Coronavirus : couronnement de la khonnerie planétaire et spéculation gagnante !

La propagation du coronavirus est la cause principale de la chute vertigineuse et historique des cours des actions qui vient de se produire sur toutes les bourses dans le monde ainsi que sur les rendements des bons des Trésors (et en particulier des Treasurys) qui sont toujours le refuge traditionnel en cas de fortes turbulences financières.

Qu’en est-il en réalité de sa dangerosité ?

Depuis l’apparition de cette maladie en Chine en décembre 2019, le nombre de décès prématurés qui lui est attribué dans le monde à ce jour est de l’ordre de 4 000 (surtout pour ce qui concerne des personnes déjà très affaiblies), l’épidémie se résorbant déjà petit à petit en Chine depuis plusieurs semaines après un pic, comme dans toute épidémie dont le nombre de malades et de décès suit toujours une courbe gaussienne.

Ce chiffre est à mettre en comparaison avec les chiffres des décès estimés pour la grippe saisonnière qui serait de 300 à 600 000 morts prématurés par an dans le monde, et avec les morts provoqués par les accidents de la circulation en Chine qui seraient de l’ordre de 250 000 par an, soit 20 000 par mois, ce qui fait que plusieurs dizaines de milliers de Chinois ne sont pas morts en pareilles circonstances car les véhicules ne pouvaient pas circuler généralement au cours de ces dernières semaines.

En aucun cas ce coronavirus n’est un évènement majeur qui pourrait avoir des conséquences dramatiques, ce qui aurait été le cas si le nombre de morts en Chine avait été de l’ordre de… 400 à 650 millions en transposant les chiffres de mortalité de la peste noire qui aurait tué entre 30 et 50 % de la population européenne de 1347 à 1352 ou la grippe espagnole aurait tué entre 50 et 100 millions de personnes en 1918 et 1919.

L’économie mondiale sera évidemment touchée par les conséquences de la propagation de ce coronavirus mais marginalement par la baisse des chiffres d’affaires des entreprises de certains secteurs mais cette baisse n’aura rien de dramatique, ce ne sera pas une crise, juste une baisse de la croissance du PIB qui sera négative au cours de ce premier trimestre dans la plupart des pays de la vieille Europe continentale car elle était déjà à zéro voire négative comme en France au 4° trimestre 2019.

Ces réactions irrationnelles sur ce coronavirus sont comparables à la propagande concernant le prétendu réchauffement climatique et les auteurs de ces manipulations d’informations dans les grands médias sont les mêmes : une certaine gauche socialiste (au sens français) mondialiste antilibérale qui utilise une partie des principes du libéralisme (en particulier la liberté de circulation) pour imposer ses idées dans les opinions publiques et dans les réglementations.

En conclusion, les auteurs de cette dramatisation de ce coronavirus méritent la couronne de la khonnerie planétaire (en pastichant Boris Vian) pour l’année 2020, le même hommage devant être rendu aux auteurs de la théorie du réchauffement climatique pour les années précédentes, ce qui aura des conséquences encore beaucoup plus importantes que cette affaire de ce coronavirus.

Ces gens-là exercent une influence considérable. Ils sont très puissants et très dangereux.

Une consolation : ces idiots nuisibles deviennent finalement utiles car ils alimentent la spéculation gagnante !

En effet, comme je l’ai écrit à maintes reprises, les cours des banksters qui étaient au plus bas en juillet-août dernier sont anormalement remontés au fil des semaines et des mois et ils ne pouvaient que plonger magistralement en cas de panique, et c’est ce qui vient de se passer…

Ainsi par exemple, le cours de Société Générale a plongé de 31,80 euros le 17 février à 17,62 euros le 9 mars ce qui laisse une plus-value de 80 % pour tout spéculateur avisé ayant ainsi investi à découvert,

Document 1 :

Il en a été de même pour CASA (Crédit Agricole) dont le cours est tombé de 13,65 le 14 février à 7,73 euros le 9 mars, avec donc là aussi une plus-value de 76 % en moins d’un mois,

Document 2 :

Les pires des bankters français, à savoir ceux de Natixis, ont vu leur cours ne générer qu’une plus-value de 71 % car le titre a relativement peu baissé du fait qu’il avait peu… augmenté précédemment tellement il est trop pourri, en tombant donc de 4,38 le 13 février à 2,558 euros,

Document 3 :

Les cours de ces trois banksters ont terminé la séance du 9 mars nettement sous leurs plus bas atteints en août dernier lorsqu’ils étaient déjà au plus mal.

La principale conséquence de cette histoire de ce coronavirus est que ces banksters ne vont pas pouvoir supporter des taux encore plus bas, ce qui va précipiter le tsunami bancaire tant attendu.

Une fois de plus, je fais la démonstration a posteriori de la pertinence de mes analyses (macro et micro économiques) qui peuvent générer une spéculation gagnante… à condition de savoir les interpréter a priori.

Evidemment, je ne propose pas dans le cadre de mes offres de 50 à 240 euros par an des titres pour que des investisseurs puissent bénéficier de tels avantages qui ne peuvent être fournis que dans le cadre de prestations dont le prix est nettement plus élevé.

***

Pour avoir de bonnes informations sur ce coronavirus, voir les publications et les vidéos du Professeur Didier Raoult qui insiste lui aussi sur le fait que le plus grand danger de ce genre de virus est la peur qu’il peut engendrer et qui est utilisée par ceux qui sont aussi les auteurs de cette théorie dite du réchauffement climatique.

© Chevallier.biz

2 réflexions sur “Coronavirus : couronnement de la khonnerie planétaire et spéculation gagnante !”

  1. Assurancetourix

    Merci pour cette analyse.

    Fidèle lecteur de vos articles, je comprends votre position concernant vos différents abonnements même si auparavant vous donniez des recommandations d’investissements accessible à tous.

    Au vue de la faiblesse des montants de mes investissements, je regrette comme certains, que votre offre gold ne soit pas à ma portée.

    De plus, pour que je puisse maintenir mon abonnement à 240e, j’apprécierais des analyses de type “value” sur d’autres sociétés telles que les pétrolières (pour lesquelles nous nous posons tous la question d’un point d’entrée avec des cours au plus bas actuellement).
    Nous aimerions vous voir décortiquer et analyser d’autres secteurs d’activités comme vous l’avez fait parfaitement pour les banques, pour lesquelles la phase terminale semble être proche.

    Merci encore

  2. Monderer Samuel

    L’administration Trump utilise à merveille cette crise financière poussée par le deep state et les médias mondialistes. Une fois le vaccin sorti par les amis du Donald et le retour de la chaleur printanière, la finance repartira vers le haut et Obama ne pourra plus dire que les bons résultats du Donald sont les effets de sa “politique”.
    La question est … l’eurocrash sera-t-il nécessaire pour que le Donald puisse lancer ses réformes du système financier ou bien est-ce que cette khonnerie planétaire lui suffira pour avoir l’appui des américains pour réformer la FED ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *