Angela, 3° K.O. : « S&P m’a tuer ! »

Les rendements du Bund ont augmenté à 2,248 % et ceux des bons du Trésor helvète étaient à 0,853 % aujourd’hui 6 décembre vers 11 h 30,

Document 1 :

L’écart relatif entre ces rendements de 163,1 % a largement battu son ancien record de 157 % atteint le 29 novembre…

Document 2 :

ce qui signifie clairement que tous les bons investisseurs qui voient juste et loin, c’est-à-dire les bons spéculateurs, sont maintenant persuadés que l’Allemagne est définitivement et lourdement plombée par ces cochons de pays du Club Med ai-je déjà écrit.

Ce ne sont pas les agences de notation qui accentuent la crise : elles ne font que révéler aux idiots nuisibles la réalité connue depuis longtemps par tous les bons spéculateurs monétaristes.

6 réflexions sur “Angela, 3° K.O. : « S&P m’a tuer ! »”

  1. bonjour.Le 10 ans américain souffre aussi par rapport aux taux Suisses dans la même proportion que le bund ?

    les suisses plus fort que les ricains ?

  2. Mardi 6 décembre 2011 :

    Standard and Poor’s place sous surveillance négative le fonds de secours européen.

    L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé mardi avoir placé sous surveillance négative la note du Fonds européen de stabilité financière (FESF), conséquence de sa décision de placer sous surveillance les principaux pays de l’Union monétaire.

    La décision de S&P concernant le FESF interviendra dans les trois mois « et si possible avant », indique l’agence de notation, qui entend d’abord finir son évaluation des pays apportant leurs garanties au FESF.

    Le FESF est un instrument financier qui lève de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE).

    Il bénéficie actuellement d’une note triple A qui lui permet théoriquement d’emprunter à des taux avantageux sur les marchés. L’argent qu’il lève est ensuite reversé à des pays en difficulté (Portugal, Irlande) à des taux moindres que ceux qu’ils devraient payer sur les marchés.

    Mais le FESF a été récemment rattrapé par la crise de la dette et a dû payer des taux d’intérêt élevés lors de sa dernière émission de dette en novembre.

    Il avait alors réussi à lever trois milliards d’euros d’obligations à dix ans, mais les acheteurs ne s’étaient pas bousculés, et les taux étaient ressortis en nette hausse par rapport à ses précédentes émissions.

    http://www.boursorama.com/actualites/standard-and-poor-s-place-sous-surveillance-negative-le-fonds-de-secours-europeen-1873d1d1f8a2fd5c31c7d2eff741ac92

    Maintenant, il va falloir surveiller les prochains emprunts du FESF.

    La prochaine fois que le FESF va lancer un emprunt, quel taux d’intéret devra-t-il payer ?

    Il va falloir surveiller ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *