de ce fait target rapporte cette situation et en cas de sortie il faut régulariser vis avis des différentes banque centrales.

    • JD dit :

      Divergence totale, oui. Cet article de JPC est totalement erroné

      L’euro est-il une monnaie commune ou une monnaie unique ?
      https://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/euro-monnaie-commune-ou-unique

      Le crépuscule de l’euro == TARGETS : LE DÉGEL DE LA PENSÉE – par Vincent Brousseau
      https://www.upr.fr/actualite/crepuscule-de-leuro-targets-degel-de-pensee-vincent-brousseau

      Ce que doit à ses consœurs une banque centrale qui quitte l’euro : La prime de sortie – Vincent BROUSSEAU
      https://www.upr.fr/actualite/ce-que-doit-a-ses-consoeurs-une-banque-centrale-qui-quitte-leuro-la-prime-de-sortie-vincent-brousseau

      Pourquoi l’euro est condamné – Analyse de Vincent Brousseau
      https://www.upr.fr/actualite/pourquoi-leuro-est-condamne

      • jp-chevallier dit :

        VB est un ex de la BCE, ce qui est pire que les nuls de la BdF, et circonstances aggravantes : il fait partie de la bande à Asseline No !
        Cf. entre autres : En effet, les 150 000 € versés par le paysan italien de Böhm-Bawerk à partir de son compte Unicredit en Italie ont bien été versés sur le compte de Porsche à la Deutsche Bank en Allemagne, point.
        Target 2 est un système légal mais pas légitime.
        Il est contraire à la logique économique, financière et monétaire.

        • JD dit :

          Ce que vous décrivez est le fonctionnement interne à une seule entité Étatique et donc via une unique BCN.
          Ce n’est pas le cas dans la zone Euro.
          Vous vous méprenez je pense, et d’autre part, être insultant n’est pas une argumentation crédible.
          Le système des Target 2 est trop fondamental, raison pour laquelle sa compréhension ne doit pas être dévoyée ou erronée

          • jp-chevallier dit :

            Je ne suis pas « insultant » : la BdF et son gouverneur ont été jugés NULS (par rapport à moi) par le tribunal correctionnel du TGI de Paris !
            C’est une réalité.
            Les interprétations données par ces nuls sur la monnaie ont des conséquences très graves que je dénonce.

          • milton dit :

            Deux mensonges identiques ne font pas une vérité. Même si depuis longtemps c’est effectivement un principe de base de notre Ripoublique Démocratique Communiste.

          • nunu dit :

            Bonjour,

            pourriez vous nous dire en quoi VB est dans le faux dans ses analyses sur l’Euro (la « prime de sortie » etc..).
            On voit bien que certains économiste allemand réagissent, s’inquiètent au montant du TG2. Draghi à parler de cette prime de sortie que devait s’acquitter un pays en cas de sortie de la zone Euro.
            Ça n’a pas l’air si anodin.

            Et si vous êtes dans le vrai, qu’est ce qui retient exactement les pays de sortir de « machin » ? le dogme ? l’illusion d’avoir créé un peuple avec une monnaie ?

            Cordialement

      • Hervé dit :

        Ce n’est que la logique versus la loi. Y-a-t-il une loi ?

        • jp-chevallier dit :

          Ce sont ces nuls et autres Marioles qui font leur loi et qui l’impose aux malheureux € zonards

          • Hervé dit :

            Oui… si l’Italie sort de l’euro, même s’il n’y a pas de loi, le target 2 permettra aussi de lui interdire les transferts avec les autres pays, et le paysan « machin » ne pourra plus acheter sa Porsche, sauf en BTC.

            « You can check out anytime you want, but you can never leave ! ».

            Personne ne quittera l’euro… C’est l’euro qui partira. Et encore… il pourrait survivre à la crise, car il faudra désigner un responsable qui ne sera pas une « chose » (l’euro) mais un « homme ».

  12. Artiste dit :

    Divergence entre JPC et Vincent Brousseau (ex BCE ) on nous aurait menti

  13. Hervé dit :

    En lisant cela : https://www.zerohedge.com/news/2018-06-04/central-banker-observes-sudden-evaporation-dollar-funding-warns-global-turmoil, je me demande quel est l’impact de la hausse du dollar pour les banques européennes…

  14. milton dit :

    Mr JPC, pourriez vous écrire un billet (svp) pour guider l’EU dans la bonne direction. Je suis certain qu’ils sont trop fiers pour vous demander de l’aide (et refusent d’admettre leur l’incompétence). Alors peut être que si ils ont juste à appliquer une recette trouvée comme ça sur Internet…
    En plus si jamais ils ne font pas ce qu’il faut, la magie d’Internet (et sa mémoire) sera toujours embarrassante pour ces cloportes inutiles.

  15. Anonyme dit :

    Bonjour,
    @milton: l’euro est « broken by design », il n’y a pas de solution à part mettre une fin à cette horreur le plus rapidement possible, et revenir aux monnaies nationales.

    Bonne journée

    • milton dit :

      Oui ça j’ai compris. Et pourtant les technocrates continuent d’ignorer la réalité. Ils rêvent même de mutualiser les dettes.
      Il doit exister une procédure propre à mettre en place d’urgence pour éviter une hémorragie !

  16. milton dit :

    Trépané, n’est pas joué 😉
    Mon gamin qui joue à Fortnite quitte le jeu avant de mourir pour éviter de laisser cette joie à l’adversaire. Cela me semble malin.
    C’est pour cela que je défends les cryptos. Une forme de trépanation qui pourrait éventuellement conduire à une résurrection.

  17. Geek dit :

    M. Chevallier a raison, une fois de plus. L’italien acheteur d’une Porsche (alors qu’il aurait mieux fait de choisir une Ferrari) a bien payé son prix et a bien été débité de son compte. Il ne doit pas la somme 2 fois.
    La banque italienne a bien payé aussi.

    La banque allemande a été payée et son client bavarois a bien reçu l’argent.

    Ce qui cloche une fois qu’on a dit ça, c’est que Target 2 reste déséquilibré alors qu’il devrait s’équilibrer naturellement (crédité par l’Italie et débité par l’Allemagne dans notre cas).
    S’il ne s’équilibre pas, à mon avis, c’est parce que les banques centrales nationales sont au milieu du processus et ce sont elles qui ne compensent pas entre elles. La banque centrale allemande a bien crédité le compte de la banque allemande sans pour autant avoir reçu l’argent de la part de Target 2 qui se contente d’inscrire sa créance dans ses livres. Elle a l’argent « en théorie » (compta Target 2) mais pas en pratique et elle ne l’aura d’ailleurs jamais.

    Sauf à ce que j’ai mal compris, auquel cas il faudra que JPC nous explique par quel autre procédé miraculeux les soldes Target 2 ne reviennent pas à l’équilibre, alors c’est la banque centrale italienne qui est débitrice de 400 milliards vis à vis de Target 2.

    • Artiste dit :

      Geek a bien résumé le processus ,il y a 19 banques centrales dans les pays appartenant à l’euro en fait 19 euros différents liés par l’obligation d’accepter ces euros entre elles avec un peg de 1.
      Pour sortir de l’euro c’est donc possible et très facile il suffit de ne plus accepter les euros des autres banques centrales mais la intervient Target 2 il faut solder les comptes avec les autres BC et la il y a de grosses difficultés en fonction des pays d’ou le problème qui va payer l’addition. J’ai malheureusement une petite idée

  18. Marie Ranvier dit :

    Bonjour M.Chevallier.

    Petite info que je relaye, unicredit (italie) cherche à fusionner de toute urgence avec commerzbank (allemagne) et société générale. Pour créer une nouvelle tumeur bankstéreuse dans le paysage.
    Ou un groupe musical, les 2 big 3 or not to be…

    Pris chez Jovanovic, dans sa revue de presse. Voilà, des banques pourries fusionnent entre elles.
    Mais à part ça, tout va bien chez les too big.

  19. josick dit :

    @ Milton : « écrire un billet (svp) pour guider l’EU dans la bonne direction »

    Le drame des incompétents est qu’ils sont vraiment incompétents et n’ont absolument aucune intuition pour pallier la carence de leur incompétence. Même avec un vraiment bon billet, ils ne sauront pas même s’il est bon ou non !

    Par ailleurs, peut-on comparer la BCE à une entreprise qui a plusieurs usines sortant les mêmes produit mais différencié par un B, D, F, etc., selon le lieu de production…

    Quel tribunal peut juger ce différent d’approche à propos du target ? Encore faut-il que ce tribunal soit reconnu par les deux partis. L’Allemagne a-t-elle la puissance diplomatique et militaire pour réclamer ce qu’elle estimerait lui revenir ? Et si l’Italie, reprenant son indépendance monétaire, se mettait alors sous protection Trumpienne, lequel serait râvi de niquer Merkel…

    L’EUrope se voulait un monde de stabilité… de soudainement d’être rattrapé par les turbulences…

    Parait que le mécanisme du vivant c’est le heurt (cf. brevet « Energies magnétiques » 630.832 12 nov 1926 : « Et voilà démontré que la cause du mouvement est le heurt cahotique, est dans le bond par saccades ; que le mouvement continu est en soi impossible, ne peut être qu’un non-sens. Ne pouvant être sans être discontinu, son aspect continu n’est qu’une vaine apparence » ), les ajustements entre monnaie nationale d’avoir été verrouillés par l’euro… La nature un jour ou l’autre de reprendre ses droits, comme on dit.

    Note : recopiant les quelques lignes du brevet sus mentionné, de lire par ailleurs une information qui ferait comprendre l’importance qu’on a pu dans un très lointain passé donner à l’or (à noter également que ce serait du mot monade que viendrait le mot monnaie) : « L’Electrophore, sur lequel viennent heurter les monades en perpétuel mouvement, joue le rôle du thêseîon ci-dessus, y disposant une induction nouvelle et invisible -comme ces objets sacrés : hilastère d’or de l’Arche (en or pur et massif : l’Induction s’y créant en fonction du poids d’or),…..)
    Donc de l’or pour générer une certaine Induction laquelle était alors recherchée. De là l’origine de l’attrait pour l’or ?

    • milton dit :

      Oui l’or est bio compatible avec l’humain. L’on en fait les meilleures dents !
      C’est un très bon conducteur, il se travaille très bien pour la bijouterie et les dorures. On le trouve même sur le chocolat célèbre de Bernachon (le palais d’or).

      Concernant la stabilité façon communisme, l’on sait très bien que ce doux rêve collectiviste termine toujours dans la pauvreté et la violence. Ce n’est que l’ego des technocrates qui nous impose cette stupidité. Et comme le dit h16, l’aspirine ne marche pas. Doublons, triplons la dose.

      Grâce à JPC, l’on approche en effet d’une image fidèle des magouilles de l’EU et de la BCE. Je propose de le couvrir d’or !!!!

    • Hervé dit :

      C’est cette monade là ? « Le principe de toutes choses est la Monade. Venant de la Monade, la Dyade indéfinie [l’Illimité, la matière], considérée comme matière, est sous-jacente à la Monade qui est cause. De la Monade et de la Dyade indéfinie viennent les nombres, des nombres les points [des nombres dérivent les grandeurs, dont l’élément originel est le point], des points les lignes, des lignes les figures planes, des figures planes les figures solides, des solides les corps sensibles [connus par les sens], dont les Éléments sont au nombre de quatre : Feu, Eau, Terre, Air. » Mais la monnaie existait avant Pythagore… Donc, comment le savoir ?

      Dans l’histoire, la première trace de l’or n’est-elle pas le roi Salomon ? Des calculs sioux montre que c’est l’un des hommes qui fut le plus riche au monde (plusieurs centaine de fois la fortune de Bill Gates). C’est vrai que cela ne devait pas lui servir à grand chose, il fallait autre chose… D’ailleurs, est-ce que la monnaie existait à l’époque du roi Salomon ?

      Quand au mouvement, il me semble qu’après un siècle, personne ne l’a encore admis :-)… Pourtant, nous dialoguons par ordinateur… Un siècle cela doit être bien peu au niveau d’une culture :-).

  20. frexit dit :

    Houlala, le target2 déchaine les passions !
    Le target2, à mon sens, est utile car il nous permet de tirer des enseignements.
    Il montre clairement qu’environ 450 milliards ont quittés l’Italie pour aller quelque part et probablement en grande partie en Allemagne (car il n’y a pas tant de pays avec un target2 excédentaire).
    Cela veut dire que l’économie réelle Italienne s’est asséchée de 450 milliards.
    Montant qui peut être diminué ou aggravé selon l’état (bénéfice ou déficit) du commerce extérieur hors zone euro.
    L’euro étant une monnaie trop chère pour exporter des produits Italiens hors zone euro, je penche plutôt pour un déficit aggravant la situation.
    Pour moi le target2 Italien est donc un indicateur pertinent pour expliquer la difficulté des banques Italiennes et comprendre qu’elles vont s’effondrer (une somme importante a quitté l’Italie et fait défaut à son économie).
    Reprenez moi Monsieur Chevalier si je me trompe.

    • jp-chevallier dit :

      Pour moi le target2 Italien est donc un indicateur pertinent pour expliquer la difficulté des banques Italiennes et comprendre qu’elles vont s’effondrer (une somme importante a quitté l’Italie et fait défaut à son économie) : oui, très bien, c’est (à peu près) ce que je m’apprêtais à écrire !

      • Annick dit :

        Ouf ! Merci à vous, à Greek et à frexit, ça devient plus clair. J’avais les neurones chauffés à blanc depuis hier en tentant d’y comprendre quelque chose.

        N’empêche que cette trajectoire tortueuse ne s’explique pas vraiment. Pourquoi ce passage obligé par les BCN, alors que, in fine, le vendeur a bien été payé ?

        Le client italien ne doit rien au vendeur allemand, mais c’est sa BCN (pas assez renflouée par une économie asséchée) qui est redevable à la BCE. Est-ce juste ?

        Bien à vous,

        • Artiste dit :

          Jeu d’écriture entre la bc italienne et la bc allemande une est débitrice l’autre créancière cela vient du fait que l’on n’a pas supprimé les bc de chaque état c’est pour cela que l’on doit parler de monnaie commune et non pas unique.Pourquoi ce biais ? Il faut le demander aux concepteurs de l’euro.Celui ci n’aurait peut être pas vu le jour si l’on avait supprimé les s’inscrire que sont les bc et leurs avantages pour leurs salariés ?

        • frexit dit :

          Réponse à la première question:
          Cette trajectoire est tortueuse à l’image de la manière dont a été construit cette monnaie contre nature qu’est l’euro.
          Il faut savoir que chaque nation via sa banque centrale gère ses propres euros et que par un traité des marioles (dignes de la BCE) ont figé dans le marbre la parité à 1 pour 1 entre tous ces euros (une véritable hérésie).
          Le dollar n’a pas à supporter cette approche débile car il est rattaché à un peuple: les Américains.
          L’euro, lui, est rattaché à une zone géographique et des peuples hétéroclites qui, de fait, ne peuvent pas partager la même monnaie sur le long terme (car on ne transformera jamais par exemple un Italien en Allemand).
          Si ma mémoire est bonne, le target2 a été imposé par les Allemands qui voulaient imposer au départ une solution pour comptabiliser les transferts d’argents entre nations et être capable de détricoter le bouzin (voué à l’échec).
          Au départ c’était malin et prudent de leur part. Mais pas de chance pour eux, le target2 a divergé trop brutalement et les Allemands n’ont pas pu sortir de l’euro à temps. Maintenant cela va se retourner contre eux car tout le monde sait qu’ils détiennent 450 milliards provenant d’Italie.
          Lorsque l’Italie fera défaut, les 450 milliards partis en Allemagne auront une valeur nulle ou en tout cas bien inférieure à ce qu’elle devrait.
          La monnaie est devenue scripturale (elle n’est pas plus adossée sur l’or) et les Allemand aimeraient bien que les Italiens mettent leur or en garantie. Seulement, seul un europhile pourrait faire une telle bêtise, donc c’est mal barré avec le gouvernement Italien actuel.

        • frexit dit :

          Avis sur la deuxième question d’Annick:
          Le target2 ne représente pas des créances où des dettes actives entre BCN mais un cumul historique des soldes. Il permet de savoir où se trouvent les devises des divers pays. Cela aurait pu être utile en cas de sortie ordonnée de l’euro ou pour gérer une modification de la parité entre les divers euros. Cependant, le bouzin aux mains des marioles est devenu incontrôlable et l’€uro-crash ou l’€urocalypse semble bien plus probable qu’une sortie ordonnée.

      • frexit dit :

        Avis sur le déséquilibre et la divergence du target2
        Il est vrai que pour l’Italien fortuné, comme son euro/lire n’a pas été dévalué comme il aurait dû l’être, il peut en profiter pour acheter une porsche qui au final devient bon marché pour lui (ceci est parfaitement expliqué par Monsieur Chevallier).
        Inversement, pour l’Allemand fortuné qui n’a pas vu son euro/deutschmark augmenter comme il aurait du l’être face à l’euro/lire, il ne va pas se laisser tenter par la dernière Ferrari qui ne sera pas devenue meilleur marché.
        Ça c’est pour l’aspect mercantile qui explique une petite partie du déséquilibre du target2.
        Cependant, il ne faut pas oublier l’aspect financier car le target2 est parti en vrille surtout depuis 2011, ce qui correspond aux premiers défauts de paiement en raison de la crise de la dette grecque puis la crise chypriote de 2012
        Les transferts de fonds monumentaux de cette époque ne peuvent pas s’expliquer par un simple aspect mercantile.
        A mon avis, il faut comprendre que les capitaux de ces cochons de pays du club med sont partis se réfugier en Allemagne en raison du risque de contagion pesant sur la zone euro.
        Notre Italien fortuné, qui n’est pas un mariole et qui peut se payer un bon conseiller financier va par exemple ouvrir un compte bancaire en Allemagne et l’approvisionner avec ses euros/lire qui vont devenir des euros/deutschmark. Ainsi, pas de risque qu’on lui saisisse son épargne et de plus, quand il n’y aura plus parité entre l’euro/lire et l’euro/deutschmark il peut espérer ainsi faire une très très bonne opération financière. En tablant sur une réévaluation de l’euro/deutschmark et une dévaluation de l’euro/lire il peut espérer gagner sur tous les tableaux.
        Monsieur Chevallier, quel est votre avis sur cet aspect du target2 que vous n’avez pas développé ?

        • Annick dit :

          Un chaleureux merci à vous, frexit, qui avez pris la peine de répondre à mes interrogations.
          Merci aussi à Artiste.
          Tout est clair à présent. D’autant que notre cher Professeur nous gratifie de nouvelles explications.

          D’habitude j’arrive à suivre sans me manifester, mais là, je butais bêtement à essayer de trouver une logique à ce qui n’est qu’une immense arnaque. Pratiques les lois, pour tordre le bras des peuples ! Sont-ils lobotomisés, comme le souligne JP Chevallier ? Non ! Ils sont paresseux, refusent de se pencher sur la question qui leur paraît trop compliquée. J’en ai fait maintes fois l’expérience en essayant d’amener la discussion sur le sujet dans mon cercle amical ou familial. Nul n’est prophète en son pays 😉

          Bien à vous,

  21. polo dit :

    De nouveau après une petite accalmie les taux se tendent dans les pays du club med, tout va bien bonne journée à tous

  22. Ratel dit :

    Bonjour. Comment l Italien à obtenu tout cet argent pour acheter une Porshe ? Peut être grâce à la BCE qui maintient les taux italiens bas ce qui favorise l endettement,l argent facile ,la non destruction créative,…..et donc l achat de la Porsche !
    Le jour où les taux remontent,finis la Porsche et finis la balance commerciale gargantuesque de l allemagne.la BCE ne pourra pas faire le job ad vitae eaternam

  23. Drtoc dit :

    Bonjour,
    Martin Armstrong dit que c’est l’acceleration des mouvements de capitaux qui est un bon indicateur de crise à venir pour notamment pour la zone où le pays qui voit fuir ces capitaux.
    Question: quels sont les meilleurs indicateurs de mouvement de capitaux pour suivre cette accélération lorsqu’elle Se produira?

  24. Espagnoux dit :

    Interessante l’analyse jp morgan..si leur graphes sont justes, la France est peut être le vrai big problème de l’Europe !

  25. Metacryptic dit :

    Je rebondis sur ce sujet qui n’est pas si obscure que ça du moins de ma compréhension d’économiste de formation (lointaine certes mais solide à l’époque).

    Target 2 est un système de paiement européen très intelligent (pas seulement compliqué) qui outre le fait de procéder au paiement internationaux en temps réel, permet en plus de faire face au manquement du marché en cas d’illiquidité du marché interbancaire.

    Pour revenir sur le sujet des soldes target2 :
    Normalement en fonctionnement normal (sans crises financière mondiale….) les soldes représentent comptablement les déficits de la balance des paiements. A tout moment et même en situation de crise financière mondiale) les dettes commerciales sont bien déjà payées entre les acteurs des différents pays européens et les banques centrale ont collatéralisés les dettes des banques privées.
    En effet, les comptes du paysan italien et du constructeur allemand sont bien mouvementés, il y a eu ****réellement**** déplacement de la valeur bagnole achetée, de l’Italie vers l’allemagne. par ailleurs, la banque italienne déficitaire a mis en balance des actifs en garantie de ses emprunts monétaires (collatéralisation).

    Que dans les comptes de la banque centrale européenne il y ait un détail d’écriture qui fasse apparaître une dette de la Banque centrale italienne et un excédent à la banque centrale allemande, MAIS CE N’EST QU’UN JEU D’ECRITURE interne à la comptabilité bancaire de la BCE, tout cela s’annulant dans les comptes consolidés de la BCE (car BCE = BDF+BUBA+BCI+…). C’est de la compta. En fait il n’y a au final qu’une dette d’une banque privée italienne envers la BCE.

    La vraie question est que représentent ces soldes target 2 explosifs ?
    A partir de 2008, le marché interbancaire s’est grippé, aucune banque PRIVEE excédentaire ne voulant prêter à une autre banque PRIVEE déficitaire de ce fait, pour éviter un crédit crunch, la BCE a suppléé ce marché en prêtant directement aux banques PRIVEES déficitaires.
    Le solde très positif de la balance target2 pour l’allemagne représente donc à la fois son excédent commercial chronique et surtout aussi la fuite des capitaux des pays périphériques vers les banques privées allemandes considérées comme moins risquées.
    Pour ceux qui savent, les excédents en monnaie banque privée sont déposés à la banque centrale qui rémunère ces dépôts et symétriquement la BCE prête aux banques privées déficitaires, ce qui permet d’éviter l’écroulement financier de la zone (rien que ça).
    De façon symétrique les LTRO symétriques sont reflétés aussi par la somme des soldes positifs (ou négatifs).

    la fausse bonne idée de sortir de l’euro :
    Si un pays se barre de l’europe sont problème n’est pas Target 2 en tant que tel, mais l’ensemble des dettes réelles des acteurs de son pays reflétées par la comptabilité banque centrale. rappelons nous la compta reflète la réalité, elle n’est pas la réalité. L’italie n’a aucun moyen d’échapper à ses dettes extérieures qui sont réelles et visibles dans les comptes des acteurs privés : une dette extérieure n’est jamais qu’une dette d’un italien envers un allemand ou un chinois.
    Là le rêve de sortie en enculant tout le monde s’écroule car aucun pays n’échappera au fait qu’il faudra rembourser toute la dette privée libellée en euro avec une monnaie en carton (ici lyre italienne ressuscitée), les acteurs privés vont être étranglés et vont mourir tout simplement ou seront racheté à vil prix par un américain qui passera récolter les pépites italiennes !
    Reparaîtra alors avec les défauts étatiques et privés le risque systémique.
    Résultat des courses les acteurs financiers italiens seront balayés (ou rachetés), la confiance envers l’italie sera ruinée pour combien de dizaine d’années ? (maladie des emprunts russes) et l’état italien ne pourra plus se refinancer sur les marchés mondiaux (taux à 2 chiffres insupportables). Il n’y aura donc d’autre moyen que la création monétaire brute pour des quantités faramineuses, la loi de la théorie quantitative de la monnaie (qui existe belle et bien) MV=PT jouera à son plein donc hyperinflation, il y aura aussi déficits commerciaux abyssaux (pétrole, mouvements intra firmes mondialisées…), défauts de paiement en masses, faillites, chômage.
    Bref…………………… un beau cauchemar car tout cela s’accompagnera d’un chômage de masse et des faillites d’entreprises en masse. Bien sûr un économiste de type autrichien dira que c’est le résultat de la maladie keynesienne parce que l’on a refusé au système de se corriger au fur et à mesure ce qui nous conduit à des catastrophes planétaire (analyse que je partage).

    Cependant on est bel et bien coincé en europe et va falloir faire avec.

    Une très bonne vidéo faite par la banque centrale européenne explique calmement ce qu’est target 2 et la balance (solde) est présente ici :
    https://youtu.be/kMC_Ns4sJSw

    ou là aussi une autre vidéo ancienne mais très bien :
    https://youtu.be/eO2ugsVlMGU

    sur la dette libellée en euro suffit d’écouter le grand patrick artus de loin l’un des économistes les plus sérieux de france.

Commenter