BPCE et Natixis 2° trimestre 2013

La banque des frères Lehman a fait faillite en 2008 avec un multiple d’endettement (mon µ), le leverage, de 32 mais les grosses têtes de Natixis réussissent à survivre avec un leverage réel de 34,0 à la fin de ce dernier trimestre, ce qui correspond à un ratio Core Tier 1 réel de 2,9 % très loin des exigences de ce bon vieux Greenspan,

Document 1 :

Natixis2011 Q42012 Q22012 Q42013 Q12013 Q2
1 Assets507,7561,5528,4545,4552,5
2 Equity20,71919,51918,6
3 Preferred st-----
4 Goodwill2,82,82,72,82,8
5 Tangible eq17,916,216,816,215,8
6 Liabilities489,8545,3511,6529,2536,7
7 Leverage (µ)27,433,730,532,734
8 Tier 1 (%)3,733,33,12,9

Sommes en milliards d’euros.

La situation de Natixis se dégrade nettement au cours de ces deux derniers trimestres : les capitaux propres baissent alors que le total des dettes augmente ! Ses dirigeants n’ont vraiment rien compris aux problèmes élémentaires de gestion bancaire…

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 34,5 milliards d’euros pour que Natixis respecte les règles de bonne gestion prudentielle.

Document 2 :

Natixis est l’entité cotée de l’usine à gaz BPCE créée par le principal collaborateur de notre histrion ignare qui est dans une mauvaise situation car son multiple d’endettement réel, le leverage réel, reste à un niveau trop élevé à 23,3 et le ratio Core Tier 1 réel à 4,3 %

Document 3 :

BPCE2012 Q22012 Q32012 Q42013 Q12013 Q2
1 Assets1 174,931 190,931 147,521 166,201 161,64
2 Equity48,49249,69550,55452,00852,043
3 Preferred st-----
4 Goodwill4,5324,4424,2494,2864,265
5 Tangible eq43,9645,25346,30547,72247,778
6 Liabilities1 130,971 145,681 101,221 118,471 113,86
7 Leverage (µ)25,725,323,823,423,3
8 Tier 1 (%)3,93,94,24,34,3

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 58 milliards d’euros pour que BPCE respecte les règles de gestion prudentielle édictées par ce bon vieux Greenspan.

Document 4 :

Les dirigeants de ces deux Gos banques ne parlent pas évidemment des 50 milliards d’euros que la Banque de France leur prête chaque jour en mettant en pension des titres dans le cadre des Titres de Créances Négociables, dont 19,7 milliards pour BPCE

Document 5 :

… et 24,3 milliards pour Natixis (6 milliards de plus que ses capitaux propres !)…

Document 6 :

… le reste étant prêté à des filiales comme par exemple à la Banque Palatine.
Les grandes banques françaises fonctionnent bien comme les Gos Banques de l’ex-URSS : elles achètent des bons du Trésor français, les mettent en pension auprès de la Banque centrale et elles reçoivent ainsi de l’argent quasiment gratuitement pour leurs besoins !
Pour l’instant, ça marche. Tout va bien : il n’y a pas eu de tsunami mais le marché interbancaire est complètement bloqué dans la zone euro.
La crise va encore durer pendant des années a dit Angela.
Les liaisons entre les hommes politiques et les dirigeants des Gos banques françaises sont très dangereuses. Les usines à gaz que sont Natixis et BPCE ont surtout l’avantage de faire gagner de l’argent sans trop se fatiguer à la nomenklatura, ce qui permet entre autres d’alimenter discrètement et impunément les caisses de partis politiques.
Heureusement que peu de gens lisent ce que j’écris car ça fait peur !

Cliquer ici pour voir les résultats de Natixis d’où sont extraites ces informations,
Cliquer ici pour ceux de BPCE.
Cliquer ici pour lire les données de la Banque de France sur les Titres de Créances Négociables (TCN).

3 réflexions sur “BPCE et Natixis 2° trimestre 2013”

  1. “Heureusement que peu de gens lisent ce que j’écris car ça fait peur !”
    dommage! plutôt… car plus on attend et plus la chute sera douloureuse!

  2. Bonjour,
    Quelles banques françaises ou étrangères présentent le moins de risques possible pour y mettre son épargne.
    Parce Maurel refuse d’ouvrir des comptes à des particuliers ne disposant pas de plusieurs centaines de milliers d’euros!
    Merci de votre réponse.
    Jean

Répondre à Ben Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *