Banques américaines, 2° trimestre 2015

Les 8 plus grandes banques américaines présentant un risque systémique d’après la liste retenue par la BRI ont un leverage global de 12,7 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 7,9 % en légère amélioration par rapport à la fin de l’année dernière,

Document 1 :

2015 Q2CitigroupGoldman SachsWells FargoBank of AmericaMorgan Stanley
1 Assets1 827,108601 720,622 149,03825,253
2 Equity205,47287,654189,558251,65967,518
3 Preferred st13,96811,221,64922,2737,52
4 Goodwill23,0124,16625,70569,7759,74
5 Tangible eq168,49272,288142,204159,61150,258
6 Liabilities1 658,60787,7121 578,411 989,42774,995
7 Leverage (µ)9,8410,911,112,515,4
8 Core Tier 1 (%)10,169,2986,5

Sommes en milliards de dollars.

Il faudrait augmenter les véritables capitaux propres (c’est-à-dire l’actif net tangible constitué des capitaux propres diminué des actions de préférence et des écarts d’acquisition, sans les minoritaires) de 208 milliards de dollars pour que ces 8 big banks respectent les règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage inférieur à 10 selon cette méthode de calcul, le dénominateur étant le total des dettes, c’est-à-dire celui du bilan moins l’actif tangible,

Document 2 :

2015 Q2JPMorganState StreetBk of New York MellonTotal
1 Assets2 449,60294,571396,52510 522,69
2 Equity216,28721,538,271 077,92
3 Preferred st24,9182,2122,552106,292
4 Goodwill47,4765,72917,807203,41
5 Tangible eq143,89313,55917,911768,216
6 Liabilities2 305,71281,012378,6149 754,48
7 Leverage (µ)16,0220,721,112,7
8 Core Tier 1 (%)6,244,84,77,88

Les réglementations lourdes et complexes ne servent à rien. La seule intervention de ce bon vieux Greenspan expliquant une fois encore le principe de base des règles bancaires, à savoir que les banques doivent avoir un total de leurs dettes inférieur à 10 fois le montant de leurs véritables capitaux propres a suffi pour que toute la communauté financière et bancaire américaine s’y aligne, ce qui est loin d’être le cas en France !

Au fil du temps, après de fortes turbulences, ces big banks respectent presque ces règles, Citigroup étant la plus performante avec un leverage inférieur à 10.
Le système bancaire américain fonctionne normalement maintenant. Ce n’est pas le cas dans la zone euro.

Par rapport à la fin de l’année dernière, les capitaux propres réels ont augmenté globalement de 10 milliards de dollars pour ces banques et le total des dettes a baissé de 28 milliards, ce qui est parfait.

Une remarque importante : les Américains s’inquiètent de la puissance de leurs grandes banques alors que le total des actifs de leurs 8 plus grandes banques représente 59,5 % du PIB annuel des Etats-Unis (17 700 milliards de dollars environ à la fin du 1° trimestre).

A titre de comparaison, le total des actifs de nos 4 Gos banques (qui sont loin de respecter les règles prudentielles d’endettement) représente plus de 3 fois le PIB annuel de la France, ce qui n’inquiète pas les Français !

Tout est simple.

Cliquer ici pour lire mon article sur les banques américaines fin 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *