Banques américaines, 3° trimestre 2015

Les 8 plus grandes banques américaines présentant un risque systémique d’après la liste retenue par la BRI ont un leverage global de 12,0 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 8,33 % en amélioration par rapport aux trimestres précédents avec un leverage de 13,0 fin 2014 et 12,13 à la fin du 2° trimestre 2015,

Document 1 :

2015 Q3CitigroupWells FargoGoldman SachsBank of AmericaJPMorgan
1 Assets1 808,361 751,278812 153,012 417,12
2 Equity205,63193,05187,703255,905245,728
3 Preferred st15,21822,42411,222,27326,068
4 Goodwill22,44425,6844,16869,76147,405
5 Tangible eq167,968144,94372,335163,871174,324
6 Liabilities1 640,391 606,32808,6651 989,142 242,80
7 Leverage (µ)9,7711,0811,1812,1412,87
8 Core Tier 1 (%)10,249,028,948,247,77

Sommes en milliards de dollars.

Ce leverage de 12 correspond très exactement à celui qui était préconisé par ce bon vieux Greenspan dans les années 80, connu sous l’expression de ratio Core Tier 1 mais après les turbulences financières des années 2008, il a relevé ses exigences à un leverage inférieur à 10 (le total des dettes ne doit pas dépasser 10 fois le montant des véritables capitaux propres).

Document 2 :

2015 Q3Morgan StanleyState StreetBk of New York MellonTotal
1 Assets834,113247,274377,37110 469,51
2 Equity67,76721,538,171 115,45
3 Preferred st7,522,7032,552109,958
4 Goodwill9,6525,71617,679202,509
5 Tangible eq50,59513,08117,939805,056
6 Liabilities783,518234,193359,4329 664,45
7 Leverage (µ)15,4917,920,0412
8 Core Tier 1 (%)6,465,594,998,33

Il faudrait augmenter les véritables capitaux propres (c’est-à-dire l’actif net tangible constitué des capitaux propres diminué des actions de préférence et des écarts d’acquisition, sans les minoritaires) de 161 milliards de dollars (ou diminuer le total des dettes de 1 600 milliards !) pour que ces 8 big banks too big to fail respectent les règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage inférieur à 10 selon cette méthode de calcul, le dénominateur étant le total des dettes, c’est-à-dire celui du bilan moins l’actif tangible.

Les autorités américaines viennent d’ailleurs d’imposer à ces banques de relever le total de leurs capitaux propres de 120 milliards de dollars, ce qui est proche de mes résultats.

Les réglementations lourdes et complexes ne servent à rien. La seule intervention de ce bon vieux Greenspan expliquant une fois encore le principe de base des règles bancaires, à savoir que les banques doivent avoir un total de leurs dettes inférieur à 10 fois le montant de leurs véritables capitaux propres a suffi pour que toute la communauté financière et bancaire américaine s’y aligne, ce qui est loin d’être le cas en France !

Au fil du temps, après de fortes turbulences, ces big banks respectent ces règles, Citigroup étant la plus performante avec un leverage inférieur à 10.
Le système bancaire américain fonctionne normalement maintenant. Ce n’est pas le cas dans la zone euro.

Par rapport à la fin du 4° trimestre 2014, les capitaux propres réels ont augmenté globalement de 72,5 milliards de dollars pour ces banques mais le total des dettes a augmenté de 112,6 milliards, ce qui constitue des progrès insuffisants.

Une remarque importante : les Américains s’inquiètent de la puissance de leurs grandes banques alors que le total des actifs de leurs 8 plus grandes banques représente 53,6 % du PIB annuel des Etats-Unis (18 034 milliards de dollars à la fin du 3° trimestre).

A titre de comparaison, le total des actifs de nos 4 Gos banques (qui sont loin de respecter les règles prudentielles d’endettement) représente plus de 3 fois le PIB annuel de la France, celui de la seule BNP-Paribas se monte même au niveau du PIB annuel, ce qui n’inquiète pas les Français !

Tout est simple.

Cliquer ici pour lire mon article sur les banques américaines fin 2014.
Cliquer ici pour lire mon article sur les banques américaines, fin du 2° trimestre 2015.

7 réflexions sur “Banques américaines, 3° trimestre 2015”

  1. Un avis sur :
    “Un rapport de l’Office of Financial Research (OFR) américain (1) a dévoilé que des banques européennes – qu’il n’identifie pas – utilisent une technique éprouvée de maquillage de leur bilan, appelée Repo 105 (2), avec pour effet de réduire les ratios d’endettement, améliorer les niveaux de liquidité et masquer une partie de leur risque, afin qu’ils paraissent conformes aux normes du Comité de Bâle. ”

    –> http://www.pauljorion.com/blog/2015/11/03/on-en-decouvre-tous-les-jours-par-francois-leclerc/ 🙂

  2. Ce bon vieux Greenspan à savoir un leverage inférieur à 10 ses ok rien à dire ca fait partie des bon fondamentaux mais il est aussi le grand artisan des taux Zéro que depuis pratiquement 10 ans nous à mit dans une prison que je me demande comment nous allons sortir

  3. #1 Unis(United States Census Bureau) affirme que près de 47 millions d’Américains vivent dans la pauvreté actuellement.

    # 2 Les autres chiffres du Bureau du recensement américain sont également très inquiétants. Par exemple, en 2007, environ un enfant sur huit aux Etats-Unis bénéficiait de coupons d’alimentation. Aujourd’hui, ce nombre est passé à un enfant sur cinq.

    # 3 Selon Kathryn J. Edin et H. Luke Shaefer, les auteurs d’un nouveau livre intitulé “2.00 dollars par jour: Vivre avec presque rien aux Etats-Unis“, il y a 1,5 million de ménages ” extrêmement pauvres” aux États-Unis qui vivent avec moins de deux dollars par jour. Ce nombre a doublé depuis 1996.

    # 446 millions d’Américains bénéficient de coupons alimentaires chaque année, et des queues commencent à se former devant certaines banques alimentaires américaines dès 6h30 du matin car les gens veulent obtenir quelque chose avant que les approvisionnements alimentaires viennent à s’épuiser.

    # 5 Le nombre d’enfants sans-abri aux Etats-Unis a augmenté de 60 % au cours des six dernières années.

    # 6 Selon le site povertyusa, 1,6 million d’enfants américains ont dormi dans des refuges pour sans-abri ou dans une autre forme d’hébergement d’urgence l’an dernier.

    # 7 La police de New York a identifié 80 campements de sans-abri dispersés dans la ville, et la crise des sans-abri a tellement empiré qu’elle est décrite comme étant une «épidémie».

    # 8 Croyez-le ou non, plus de la moitié de tous les élèves des écoles publiques sont assez pauvres pour bénéficier de subventions de repas scolaires.

    # 9 Selon un rapport du Bureau du recensement qui a été publié il y a un certain temps, 65 % de tous les enfants aux Etats-Unis vivent dans un foyer qui reçoit une certaine forme d’aide du gouvernement fédéral.

    # 10 Selon un rapport qui a été publié par l’UNICEF, près d’un tiers de tous les enfants dans ce pays “vivent dans des ménages ayant un revenu inférieur à 60 % du revenu médian national”.

    # 11 En ce qui concerne la pauvreté des enfants, les Etats-Unis se classe au 36ème rang sur les 41 “pays riches”, selon L’UNICEF.

    # 12Le nombre d’américains qui vivent dans les zones de concentration de grande pauvreté a doublé depuis l’an 2000.

    # 13 Encore plus édifiant, sur l’ensemble des enfants afro-américains aux Etats-Unis, 45 % vivent dans des zones de “concentration de pauvreté”.

    # 1440,9 % de l’ensemble des enfants aux Etats-Unis qui sont élevés par un seul parent vivent dans la pauvreté.

    # 1548,8 % de l’ensemble des américains de 25 ans vivent encore chez leurs parents.

    # 16 Il n’y a tout simplement pas assez de bons emplois pour tout le monde. c’est peut-être difficile à croire, mais 51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an.

    # 17 Il ya 7,9 millions d’Américains en âge de travailler qui sont “officiellement au chômage” en ce moment et il y a 94,610 millions d’Américains en âge de travailler qui sont considérés comme étant “en dehors de la population active”. Lorsque vous ajoutez ces deux chiffres ensemble, vous obtenez un total de 102,6 millions d’Américains en âge de travailler qui sont sans emploi actuellement.
    # 18 Posséder une maison a toujours été un signe d’appartenance à la classe moyenne. Voilà pourquoi il est si alarmant que ce taux de propriété aux États-Unis ait baissé huit années de suite.

    # 19 Selon un récent sondage de The Pew Charitable Trusts qui est une organisation non gouvernementale, environ 70 % de l’ensemble des américaines croient que “la dette est une nécessité dans leur vie”.

    # 20 Actuellement, 25 % de l’ensemble des américains ont une valeur nette négative.Cela signifie que la valeur de ce qu’ils doivent est supérieure à la valeur de tout ce qu’ils possèdent.

    # 210,1 % des familles américaines les plus riches détiennent autant que 90 % de l’ensemble des familles aux Etats-unis.

  4. L’Amérique n’est certainement pas au bord du gouffre pour les 20 pc de la population les plus riches mais pour les 80 pc restant oui il sont au bord du gouffre mais pourquoi ce focaliser sur l’Amériques seulement l’être humain est le même partout dans le monde et les gouffres il sont partout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *