BNP-Paribas, 3° trimestre 2020

[Article compris dans tous les abonnements] Les banksters européens ne provisionnent pas à leur juste valeur les pertes prévisionnelles causées par leurs clients (entreprises et particuliers) qui ne rembourseront jamais leurs prêts. Les banquiers américains (des États-Unis) ont doublé le montant de ces provisions au 1° semestre 2020 par rapport à celles qui ont été publiées à la fin de l’exercice 2019. Andrea Enria, Président du superviseur bancaire en zone euro estime que “le stock des créances douteuses dans les banques de la zone euro pourrait, en partant d’environ 500 milliards d’euros avant la pandémie, grimper à 1 400 milliards d’euros” ! Or les banksters européens n’ont quasiment pas augmenté ces provisions car, s’ils l’avaient fait, ils auraient été obligés de ...