Deutsche Bank 4° trimestre 2013, correctif

Deutsche Bank vient de publier son bilan complet 2013 après avoir publié le 19 janvier certaines informations partielles…

Document 1 :

D’après ces chiffres, le leverage réel serait de 38,3 et le ratio Core Tier 1 réel de 2,6 %,

Document 2 :

Deutsche Bank2012 Q42013 Q12013 Q22013 Q32013 Q4
1 Assets2 022,282 032,691 909,881 787,971 611,40
2 Equity54,2456,07857,73556,46154,966
3 Preferred st-----
4 Goodwill14,21914,34214,22314,09513,932
5 Tangible eq40,18142,47342,59242,7241,034
6 Liabilities1 982,091 990,221 867,291 745,251 570,37
7 Leverage (µ)49,346,943,840,938,3
8 Core Tier 1 (%)22,12,32,42,6

Sommes en milliards d’euros.

mais Deutsche Bank publie page 212 un tableau faisant apparaitre le montant de ses véritables capitaux propres selon la définition du ratio Core Tier 1 d’origine, soit 38,534 milliards d’euros

Document 3 :

… ce qui fait un ratio Core Tier 1 réel d’origine de 2,4 % soit un leverage réel de 40,8 ce qui confirme très exactement les chiffres que j’ai publiés précédemment,

Document 3 :

Deutsche Bank2012 Q42013 Q4
1 Assets2 022,281 611,40
2 Equity54,2454,966
3 Preferred st--
4 Goodwill16,28316,432
5 Tangible eq37,95738,534
6 Liabilities1 984,321 572,87
7 Leverage (µ)52,340,8
8 Core Tier 1 (%)1,92,4

Une fois de plus, le plus gros problème de cette banque est, comme je le répète toujours, son leverage réel tel que le définit ce bon vieux Greenspan, à savoir le ratio Core Tier 1 (non pondéré des actifs !) qui est loin de respecter les règles prudentielles d’endettement alors que cette banque, comme les autres, publie des ratios qui ne donnent pas une image fidèle de la réalité en vue de tromper le public, ce qui est condamnable mais pas condamné, évidemment.

Pour rétablir une situation désespérée, les dirigeants de Deutsche Bank font diminuer le total des dettes de… 410 milliards d’euros d’une année sur l’autre sans pouvoir véritablement augmenter les capitaux propres réels.

En fait, la situation de cette banque est pire que ce qui apparait dans les comptes officiels car ils ne prennent pas en considération l’entité américaine de Taunus.
La situation reste largement hors normes.
L’€ crise est aggravée par la situation catastrophique de ces big banks too big to fail qui ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement.
Les euro-zonards sont inconscients des risques de tsunami bancaire.

Deutsche Bank a été la pire des banques dans le cadre de la liste des 28 banques présentant un risque systémique dans le monde (SIFIs pour Systemically Important Financial Institutions) mais elle est maintenant largement battue par Royal Bank of Scotland…

Tout est simple mais il n’est pas toujours simple de trouver les bons chiffres dans des rapports de centaines de pages qui alignent des chiffres qui ne sont pas pertinents.

Cliquer ici pour lire les derniers résultats trimestriels communiqués par Deutsche Bank.
Cliquer ici pour lire mon dernier article sur les résultats trimestriels communiqués par Deutsche Bank.

11 réflexions sur “Deutsche Bank 4° trimestre 2013, correctif”

  1. Une petite question Mr Chevalier.
    Les règles comptables qui s’appliquent sont bien celle édictées par la FASB ou encore l’IASB.
    De ce fait si on ne price pas market to market, y a pas de problème. COntinuons à pricer market to model , comme cela se fait aux us n’est ce pas?
    (décision d’avril 2009 des boards?)
    En pricant market to model je vois pas comment une banque pourrait faire faillite. Les Lehmans auraient du être nombreux mais voilà, la loi a changé…..

    Verra t on une faillite avec un price market to model? Euh………..

    1. Il est indispensable de simplifier les données pour faire des comparaisons fiables, sinon il est impossible de comprendre quoi que ce soit et de prendre des décisions.
      A priori, les comptes publiés sont fiables… à condition de les décrypter correctement ! selon les mêmes principes.

      1. Point trop n’en faut 🙂
        Mais à la lecture de tous les documents de leur communication officielle (Taunus), ils se positionnent clairement comme agissant pour le compte de Deutsche Bank.
        Sauf que vous avez déjà souligné à moult reprises que Deutsch Bank n’intégrait pas Taunus dans sa communication financière.
        C’est aussi subtil qu’une bonne paire de sabots jurassiens 🙂

        1. Point trop n’en faut : si, si : Géniale idée que vous avez eue ! : vous m’avez donné l’idée de rechercher des infos sur Taunus et c’est vraiment très intéressant et très important !!!

  2. Ils sont fiables dans la limite de la crédibilité qu’on leur accorde. Je veux dire par là qu’il faudrait prendre la valeur réel des assets détenus, et faire une comparaison pour chacun d’entre eux de leur valeur comptable et leur valeur réelle. Cela étant impossible sauf à être le com aux comptes de ces banques, hé bien oui nous allons prendre ce que nous avons et je vous l’accorde, considérer que c’est fiable car controlé etc… Mais je soulignais seulement que ce genre de comptabilité peut permettre à ce que le système ne s’écroule jamais.
    Imaginons que j’achète des actions sur le marché maintenant. J’achète 500K Euros d’actions. demain le cac ou autre perd 50% . Du coup je n’ai plus en portefeuille que 250K euros. Mais dans ma comptabilité je vais les évaluer à 500K puisque je les comptabilise selon ce que j’estime et selon le model .
    Du coup je vais aller nantir tranquillement pour 500K d’actions alors que j’en ai que 250K. La banque étant donné qu’ils appliquent ce système vont m’accorder un prêt de 500K euros !!. La cavelrie est donc possible. C’est bingo !! Les traders qui meurent sont ceux qui ne gèrent pas le risque, ils sont nombreux, ils sont légions. On en voit régulièrement et ce n’est que la surface. Ils engagent des sommes totalement disproportionnées. PArfois des sommes équivalentes au capital de la banque pour laquelle ils travaillent. Et la banque est encore en vie? Ha oui si je price une option ou un contrat future au model c’est certain que mes pertes vont disparaitre rapidement !!! Et si en plus selon le contrat que j’ai acheté je peux le passer en actif alors là c’est bingo quille et carton plein. Au fait , ou sont placés en comptabilité les contrats futures sur OAT par exemple? Curieux de savoir. En invest ou en capital ? 😀 Mais nous sommes entendu que nous n’avons pas le choix pour réaliser une analyse.

  3. @ magaja : pour nous, pauvres pêcheurs, le nantissement se fera en valeur day to day.
    Peu importe votre modèle.
    Si à l’instant T le portefeuille vaut 250 K€, et bien… la banque n’ira pas plus loin.

    Ils appliquent à leur clientèle une politique de risque cohérente, avec parfois des questions pertinentes, mais que je leur retourne la question en leur demandant leur avis sur la qualité de leur propre bilan, les réponses sont, au choix :
    – inexistantes
    – cocasses
    – symbole de leur méconnaissance absolue du fonctionnement de leur propre crémerie.

    Surtout sur les TCN, là, on touche au sublime : personne ne sait ce que c’est….

Répondre à Julien Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *