13 août 2018 7

Italiens recrutent un Donald, URGENT ! Poste à pourvoir immédiatement

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

Il manque cruellement aux Italiens un Donald pour profiter des turbulences en cette mi-août pour quitter l’euro-système et envoyer la Kaiserin de l’€mpire germanique et son Mignon Poudré et autres Junkers se faire voir chez les Grecs qui devraient en profiter eux-aussi pour suivre leur bon exemple !

En effet, une dépêche de Reuters a rapporté dimanche soir que les dirigeants italiens savent parfaitement que les Italiens seraient à nouveau très prospères à condition de sortir de l’euro-système et même de l’Union Européenne comme l’a montré aussi une étude de JPMorgan, cf. l’article que j’ai consacré à ce sujet.

Lundi 13 août, peu de grandes turbulences du côté de la Turquie ni du côté des banksters de la zone, mais une hausse des rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor italien proche de leur récent plus haut record,

Document 1 :

Le spread (comme on dit) avec le Bund est lui aussi proche de son récent plus haut record,

Document 2 :

Il est difficilement compréhensible que les dirigeants italiens actuels n’osent pas franchir le Rubicon qu’est cette sortie de l’euro-système,

Document 3 :

S’ils ne le font pas maintenant, ils le regretteront plus tard.

Alea jacta est.

13 août 2018 13

Turquie et monétarisme

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

D’après les données de notre ami Fred de Saint Louis, la croissance du PIB réel (à prix constants) de la Turquie est forte comme le montre le graphique base 100 en 1998,

Document 1 :

Elle s’accompagne d’une augmentation du PIB réel par habitant depuis 2001, c’est-à-dire depuis l’arrivée au pouvoir des partis musulmans, ce qui renforce leur popularité…

Document 2 :

mais avec une hypertrophie monétaire considérable : la masse monétaire M3 se monte au double du PIB courant alors qu’elle ne devrait pas dépasser 80 % de ce PIB !

Document 3 :

La situation économique de la Turquie est donc fragile.

Les interventions du Donald, en dehors des répercussions sur les banques européennes, peuvent y provoquer une crise majeure indépendamment de toute autre considération.

Mots-clés: ,

12 août 2018 8

Yield spread 10y-2y: tic, tac, tic, tac… 15 août et €-crash ! Actualisation…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, Monétarisme

Les écarts entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans ont beaucoup varié au cours des séances précédentes pour terminer finalement en fluctuant faiblement au même niveau, mais le 10 août, ces écarts ont plongé à 24,3 points de base en séance,

Document 1 :

La baisse de ce spread est importante : 3,6 points de base par rapport au cours de clôture de la veille,

Document 2 :

Ce spread se rapproche du zéro absolu qui est une valeur critique qui peut être atteinte avant la fin de ce mois d’août dans la mesure où ce spread peut baisser de 3 à 5 points de base par jour comme en août 2011,

Document 3 :

C’est bien le risque d’€-crash qui fait baisser ce spread depuis 2011

Document 4 :

ce qui est bien visible aussi sur le graphique représentant l’évolution des rendements des Tbonds,

Document 5 :

Ce sont bien entendu les rendements des Notes à 10 ans qui vont plonger le plusse car ceux des Notes à 2 ans sont trop arrimés (pegged) au taux de la Fed,

Document 6 :

Le Donald a précipité le grand plongeon des rendements des bons à 10 ans des Trésors de la vieille Europe continentale, y compris ceux des petits Suisses qui évoluent en territoire négatif, c’est-à-dire dans le néant, hors normes,

Document 7 :

Les rendements des mauvais bons du Trésor italien s’envoient joyeusement en l’air,

Document 8 :

Leur écart par rapport à ceux du Bund sont proches du pire (ou du meilleur !) lorsque l’Italexit était envisagé,

Document 9 :

Malheureux Euro-zonards : barbotez, sirotez, profitez-en car ça ne durera pas !

Le Donald qui prépare toujours soigneusement ses attaques a judicieusement choisi le meilleur moment : lorsque tous les Européens sont en vacances, le vendredi 10 août, avant la semaine de tous les congés incluant le mercredi 15 août qui n’est pas férié aux Etats-Unis.

Ça va chauffer dans la semaine qui vient !

Les Marioles de la BCE doivent avoir quelques difficultés pour boucler leur bilan arrêté au vendredi soir 10 août.

Le Donald est cruel : il ne pense qu’à défendre les intérêts de son pays et des Américains !

Mots-clés: ,

12 août 2018 0

Unicredit Group 2° trimestre 2018

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Leverage

Comme je l’ai déjà écrit précédemment, Unicredit n’est pas une banque mais une illustration du foutoir qu’est l’Europe continentale comme l’a dit le Donald…
En effet, Unicredit a déjà assaini ses comptes en comptabilisant une perte nette de… 15 milliards d’euros au 4° trimestre 2013 et a recommencé en publiant une autre perte de… 13,6 milliards au 4° trimestre 2016
!
Bravo les artistes.

Il faut rappeler qu’Unicredit est dirigée par Jean-Pierre Mustier, un bankster expert puisqu’il était le supérieur hiérarchique de Jérôme Kerviel lors de ses exploits chez les Mécanos de la Générale.

Unicredit publie pour ce 2° trimestre 2018 un bilan…

Document 1 :

…et un tableau donnant le montant des capitaux propres tangibles

Document 2 :

… qui permettent de calculer le leverage réel qui serait presque acceptable à 17,18 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 5,82 %,

Document 3 :

Unicredit2017 Q42018 Q2
1 Assets836,79823,908
2 Equity59,36155,462
3 Deductions8,9978,648
4 Goodwill1,4841,484
5 Tangible eq48,8845,33
6 Liabilities787,91778,578
7 Leverage (µ)16,1217,18
8 Core Tier 1 (%)6,25,82

Sommes en milliards d’euros.

Cependant, fidèles à leur réputation, les banksters d’Unicredit cachent indubitablement des cadavres quelque part dans des placards…

Le Donald a fait en sorte que l’on est attiré par l’exposition d’Unicredit au risque turc représenté par la Yapi ve Kredi Bankasi A.S. dont Unicredit possède la moitié du capital dont l’autre moitié appartient à des banksters turcs,

Document 4 :

Le total des actifs de Yapi ve Kredi Bankasi A.S. était de… 80 milliards d’euros fin 2017 et de… 55,7 milliards fin juin, en prenant l’évaluation de ce jour !

Document 5 :

Lors de mon article précédent sur Unicredit, j’avais écrit que les comptes d’Unicredit sont vraiment un foutoir parfait !
Le Mariole de la BCE ne devrait pas contredire le Donald sur ce point
.

Je ne savais pas alors que le Donald allait mettre un grand coup de pied dans cette fourmilière !
Les Marioles de la BCE et le Donald sont d’accord : c’est le foutoir, surtout dans les banques italiennes car il y a encore pire qu’Unicredit !

Pour l’instant, tout va bien !

Cliquer ici pour voir le dernier bilan d’Unicredit.
Cliquer ici pour voir le dernier bilan de Yapi Kredi.
Cliquer ici pour voir mon article précédent sur Unicredit.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 août 2018 6

BBVA Bilbao 2° trimestre 2018

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Leverage

D’après le dernier bilan publié par la banque espagnole BBVA Bilbao…

Document 1 :

… et les données sur le montant de ses capitaux propres tangibles

Document 2 :

le leverage de cette banque est presque acceptable avec un ratio de 16,8 pour ce dernier trimestre

Document 3 :

BBVA Bilbao2017 Q42018 Q2
1 Assets689,414689,632
2 Equity52,40452,087
3 Deductions3,8794,968
4 Goodwill8,4648,373
5 Tangible eq40,06138,746
6 Liabilities649,353650,886
7 Leverage (µ)16,216,8
8 Core Tier 1 (%)6,26

Sommes en milliards d’euros.

Cependant, le rapport financier de BBVA expose très clairement son exposition au risque turc qui se montait fin juin à… 72,8 milliards d’euros !

Document 4 :

Dans ces conditions, il est compréhensible que même les Marioles de la BCE soient inquiets…

Cette règle prudentielle préconisée par ce bon vieux Greenspan est une norme… qui n’est pas toujours vérifiée mais uniquement dans ce sens, à savoir que les dirigeants d’une banque peuvent obtenir un bon leverage mais faire des erreurs.
Il faut toujours fouiner un peu dans les comptes pour trouver parfois quelque chose d’anormal.

Par contre, les dirigeants des banques qui ont un mauvais leverage sont toujours des banksters !

Cliquer ici pour accéder aux informations financières de cette banque.
Cliquer ici pour lire mon dernier article sur cette banque pour le 3° trimestre 2014.

Mots-clés: , , , , , , ,

12 août 2018 1

Deutsche Bank et la Turquie

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes

Contrairement à ce qu’ont écrit les journaleux de l’Agence Française de la Propagande, Deutsche Bank a une exposition négligeable vis-à-vis de la Turquie, du moins d’après son dernier rapport financier avec moins de 10 milliards d’euros d’exposition sur les autres pays d’Europe (ou d’Asie et du reste du monde),

Mots-clés:

12 août 2018 8

Turquie, banksters de BNP et propagande de l’AFP

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes

Le Donald a lancé de fortes turbulences financières le vendredi 11 août en augmentant les droits de douane sur l’acier et l’aluminium de la Turquie.
C’est un article du Financial Times (lien in fine) qui le premier a fait part de l’inquiétude des Marioles de la BCE qui sont préoccupés par l’exposition à la Turquie de banques de la zone et en particulier de BBVA, UniCredit and BNP Paribas.

Extrait de l’article dont le titre est Turkish lira plunges as crisis mounts :
The lira’s fall came amid increased concerns from the eurozone’s chief financial watchdog about the exposure of some of the currency area’s biggest lenders to Turkey — chiefly BBVA, UniCredit and BNP Paribas.

Cependant, des dépêches de l’agence de propaganda de la nomenklatura française ont rapporté une version totalement différente de cet article comme le montre cet extrait :

L’inquiétude a dépassé les frontières turques vendredi avec la publication d’un article du Financial Times selon lequel la Banque centrale européenne est préoccupée par une éventuelle contagion de cette crise monétaire à certaines banques européennes très présentes en Turquie.
Des Allemandes Deutsche Bank et Commerzbank aux Italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo, en passant par l’Espagnole Santander, les titres de grandes banques européennes évoluaient dans le rouge vendredi dans la matinée, pénalisés par la crise de la livre turque
.

Il s’agit là manifestement d’une information fausse, une fake news comme on dit maintenant en vue de tromper les investisseurs, ce qui est normalement condamnable mais pas condamné, évidemment !

Il faudrait qu’il y ait en France une sorte d’autorité pour surveiller les marchés financiers ou (et) un parquet chargé spécifiquement des affaires financières pour sanctionner les manipulations de cours…

Ainsi par exemple, grâce en grande partie par la propagande orchestrée par l’Agence Française de Propagande, le cours de BNP-Paribas n’a baissé le 11 août que de 2,99 % alors que celui de Deutsche Bank a cédé 4,06 %, celui de Unicredit 4,73 % et 5,55 % pour BBVA !
La capitalisation boursière de BNP, de 67 milliards d’euros a bénéficié d’une… absence de baisse de l’ordre d’au moins 1 % soit un bon milliard qui n’est pas perdu pour ses chers actionnaires
.

La manipulation des informations orchestrée par l’Agence Française de Propagande ne s’arrête pas à ces dépêches car l’AFP en a rajouté une bonne dose comme le montre cet extrait :

« La dynamique est propre à la Turquie« , a jugé de son côté William De Wijlder, chef économiste chez BNP Paribas, interrogé par l’AFP. « Ici, c’est propre à un pays individuel, ce qui veut aussi que cela peut se calmer, pour autant que le pays finisse par prendre les mesures qui s’imposent« .
On n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Et encore une bonne grosse louche au cas où certains n’auraient pas tout bien compris :

Pour Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, « il y a une vraie pression suite à l’article du Financial Times ».
Toutefois, « l’exposition de BNP Paribas à la Turquie est marginale. Nous sommes déjà dans des sanctions boursières qui vont bien au-delà de l’impact réel que pourrait avoir le problème turc sur BNP », nuance l’analyste.
En outre, estime-t-il, « le risque systémique est plus présent sur l’Italie que sur la Turquie, ce n’est pas du tout le même contexte. Il n’y a pas de raisons de craindre un effet +contagion+ de la Turquie » en Europe, même si cela a « un impact ponctuel sur des banques ».
Chute des bancaires
« Il faut remettre cela dans le contexte du mois d’août : le marché regarde tous les prétextes pour s’agiter. Les nouvelles sont accentuées au-delà du raisonnable », conclut M. Rozier
.

Cependant, Michael Hewson, basé à Londres, exprime un point de vue différent :
« Les investisseurs voyaient la crise monétaire en Turquie comme un problème local. Cependant, il semble que la rapidité de la chute (de la livre) renforce les inquiétudes d’une possible exposition de banques européennes au système bancaire turc », souligne Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Cliquer ici pour lire l’article de base du Financial Times.

P.S. : mon site est difficilement accessible en ce moment, comme c’est bizarre…
Complément : un incident généralisé a bloqué tous les accès à mon hébergeur. Problème résolu.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , ,

10 août 2018 22

Les turqueries du Donald et BNP-Paribas…

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques françaises, Leverage

Le Donald est toujours fidèle à lui-même en tant que grand champion du billard à trois bandes qui donne des coups de pied dans toutes les fourmilières qui se présentent…

En attaquant la Turquie du musulman fanatique Erdogan il atteint par ricochet les banksters de la zone dont ceux de BNP-Paribas sur laquelle ils avaient une exposition de… 30 milliards d’euros au 31 décembre 2017 !

Document 1 :

Suite, document 2 :

Avec une perte de plus du tiers de la livre turque par rapport à l’euro, les pertes des banksters de BNP-Paribas sur le risque turc sont donc a priori supérieures à… 10 milliards d’euros, ce qui inquiète même les Marioles de la BCE !

Les documents fournis par les banksters de BNP-Paribas pour la fin du 2° trimestre ne donnent aucune information sur le risque turc !
Bravo les artistes !

Ces banksters de BNP-Paribas n’avaient provisionné que… 172 millions d’euros sur ce risque turc !

Document 3 :

Une fois de plus : bravo les artistes !

En corrigeant les chiffres permettant de calculer le multiple d’endettement de BNP-Paribas, cf. mon analyse du 5 août (lien ci-dessous), le leverage réel bondit à 42,56 battant largement les plusses pires de la zone, à savoir les mécanos de la Générale et les surdoués de Deutsche Bank,

Document 4 :

BNP Paribas2018 Q2 efv2018 Q2 n
1 Assets2 234,49564,3
2 Equity98,71198,711
3 Deductions39,02239,022
4 Goodwill8,3898,389
5 Tangible eq51,351,3
6 Liabilities2 183,19513
7 Leverage (µ)42,5610
8 Core Tier 1 (%)2,3510

Sommes en milliards d’euros.

Pour respecter les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan (un leverage de 10 au maximum), les banksters de BNP-Paribas devraient céder… 1 670 milliards d’actifs !

Après l’ardoise de 9 milliards de dollars, les banksters de BNP-Paribas sont vraiment les champions du monde des pires banquiers.
Après le foot, c’est une très grande victoire.

Cliquer ici pour voir le document de référence des banksters de BNP-Paribas pour l’exercice 2017.
Cliquer ici pour voir mon article précédent (du 5 août) sur les banksters de BNP-Paribas.

10 août 2018 9

Yield spread 10y-2y: tic, tac, tic, tac… 15 août et €-crash !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe

Les écarts entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans ont beaucoup varié au cours des séances précédentes pour terminer finalement en fluctuant faiblement au même niveau, mais ce matin 10 août (vers 10 heures françaises), ces écarts ont plongé à 25,7 points de base ainsi que les rendements des Notes,

Document 1 :

L’intervention du Donald le 19 juillet a eu pour effet de casser la tendance baissière de ce spread mais cette tendance baissière lourde et longue vient de reprendre son cours normal,

Document 2 :

Ce spread se rapproche du zéro absolu qui est une valeur critique qui peut être atteinte avant la fin de ce mois d’août dans la mesure où ce spread peut baisser de 3 à 5 points de base par jour comme en août 2011,

Document 3 :

C’est bien le risque d’€-crash qui fait baisser ce spread depuis 2011

Document 4 :

… ce qui est bien visible aussi sur le graphique représentant l’évolution des rendements des Tbonds,

Document 5 :

Malheureux Euro-zonards : barbotez, sirotez, profitez-en car ça ne durera pas !

P.S. : spread à 25,3 pb dans la matinée…

Mots-clés:

9 août 2018 4

Goldman Sachs 2° trimestre 2018

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques américaines, Leverage

Goldman Sachs est remonté sur la 3° marche du podium (après Wells Fargo et Citigroup, mais avant Bank of America) des Importantes Institutions Financières Systémiques Mondiales, Global Systemically Important Financial Institutions, G-SIFIs car son leverage réel est de 12,59 ce qui correspond à un véritable ratio Core Tier 1 de 7,94 % fluctuant autour des normes comme aux trimestres précédents,

Document 1 :

Goldman Sachs2017 Q22017 Q32017 Q42018 Q12018 Q2
1 Assets907930917974969
2 Equity86,67586,29282,24383,57986,599
3 Preferred st11,20311,20311,85311,20311,203
4 Goodwill4,084,0584,0384,0494,106
5 Tangible eq71,39271,03166,35268,32771,29
6 Liabilities835,608858,969850,648905,673897,71
7 Leverage (µ)11,712,0912,8213,2512,59
8 Core Tier 1 (%)8,548,277,87,547,94

Sommes en milliards de dollars.

Les chiffres retenus pour les calculs du leverage sont les capitaux propres tangibles c’est-à-dire les capitaux propres publiés diminués des actions de préférence, du goodwill et des minoritaires selon les règles préconisées par ce bon vieux Greenspan, sans pondérer les actifs, comme c’est le cas avec le ratio Core Tier 1 et comme le préconisent Axel Weber, la BRI (le fameux Bâle I), la Fed, la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC).

Document 2 :

La présentation des comptes, succincte, permet cependant de calculer correctement et facilement le véritable leverage, ce qui est loin d’être le cas pour les banques européennes,

Document 3 :

Goldman Sachs est une banque d’affaires, donc dans une logique très différente des autres big banks américaines.

Cliquer ici pour accéder aux documents justificatifs de cette analyse.
Cliquer ici pour lire mon article précédent sur les comptes de cette banque.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,