2 août 2018 6

Les mécanos de la Générale, 2° trimestre 2018

Rédigé par dans la rubrique Banques : Banques françaises :

Contrairement à ce qui s’est passé pour les banksters de BNP-Paribas, l’adoption d’un changement de règles comptables appliqué sur l’exercice 2018 ne modifie pas notablement les résultats ni les ratios de la Société par rapport aux exercices précédents.

Le dernier bilan publié par les mécanos de la Générale montre que les variations d’une année sur l’autre sont faibles finalement,

Document 1 :

Document 2 :

Comme il ne faut jamais faire confiance a priori à des banksters, il est indispensable de prendre en considération le montant réel des capitaux propres, ce que toute banque doit publier depuis quelques années, appelé improprement par les mécanos de la Générale Fonds propres Common Equity Tier 1,

Document 3 :

Il est alors possible de calculer le véritable multiple d’endettement, le leverage réel qui était de… 31,29 et son inverse le véritable ratio Core Tier 1 qui était de… 3,20 % en cette fin de dernier trimestre alors que la norme préconisée par ce bon vieux Greenspan est à 10 !

Document 4 :

Société Générale2017 Q22017 Q32017 Q42018 Q22018 Q2
1 Assets1 350,221 338,701 275,131 271,901 298,02
2 Equity60,11160,359,37358,960,133
3 Deductions14,25114,114,18513,715,059
4 Goodwill4,864,94,98854,874
5 Tangible eq4141,340,240,240,2
6 Liabilities1 309,221 297,401 234,931 231,701 257,82
7 Leverage (µ)31,9331,4130,7230,6431,29
8 Core Tier 1 (%)3,133,183,263,263,2

Sommes en milliards d’euros.

Cependant, ces chiffres ainsi retraités ne donnent toujours pas une image fidèle de la réalité car il faut tenir compte des créances dites douteuses qui sont en fait en grande partie des pertes potentielles, appelées aussi prêts dits non-performants (NPL, Non-Performing Loans) qui se montaient à 19,4 milliards d’euros fin 2017 pour lesquels les mécanos ont provisionné 12,8 milliards,

Document 5 :

En admettant que ces chiffres correspondent à la réalité, ce qui sera possible de confirmer ou d’infirmer ultérieurement, les pertes potentielles sont de 6,6 milliards d’euros en net, qui doivent être inscrites en diminution des capitaux propres ainsi évalués à leur juste valeur, soit 33,6 milliards, pour donner une image fidèle de la réalité (en colonne notée 2017 efv),

Document 6 :

Société Générale2018 Q2 efv2018 Q2 n
1 Assets1 298,02369,6
2 Equity60,13360,133
3 Deductions21,65921,659
4 Goodwill4,8744,874
5 Tangible eq33,633,6
6 Liabilities1 264,42336
7 Leverage (µ)37,6310
8 Core Tier 1 (%)2,6610

En conséquence, le véritable leverage des mécanos de la Générale devrait être de… 37,63 ! en appliquant le principe de fair value pour ces prêts dits non-performants (cf. colonne notée 2017 efv).

Pour rappel, les banksters de la zone ont réussi à obtenir la possibilité de ne pas comptabiliser les prêts à leur juste valeur, en net, ce qui n’est pas le cas aux Etats-Unis, évidemment.

Normalement, c’est-à-dire en appliquant le principe de fair value pour ces prêts dits non-performants et la règle prudentielle d’endettement préconisée par ce bon vieux Grenspan, à savoir un leverage de 10 maximum, pour des capitaux propres tangibles de 33,6 milliard d’euros, les mécanos de la Générale devraient avoir au maximum 10 fois plus de dettes, soit un total des actifs de… 369,6 milliards (comme indiqué dans la colonne notée 2017 n).

928 milliards d’euros se trouvent donc en trop dans les actifs des mécanos de la Générale !
Finalement, les mécanos de la Générale sont au même niveau de surendettement que les grandes banques italiennes qui font si peur aux Marioles de la BCE.

Ainsi s’explique la situation potentiellement catastrophique de la zone euro dans laquelle s’est produite une hypertrophie létale à terme de la masse monétaire.
Un tsunami bancaire peut se produire à tout moment
.

Des banques en faillite qui tombent comme des dominos, de la création monétaire : c’est ce qui s’est passé en Allemagne de l’entre-deux-guerres, cf. le dernier ouvrage de Pierre Jovanovic Hitler ou la revanche de la planche à billets.

Cliquer ici pour voir sa vidéo de présentation.
Cliquer ici pour voir son site.

Cliquer ici pour voir les résultats de la Générale de ce dernier trimestre.
Cliquer ici pour voir mon article précédent sur les exploits des mécanos de la Générale.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 réponses à “Les mécanos de la Générale, 2° trimestre 2018”

  1. milou dit :

    Bonjour Mr Chevallier.

    avez vous toujours aussi bonne opinion de la BAMI ?

    http://chevallier.over-blog.fr/article-32485788.html

  2. Hervé dit :

    La SG et DB sont finalement en plus mauvais état que les banques Italiennes et Espagnoles.

  3. Hervé dit :

    Juste pour rire : Sur 21 analystes financiers, 18 sont à acheter ou conserver avec un objectif de cours moyen à 46€ (actuellement 37,20€). C’est vrai que c’est moins bien que Unicredit où 18 sont à acheter sur 25 :-).

  4. abb dit :

    vous devez considérez le point de départ d’un dominant mondial : 1517 car qu’on le veuille ou non ce sont les protestants qui siphonnent l’argent de la planète à leur cause. Ils émettent du papier de monoply ( et la chine en a bcp) mais ils détiennet des actifs tangibles et surtout des cerveaux de toute nationalité.

  5. Espagnoux dit :

    1200 Md€ de total bilan pour une seule bank à comparer aux 2000 Md€ du PIB de la France ! , nous sommes tous grecs en puissance

  6. Clement dit :

    J’ai obtenu le RIB de PayPal Europe. Leur compte est domicilié à la Deutsche Bank. Surprenant non ?

Commenter