8 juillet 2018 21

BCE, banksters et €-crash : bis repetita… (suite)

Rédigé par dans la rubrique Europe :

Pendant les turbulences italiennes fin mai-début juin, les banksters de la zone ont serré les fesses et maintenant, ils se relâchent et donc, forcément, ça… dégouline de partout !
Les nuls de la Banque de France et les super-nuls de la BCE ont eux-aussi les deux pieds les deux mains dedans : depuis le 6 juin, pour pouvoir survivre encore un peu, les banksters de la zone ont été obligés de retirer… 148 milliards d’euros qu’ils avaient déposés auparavant à la BCE !

En conséquence, les Marioles de la BCE ont dû quémander au total… 722 milliards d’euros aux Etats membres de la zone et à de mystérieux et anonymes non-résidents pour pouvoir boucler leur bilan vendredi dernier, ce qui constitue le plus haut record historique !

Document 1 :

C’est plusse pire que ça n’a jamais été dans la zone !

Au 29 juin, les dirigeants des Etats ont fourni au total… 374 milliards d’euros pour que les Marioles de la BCE puissent acheter (sans les payer en réalité) pour… 2 806 milliards de titres, dont principalement des bons de leurs propres Trésors !

Document 2 :

Les membres de la nomenklatura euro-zonarde achètent donc des bons des Trésors de la zone, ce qui signifie qu’ils financent les Etats membres, ce qui leur est pourtant rigoureusement interdit parce que potentiellement très dangereux et en même temps, comme dirait l’Autre, les dirigeants des Etats membres de la zone prêtent près de 400 milliards aux Marioles de la BCE pour qu’ils puissent boucler leur bilan !
Même les communistes de l’URSS n’ont jamais fait de telles acrobaties financières…

De mystérieux et anonymes non-résidents qui ne peuvent être que de riches dirigeants musulmans de pays producteurs d’hydrocarbures ont prêté près de 350 milliards aux mêmes Marioles de la BCE pour qu’ils puissent eux-aussi survivre vendredi dernier,

Document 3 :

Ces deux généreux prêteurs que sont les dirigeants des Etats membres de la zone et de riches dirigeants musulmans de pays producteurs d’hydrocarbures ont atteint manifestement le 29 juin les limites de leurs capacités de prêts, ou de… dons.

Si les banksters de la zone ont encore eu besoin de récupérer plus de 40 milliards d’euros au cours de la semaine s’étant terminée le vendredi 6 juillet (comme ils l’ont fait au cours des semaines précédentes), ils auront soit forcé leurs généreux prêteurs à dépasser leurs limites passées, soit les Marioles de la BCE auront été obligés d’emprunter sur les marchés pour pouvoir boucler leur bilan, ce qui les obligerait à reconnaitre que la situation des banksters de la zone est au plus mal, ce que tout le monde sait.

Pour rappel, ces trous dans le bilan de la BCE, plus de… 500 milliards d’euros fin juin (!) proviennent en grande partie des prêts aux banksters et des achats de titres qui ne sont pas couverts au total par les dépôts en retour des banksters ni par les billets mis en circulation par les Marioles,

Document 4 :

Sur ces seuls deux groupes de rubriques, le déficit est de… 504 milliards d’euros fin juin, ce qui constitue un plus bas record historique,

Document 5 :

Le sismographe des variations d’une semaine à l’autre des dépôts des prêteurs majeurs que sont des dirigeants des Etats membres de la zone et de riches dirigeants musulmans de pays producteurs d’hydrocarbures montre que la situation s’aggrave au fil des semaines,

Document 6 :

Pour rappel, c’est bien plusse pire qu’après la faillite de la banque des frères Lehman et que pendant le plusse pire de la crise grecque !
L’Italie, c’est 10 fois plus grand, plus gros, plus important que la Grèce.

Les banques italiennes vont tomber les unes après les autres comme des dominos.
Tout peut aller très vite comme on vient de le voir au cours de ces derniers jours.
Les dirigeants politiques et économiques ne feront qu’aggraver la situation, ce qui rend impossible de prédire précisément ce qui pourra se passer.

L’€clatement de l’euro-système sera un évènement comparable à une cascade de dévaluations.
Dans le système de Bretton-Woods, les dévaluations étaient quand même plus ou moins maitrisées.
Elles se décidaient et se mettaient en place plus ou moins calmement pendant un long weekend, de préférence à la mi-août.

Document 7 :

L’€-crash sera un crash.

Cliquer ici pour lire mon article précédent à ce sujet.

Mots-clés: , ,

21 réponses à “BCE, banksters et €-crash : bis repetita… (suite)”

  1. josick dit :

    A propos de l’Autre, j’ai reçu ce lien par mail hier : https://www.youtube.com/watch?v=nbwfnL9822Q&feature=youtu.be
    C’est une vidéo qui explique que des décisions ont été prises, ne respectant pas la constitution, de là, Macron pouvant être considéré comme un imposteur…
    Mais dans une France qui n’a jamais respecté l’état de Droit, France qui ne respecte rien, ne fait que dans le copinage, cela n’a absolument rien d’étonnant…

    Qu’une gigantesque claque puisse enfin être reçue, quel réconfort ! Même si on doit payer, car au final, l’élément de base c’est toujours lui qui paye pour les conneries des zozautorités.

    • knavo dit :

      La condamnation pour Haute trahison a été retiré de la >Constitution en 2007 sous le Gouvernement Sarkozy.
      >Donc depuis cette date , la Haute trahison pour un chef d’ Etat est devenu inopérante. Que du bonheur pour l’irresponsabilité. Si les politiques désignent ce qui est autorisé et ce qui ne l’ai pas, à quoi sert de faire une Constitution si elle est sujette à modification, c’est tout simplement se moquer de l’ Etat, et comme l’ Etat c’est nous….

  2. milton dit :

    Fesse, dégouline, trou. Omg, on est en mode méga panique là.
    Espérons que l’on va en retirer un peu de plaisir.
    Je crois pourtant que cette histoire va avoir une fin « rigolote ».
    Depuis le temps que l’on attend que cette connerie se termine.

  3. knavo dit :

    Ce qui pourrait bien arriver au sujet de l’ Italie c’est le black out sur les comptes italiens ou bail in.
    Ce qui était prévu au cas de faillite espagnol avec le blocage potentiel des comptes pourrait très bien arriver avant avec les banques Italiennes.
    Ce qui mettrait par répercussion tous les comptes européens en stand bye , vu que les italiens iraient dans les DAB français pour retirer de l’ argent. Nous serions du jour au lendemain dans l’impossibilité en France de retirer du liquide; n’ai-je pas tort de penser ainsi ?

    • zoltis dit :

      saf à considérer que le blocage du compte entraîne le blocage de la carte bancaire liée au compte, et donc qu’ils aillent en France ou ailleurs leur problème sera le même, pas d’accès à leur compte, pas de liquidité possible.

  4. Clement dit :

    On n’est pas encore à la limite.
    Les pays musulmans producteurs de pétrole ne sont en effet pas loin du max qu’ils nous avaient déjà prêté.
    Et les états membres peuvent encore sortir 30 milliards par rapport à ce qu’ils ont déjà prêté (une broutille presque).
    Je me demande comment la magouille va tenir pour gratter encore quelques semaines.

  5. Nam dit :

    L’€clatement de l’euro-système sera un évènement comparable à une cascade de dévaluations.

    Quid de l’investissement en actions en cas de « dévaluations en cascade »?
    Ça conserve mieux la valeur que le cash, n’est-ce pas?

    Je suis trop « jeune » pour avoir connu les épisodes de dévaluation dans la passé …

    • zoltis dit :

      Nam, cela peut être valable uniquement si vous avez des actions US ou hors zone euro ou encore d’un pays qui sera « moins dévalué » car en France le Capital des entrerpises subira le même principe de dévaluation si elles sont « françaises » et côtées sur la place Française.

  6. H. dit :

    Bonjour,

    Si j’en crois la météo. La semaine du 15 août devrait être très chaude, non?

    Bonne journée

  7. Motus dit :

    le 15 aout tombe malheureusement un Mercredi… donc pas de long pont de 2 jours avant ou apres… ou l’idee c’est que c’est pendant les vacances donc… de toute facon personne ne verra rien…

  8. gilgamesh dit :

    D’après Sapir la monnaie de la France se déprécierai de seulement 10% par rapport au dollar si elle sort de l’euro.
    Par contre si l’Italie sort mais que la France décide de rester dans l’euro en fait l’euro se réévaluera !

    Source : A 15min25s https://www.youtube.com/watch?v=kuFBsG_xaHM&t=15m05s

  9. F. dit :

    Charle Gave semble affirmer dans sa dernière vidéo que l’allemagne fera faillite si l’Italie sort de l’euro (balance Target). Qu’en pensez vous?

  10. LUCIDI dit :

    bonjour

    un article intéressant des échos aujourd’hui « BCE : les achats de dette d’Etat devant la justice européenne »
    « Financement direct des Etats ? »

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0301953572984-bce-les-achats-de-dette-detat-devant-la-justice-europeenne-2191190.php#xtor=EPR-9-%5Bjournal_22h30%5D-20180710-%5BProv_%5D-2734417

    bien à vous

  11. Nico dit :

    Ca rebouillonne sur les bons de bon matin !!!!

  12. lau dit :

    le US10Y-US02Y est a 0.267 ca fait mal aujourd’hui !!!
    avec un peu de chance on est a 0.25 pour vendredi ….
    le O se rapproche à grand pas !!

  13. Whouf dit :

    Alors que le « foot ou art » déborde de sa coupe en Francofolie avec les rois de la pédale shootés aux hormones dépassant allégrement les 80 Konneries/ heure, le Trump rafle la mise demandant une petite augmentation sans délai de 2% du PIB à L’€zone pour une protection un peu plus rapprochée.

    L’Italie botte en touche, elle n’a plus les moyens d’acheter des zingues US.

    Pour payer ces armes, les €neuneus choisiront entre les excédants de l’Allemagne qui vient de signer encore 20 miards avec la Chine et (ou) l’augmentation du Target à trillons qui ne seront jamais remboursés.

    Que l’OTAN en importe le vent… et le gaz Russe en espérant que l’Iran ne coupe pas la route du pétrole cet hiver !

    Trump en a une sacrée paire, mais ça ne se prête pas… et ça rigole un peu moins… par derrière.

    Le May-day du Brexit n’a pas eu d’écho, il a fait plouf, touché-coulé.

    L’€ chute, les banksters sont encore tous nus, le soleil brille, c’est bientôt les vacances pour manu et brigit.

Commenter