Balance des paiements (juillet) : crise et déficits, suite…

La Banque de France vient de publier les chiffres de la balance des paiements du mois de juillet 2013. Tout le monde devrait en parler car c’est très important …

La balance des transactions courantes qui synthétise le résultat de l’ensemble des activités courantes d’une nation vis-à-vis du reste du monde montre une dégradation étonnamment régulière depuis que la Banque de France publie ces chiffres, c’est-à-dire depuis le début de l’euro-système, quelle que soit la couleur du gouvernement avec un déficit de 3,2 milliards d’euros pour ce dernier mois…

Document 1 :

… soit 225 milliards d’euros de déficits cumulés depuis 2005 !

Document 2 :

Ces déficits sont causés essentiellement par ceux de la balance commerciale : 5,3 milliards d’euros pour ce dernier mois contre des excédents de 14,5 milliards pour l’Allemagne !

Document 3 :

Le déficit est de l’ordre de 65 milliards d’euros en moyenne sur les 12 derniers mois,

Document 4 :

Depuis juin 2004, le cumul des déficits des biens seuls atteint un nouveau record historique de 440 milliards d’euros,

Document 5 :

Les déficits de la balance commerciale s’expliquent en grande partie par l’euro fort.
Comme la France n’est plus compétitive vis-à-vis de l’étranger et que la crise s’accentue en France et dans ces autres cochons de pays du Club Med, les entreprises étrangères n’investissent presque plus en France et les entreprises françaises n’investissent presque plus non plus à l’étranger, la tendance du déficit des IDE (Investissements Directs Etrangers) se poursuivant depuis l’adoption de l’euro,

Document 6 :

Les déficits cumulés des Investissements Directs Etrangers sont de l’ordre de 600 milliards d’euros depuis l’adoption de l’euro,

Document 7 :

Au total, ce sont donc plus de 1 000 milliards d’euros de déficits (vis-à-vis de l’étranger) qui se sont accumulés depuis ces dernières années.

Les conséquences en sont occultées par l’existence de la zone euro et par les achats massifs de mauvais bons du Trésor français par des investisseurs à l’étranger, imprudents, ignares et crédules (dont la BNS !) qui commencent à se méfier quand même de ce cochon de pays du Club Med.
Fin juin, le total de la dette négociable de l’Etat était de 1 459 milliards d’euros,

Document 8 :

Comme 62 % de la dette de l’Etat est souscrite par des étrangers (principalement anglo-saxons, ou arabes des monarchies pétrolières via Londres), ces déficits sont comblés par ces 900 milliards d’euros imprudemment investis en mauvais bons du Trésor français.

Avant, du temps du système de Bretton Woods, tout le monde, de la ménagère au président de la République, savait que les déficits de la balance commerciale allaient entrainer une dévaluation, ce que s’est empressé de faire Pompidou juste après son élection (une dévaluation de 12,5 % le 8 août 1969), ce qui a permis de prolonger la croissance jusqu’à la fin des 30 Glorieuses.
Maintenant, plus, personne ne comprend ces problèmes économiques simples.
C’est avancer les yeux fermés au bord du gouffre.

Pour terminer joyeusement : notons que les grosses têtes de la Banque de France n’ont perdu la trace que de 3,1 milliards d’euros dans l’usine à gaz de la zone,

Document 9 :

Cliquer ici pour voir la page des données de la Banque de France sur la balance des paiements.
Cliquer ici pour voir la page des données de l’Agence France Trésor.

3 réflexions sur “Balance des paiements (juillet) : crise et déficits, suite…”

  1. Grèce : il va y avoir un troisième, et même un quatrième plan d’aide.

    Mercredi 11 septembre 2013 :

    La Grèce devra encore être aidée, peut-être même deux fois.

    La Grèce aura besoin d’un troisième plan d’aide, voire d’un quatrième, a déclaré mercredi Luc Coene, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

    “Il est évident que nous ne sommes pas encore venus à bout du problème grec. Nous allons devoir fournir d’autres efforts, au moins encore une fois, peut-être deux. Cela dépendra de l’évolution de la situation”, a-t-il dit lors d’un entretien accordée à une station de radio belge.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00548526-la-grece-devra-encore-etre-aidee-peut-etre-meme-deux-fois-coene-603775.php

    La dette grecque s’élève actuellement à 321 milliards d’euros et devrait atteindre 176% du Produit intérieur brut (PIB) fin 2013.

    Les contribuables européens ont déjà prêté 240 milliards d’euros à la Grèce. Résultat : aujourd’hui, la Grèce est en faillite totale.

    Quant à l’Allemagne :

    Dette publique de l’Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d’euros. Je dis bien : 2150 milliards d’euros.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

      1. Vous avez entièrement raison de le rappeler, cher Jean-Pierre : tout va bien !
        Pour preuve, la démonstration magistrale des Abenomics nous montrant la voie à suivre 🙂

Répondre à Homer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *