Ah Dieu ! que la guerre est jolie (suite)

Comme je l’ai déjà écrit, les communistes russes donnent une aide considérable aux Américains tout en affaiblissant notablement la vieille Europe par leurs interventions en Ukraine…
En effet, pour que la croissance des Etats-Unis puisse se poursuivre normalement, il ne faut pas qu’elle soit trop forte, ce qui se manifeste par le fait que les rendements des Notes à 10 ans ne doivent pas monter trop haut.
La Fed est intervenue (pour maintenir des taux bas) en rachetant pour 2 200 milliards de dollars de bons du Trésor mais elle ne peut plus continuer à mener cette politique monétaire car les marchés doivent prendre le relais.

Les bruits de bottes en Crimée font retomber logiquement les rendements des Notes à 10 ans dans la bande idéale comprise entre 2,5 et 3,0 %

Document 1 :

ce qui fait baisser leur écart par rapport aux rendements des Notes à 2 ans dans la bande idéale comprise entre 2,0 et 2,5 % en brisant le cycle infernal que les gens de la Fed initiaient auparavant

Document 2 :

et même plus précisément et idéalement entre 225 et 250 points de base,

Document 3 :

Ces crises européennes accentuent les risques d’€clatement avec une dévaluation potentielle du franc français par rapport au deutsche mark qui a rejoint la bande commençant au mieux à 40 % allant au pire jusqu’à 80 % comme en Argentine en 2001

Document 4 :

La nomenklatura franchouillarde ne peut rien faire en cas d’accentuation des tensions,

Document 5 :

Le XXI° siècle continue comme le précédent : les Européens se détruisent eux-mêmes !

9 réflexions sur “Ah Dieu ! que la guerre est jolie (suite)”

  1. bien vu ! :

    L’indice ZEW du sentiment des investisseurs allemands a baissé nettement plus que prévu en mars, reflétant les inquiétudes liées à la crise en Crimée, selon l’enquête mensuelle de l’institut de recherche économique basé à Mannheim.

    L’indice a reculé à 44,6, son plus bas niveau depuis août 2013, contre 55,7 en février et alors que les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 53,0. Sa composante mesurant les conditions actuelles a en revanche légèrement progressé à 51,3 contre 50,0, mais sans atteindre le consensus qui était à 52,0.

    Pourriez vous m’indiquer le potentiel de dévaluation du franc français par rapport au dollar ? merci

  2. Bonjour Monsieur,
    Si je peux me permettre car hors sujet concernant votre article:
    je fais connaitre votre site à plusieurs amis québécois.
    Pourriez-vous faire l’ étude de la Royal Bank du Canada ? Cela pourrait leur apporter un éclairage différent!!!
    Avec mes remerciements
    Cordialement

  3. Tout bénèf pour l’Amérique cette histoire d’Ukraine:

    brouille entre l’europe et la russie
    affaiblissement de l’europe
    isolement de la russie
    vente du gaz de schiste américain aux européens !

    et fafa qui veut casser les contrats d’armement avec les russes en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *