6 mai 2017 9

Pestilentielles : leçon des marchés

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France, Monétarisme, Suisse

Il est toujours intéressant d’observer comment réagissent les marchés, c’est-à-dire les investisseurs lorsque se produisent certains évènements relativement mineurs (et de courte durée) qui peuvent être considérés comme une sorte de répétition en grandeur nature d’évènements majeurs à venir…

Ainsi par exemple, quid des mouvements de capitaux lorsque les investisseurs anticipent une sortie de la France de l’euro-système ou son éclatement ?

La réponse est simple : les capitaux libres et disponibles se sont réfugiés préférentiellement chez nos voisins les petits Suisses et dans une moindre mesure en Allemagne comme le montrent les rendements des bons bons à 10 ans du Trésor helvète qui ont replongé nettement en territoire négatif lorsqu’il est apparu possible que le second tour des Pestilentielles puisse opposer le Merluche à la Marine nationale,

Document 1 :

Dans une telle perspective, ces investisseurs ont préféré payer un peu pour obtenir de bons francs… suisses bien sûr plutôt que de mauvais francs français fortement dévalués, et (ou) des deutsche marks un peu dévalorisés (par rapport aux francs suisses).

Ces Pestilentielles ont donné lieu à des variations très fortes sur ces marchés, ce qui a alimenté une spéculation gagnante pour les spéculateurs avisés qui ont su profiter des réactions des idiots a priori inutiles (que sont les mauvais investisseurs paniqués) qui sont ainsi devenu utiles,

Document 2 :

Ces fortes turbulences ne sont pas terminées.

Dès lors, il est possible d’en tirer des conclusions… qui confirment ce que j’en ai écrit, à savoir qu’il est indispensable de ne pas conserver de capitaux dans des banques en France mais de les placer ailleurs.

Les petits Suisses ne sont plus très accueillants en pareilles circonstances.

Par contre, normalement, du fait des règles de ces idiots nuisibles d’eurocrates (qui deviennent alors utiles), il est possible pour les particuliers d’ouvrir des comptes bancaires en Allemagne et d’y placer son épargne disponible qui serait convertie en bons deutsche marks en cas de sortie de la France de l’euro-système ou de son éclatement.

Autre leçon : s’il y avait eu le début d’un soupçon de commencement d’intelligence sous le scalp de notre histrion ignare, il aurait fait sortir la France de l’euro-système dès le mois d’août suivant son élection en 2007, ce qui aurait provoqué peu de désordres car l’écart entre les rendements du Bund et des mauvais bons à 10 ans du Trésor français était alors faible : de l’ordre de 5 points de base,

Document 3 :

Pompidou a fait une dévaluation de 12,5 % dès le 8 août suivant son élection en 1969, ce qui a permis de prolonger les 30 Glorieuses.
A cette époque (devenue préhistorique !), les hommes politiques français et leurs électeurs avaient un minimum de culture économique et d’intelligence, ce qui est très loin d’être le cas maintenant.

Mots-clés: , , , , ,

5 mai 2017 11

Pestilentielles : complément…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France, Monétarisme

J’ai fait une petite erreur dans mon article précédent quant à l’évaluation des voix de la Marine nationale au second tour…

En retenant le chiffre de 40 % des voix par rapport aux suffrages qui pourraient s’exprimer, sur la base du premier tour (les abstentions, les votes nuls et blancs se sont montés à 12,5 millions), soit 35,1 millions (de suffrages exprimés), elle devrait obtenir 14 millions de voix et non pas 19 millions, chiffre obtenu à tort de ma part par rapport aux inscrits.

En ne retenant toujours que les seuls votes exprimés, 21 millions de suffrages devraient donc se porter sur le McRon hurleur (60 %) ce qui fait une majorité de 26,5 millions d’électeurs… qui ne veulent pas voter pour lui !

En effet, il faut analyser ces chiffres de cette façon car les Français qui votent pour la Marine nationale ne votent pas majoritairement pour son programme qui, lorsqu’il n’est pas inexistant est généralement débile ou totalement irréaliste, mais surtout contre le McRon hurleur, c’est-à-dire contre l’establishment comme elle dit, contre la nomenklatura de gauche et de droite (comme je le retiens) qui fait front contre le Front National.

C’est inquiétant car les électeurs qui sont mécontents de cette crise larvée dont ils sont les victimes, en tiennent pour responsable la politique menée par le pouvoir en place alors que c’est d’abord et avant tout l’euro qui plombe les fondamentaux de la croissance française et la richesse des Français.

En changeant de tête présidentielle, avec un McRon hurleur qui fait et qui est jeune, mais en reprenant la vieille équipe de l’UMPS qui perd depuis 40 ans, les Français risquent de réagir vigoureusement.
Si la prochaine élection présidentielle a lieu dans 5 ans, ce ne sera pas la Marine nationale qui sera élue mais le Merluche ou… un de ses hologrammes, et ce sera pire encore.

***

De petits rappels sur la monnaie sont encore nécessaires…
Une monnaie est celle d’une nation. La relation est dite biunivoque, c’est-à-dire que les deux vont ensemble (pour faire simple !).
Comme la zone euro n’est pas une nation mais une zone regroupant des nations souveraines et indépendantes (avec des élections propres dans chaque pays), une monnaie unique dans une telle zone est contraire aux principes fondamentaux, et donc non viable à terme.

La sortie de l’euro-système pour la France s’apparente à une dévaluation.
Elle ne peut pas être négociée pendant des mois, encore moins décidée après un référendum.
Elle ne peut se faire que par surprise (relative), au début du mois d’août quand tout le monde est en vacances, ou pendant un long weekend.

La seule antériorité connue est celle du peso argentin qui est sorti de son arrimage au dollar des Etats-Unis en 2001, ce qui s’est traduit par un certain désordre mais moins pire que son maintien.

Mots-clés: , , ,

4 mai 2017 14

Pestilentielles : propagande, délires et euro

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Sur les 47,6 millions de Français inscrits sur les listes électorales 12,5 millions n’ont pas voté pour un des candidats ; ils les rejettent tous massivement et ils constituent ainsi de loin le premier parti de France.

Le McRon hurleur n’a recueilli que 8,6 millions de voix malgré un matraquage publicitaire considérable, promotionné par tous les journaleux de tous les médias auxquels il faut indéniablement rajouter un R.

7,7 millions de Français ont voté au premier tour pour la Marine nationale qui a au contraire tous ces journaleux de tous ces médias qui s’acharnent contre elle ainsi que toutes les autres personnes qui prétendent vouloir s’opposer au fascisme, à l’extrême droite, etc.

Il est particulièrement inquiétant de mener une telle campagne aussi haineuse contre 7,7 millions de Français qui expriment ainsi librement leur opinion par leur vote, surtout sous prétexte de s’opposer à une candidate qu’ils font passer pour haineuse !

40 % des électeurs environ voteront pour la Marine nationale au second tour de ces Pestilentielles (d’après les sondages qui sont donc fiables !), ce qui correspond à 19 millions de personnes.

Y a-t-il 19 millions de Français qui défilent au pas de l’oie le bras tendu devant elle ?
Y a-t-il 19 millions de Français qui font la chasse aux Juifs, aux musulmans et aux étrangers ?
Aucun acte de violence n’a été observé de la part de ces 19 millions de Français alors que des manifestants d’extrême gauche grillent en toute impunité des poulets à coups de cocktails Molotov.

Aucun débat sérieux n’a eu lieu au cours de ces Pestilentielles, et surtout pas sur la cause principale des problèmes qui se posent en France et ailleurs à savoir cette monnaie unique contre nature qu’est l’euro.

Le McRon hurleur sera élu. Il est fort probable que les problèmes économiques vont s’accentuer dans l’avenir proche, cf. toutes mes analyses.
Il sera totalement incapable d’y faire face.
C’est très inquiétant, d’autant plus qu’il est impossible que la sortie de l’euro puisse se dérouler sans conséquences très graves.

L’avenir s’annonce donc particulièrement sombre en France et dans les autres pays victimes de l’euro.

***

Au cours de cette campagne, certaines personnes ont opportunément rappelé que l’un des objectifs principaux du socialisme nationaliste allemand (alias le nazisme) était de dominer l’Europe.
Il a été particulièrement difficile et douloureux de le mettre en échec.

Malheureusement, le socialisme internationaliste allemand a maintenant réussi à atteindre cet objectif par l’intermédiaire de l’introduction de l’euro.
Les effets dévastateurs sont plus limités mais profonds et plus durables.

Tous les leaders allemands disent aux Français de voter pour le McRon hurleur !
Radio Paris ment. Radio Paris est allemand… et socialiste !

***

Complément : voir l’article suivant, une erreur ayant été faite sur le nombre de voix de la Marine.

Mots-clés: , , , , , , ,

3 mai 2017 6

Création monétaire et immobilier en €-zone

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe, Monétarisme

En reprenant les données les plus anciennes publiées par la BCE, c’est-à-dire depuis janvier 1995, il est bien confirmé qu’il n’y avait pas de création monétaire avant l’adoption de l’euro, mais qu’elle est bien régulière par la suite,

Document 1 :

Une des conséquences de cette création monétaire est l’augmentation anormale et historique des prix des reventes de logements telle qu’elle est mise en valeur par Jacques Friggit,

Document 2 :

Le palier atteint par les prix des reventes de logements correspond a priori à un plafond qui ne peut pas être dépassé.
Par la suite, les investisseurs semblent placer cet argent non gagné dans des valeurs mobilières.

Cliquer ici pour accéder au site de Jacques Friggit.

Mots-clés: , , ,

1 mai 2017 8

Agrégats monétaires de la zone euro (mars 2017) : complément pour les archinuls

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe, Monétarisme

Un petit complément s’impose pour les archinuls qui n’ont pas bien compris mon étude précédente sur les agrégats monétaires de la zone euro…

Normalement, c’est-à-dire sur la base de l’observation de l’évolution des agrégats monétaires aux Etats-Unis sur une longue période, la masse monétaire devrait représenter un peu moins de 80 % du PIB (78 % plus précisément), correspondant à un agrégat M2-M1 qui devrait être de l’ordre de 40 %, M3-M2 de 25 % et M1 de 13 %, c’est-à-dire un peu moins de 15 %.

Il s’agit là de données qui permettent à la croissance du PIB d’atteindre son optimum sur la longue période, avec de l’argent sain, donc sans création monétaire ni de bulle intempestive.

A partir de cette analyse, il apparait clairement deux périodes : d’abord, avant septembre 2004, la courbe constituée par cette valeur critique de M3 (de 78 % par rapport au PIB) est inférieure à celle du PIB puis elle continue par la suite à être supérieure à celle du PIB et même par valeurs croissantes

Document 1 :

… ce qui signifie qu’avant septembre 2004, la masse monétaire M3 étant largement inférieure au PIB, induisait une croissance du PIB supérieure à son potentiel optimal, et inversement par la suite.

Ces phénomènes sont encore plus clairs sur ce second graphique qui représente l’évolution de l’écart entre cette valeur critique de M3 (de 78 % par rapport au PIB) et (moins) celle du PIB,

Document 2 :

Les valeurs négatives signifient que la masse monétaire M3 est inférieure au PIB, donc avant septembre 2004, et inversement, les valeurs positives signifient que la masse monétaire M3 est supérieure au PIB, donc après septembre 2004, ce qui correspond clairement à une création monétaire qui s’amplifie sur une tendance lourde, longue et régulière.

Depuis novembre 2014, la création monétaire s’accroit en étant même supérieure à celle qui existait avant les grandes turbulences financières des années 2008 et suivantes symbolisées par la faillite de la banque des frères Lehman.

Sur la base de ces analyses, c’est bien en ce mois de mars 2017, dernières données publiées par la BCE, que la création monétaire franchit la barre critique des 3 000 milliards d’euros !

Conclusions :

1 / Il apparait clairement sur ce second graphique qu’avant l’adoption de l’euro, tout allait bien, c’est-à-dire qu’il n’y avait pas de création monétaire dans les pays de la zone, et que par la suite, tout s’est détérioré avec une création monétaire qui va croissant.

2 / Cette création monétaire ne peut pas durer éternellement !
Ça va craquer un jour !
Quand ?
Comment ?
Réponse : un de ces prochains jours !
L’avenir est par définition incertain et il n’y a pas d’antériorité pour ces problèmes.

3 / Carpe diem.

Mots-clés: , , , , , , , , ,

30 avril 2017 1

Agrégats monétaires pour les nuls de la zone euro (mars 2017)

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe, Monétarisme

L’argent sain est le premier pilier des Reaganomics disait Arthur, Laffer, car la Richesse des nations (et de leurs habitants) dépend pour l’essentiel de l’évolution et de la structure des agrégats monétaires qui permettent de mettre en évidence la présence d’une création monétaire létale à terme…

C’est tellement important (et évident pour tout monétariste normalement constitué) que le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, a fait supprimer (dès avant sa prise de fonction à la tête de la Fed) la publication des chiffres de M3 pour que les personnes en dehors de la Fed ne puissent plus disposer de cet instrument d’analyse, ce qui lui a permis (et à ses acolytes) de restaurer (relativement tranquillement) ces fondamentaux mais en créant la plus grande crise après la Grande Dépression et en flinguant au passage pour l’exemple la banque des frères Lehman.

Ces analyses monétaristes sont tellement importantes qu’elles sont même maintenant confinées dans le cercle restreint des gens de la Fed pour leur seul usage (elles ne sont plus développées par des universitaires ni publiées comme du temps de Milton Friedman).
Elles sont donc plus ou moins confidentielles mais il est quand même possible de comprendre les décisions du FOMC à partir des chiffres disponibles des agrégats M2 et M1…

En Europe, et en particulier en France, la culture monétariste est totalement absente à tel point que les Marioles de la BCE osent publier des chiffres des agrégats qui ne correspondent pas à la réalité, cf. mes analyses antérieures.

Donc, quid de la zone euro ?

D’après les derniers chiffres disponibles, la masse monétaire M3 de la zone continue à augmenter si bien que la création monétaire est globalement de l’ordre de 3 000 milliards d’euros,

Document 1 :

Ce chiffrage de création monétaire globale résulte d’une hypertrophie de l’agrégat monétaire M1 de l’ordre de 3 000 milliards d’euros,

Document 2 :

En effet, M1 devrait ne représenter que 13 % du PIB comme aux Etats-Unis (compte tenu du fait qu’une part importante des billets en dollars se trouve à l’étranger, ce qui n’est pas le cas des euros).
M1 se montait à la fin du mois sous revue à 4 531 milliards d’euros alors que cet agrégat aurait dû se monter à 1 419 milliards correspondant à 13 % du PIB annuel (10 915 milliards, en admettant que la croissance du PIB nominal en ce 1° trimestre soit du même ordre que celle du 4° trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent), ce qui conduit à chiffrer l’argent non gagné en M1 à 3 112 milliards.

Cependant, si les malheureux Euro-zonards ont de l’argent non gagné sur leurs comptes courants, ils n’ont pas assez d’épargne, toujours par référence aux Américains.
En effet, M2-M1 devrait se monter à 40 % du PIB, soit 4 366 milliards d’euros alors que cette épargne n’est que de 2 903 milliards, ce qui fait un manque (par rapport à la norme) de 1 463 milliards,

Document 3 :

Cette insuffisance d’épargne est grosso modo compensée par une hypertrophie de l’agrégat M3-M2 qui se monte à 4 148 milliards d’euros alors qu’il devrait se monter, toujours par référence aux Etats-Unis où l’argent y est sain, à 25 % du PIB soit 2 730 milliards, ce qui conduit à chiffrer une création monétaire de 1 418 milliards,

Document 4 :

Donc, globalement, à la création monétaire en M1 de l’ordre de 3 000 milliards d’euros, il faut ajouter celle en M3-M2 qui est compensée par un trou en M2-M1.
Ce sont là des ordres de grandeur fiables qui donnent une image la plus fidèle possible de la réalité.

L’abandon des monnaies nationales a supprimé les mécanismes régulateurs qui existaient dans chaque nation, ce qui a donc conduit à une création monétaire qui s’accentue et qui est bien visible sur tous les graphiques,

Document 5 :

L’évolution de ces agrégats dans la zone euro est assez déconcertante, ce qui correspond bien au foutoir qui y règne, pour reprendre l’expression du Donald,

Document 6 :

Après avoir cassé leur tirelire en sortant 124 milliards d’euros de leurs caisses d’épargne fin décembre 2016, les malheureux Euro-zonards ont à peine reconstitué leur épargne sans pouvoir l’augmenter,

Document 7 :

En sortant 124 milliards d’euros de leurs caisses d’épargne fin décembre 2016, les malheureux Euro-zonards n’ont augmenté que de 70 milliards supplémentaires leurs comptes courants, mais ils continuent à augmenter ces dépôts d’une trentaine de milliards par mois, alimentant ainsi la continuation d’une création monétaire létale,

Document 8 :

L’augmentation de M1 est de l’ordre de 8 à 10 % d’une année sur l’autre depuis l’adoption de l’euro

Document 9 :

alors que la croissance du PIB nominal n’est que de 2,64 %, ce qui montre bien l’importance de cette création monétaire en M1 que rien n’arrête,

Document 10 :

Il s’agit manifestement d’argent non gagné donné sans contrepartie d’un travail réel, c’est-à-dire pour l’essentiel des aides dites sociales (et non pas à une généralisation de Pénélopes…)

Cette création monétaire ne profite même pas finalement aux malheureux Euro-zonards puisqu’ils sont obligés de désépargner pour survivre, alors que le gros problème aux Etats-Unis est que les ménages épargnaient trop par crainte de l’avenir Obabamesque et Illarien,

Document 11 :

***

En retenant le chiffre de 300 millions d’euro-zonards, M1 se monte à environ 15 000 euros par personne (principalement sous la forme de dépôts bancaires), ce qui est anormalement élevé, surtout par rapport à leur épargne qui est inférieure à 10 000 euros par personne !

Il s’agit là, soit d’une erreur dans les données des Marioles de la BCE qui comptabilisent mal les dépôts des euro-zonards sur leurs comptes courants, soit le résultat de transferts d’argent venant de gentils membres du Club Med qui ont placé une part importante de leur capital (ou de leur épargne) dans des banques de pays dignes de confiance, comme l’Allemagne de façon à recevoir des deutsche marks lors de l’€clatement à la place des monnaies de singes qui y seront distribuées

***

Les Américains ont donc bien joué, c’est-à-dire bien défendu leur leadership sur le Monde libre en incitant les Européens à adopter cette monnaie unique contre nature qu’est l’euro.
Seuls les Anglais ne sont pas tombés dans le piège, en sortant même de l’U.E. !

Mieux encore : les petits Suisses ont toujours refusé énergiquement de faire partie de l’UE malgré toutes les pressions dont ils sont l’objet, et ils s’en portent très bien ! … ce qui est là un bon argument contre l’euro qui n’est pas exploité, en particulier en France pendant ces Pestilentielles.

Le manque de culture économique et surtout monétariste des Européens du continent est quand même étonnant et il a des conséquences considérables.
Evidemment, cette ignorance des fondamentaux économiques et financiers est particulièrement importante en France.

Normalement, ce sont les gens de la banque centrale qui doivent maitriser et gérer ces problèmes mais comme je l’ai déjà écrit, la Banque de France et son gouverneur ont la réputation d’être particulièrement nuls dans leur domaine de compétence, déjà jugés nuls (par rapport à mes analyses) par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris, nuls et archi nuls en monétarisme

Tout est simple finalement.

Cliquer ici pour accéder aux chiffres des agrégats monétaires publiés par la BCE.
Cliquer ici pour lire mon article précédent sur les agrégats monétaires de la BCE.
Cliquer ici pour lire mon article confirmant que la Banque de France et son gouverneur ont été jugés nuls par la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , ,

27 avril 2017 17

Taux : yoyo et €-crise

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe, France

Les rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français jouent au yoyo : ils ont remonté par rapport à ceux du Bund en début d’année à cause de l’exacerbation de l’€-crise, puis avec le risque d’avoir un duel entre le Merluche et la Marine nationale au second tour des Pestilentielles, puis baissé lundi et mardi après l’élection certaine du McRon hurleur, pour remonter là encore mercredi à cause de l’exacerbation de l’€-crise,

Document 1 :

La baisse des rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français à 50 points de base par rapport à ceux du Bund n’aura été que passagère, due à une sur-réaction des mauvais investisseurs après le sacre du McRon hurleur,

Document 2 :

Les capitaux se réfugient de nouveau sur le Bund et chez les petits Suisses dont les rendements repartent à la baisse alors que ceux des mauvais bons à 10 ans du Trésor français sont délaissés,

Document 3 :

Il en est de même pour les autres de ces cochons de pays du Club Med,

Document 4 :

Avec le McRon hurleur, rien ne change finalement.

Mots-clés: , ,

25 avril 2017 7

Pestilentielles : maintenant, et après…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe, France, Monétarisme

J’ai déjà écrit tout ce qu’il fallait (décrire) sur ce qui va se passer après ces Pestilentielles qui ont confirmé ce qu’il fallait redouter : l’élection maintenant certaine du McRon hurleur.

Un miracle s’est donc bien produit : l’idiot normal qui n’a pas osé se représenter est miraculeusement devenu un idiot historique, le plus grand depuis une cinquantaine d’années et peut-être pour la cinquantaine d’années à venir !

En effet, il aura réussi à accentuer le désordre qui règne en France en détruisant les bases politiques qui dominent dans les pays démocratiques développés, à savoir un équilibre entre la gauche et la droite, avec une possibilité d’alternance.
Les partis de l’extrême ne sont pas encore majoritaires, mais les partis dits de gouvernement sont déjà minoritaires, surtout quand on prend en considération les abstentions.

Le McRon hurleur continuera à mener la même politique que ses prédécesseurs avec les mêmes collaborateurs, dont Jacques Attila, ses Huns et les autres, qu’ils soient de la nomenklatura de gauche ou de droite, et bien sûr avec les banksters des Gos banques.

La bonne vieille lutte des classes est révolue.
Les capitalistes sont divisés avec d’une part les entrepreneurs qui sont les gagnants de la mondialisation et des techniques de pointe (et qui font fortune en prenant soin de collaborer avec la gauche pour faire accepter leurs fortunes hors normes), et d’autre part les perdants que sont certains industriels et surtout la plus grande partie de la population qui vit (de plus en plus mal) ordinairement de son travail.

De toute façon, le McRon hurleur ne résoudra pas les problèmes majeurs qui se posent en France, cf. mon article Yaka, faucons mais les vrais sont trop nombreux !
Au mieux, le McRon hurleur pourrait terminer son mandat sans trop de grandes catastrophes, mais les problèmes seront pires encore pour son successeur.

Dans le court terme passé, les mauvais investisseurs ont joué au yoyo avec les taux,

Document 1 :

Les écarts entre les rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français et ceux du Bund sont revenus dans la bande des 30 à 50 points de base, correspondant à une dévaluation potentielle et optimale dans les 20 % du franc français surévalué par rapport au Deutsche Mark sous-évalué,

Document 2 :

Les capitaux qui s’étaient réfugiés sur le Bund et chez les petits Suisses sont revenus sur le 10 ans français,

Document 3 :

Depuis le début de l’accentuation de l’€-crise, c’est-à-dire depuis mai 2007, il semble que la situation se soit stabilisée depuis fin avril 2015, grâce aux interventions des Américains (la Fed et le Donald),

Document 4 :

Le désordre qui règne dans la zone peut encore s’accentuer ou se maintenir.

L’avenir est par définition incertain, mais ce qui est certain, c’est que les fondamentaux de cette zone sont mauvais et que rien ne peut durablement se construire sur de mauvaises bases.

Cliquer ici pour (re)lire mon article Yaka, faucons mais les vrais sont trop nombreux !

Mots-clés: , , ,

23 avril 2017 6

Monétarisme : les Américains et le Donald

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Monétarisme

Les Américains ont des réactions surprenantes : au cours de la semaine finissant le 3 avril, ils ont sorti 120 milliards de dollars de leurs caisses d’épargne (ce qui correspond à l’agrégat M2-M1), ce qui constitue un montant record historique, mais la semaine suivante, ils en ont remis 123 milliards !

Document 1 :

Ces chiffres sont considérables, mais par rapport à 300 millions d’Américains, cela correspond à 400 dollars en moyenne par personne, ce qui est faible.
Par contre, ce qui est important, c’est la masse mouvementée, ou en d’autres termes, que des centaines de millions d’Américains aient la même idée quant au placement de leur épargne de semaines en semaines, ce qui ne s’était jamais produit auparavant à une telle échelle.

L’interprétation la plus plausible de ces variations est que les Américains ont confiance dans l’avenir grâce à l’élection du Donald et qu’ils sont prêts à dépenser leurs dollars au lieu de conserver une épargne de précaution importante comme c’était le cas auparavant.

Comme ils ont sorti 120 milliards de dollars de leurs caisses d’épargne au cours de la semaine finissant le 3 avril, inversement, ils ont augmenté le montant de leurs disponibilités de 81,4 milliards de dollars (ce qui correspond à l’agrégat M1) et les ont diminuées très exactement du même montant la semaine suivante, ce qui constitue la plus forte baisse de M1 après celle qui s’est produite lors des attentats du 11 septembre 2001 !

Document 2 :

En fait, M1 est surtout constitué des sommes placées sur les comptes courants des Américains, le montant global étant de l’ordre de 2 000 milliards de dollars, soit dans les 6 à 7 000 dollars par personne, trois fois plus qu’avant la crise des années 2008 et suivantes !

Document 3 :

Les variations d’une semaine sur l’autre des sommes placées sur les comptes courants des Américains sont très importantes depuis la faillite de la banque des frères Lehman, le plus haut record ayant été atteint dans la semaine finissant le 8 novembre 2010, c’est-à-dire dans les jours qui ont suivi la décision du bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, d’acquérir pour 600 milliards de dollars de titres dans le cadre du premier QE (Quantitative Easing),

Document 4 :

Les variations de M2-M1 d’une année sur l’autre sont revenues dans les 5 à 6 %

Document 5 :

ce qui correspond à une croissance du PIB proche de la normale dans les 2,5 % d’une année sur l’autre, cf. mon article précédent à ce sujet,

Document 6 :

Finalement, malgré ces fortes variations, tout est normal.
Les Américains attendent impatiemment que le Donald progresse dans les réformes de l’Obabacare et de la réglementation fiscale, ce qui devrait se faire cette semaine, du moins pour ce qui concerne les annonces…

Mots-clés: , , ,

21 avril 2017 14

Pestilentielles : sondages et autres

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Les sondages jouent un rôle encore plus important pour ces Pestilentielles que pour les élections antérieures.
Ils déterminent même en grande partie les programmes (ou leur absence) de la plupart des candidats et bien entendu de leurs réactions face aux questions qui leur sont posées, ou aux évènements qui peuvent se produire…

Ces sondages sont-ils fiables ?
Ils ont tous eu tout faux pour le Brexit et pour le Donald
.
Les sondeurs français prétendent que leurs sondages sont plus fiables que ceux des Anglo-Saxons.
Ceux qui ont conseillé Alain Juppé ont eu tout faux ! Ça a mal commencé.

Il était discernable depuis des mois (pour ceux qui savent décrypter la propagande de la nomenklatura) que le McRon hurleur monterait dans les sondages au point d’être quasiment élu avant les élections, l’essentiel étant de ne pas redonner le pouvoir à la droite.
C’est quasiment fait.

Deux sondages seulement se distinguent de ces sondages manipulés, à ma connaissance du moins.

Le premier est celui qui a été rapporté le 10 avril dans un article de Bloomberg en se basant sur l’analyse des réactions des électeurs de Donzy (dans la Nièvre) actualisées par l’éleveur local de canards qui ne sont pas enchainés.

Le second est le résultat des cogitations de Véronique et Bruno Jérôme qui se basent sur une méthode originale : les comportements passés des électeurs, corrigés d’éléments nouveaux, en particulier de données économiques objectives.

Ces deux sondages arrivent aux mêmes conclusions : Marine le Pen vire en tête avec 25,4 % des voix devant François Fillon avec 21,6 % des voix. E. Macron suit avec 20,2 % devant J-L. Mélenchon qui recueillerait 18,3 % des suffrages selon Véronique et Bruno Jérôme.

Pour ces deux sondages, la Marine nationale arriverait donc indubitablement en tête suivie du mari de Pénélope qui aurait un léger avantage sur le McRon hurleur.

L’attentat commis par un arabe musulman de nationalité française (comme le rapportaient jadis les médias français) déjà condamné pour des attaques contre des policiers ne pourrait que renforcer les résultats de ces deux sondages déviants auxquels il faudrait ajouter celui d’un expert en la matière : le Donald !

Quels seront les sondages qui auront été justes ?
On le saura dimanche soir.

Cliquer ici pour lire l’article de Bloomberg qui se base sur l’étude des électeurs de Donzy.
Cliquer ici pour lire l’article d’Atlantico.fr sur les travaux de Véronique et Bruno Jérôme.

***

Le McRon hurleur n’a évidemment pas de programme pour lutter contre le terrorisme musulman.

Il s’en remettrait, s’il est élu Président, aux avis de spécialistes qui ont déjà fait leurs preuves… d’incompétence, à savoir le Ministre de la Défense (de l’idiot normal qui ne se représente pas) et de ses collaborateurs qui ont viré… le général de la Gendarmerie nationale Bertrand Soubelet parce qu’il est compétent et qu’il a dit ce qu’il aurait fallu faire et ne pas faire !
Bertrand Soubelet avait pourtant rejoint le McRon hurleur en pensant qu’il aurait pu apporter quelque chose de nouveau et de positif en politique.

Voyant débarquer à En Marche ! ceux qui l’ont viré, il a quitté ce mouvement qui s’apprête à mener la même politique catastrophique que celle de l’idiot normal qui ne se représente pas !

Mots-clés: , , , , , , , , ,